J’ai lu: Paris-Briançon de Philippe Besson

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Paris-Briançon de l’auteur français Philippe Besson.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

paris-briançon

Nombre de pages:  202 pages

Maison d’édition: Julliard

Date de parution (dans cette édition): 6 janvier 2022

4ème de couverture:

Rien ne relie les passagers montés à bord du train de nuit no 5789. À la faveur d’un huis clos imposé, tandis qu’ils sillonnent des territoires endormis, ils sont une dizaine à nouer des liens, laissant l’intimité et la confiance naître, les mots s’échanger, et les secrets aussi. Derrière les apparences se révèlent des êtres vulnérables, victimes de maux ordinaires ou de la violence de l’époque, des voyageurs tentant d’échapper à leur solitude, leur routine ou leurs mensonges. Ils l’ignorent encore, mais à l’aube, certains auront trouvé la mort.
Ce roman au suspense redoutable nous rappelle que nul ne maîtrise son destin. Par la délicatesse et la justesse de ses observations, Paris-Briançon célèbre le miracle des rencontres fortuites, et la grâce des instants suspendus, où toutes les vérités peuvent enfin se dire.

Mon avis:

Un cours roman qu’on lit un peu comme un compte à rebours car on connait plus ou moins déjà la finalité de l’histoire. Cependant, même si l’issue n’est pas une surprise, j’ai aimé le parti pris de Philippe Besson de nous faire connaître chaque passager. Personnellement, j’ai eu un petit faible pour Alexis, un jeune médecin qui a tendance à faire passer le bonheur des autres avant le sien et qui s’oublie dans le travail. L’auteur a une facilité et un certain talent pour nous faire nous attacher à tous ses personnages, on se soucie de leur devenir.

Que ce soit ce couple de retraités qui part se ressourcer dans leur petite maison de campagne, ces jeunes qui sont pleins d’espoir pour l’avenir, cette mère de deux enfants qui fuit un mari maltraitant ou des voyageurs solitaires, tous vont se rencontrer et leurs destins vont s’entremêler. Leur vie va changer à tout jamais suite à ce voyage en train. 

La plume de l’auteur est très belle, les phrases coulent toutes seules, formant une sorte de chant où toutes les voix des personnages se rejoignent.

(…) son attention est attirée par une forme dessinée sur la vitre sale. S’approchant du carreau, il se rend compte qu’il s’agit d’un cœur. Il trouve ça con. Il en est ému pourtant. Et juste après, il trouve ça con d’être ému.

Paris-Briançon de Philippe Besson, page 88

Certains passages sont comme suspendus dans le temps, une parenthèse dans la vie des protagonistes. 

C’est un roman qui se lit très vite, et qui nous prend aux tripes. Je dois avouer que c’est le premier roman de l’auteur qui a su me toucher, alors qu’il ne parlait finalement pas de lui. Etrangement, j’ai eu l’impression qu’il était plus sincère dans ce registre-ci, allez savoir pourquoi. Il a su doser adroitement le côté émotions et un certain suspense, formant un roman qu’on ne peut lâcher jusqu’à la toute fin.

Prenez place à bord du Paris-Briançon!

Ma note: ♥♥♥♥