Bilan de mes lectures du mois de juin 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de juin 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf le disparu du vieux cimetière, l’image et le résumé ont été pris sur le site vaudfamille.ch

Livres lus durant le mois : 10

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Le chant de l’assassin – R.J. Ellory

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: Sonatine

Date de parution (dans cette édition): 23 mai 2019

Résumé: 

Tout le monde a un secret.

1972. Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour lui donner une lettre. Lorsqu’Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Mais Henry s’entête. Il a fait une promesse, il ira jusqu’au bout. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va découvrir un secret que les habitants de Calvary sont décidés à ne pas laisser divulguer.

Mon avis: 

J’ai vraiment adoré ce roman et j’ai retrouvé avec un énorme plaisir la plume de R.J. Ellory. L’auteur arrive vraiment à nous impliquer dans les histoires de ses personnages et on se sent proche d’eux. L’histoire est passionnante et m’a tenue en haleine du début à la fin. Un gros coup de cœur pour le personnage d’Henry Quinn, qui veut vraiment respecter la promesse qu’il a faite à Evan en prison. Ce jeune homme qui a dû purger une peine de prison pour un accident qui aurait pu coûter la vie d’une mère de famille a à cœur de se faire racheter ses mauvais comportements passés. Il est courageux et n’abandonne jamais.  J’ai vraiment apprécié les alternances entre les chapitres passé-présent, ce qui nous permet d’avoir une bonne vue d’ensemble de l’histoire. Il ne s’agit pas réellement d’un thriller à proprement parler mais d’un drame familial dont je me souviendrai longtemps.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

L’engrenage du mal – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 299 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 28 mai 2020

Résumé: 

Quatre hommes se réveillent et découvrent qu’ils sont séquestrés. Quel lien peut bien les unir ? Ils vont devoir le découvrir rapidement…

Une fin d’été caniculaire qui transpire la vengeance, un mois de janvier polaire où la justice relève les compteurs. Entre ces deux temps s’installe un aller-retour oppressant, réglé comme une montre suisse à complication. La scène se passe entre Lausanne et La Chaux-de-Fonds. Quatre hommes sont enlevés et séquestrés dans des moulins souterrains désaffectés. Ils ne se connaissent pas et pourtant tout les réunit.
Le nouveau roman du procureur Feuz a l’échappement inquiétant d’un barillet dont on armerait le remontoir à vide. Implacable, impeccable. De la très grande horlogerie.

Un thriller oppressant, signé d’une main de maître.

Mon avis: 

Vous pouvez retrouver mon avis complet juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥

 

Le disparu du vieux cimetière – Catherine May

Nombre de pages: env. 120 pages

Editeur: Auzou Suisse

Date de parution (dans cette édition): mai 2020

Résumé: 

Au collège de la Servanne, la vie coule paisiblement pour Léa et sa bande de copains.
Jusqu’au jour où un chantier près de l’école révèle une sépulture ancienne.
Fascinés par cette découverte, les enfants essayent d’en savoir plus et décident d’aller explorer le site des fouilles. Mais tout s’accélère lorsqu’un des amis de Léa disparaît mystérieusement…

Mon avis: 

Comme j’avais beaucoup aimé les 2 premiers livres parus dans cette même collection, je me suis également offert celui-ci, d’autant plus que j’avais eu l’occasion de rencontrer l’auteure lors d’un salon (Morges sur les Quais) il y a de cela quelques années et que je l’avais trouvée très sympathique 🙂 J’ai d’ailleurs un peu honte mais je n’ai toujours pas lu le livre que je lui avais fait dédicacer d’ailleurs :-/ Bref pour revenir à ce roman jeunesse je l’ai trouvé très sympa à lire, bien sûr le public cible est les enfants de 9-12 ans donc ce n’est pas très effrayant pour une trentenaire habituée à des thrillers bien sanglants mais j’ai aimé la plume de l’auteur et j’ai trouvé à cette bande de gamins qui enquêtent un air de club des 5 qui m’a beaucoup plu. J’ai également apprécié d’en savoir plus sur le métier d’archéologue 🙂 (le premier métier de l’auteure) Je me réjouis de le faire découvrir à mes filles quand elles en auront l’âge !

Ma note: ♥♥♥

 

Emma dans la nuit – Wendy Walker

Nombre de pages: 312 pages

Editeur: Sonatine

Date de parution (dans cette édition): 15 février 2018

Résumé: 

Deux sœurs disparaissent. Trois ans plus tard, une seule revient. Dit-elle toute la vérité ?

Emma, 17 ans, et Cass, 15 ans, sont les sœurs Tanner, devenues tragiquement célèbres depuis leur inexplicable disparition. Après trois ans d’absence, Cass frappe à la porte de chez ses parents. Elle est seule. Elle raconte comment sa sœur et elle ont été victimes d’un enlèvement puis retenues captives sur une mystérieuse île. Emma y serait toujours. Mais la psychiatre qui suit cette affaire, le Dr Abigail Winter, doute de sa version des faits et s’intéresse de plus près aux Tanner. Elle finit par découvrir, sous le vernis des apparences, une famille dysfonctionnelle régentée par une mère narcissique. Que s’est-il réellement passé trois ans auparavant ? Cass dit-elle toute la vérité ?

Mon avis: 

J’ai trouvé ce roman agaçant à bien des titres. Déjà, l’attitude de la mère de famille était à la limite du soutenable tant elle est détestable. On la sent jalouse de ses filles et surtout d’Emma. Ensuite, je n’ai pas trop compris le personnage de la psychologue du FBI que j’ai trouvée également très bizarre de par son extrême fragilité, pas tellement compatible avec son métier il me semble. L’intrigue est cependant intéressante même si je me doutais un peu de la fin qui est bien tordue. Ce livre n’a pas été un coup de coeur mais je lirai tout de même les autres romans de l’auteure car j’avais adoré « tout n’est pas perdu » qui était à mon sens bien mieux construit avec des personnages avec plus de substance.

Ma note: ♥♥

 

La jeune fille et la nuit – Guillaume Musso

Nombre de pages: 440 pages

Editeur: Calmann-Lévy

Date de parution (dans cette édition): 24 avril 2018

Résumé: 

Côte d’Azur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Mon avis: 

Un thriller vraiment bien ficelé qui m’aura vraiment passionnée ! J’ai adoré ce roman à tiroirs, où on revit alternativement les souvenirs de tous les protagonistes jusqu’à découvrir la glaçante vérité. Tous les romans de Guillaume Musso ne se valent pas mais celui-ci est vraiment au-dessus du lot. J’ai vraiment été surprise par le final, ce qui n’arrive pas très souvent! A découvrir !

Ma note: ♥♥♥

 

Une douce lueur de malveillance – Dan Chaon 

Nombre de pages: 544 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 22 août 2018

Résumé: 

« Nous n’arrêtons pas de nous raconter des histoires sur nous-mêmes. Mais nous ne pouvons maîtriser ces histoires. Les événements de notre vie ont une signification parce que nous choisissons de leur en donner une. »

Tel pourrait être le mantra de Dustin Tillman, psychologue dans la banlieue de Cleveland. Ce quadragénaire, marié et père de deux adolescents, mène une vie somme toute banale lorsqu’il apprend que son frère adoptif, Rusty, vient d’être libéré de prison. C’est sur son témoignage que, trente ans plus tôt, celui-ci a été condamné à perpétuité pour le meurtre de leurs parents et de deux proches. Maintenant que des tests ADN innocentent son frère, Dustin s’attend au pire.

Au même moment, l’un de ses patients, un policier en congé longue maladie, lui fait part de son obsession pour une étrange affaire : la disparition de plusieurs étudiants des environs retrouvés noyés, y voyant la marque d’un serial killer. Pour échapper à sa vie personnelle, Dustin se laisse peu à peu entraîner dans une enquête périlleuse, au risque de franchir les limites que lui impose son rôle de thérapeute.

Plongée dans les ténèbres, celles d’un homme submergé par ses propres contradictions et les failles de sa mémoire, Une douce lueur de malveillance est un livre virtuose et vénéneux. Une écriture glaçante, une inventivité littéraire qui bouscule les structures du roman contemporain : rarement un écrivain aura su explorer le mystère de l’identité avec un réalisme aussi obsédant.

Mon avis: 

Ce roman m’a un peu dérangée car on y suit un psychologue lui-même plutôt instable psychiquement suite au décès de sa femme. On revit ses souvenirs de jeunesse, où il avait accusé son demi-frère du meurtre de ses parents. A la libération de celui-ci, tout remonte  à la surface et il commence à tourner la boule, influencé par l’un de ses patients, un ex-flic psychotique. C’est un roman dont l’atmosphère est étouffante, on sent pointer le drame dès les premières pages. On revit les souvenirs de jeunesse du personnage principal mais on ne sait jamais trop si c’est réel ou imaginé. Le plus jeune fils du psychologue se drogue pour oublier que sa vie est un désastre et le fils ainé essaie de faire bonne figure à l’université pour contrebalancer tout cela… L’écriture est nerveuse et reflète bien l’état mental des protagonistes. On suit également alternativement les différents personnages afin d’avoir leur point de vue. J’ai aimé le style d’écriture mais ce livre m’a laissé un arrière-goût de malaise … exactement l’effet recherché par l’auteur j’imagine !

Ma note: ♥♥

 

Les choses humaines – Karine Tuil

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 22 août 2019

Résumé: 

Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique français ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Ensemble, ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale. Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au coeur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ?

Mon avis: 

Une famille bourgeoise et aisée dont le fils est accusé de viol par une jeune fille voit sa vie basculer dans l’horreur des tribunaux et de la honte en un instant. Ce roman est bien d’actualité avec le mouvement « me too ». L’auteure a bien décrit cette famille a qui tout réussi, qui a de l’argent, des carrières florissantes et un fils beau et intelligent qui va intégrer une grande université aux USA. Ce conte de fées va prendre fin avec l’accusation de viol et leur vie va voler en éclats. Malgré leur volonté de sauvegarder les apparences et malgré le fait que leur fils clame son innocence, le doute s’immisce dans leur esprit, insidieux et destructeur. Un roman très bien écrit et qui me donne envie de lire d’autres livres de cette auteure !

Ma note: ♥♥♥

 

Et soudain tout change – Gilles Legardinier

Nombre de pages: 416 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 5 mars 2015

Résumé: 

Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
À quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur

Mon avis: 

J’avais bien ce roman avec moi dans ma valise de maternité et je n’avais aucune idée de son sujet. Finalement, je ne suis pas sûre que c’était le choix le plus judicieux de la terre, sachant qu’il s’agit d’une bande d’adolescents qui découvrent l’amour et doivent faire face à la douleur de la perte d’une être cher. Evidemment, avec les émotions à fleur de peau, j’ai pleuré comme une madeleine à plusieurs reprises ! Ce que je peux vous dire, c’est que si vous aimez les romans d’amitié, avec une bande de copains attachants, ce roman est pour vous. Il est écrit admirablement bien à la première personne car c’est Camille, une jeune fille, la narratrice. J’ai trouvé super la manière que l’auteur (un homme donc) a réussi à se glisser dans la peau et les émotions d’une adolescente sans que cela sonne faux. Après avoir refermé ce livre, on a encore plus envie de profiter de la vie et surtout de passer du temps avec les gens qu’on aime. J’ai vraiment passé un magnifique moment de lecture.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Toute la mer dans un coquillage – Marie Javet

Nombre de pages:  272 pages

Editeur: Solar

Date de parution (dans cette édition): 11 juin 2020

Résumé: 

Après avoir tout plaqué à Paris, Claire, trentenaire célibataire, tente un retour aux sources dans le Midi, et s’offre un nouveau départ grâce au minimalisme… Un roman de développement qui donne envie d’alléger et de simplifier sa vie pour laisser la place à l’essentiel et retrouver le goût des bonheurs simples.

A 35 ans, Claire est responsable éditoriale dans une grande maison d’édition où elle est sur le point d’être nommée directrice de collection. Célibataire, elle profite des distractions de la vie parisienne et papillonne sur les applis de rencontre, en espérant y trouver le grand amour. Le jour où elle apprend que sa collègue et meilleure amie est promue à sa place, son monde s’écroule. En faisant le bilan de son existence, Claire se rend compte que son métier ne lui apporte plus satisfaction et que sa vie sentimentale est un véritable fiasco.

Elle décide alors de tout plaquer à Paris, pour tenter un nouveau départ. Sans filet ni objectif établi, avec seulement une valise contenant ses effets personnels, elle retourne dans le Midi, là où vit sa mère, Anne-Lise, avec laquelle elle a maintenu un contact lointain et sporadique. En débarquant à l’improviste chez celle-ci, elle retrouve une femme souffrant d’une véritable pathologie, le syndrome de Diogène, qui la pousse à acheter compulsivement, à accumuler et garder tout ce qu’elle a acquis dans sa vie.

Les retrouvailles sont conflictuelles. N’ayant pas d’autres points de chute, Claire trouve son exutoire à travers de longues balades en bord de mer où elle se sent petit à petit revivre… Jusqu’au jour où elle découvre qu’un secret de famille est à la racine du mal-être de sa mère et de leurs relations compliquées. Elle décide alors de faire le grand ménage dans sa vie, entamant un processus de désencombrement. Tout y passe : d’abord les choses matérielles, mais aussi les relations toxiques et les pensées négatives. A mesure qu’elle s’en déleste et simplifie sa vie, elle va croiser sur ce nouveau chemin des activités qui donnent un sens à sa vie, des gens authentiques, et qui sait ? peut-être aussi enfin l’amour…

Une belle leçon de minimalisme qui nous apprend que le bonheur est là, à notre portée, dans le bruit du va-et-vient des vagues, que l’essentiel peut tenir comme la mer dans un coquillage…

Mon avis: 

Vous pouvez retrouver mon avis complet juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le loup des Cordeliers (tome 1) – Henri Loevenbruck

Nombre de pages: 560 pages

Editeur: XO

Date de parution (dans cette édition): 24 octobre 2019

Résumé: 

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.

Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.

Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris…

Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l’ambition, le caractère, les plans secrets.

Alors que, le 14 juillet, un homme s’échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l’identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l’un des plus grands complots de la Révolution française ?

Mon avis: 

J’avais adoré les autres romans de l’auteur et j’avais hâte de découvrir ce nouveau roman qui prend place durant la révolution française. J’ai trouvé l’intrigue passionnante et j’ai aimé en savoir plus sur la politique à cette période clé de l’histoire. Cependant, j’ai trouvé parfois que l’auteur allait un peu loin dans ses explications de la situation politique et j’avoue qu’il m’a parfois perdue un peu en route (il faut dire aussi qu’avec un bébé à la maison je suis assez fatiguée et j’ai un peu plus de mal à me concentrer haha 😉 ). J’ai donc trouvé (personnellement) que certains passages auraient pu être écourtés même si évidemment tous ces faits sont très intéressants et démontrent que l’auteur a vraiment décortiqué l’Histoire. J’ai adoré le personnage de Gabriel, jeune provincial qui rêve d’être journaliste à Paris. Son enthousiasme et parfois sa naïveté m’ont touchée. J’ai trouvé passionnante cette histoire de justicier qui sauve des femmes en détresse, accompagné d’un loup. Pour le coup j’ai vraiment trouvé ce roman féministe et cela fait du bien! Il s’agit cependant d’un premier tome et j’ai hâte de connaître la suite étant donné que l’auteur nous abandonne sur une scène d’un suspens insoutenable… L’auteur prouve encore une fois qu’il arrive à m’intéresser à n’importe quel sujet, après les motards (nous rêvions juste de liberté) et les services secrets (j’irai tuer pour vous) 😉

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de juin 2020:) et vous, vous avez lu quoi ?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

[SP] J’ai lu: Toute la mer dans un coquillage de Marie Javet

Hello tout le monde!

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du tout dernier roman de l’auteure Marie Javet, Toute la mer dans un coquillage, paru aux Editions Solar. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un polar mais bien d’un roman sur le thème du développement personnel et plus particulièrement de l’importance qu’on donne aux objets dans notre vie au détriment d’autres choses plus essentielles.

Je dois avouer que le résumé me tentait vraiment bien car je suis moi-même dans une démarche de minimalisme (j’en suis encore loin on est d’accord) mais j’essaie petit à petit de trier toutes mes possessions pour ne garder que ce qui me sert et me plaît réellement. Je pense notamment aux vêtements et au maquillage dont mes tiroirs débordent !! Et bien évidemment, certains livres que je conserve alors que je sais pertinemment que je ne vais pas les relire … mais bref, je m’égare (désolée!) et je vous parle de suite de ce fameux nouveau roman que j’ai donc emporté avec moi à la maternité (oui car j’ai accouché d’une petite Rebecca dimanche 14.06.2020 😉 ) et que j’ai dévoré en une journée 🙂

Nombre de pages: 256 pages

Editeur: Solar Editions

Date de parution: 11 juin 2020

Résumé:

Après avoir envoyé balader sa carrière dans une maison d’édition, Claire, jeune parisienne de 35 ans, décide de tout quitter et de partir retrouver sa mère dans le midi afin de se ressourcer et de se recentrer sur elle-même et les choses qui comptent réellement. Cependant, son retour ne se fera pas vraiment dans les conditions qu’elle imaginait …

Mon avis:

Comme dit plus haut, j’ai immédiatement été happée par cette histoire et je me suis identifiée à Claire à bien des égards.

Lassée par son travail qu’elle commence à trouver vide de sens et déçue par la trahison de sa soi-disant meilleure amie, Claire prend le minimum et part dans le midi.

Là-bas, elle va frapper à la porte de sa mère, pensant profiter de l’occasion pour renouer des liens distendus entre elles, même si elles n’ont jamais été très proches l’une de l’autre.

Sa mère ne l’accueille pas exactement à bras ouverts et sa maison est pleine à craquer d’objets en tous genres…elle a à peine la place d’accueillir sa fille dans tout son fouillis. Sa mère est dans l’accumulation maladive, au détriment de ses finances et de l’encombrement de son espace de vie. Tout le contraire de Claire qui aspire à plus de simplicité.

On voit bien là le parallèle entre le désordre qu’on peut avoir chez soi qui reflète le désordre qu’on peut avoir dans notre tête.

Claire fait d’ailleurs à plusieurs reprises références aux livres de développement personnel de Marie Kondo (la magie du rangement) et Dominique Loreau (l’art de l’essentiel), livres que j’ai également lus et qui m’ont pas mal inspirée.

Elle va faire la connaissance de personnages hauts en couleurs qui lui apprendront des choses sur sa famille (dont je ne vous dirai rien) mais également sur le sens de la vie et où mettre ses priorités. J’ai particulièrement apprécié la libraire, Eliane, qui veut profiter de sa lune de miel prolongée avec son mari Darius car elle sait qu’ils ne sont pas tous jeunes. Elle fait tout de suite confiance à Claire et l’encourage à suivre ses rêves. La promeneuse de la plage, Hélène, m’a également beaucoup touchée de par son histoire tragique. Cette femme courageuse fait preuve d’une incroyable résillience dans son malheur, elle est d’une grande aide pour Claire quand celle-ci est au plus mal. Toutes ces personnes bienveillantes entourent Claire et forment un cocon protecteur et salvateur autour d’elle. Elles lui permettent de comprendre qu’elle n’a pas besoin de l’approbation de sa mère pour être heureuse. Comme on dit, on choisit nos amis, pas notre famille!

Les dialogues sonnent justes et sont savoureux. J’ai vraiment apprécié Claire et sa façon de penser, j’avais l’impression de lire le journal intime d’une amie!

Ce n’est pas un simple roman feel-good, c’est vraiment un livre qui fait réfléchir sur les priorités qu’on donne aux choses dans notre vie. Revenir à l’essentiel et profiter des plaisirs simples que la vie nous offre, voilà le message que fait passer avec brio ce roman que j’ai vraiment adoré.

Marie Javet prouve avec ce roman qu’elle excelle dans tous les registres 🙂 J’ai déjà hâte d’avoir entre les mains son prochain roman!

Un roman parfait pour cet été… à offrir et surtout à s’offrir ! 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

Un grand merci aux Editions Solar pour l’envoi de ce SP!

Bilan de mes lectures du mois de mai 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de mai 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 10

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

The mortal instruments – tome 2: la cité des cendres – Cassandra Clare

Nombre de pages: 528 pages

Editeur: PKJ

Date de parution (dans cette édition): 2012

Résumé: 

Le Monde Obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d’un loup-garou survenu devant le Hunter’s Moon, l’un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d’Ombres, l’Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l’Enclave pour s’emparer de l’Institut : Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare. Pris dans la tourmente des événements, écartelés entre cœur et raison, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans un combat entre les forces du Bien et du Mal, qui les mènera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l’East River…

Mon avis: 

J’avais lu le premier tome il y a je pense au moins 2 ans et j’avais bien aimé, mais ce n’était pas un coup de cœur. Mais étant donné que j’avais acheté la série complète (shame on me) je me suis dit que j’allais quand même lire la suite… j’ai bien aimé ce tome 2 même si je trouve les personnages assez creux, j’ai de la peine à m’attacher à eux, à part peut-être à Simon, le meilleur ami de l’héroïne que j’ai trouvé assez touchant. Sinon, je trouve toujours un peu exagéré la bande de chasseurs de démons badass et super bien gaulés. C’est un peu lisse à mon goût, mais ça se laisse vraiment bien lire. Je pense que si vous recherchez une série fantastique Young Adult sans prise de tête, cette série pourrait vous plaire. Par contre, si vous recherchez quelque chose de vraiment original qui a une touche en plus que les autres romans, passez votre chemin…

Ma note: ♥♥

 

Nous sommes l’eau – Wally Lamb

Nombre de pages: 896 pages

Editeur: le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 13 janvier 2016

Résumé: 

Toute sa vie, Annie Oh a été terrifiée. Terrifiée à l’idée de tomber amoureuse ; de se dévoiler à Orion, son ex-mari psychologue; de ne pas être une bonne mère pour ses trois enfants ; de ne pas savoir soulager les colères de son fils, les angoisses de ses filles ; d’affronter le souvenir des drames qui ont dévasté son enfance.
Cette terreur, Annie a tenté de l’évacuer dans ses sculptures, ses tableaux chargés de rage.
Alors qu’elle s’apprête à se remarier avec Viveca, une galeriste new-yorkaise qui l’a rendue célèbre, la peur la saisit de nouveau. Comment avouer à celle qu’elle aime les raisons qui l’empêchent de célébrer leurs noces à Three Rivers? Comment lui révéler ce qui s’est passé dans cette ville, un soir de 1963 ?
Chaque jour qui sépare Annie et les siens du mariage les rapproche de vérités terribles, indicibles, qu’ils devront faire éclater pour tenter de renaître, enfin.

Mon avis: 

Un magnifique roman qui mêle passé-présent et où on suit une même histoire à travers le regard de plusieurs membres d’une même famille. J’ai aimé les chapitres racontés par les différents protagonistes et les différents sujets abordés dans ce roman. La culpabilité, le pardon, l’homosexualité, le racisme et la différence sont au cœur de ce roman à tiroirs que j’ai littéralement dévoré. La plume de Wally Lamb est fluide et il sait se mettre autant bien dans la peau des personnages féminins que masculins. Les dialogues sonnent juste et le roman ne souffre d’aucune longueur inutile, il s’agit pourtant d’une sacrée petite brique ! Bref, je suis heureuse d’avoir découvert cet auteur et compte bien lire ses autres romans!! Un énorme coup de cœur pour moi!

Ma note: ♥♥♥♥

 

Comme des Mohicans – Philip Taramarcaz [SP]

Nombre de pages: 228 pages

Editeur: Slatkine

Date de parution (dans cette édition): 1er avril 2020

Résumé: 

Tiraillé par la colère, la culpabilité et l’envie d’être ailleurs, le jeune Séraphin décide de fuir ses obligations de moine. De son côté, Guérin, fatigué des coups de ceinturon de son oncle, quitte son domicile.

Été 1874. L’orage menace sur le col du Simplon. Par une nuit sans lune, Séraphin, quinze ans, s’enfuit de l’hospice pour atteindre la vallée. En route, il fait la rencontre de Guérin, un adolescent décidé à rejoindre sa mère de l’autre côté de la montagne. Des Alpes valaisannes aux eaux boueuses du Mississippi, en passant par les faubourgs de Genève, Comme des Mohicans fait le récit d’une fuite placée sous le sceau d’une amitié indéfectible. Roman initiatique, il est aussi un face-à-face souvent tragique, parfois jubilatoire, avec le destin.

Voici le récit de deux âmes en fuite qui vont se lier pour partager leurs aventures.

Mon avis: 

Vous pourrez lire mon avis complet sur ce roman juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

Nos espérances – Anna Hope

Nombre de pages: 368 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 12 mars 2020

Résumé: 

Hannah, Cate et Lissa sont jeunes, impétueuses, inséparables. Dans le Londres des années 1990 en pleine mutation, elles vivent ensemble et partagent leurs points de vue sur l’art, l’activisme, l’amour et leur avenir, qu’elles envisagent avec gourmandise. Le vent de rébellion qui souffle sur le monde les inspire. Leur vie est électrique et pleine de promesses, leur amitié franche et généreuse.
Les années passent, et à trente-cinq ans, entre des carrières plus ou moins épanouissantes et des mariages chancelants, toutes trois sont insatisfaites et chacune convoite ce que les deux autres semblent posséder. Qu’est-il arrivé aux femmes qu’elles étaient supposées devenir?
Dans ce roman tout en nuances sur les différentes facettes de l’amitié au fil du temps, Anna Hope tisse avec élégance et délicatesse la vie de ces trois héroïnes contemporaines. Elle sonde les différentes façons de trouver son identité de femme, mais aussi de mère, de fille, d’épouse ou d’éternelle rebelle, et explore cet interstice entre les espérances et la réalité, cet espace si singulier fait de rêves, de désirs et de douleurs où se joue toute vie.

Mon avis: 

J’avais adoré les deux précédents romans de l’auteure qui se prenaient place dans le passé. Il s’agit là du premier roman « contemporain » de l’auteure et j’avais hâte de la découvrir dans ce genre-là. Quelle claque que ce roman! On pleure, on rit, on arrive vraiment à se mettre dans la peau des trois amies dont on apprend l’histoire à travers des flashbacks. Entre Lissa l’actrice, célibataire mais en manque d’amour, Hannah, mariée et heureuse en ménage mais anéantie par le fait qu’elle n’arrive pas à avoir un enfant et Cate, la plus rebelle des trois, qui est finalement la plus rangée car mariée et maman, exliée à la campagne et qui s’ennuie dans sa nouvelle vie. Elles sont toutes pleines de rêves et de regrets, chacune souhaiterait avoir ce que l’autre a et vice-versa. Une belle histoire d’amitié à travers les années, quand on sent que les chemins malgré tout et malgré nous commencent à se séparer… une histoire sur la vie tout simplement. Grandiose.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Philadelphia – Christopher Davis

Nombre de pages: 217 pages

Editeur: Ramsay Cinema

Date de parution (dans cette édition): 1994

Résumé: 

Andrew Beckett connaît la consécration de sa carrière quand le fondateur du plus prestigieux cabinet d’avocats de Philadelphie lui demande de faire partie de son équipe de Direction. Mais bientôt ses nouveaux associés apprennent qu’Andrew est atteint du Sida et n’hésitent pas à fabriquer de toute pièce une faute professionnelle pour justifier son licenciement. Déterminé à ne pas se laisser faire, Andrew qui se sait condamné par sa maladie, projette d’attaquer en justice son employeur. Seul contre tous, Andrew ne trouvera un allié dans la bataille juridique qui s’engage: Joe Miller, une jeune avocat noir qui, combattant ses propres préjugés, décide de lutter contre la peur du Sida, le rejet de la différence et l’injustice.

Mon avis: 

Je n’ai pas vu le film dont est tiré ce roman (oui car là il s’agit bien d’une adaptation du film au livre et pas l’inverse, ce qui est assez rare pour être spécifié!) mais j’en avais déjà entendu parler. J’ai bien aimé ce roman où le protagoniste, Andrew, jeune avocat de talent atteint du Sida doit se battre pour un licenciement abusif lié à sa maladie. On suit sa lente descente en enfer et sa santé qui se dégrade de page en page. A la fin du livre, je me suis dit qu’il aurait eu mieux fait de profiter de sa vie pendant qu’il était encore temps et ne pas perdre son temps ni s’abîmer encore plus la santé dans ce long procès. Orgueil, quand tu nous tiens…. J’ai également apprécié le personnage de Joe Miller, l’avocat noir qui décide de l’aider malgré sa peur de la maladie. Etant lui aussi victime d’injustice car il est noir, il ne peut que se mettre à la place d’Andrew et le prend sous son aile. Un roman émouvant.

Ma note: ♥♥

 

La dernière chasse – Jean-Christophe Grangé

Nombre de pages: 416 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 10 avril 2019

Résumé: 

En Forêt noire, la dernière chasse a commencé …

Et quand l’hallali sonnera, la bête immonde ne sera pas celle qu’on croit.

Mon avis: 

On retrouve dans ce roman le héros des rivières pourpres et je dois avouer que cela fait tellement longtemps que j’ai lu ce dernier que je ne me rappelais plus du tout de Niemans 😦 heureusement, l’auteur nous fait une petite piqûre de rappel en nous mettant par ci par là des éléments du passé déterminants pour comprendre ce livre-ci et les réactions de son héros. Niemans est un personnage torturé qui n’en fait qu’à sa tête et ne fie qu’à son instinct. Un flic à l’ancienne mode quoi. Cette fois-ci il est accompagné d’une jeune recrue, Ivana, qui essaie tant bien que mal de le contenir. Cette histoire de cadavres retrouvés lors de parties de chasse m’a beaucoup plu et son dénouement m’a surprise à plus d’un titre. Le fait que l’histoire prenne place à Freiburg-in-Breisgau m’a également ravie car c’est une région que je connais bien car nous y allons en principe chaque année en vacances (cette année à cause du virus nous n’avons malheureusement pas pu honorer notre tradition 😉 ) Bref, du très bon Grangé! J’ai hâte de lire « le jour des cendres » qui vient de sortir et qui est sa suite directe!

Ma note: ♥♥♥

 

La prisonnière du diable – Mireille Calmel

Nombre de pages: 416 pages

Editeur: XO

Date de parution (dans cette édition): 23 mai 2019

Résumé: 

Quand vengeance et sorcellerie s’entremêlent, seules demeurent la force et la passion

Mai 1494, en Égypte.

Une roue de pierre tourne, gardée par un ordre secret.

Lorsqu’elle s’arrête, le nom de celui qui doit mourir apparaît sur la tranche.

Celui dont le diable s’est emparé et qui sera exécuté par l’Ordre.

La volonté de Dieu…

Juin 1494, à Utelle, sur les hauteurs de Nice.

Hersande règne sur le sanctuaire de Notre-Dame.

Elle reçoit enfin le billet délivré par la roue.

Mais lorsqu’elle lit le message, elle vacille.

Jamais ce nom n’aurait dû apparaître…

Un thriller médiéval vertigineux…

… dans les flammes de l’enfer

Mon avis: 

Petite déception que ce roman de Mireille Calmel sur le thème de la sorcellerie. Je l’ai trouvé un peu bâclé à bien des égards. Certains éléments cruciaux ne sont pas assez approfondis alors qu’au contraire certaines scènes « banales » du quotidien, qui ne font pas avancer le schmilblick, traînent sur plusieurs pages, ce que j’ai trouvé un peu dommage. La fin est également un peu trop précipitée et « facile » à mon goût. Tout ça pour ça (!?) j’ai envie de dire!! Sinon j’aime toujours autant la plume de Mireille Calmel ce qui fait que j’ai quand même eu du plaisir en lisant ce roman car il se lit très vite et on se repère très vite dans les descriptions des lieux. Bon c’est vrai que la carte du village en début de roman aide aussi pas mal et j’ai trouvé cette idée ingénieuse. Pas un mauvais roman (de loin pas!) mais l’auteure m’avait habituée à mieux… En fait, je crois que je préfère ses formats « séries » et pas ses « one-shot » que je trouve un peu trop vite expédiés (j’avais eu ce même sentiment en lisant la rivière des âmes). Lorsque l’histoire est étalée sur plusieurs tomes je trouve qu’elle s’en sort beaucoup mieux car elle a vraiment le temps de mettre en place tous les éléments.

Ma note: ♥♥

 

Suicide Caustique – Anne Carecchio [SP]

Nombre de pages: 156 pages

Editeur: Slatkine

Date de parution (dans cette édition): 8 avril 2020

Résumé: 

Malade devenue médecin, Anne Carecchio livre un témoignage bouleversant sur le trouble qu’elle a connu.

Je suis chirurgien digestif.
Une maladie psychiatrique, contre toute attente, a sérieusement entaché le cours de mon existence. Celui de mon entourage aussi.
L’anorexie-boulimie, maladie honteuse, a failli tout foutre en l’air. Moi, le dictateur. Ceux que j’aimais, mes victimes. Elle n’a préservé que ceux que je soignais. Ces derniers m’ont maintenue à flot.
Dans un moment de profond désarroi, j’ai retrouvé un texte commencé il y a une quinzaine d’années. Un texte simple, cru et violent sur une maladie qui avait déjà anéanti ce qui aurait dû être les plus belles années de ma vie. Un texte écrit dans l’urgence.
J’ai tenu à le terminer, aujourd’hui, quinze ans après, avec une approche et surtout un regard très différents, puisque, dans l’intervalle, j’ai réussi à quitter l’obscurité de la maladie.
Je voulais donner un message d’espoir à toutes celles et ceux atteints de ce trouble du comportement alimentaire dévastateur. Après lui, il y a la vie.

Voici l’histoire d’une rédemption.

Mon avis: 

Vous pouvez lire mon avis complet sur ce roman juste ici 🙂

Ma note: ♥♥

 

Table pour trois à New York – Elie Bernheim [SP]

Nombre de pages: 290 pages

Editeur: Slatkine

Date de parution (dans cette édition): 8 avril 2020

Résumé: 

Fraichement installé à New York avec Norah et leurs deux enfants, Gabriel n’est plus que l’ombre de lui-même…

Elle sait tout de lui…
Il a son jardin secret…
Elle ne devrait pas se fier aux apparences…

Gabriel et Norah s’aiment depuis dix ans. Il est l’étoile montante de la gastronomie française – elle est une talentueuse trompettiste. Parallèlement à leurs carrières, ils ont édifié une forteresse de tendresse et d’amour autour de leurs deux enfants. Une vie parfaite… ou presque…

Pourquoi Alicia, la sous cheffe de Gabriel, est-elle également du voyage ?

Mon avis: 

Vous pouvez lire mon avis complet sur ce roman juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Ce que tu as fait de moi – Karine Giebel

Nombre de pages:  522 pages

Editeur: Belfond

Date de parution (dans cette édition): 21 novembre 2019

Résumé: 

Personne n’est assez fort pour la vivre.
Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie…
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.

Mon avis: 

Quelle déception pour moi que ce roman !! Je n’avais jamais lu de livre de cette auteure dont j’avais entendu le plus grand bien. Et bien je dois dire que ma première incursion dans son univers ne m’a pas du tout séduite car j’ai trouvé ce roman lourd, long et agaçant au possible. Cette histoire de relation abusive (mais pas vraiment…) entre un chef de la police et l’une de ses lieutenants n’a vraiment pas su me séduire tant les personnages m’ont agacée. Entre la jeune femme qui est tour à tour victime et bourreau (elle se dit abusée mais en fait elle aime ça) et son patron qui alterne les phases de lucidité et de folie, j’ai vraiment eu de la peine à aller jusqu’au bout mais j’avais tout de même envie de connaître la fin…. qui m’a laissée de marbre ! J’espère que l’autre roman de cette auteur que j’ai encore dans ma pile à lire « toutes blessent, la dernière tue » me plaira davantage car sinon je ne pense pas retenter l’expérience ! Dommage…

Ma note:

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de mai 2020 🙂 et vous, vous avez lu quoi ?

A tout bientôt et surtout, prenez soin de vous !

logo Badgeekette

[SP] J’ai lu: Table pour trois à New York d’Elie Bernheim

Hello à tous!

Ce mois a été riche en services presse (et j’en suis ravie car j’adore découvrir de nouveaux auteurs!) car j’ai reçu le premier roman d’Elie Bernheim, Table pour trois à New York, de la part des Editions Slatkine.

Quelques mots sur l’auteur: Né en 1980 à Genève, Elie Bernheim est diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne et dirige aujourd’hui l’entreprise Raymond Weil, fondée par son grand-père en 1976. Il est passionné par la gastronomie et la musique, les deux thèmes principaux de son premier roman, bien représentés à travers le couple Gabriel-Norah.

 

Nombre de pages: 288 pages

Editeur: Editions Slatkine

Date de parution: avril 2020

Résumé:

Gabriel, restaurateur parisien, décide de donner un tournant à sa vie en déménageant à New York où il souhaite développer un nouveau concept de restaurant. Sa femme, Norah, trompettiste de talent, accepte de le suivre avec leurs deux enfants. Il met également dans ses valises la jolie Alicia, complice de toujours en cuisine. Quand Norah découvre que son mari lui cache des choses, elle essaie de comprendre comment ils ont pu en arriver là, elle qui croyait leur vie parfaite…. le doute s’insinue dans leur couple, sournoisement…

Mon avis:

L’auteur nous met volontairement sur de mauvaises pistes et sème le doute par ci par là. J’ai bien aimé le fait que les chapitres soient sous forme de « journal intime » ce qui fait qu’on a le récit de chaque personnage pour les mêmes dates, ce qui nous permet de confronter leurs expériences et leur ressenti. 

Les chapitres sont donc partagés entre les points de vue des différents protagonistes, ce qui fait que chaque chapitre nous fait avancer dans le récit pour nous rapprocher de la vérité et reconstituer le puzzle.

On suit donc alternativement Gabriel (bien entendu), Norah (sa femme), Alicia (une cuisinière du restaurant de Gabriel et proche amie) et Charles, l’oncle de Gabriel qui a recueilli celui-ci à l’âge de 12 ans quand il a perdu ses deux parents suite à un accident.

Charles et sa femme Rachel vivent à New York et cette ville est donc pleine de souvenirs pour Gabriel, qui a besoin de se rapprocher des gens qui lui sont chers, ce qui a motivé son choix de déménager là-bas.

Gabriel est un personnage complexe, tiraillé par l’envie de tout réussir, sa vie amoureuse, sa vie professionnelle et son rôle de père. Il a une inextinguible soif de vivre et a peur de décevoir les gens qu’il aime.

Tous les personnages sont attachants de par leurs doutes et questionnements. Mention spéciale à Norah, la femme de Gabriel, que j’ai trouvée très digne durant toute l’histoire ainsi qu’à Charles,  vieil homme fou amoureux de sa femme et qui aime Gabriel comme un fils (qu’il n’a jamais eu).  Les passages le concernant sont emplis de sensibilité, très bien retranscrite par l’auteur, qui m’ont fait monter à plusieurs reprises les larmes aux yeux.

L’écriture est fluide et les chapitres sont courts, ce qui donne toujours envie d’en lire un de plus, un roman addictif impossible à lâcher!

Résultat des courses: je l’ai terminé en un peu moins de 2h! 🙂

Il est difficile pour moi de vous en dire plus sans vous spoiler (et si vous me connaissez vous savez que je détesterais le faire, j’espère toujours ne pas trop en dire pour vous laisser la surprise).

En résumé: un excellent premier roman que j’ai dévoré, écrit avec tendresse et délicatesse.

Foncez en librairie découvrir cette nouvelle plume, c’est un coup de cœur pour moi !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Un grand merci aux Editions Slatkine pour l’envoi de ce SP!

 

Bilan de mes lectures du mois d’avril 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’avril 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour les enfants de l’avenir, la photo ainsi que le résumé sont de mon cru 😉

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

L’affaire Clara Miller – Olivier Bal

Nombre de pages: 493 pages

Editeur: XO

Date de parution (dans cette édition): 12 mars 2020

Résumé: 

Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte un nom : le lac aux suicidées.

Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.

Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.

L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.

Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac ?

Mon avis: 

Je dois l’avouer, j’ai été pour le moins déçue de ce thriller qui pour moi n’en est pas vraiment un. On y suit un journaliste, Green, travaillant dans un petit journal, obsédé par la mort de Clara Miller dont il était amoureux lors de ses études. Il va alors mener son enquête (même si finalement, il n’a qu’un seul suspect, un riche chanteur qui a une propriété juste à côté du lac où a été retrouvé le cadavre de Clara, du coup ça tourne un peu en rond et on sais plus ou moins dès le début qui a fait le coup en somme). J’ai été déçue car j’avais entendu tant de bien sur ce roman et j’aurais vraiment voulu l’adorer. J’ai aimé l’écriture fluide de l’auteur, le livre se dévore de bout en bout. La forme est super chouette mais le fond manque un peu de texture pour moi. Je n’ai réussi à m’attacher à aucun personnage (ni Green et encore moins Clara) ce que je trouve dommage. La paranoïa, la drogue et la dépression sont au cœur de ce roman « policier » plutôt psychologique vu que tous les protagonistes ont des problèmes de cet ordre-là. Je me réjouis toutefois de lire les autres romans de cet auteur car j’ai aimé sa plume. Simplement, j’attendais plus de ce roman encensé par la critique.

Ma note: ♥♥(♥)

 

Les enfants de l’avenir – Cynthia Jhaveri

Nombre de pages: 111 pages

Editeur: Editions Eclectica

Date de parution (dans cette édition):  mars 2020

Résumé: 

L’histoire prend place à Lifeland, un monde où les habitants sont forcés de se marier jeunes et de faire 4 enfants pour « repeupler » la terre. Les familles sont choyées et leur vie est douce, comme dans une bulle de coton. Kara, jeune femme qui refuse ce destin qui lui est imposé, s’enfuit et rejoint un groupe de rebelles qui a élu domicile dans la forêt. Elle fera également la connaissance de Hawk, un beau « chasseur » sensée la ramener sur le droit chemin et Cory, jeune homme qui comme elle s’oppose à la dictature.

Mon avis: 

Vous retrouverez mon avis complet sur ce roman juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥

 

La terre des morts – Jean-Christophe Grangé

Nombre de pages: 560 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2018

Résumé: 

Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.

Mon avis: 

Après avoir lu l’affaire Clara Miller d’Olivier Bal (voir ma critique plus haut)et ma semi-déception, j’ai eu envie de lire un vrai thriller noir et là je dois dire que j’ai été servie ! Comme à son habitude, Jean-Christophe nous emmène dans les méandres de la noirceur de l’esprit humain et nous ballade jusqu’à un final surprenant. Là pour le coup j’ai beaucoup aimé le principal protagoniste, Corso, flic qui se fie à son instinct. J’ai adoré aussi sa coéquipière, maline et intelligente, un peu borderline elle aussi mais pleine de ressources. Difficile de trop vous parler de l’intrigue sans en dire trop (et ça serait dommage), sachez juste que ce roman vous tiendra en haleine du début à la fin et qu’il vous laissera un petit goût de malaise au fond de la gorge …

Ma note: ♥♥♥♥

 

Pactum Salis – Olivier Bourdeaut

Nombre de pages: 256 pages

Editeur: Finitude

Date de parution (dans cette édition): 4 janvier 2018

Résumé: 

Très improbable, cette amitié entre un paludier misanthrope, ex-Parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, prêt à tout pour « réussir ». Le premier mène une vie quasi monacale, déconnecté avec bonheur de toute technologie, tandis que le second gare avec fierté sa Porsche devant les boîtes de nuit.

Liés à la fois par une promesse absurde et par une fascination réciproque, ils vont passer une semaine à tenter de s’apprivoiser, au coeur des marais salants.

Mon avis: 

Ce livre, qui raconte l’improbable rencontre entre un agent immobilier sûr de lui, riche et imbu de lui-même et un homme qui cultive du sel à Guérande et qui vit une vie d’ascète, était plaisant à lire mais un peu agaçant par bien des aspects. On suit la vie des deux protagonistes avant leur rencontre (ce qui n’apporte pas grand chose au livre en soi) et ensuite quand ils se confrontent enfin, c’est un peu « je t’aime moi non plus ». Une amitié (qui n’en est pas vraiment une) naît entre ces deux hommes que tout oppose, même si la jalousie et le ressentiment pointent toujours le bout de leur nez. Un roman sympa à lire mais qui ne m’a pas non plus laissé un souvenir impérissable.

Ma note: ♥♥

 

Cogito – Victor Dixen

Nombre de pages: 566 pages

Editeur: R-Jeunes adultes

Date de parution (dans cette édition): 29 mai 2019

Résumé: 

Un don du ciel…

Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.

…ou un pacte avec le diable ?

Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?

Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.
L’ultime frontière sera notre cerveau.

Mon avis: 

Un roman d’anticipation qui fait beaucoup réfléchir aux avancées technologiques actuelles. Dans un monde où la plupart des humains sont remplacés par des robots qui font leur travail à leur place, la colère gronde et les inégalités sont légion. Quand Roxane est retenue pour faire un stage pour se faire « injecter » des connaissances en vue d’obtenir son BAC, elle prend ça comme une revanche sur la vie qui ne lui a jamais fait de cadeaux…. sur place, elle est mêlée à un groupe de jeunes personnes qui ne font pas du tout partie de la même classe sociale qu’elle, ce qui la rend déjà mal à l’aise et elle va vite se rendre compte que la situation n’est plus vraiment sous contrôle… . Un roman sur les risques à vouloir aller toujours plus loin, quitte à se faire contrôler soi-même par une puissance qu’on ne maîtrise pas… Un chouette roman qui se lit très vite mais je l’ai trouvé un peu trop jeunesse à mon goût ! (bon j’ai 34 ans aussi donc ceci explique cela 😉 ) Cela dit, j’aime toujours autant la plume de Victor Dixen et me réjouis de lire Extincta 🙂

Ma note: ♥♥♥

 

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles – Suzanne Hayes & Loretta Nyhan

Nombre de pages: 416 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 18 juin 2015

Résumé: 

Deux femmes que tout sépare nouent une relation d’amitié extraordinaire au fil de la plume, et racontent ainsi leur Seconde Guerre mondiale.

États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d’un petit garçon, souffre de l’absence de son mari, parti au front, de l’autre côté de l’Atlantique. À des centaines de kilomètres d’elle, Rita, femme et mère de soldat également, n’a pour compagnie que la fiancée de son fils.
Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l’attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Mon avis: 

J’avais envie de lire un roman feel good et j’ai pioché celui-ci dans mon énorme pile à lire, un peu au hasard. Il s’agit d’un roman épistolaire donc qui est raconté sous forme de correspondance entre deux femmes lors de la Seconde Guerre Mondiale. Glory, mère de deux jeunes enfants avec un mari au front et Rita, plus âgée, donc le mari est également engagé à la guerre. J’ai trouvé leurs échanges de lettres et de recettes de cuisine savoureux et j’ai vraiment dévoré ce livre. Elles doivent les deux être fortes et faire face aux ravages de la guerre mais elles arrivent toujours à voir du positif dans leur situation et à se tourner en dérision pour dédramatiser. Un roman, finalement assez dramatique mais qui m’a fait vraiment du bien durant ce confinement. Ce roman, avec ses personnages de femmes fortes qui relèvent toujours la tête est exactement ce dont j’avais besoin au moment où je l’ai lu.

Ma note: ♥♥♥♥

 

L’épouse de bois – Terri Windling

Nombre de pages: 309 pages

Editeur: Les moutons électriques

Date de parution (dans cette édition): 3 mai 2018

Résumé: 

Maggie Black est écrivain, auteur d’études sur des poètes. Elle apprend qu’un de ses plus anciens correspondants, Davis Cooper, vient de mourir en lui laissant tous ses biens en héritage. Maggie décide d’aller s’installer dans l’ancienne maison de Cooper, pour enfin s’atteler à la rédaction d’une biographie du grand écrivain. Mais elle n’avait pas prévu que Cooper habitait en plein désert, dans les montagnes de l’Arizona (près de Tucson). Là, la vie n’a pas le même rythme qu’ailleurs. Les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds…

Pourquoi Cooper est-il mort noyé dans un lit de rivière asséché ? Pourquoi des coyotes rôdent-ils autour de sa maison ? Qui est l’étrange fille-lapin qui s’abrite sous les grands cactus ? La magie de ces collines désertiques est puissante, Maggie Black devra prendre garde à ne pas y perdre la raison ― ou la vie.

Mon avis: 

Mon gros coup de cœur du mois d’avril ! On y suit Maggie Black, poète et journaliste qui hérite de la maison d’un vieux poète, Davis Cooper, qui a fini sa vie en ermite dans le désert. Là-bas, elle va faire la connaissance de personnages hauts en couleur, et des phénomènes extraordinaires vont commencer à se produire, faisant douter Maggie de santé mentale, ce lieu est-il en train de la rendre folle? J’ai aimé ce mélange de légendes et de magie shamanique et je me suis vraiment fait emporter par ce roman qui se lit très vite et surtout très facilement. Je ne veux pas vous en dire plus pour ne pas vous spoiler mais je ne peux que vous recommander ce livre qui vous fera voyager et rêver.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Feed tome III – Red Flag – Mira Grant

Nombre de pages: 768 pages

Editeur: folio

Date de parution (dans cette édition): 29 janvier 2015

Résumé: 

Plus que jamais hanté par sa soeur Georgia, Shaun Mason doit aussi faire face au poids de la culpabilité : n’est-ce pas son entêtement à faire éclater la vérité qui a poussé ses ennemis à utiliser le virus à grande échelle et à transformer la Floride en un no man’s land infesté de zombies ? Mais à présent qu’il est immunisé, il compte bien aller jusqu’au bout de son enquête et révéler au grand jour le complot qui semble toucher les plus hautes sphères de l’Etat. Red Flag, qui conclut brillamment la trilogie Feed, est à la fois une fable grinçante sur le journalisme et la politique, une ode à la culture geek, un thriller conspirationniste… Et bien plus encore !

Mon avis: 

Vous savez si vous me suivez depuis un petit moment que j’avais adoré les deux premiers tomes de cette trilogie. J’avoue que j’étais un peu réticente à l’idée de lire ce dernier tome car je savais que cela clôturerait définitivement cette saga et j’avais envie de faire durer le plaisir. Ce tome 3 ne m’a vraiment plu et apporte la seule réponse possible au virus (celui qui fait se relever les morts en zombie). Bref, un très bon roman de Science-Fiction/Dystopie avec des personnages attachants (et l’auteure ne nous épargne pas dans les trois tomes, elle fait mourir à tour de bras des personnages qu’on adore grr!) et un rythme hyper soutenu. Même si les trois tomes sont des petits pavés, ils se lisent vraiment rapidement car on alterne les points de vue des différents principaux protagonistes et cela maintient toujours le suspens. La trilogie Feed gardera pour toujours une place de choix dans ma bibliothèque 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’avril 2020 🙂 et vous, vous avez lu quoi ?

A tout bientôt et surtout, prenez soin de vous !

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de mars 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de mars 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Seule la haine – David Ruiz Martin [SP]

Seule la haine

Nombre de pages: 240 pages

Editeur: Editions Nouvelle Bibliothèque

Date de parution (dans cette édition): 10 février 2020

Résumé: 

Elliot est intelligent. Elliot est sensible. Elliot a quinze ans aujourd’hui. Elliot a tout pour être heureux. Mais Elliot a vécu un drame. Elliot est dévasté. Elliot cherche des réponses… alors Elliot s’est pointé avec un flingue chargé. Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet. Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur : Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède : celle de s’en sortir, à tout prix…

Mon avis: 

Vous trouverez mon avis complet juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Volée noire – Meg Corbyn tome 2 – Anne Bishop

Volée noire Meg Corbyn tome 2

Nombre de pages: 408 pages

Editeur: Milady

Date de parution (dans cette édition): 15 avril 2015

Résumé: 

Grâce à son don de clairvoyance, Meg Corbyn a gagné sa place auprès des dangereux terra indigene de Lakeside. Lorsque l’apparition d’une nouvelle drogue violente et addictive remet en cause le pacte fragile entre Autres et humains, la petite ville est de nouveau plongée dans la tourmente. Les aptitudes de Meg devraient permettre à Simon Wolfgard, dirigeant métamorphe de l’enclos, d’éviter un bain de sang. Mais encore faut-il pouvoir déchiffrer ses visions à temps. D’autant que l’homme qui veut récupérer la prophétesse se rapproche, mettant en péril les vies de tous ceux qui la considèrent à présent comme l’une des leurs.

Mon avis: 

J’avais hâte de me replonger dans l’univers imaginé par Anne Bishop, tant il est riche, bien construit et cohérent. J’ai aimé faire plus ample connaissance avec Meg Corbyn et je l’ai trouvée encore plus attachante. Sa relation avec Simon Wolfgard évolue de plus en plus et je dois dire que ce n’est pas pour me déplaire !! 🙂 Comme pour le premier tome, j’adore toujours autant les interactions entre les personnages, les différents groupes (les vampires, les métamorphes, les élémentaires, et les humains bien sûr) et je trouve les idées de l’auteure toujours originales et inédites. Je vais essayer de lire très vite le tome 3 car j’ai hâte de connaître la suite !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le cirque des rêves – Erin Morgenstern

le cirque des rêves

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 3 septembre 2015

Résumé: 

Il est arrivé comme par enchantement, dressant sous le ciel étoilé ses chapiteaux noir et blanc : Le Cirque des rêves.
Approchez, Mesdames et Messieurs, petits et grands, entrez ! Ici se déroule plus que tours et acrobaties. Sous vos yeux ébahis, la véritable magie est à l’œuvre : deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance. Voués à se mesurer dans le plus prodigieux des défis, ils sont adversaires. Mais entre eux, une magie plus grande opère, celle de l’amour.
Une passion ensorcelante qui pourrait leur être fatale…

Mon avis: 

J’avais entendu beaucoup de bien à propos de ce roman et je dois dire que cela faisait plusieurs années qu’il dormait dans ma pile à lire. En fait j’avais peur d’en attendre trop et d’être déçue. Et bien, pas du tout ! Je me suis laissée embarquée par cette histoire de cirque itinérant où les spectacles sont vraiment magiques et où deux jeunes personnes sont liées par un concours lancé par leur mentor. Celia et Marco, ces fameux jeunes magiciens, vont devoir rivaliser de créativité et de virtuosité afin de gagner ce fameux concours… mais l’amour s’en mêle… j’ai vraiment aimé tous les personnages de ce roman et l’aura mystérieuse entourant le cirque 🙂 Ce roman m’a fait rêver et voyager et je crois que c’était bien son but 🙂 une pépite à découvrir !

Ma note: ♥♥♥♥

 

La tempête des échos – la passe-miroir tome 4 – Christelle Dabos

la tempête des échos, la passe-miroir tome 4

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 28 novembre 2019

Résumé: 

Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants : Babel, le Pôle, Anima… aucune arche n’est épargnée. Pour éviter l’anéantissement total, il faut trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble ? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s’engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes.

Mon avis: 

Voilà enfin le dernier tome de la saga la passe-miroir. J’avais beaucoup aimé les tomes 2 et 3 (même si le tome 2 reste mon préféré), après un tome 1 qui m’avait plu mais m’avais laissée pour le moins dubitative à des moments. Ce tome 4 m’a un peu déçue de par le fait que j’ai trouvé très long l’internement volontaire d’Ophélie dans cet institut qui étudie les échos. Je pense que cette partie aurait pu être bien raccourcie. De plus, j’ai trouvé dommage qu’on ne voie plus ou presque plus les autres protagonistes des autres romans (Archibald, Berenilde, etc.). J’aurais aimé que l’auteure nous fasse découvrir les autres arches et pas seulement Anima, le Pôle et Babel. Le point positif est la relation entre Ophélie et Thorn qui s’intensifie, ils apprennent à s’aimer et à se faire confiance, chose que j’attendais depuis la fin du tome 1 (même si c’était pas gagné, je vous rappelle que c’était un mariage arrangé à la base!). Bref, j’ai aimé ce dernier tome, qui clôture tout de même bien la saga (mais en laissant bien des portes ouvertes) mais j’aurais voulu que certains passages soient raccourcis et d’autres plus étoffés ! Une série que je recommande toutefois si vous aimez le genre fantastique.

Ma note: ♥♥♥

 

Souvenirs de mamans – The promised Neverland – Kaiu Shirai

souvenirs de mamans the promised neverland

Nombre de pages: 176 pages

Editeur: Kazé Manga

Date de parution (dans cette édition): 5 février 2020

Résumé: 

La nuit de l’évasion, tandis que Grace Field brûle, des morceaux de papier volètent dans le ciel nocturne. Tout en les contemplant, Isabella se souvient d’un petit garçon… De son côté, soeur Krone, au seuil de la mort, repense à ses jours d’insouciance à l’orphelinat, avant que son existence ne prenne un tout autre sens. Découvrez dans ce deuxième roman le secret de la naissance d’Isabella, la redoutable Maman qui entravera le destin d’Emma et de ses amis !

Mon avis: 

Comme pour la lettre de Norman que j’ai lu il y a quelques mois, ce nouveau roman est un bon complément à la série Manga que j’adore, The Promised Neverland. On y comprend un peu mieux comment Maman et Sœur Krone sont devenues ce qu’elles sont et on arrive même à s’apitoyer sur leur sort. Vous pouvez très bien vous passer de ce roman (vous comprendrez très bien le manga quand même), mais il vous apportera des informations inédites et complémentaires au manga et j’ai trouvé ça vraiment chouette. J’ai bien aimé ma lecture !

Ma note: ♥♥

 

Coupable ? – Laurent Loison [SP]

Coupable

Nombre de pages: 349 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 6 février 2020

Résumé: 

Garges-Les-Gonesse, France – Un jeune voyou est prêt à tout pour intégrer le gang des Frères de Sang. Pour prouver son courage, il décide de cambrioler le pavillon d’un ancien légionnaire. Tout ne se passe pas comme prévu.
Scottsdale, Arizona – À la suite d’un cambriolage qui tourne au drame, un père de famille succombe à ses blessures. Sa femme est prête à tout pour faire condamner à mort le coupable. Une lutte sans merci s’engage entre la veuve déterminée à obtenir justice et la jeune avocate qui veut sauver son client.
Quel est le lien entre ces deux affaires, ces deux destins brisés ? Les intrigues s’entrecroisent et s’emmêlent dans une surenchère de rebondissements et de coups bas bien tordus.
Un vrai polar à la française. Éparpillé façon puzzle.

Mon avis: 

Vous pourrez retrouver mon avis complet juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de mars 2020 🙂 et vous, vous avez lu quoi ?

A tout bientôt et surtout, prenez soin de vous !

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de février 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de février 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 10

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Rage – à l’école de l’enfer – Stephen King (Richard Bachman)

Nombre de pages: 249 pages

Editeur: J’ai lu

Date de parution (dans cette édition): 4 janvier 1999

Résumé: 

Un beau jour de mai, Charlie Decker, lycéen, est demandé au bureau du principal, qui discute avec lui de son agression sur un professeur qu’il a gravement blessé deux mois auparavant. Charlie provoque volontairement le principal, qui lui promet le renvoi. Avant de revenir en classe, Charlie prend un pistolet dans son casier, auquel il met le feu, et tue sans préavis sa professeur de mathématiques, Madame Underwood, prenant le reste de sa classe en otage. L’alerte au feu est déclenchée et Charlie tue un autre professeur venu voir ce qui se passait. Alors que la police arrive sur les lieux, Charlie commence une sorte de psychothérapie de groupe avec les autres élèves, parlant de son passé et notamment de ses rapports avec un père abusif et poussant les autres à confesser des secrets ou des expériences qu’ils gardaient pour eux. La plupart des lycéens retenus, sauf Ted Jones, commencent alors à se prêter au jeu, présentant les symptômes du syndrome de Stockholm.

Mon avis: 

On assiste impuissants à la montée en puissance de la violence dans la tête de cet adolescent instable. On sait qu’à un moment ça va déraper, reste juste à savoir quand. La fin m’a quand même dérangée car finalement en plus d’avoir tué des professeurs, il détruit la vie d’au moins 2 de ces camarades de classe en faisant participer les autres élèves. Ce roman se lit très vite mais ne m’a pas particulièrement plu, tant dans le fond que la forme.

Ma note:

 

Comme des bleus – Marie Talvat et Alex Laloue

Nombre de pages: 320 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 11 avril 2019

Résumé: 

Paris, novembre 2016. Une scène de crime à écœurer le plus rompu des flics… Une jeune femme a été méthodiquement éventrée. Arsène Galien, dernière recrue du 36, vit là sa première affaire d’importance. Et tout serait plus simple si la voisine de la victime, une jeune journaliste en herbe, n’était pas si craquante… Outre un désir palpable, ces deux-là partagent ce sentiment d’imposture propre à leur génération, celle qu’on appelle « Y », et une certaine propension à faire du zèle. De quoi embrouiller toute l’enquête, tête baissée dans tous les pièges – comme des bleu….

Mon avis: 

J’avais vraiment hâte de découvrir la plume de Marie Talvat que je suis depuis de nombreuses années via sa chaîne YouTube. Alors si le roman se lit très rapidement et le style est plaisant, j’ai trouvé la romance beaucoup trop présente dans l’histoire, reléguant le crime au second voire 3ème plan. Pauvre victime ! Finalement elle n’est qu’un prétexte pour le rapprochement des deux héros de l’histoire. Bon au moins on aura compris à force qu’on nous le répète que les deux héros sont beaux et ne pensent qu’à l’un et l’autre. Bref, la fin est retombée comme un soufflé et j’ai vraiment eu l’impression qu’on m’a vendu une (pas trop bonne) romance sous le couvert d’un thriller. Je suis déçue !

Ma note:

 

Sur la route de Madison – Robert James Walker

Nombre de pages: 192 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 29 août 2011

Résumé: 

Francesca Johnson, fermière de l’Iowa, était seule cette semaine-là ; son mari et ses enfants s’étaient rendus en ville pour la foire agricole. Sa rencontre avec Robert Kincaid, écrivain-reporter qui photographiait les ponts du comté de Madison, eut lieu au cours de l’été 1965. Dès leur premier regard, ils surent qu’ils étaient faits l’un pour l’autre de toute éternité. Ils ne disposaient que de quelques jours pour se connaître, s’aimer et vivre une vie entière de passion silencieuse, avide et sans espoir.

Mon avis: 

Il s’agit là d’un classique de la littérature, surtout connu pour son adaptation cinématographique. Je n’avais pas vu le film et je ne savais rien de l’histoire avant d’ouvrir ce livre. C’est une jolie histoire d’amour mais rien qui ne me laissera un souvenir impérissable. Je trouve dommage qu’ils n’aient pas eu le courage de vivre leur amour au grand jour et décident de vivre leur vie séparés, alors qu’il s’était trouvés…. une jolie romance !

Ma note:

 

Marie d’en haut – Agnès Ledig

Nombre de pages: 320 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 juin 2012

Résumé: 

À 30 ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n’hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre explicitement qu’il n’est pas le bienvenu.
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C’est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie.
Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L’enjeu ? Le cœur de Marie.

Mon avis: 

Un joli roman (comme tous les livres de cette auteure) qu’on lit d’une traite. J’ai aimé le personnage de femme forte de Marie et tous les protagonistes sont attachants. J’ai trouvé ce roman moins triste que les autres que j’avais déjà lus de cette auteure (pars avec lui etc.) et je dois dire que j’en était contente ! L’émotion était quand même là mais pas la boule dans la gorge à chaque tournant de page ! Un vrai roman feel good comme je les aime, j’aimerais tellement avoir un meilleur ami comme Antoine !! 🙂

Ma note:

 

En finir avec Eddy Bellegueule – Edouard Louis

Nombre de pages: 216 pages

Editeur: Points

Date de parution (dans cette édition): 2015

Résumé: 

En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

Mon avis: 

Bon et bien je dois dire que j’avais acheté ce livre car il avait fait pas mal de bruit à sa sortie. On y suit le jeune Eddy Bellegueule et ses déboires avec les filles, les garçons et son appartenance à la classe moyenne dont il aimerait s’extraire. Un roman sur l’acceptation de soi et le mal-être adolescent. Je pense que l’auteur s’est largement si pas complètement inspiré de sa vie pour écrire ce roman et cela se ressent. Le livre se lit très vite, j’aimerais vraiment découvrir la plume de l’auteur dans un auteur registre, moins personnel peut-être, car j’ai vraiment apprécié son style sans chichis:)

Ma note: ♥♥

 

La Chambre des Merveilles – Julien Sandrel

Nombre de pages: 312 pages

Editeur: Le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 27 mars 2019

Résumé: 

Louis a douze ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, sûrement encore à son travail. Alors il part avec son skate, fâché et déçu, et traverse la rue à toute vitesse. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre.
Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a répertorié toutes les expériences qu’il aimerait vivre un jour : la liste de ses « merveilles ». Thelma prend une décision : une par une, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Et les lui raconter. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Mon avis: 

En tant que maman, je dois dire qu’il a été difficile à des moments de lire ce roman. Dès les premières pages on est plongés dans le désespoir d’une mère solo qui doit jongler entre sa vie professionnelle où elle doit toujours en faire plus que les autres (et plus que les hommes en l’occurrence) et l’éducation de son fils préadolescent à qui il arrive un grave accident. J’ai aimé le fait que la jeune femme envoie ensuite tout balader pour se consacrer à son fils et à l’accomplissement des rêves de celui-ci afin de pour pouvoir lui raconter. Cependant, j’ai trouvé le roman un poil court et la fin m’a déçue car je n’ai pas vraiment ressenti l’émotion que j’aurais dû normalement ressentir 😦 je m’attendais à autre chose ! j’ai bien aimé ma lecture mais ce n’est malheureusement pas un coup de cœur.

Ma note: ♥(♥)

 

Sorcières – la puissance invaincue des femmes – Mona Chollet

Nombre de pages: 240 pages

Editeur: Zones

Date de parution (dans cette édition): 13 septembre 2018

Résumé: 

Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante –; puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant –; puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Mon avis: 

J’ai adoré ce documentaire sur les persécutions que les femmes ont subis et continuent à subir à travers les âges, j’ai reconnu encore beaucoup de pratiques toujours en cours aujourd’hui. Ce livre devrait être mis dans toutes les mains (surtout celle des hommes) afin de contrer ce patriarcat qui a fait son temps. Deux mots : Girl Power !

Ma note: ♥♥

 

Ambre – Maxime Chattam

Nombre de pages: 192 pages

Editeur: Le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 9 mai 2018

Résumé: 

Ambre Caldero vit dans un mobil-home au milieu  des bois. Sa mère n’est jamais là, préférant fuir.
Son beau-père ne s’intéresse qu’au bowling. Mais elle  a la lecture. Chaque page est une petite victoire  sur la réalité, chaque roman, une nouvelle vie  qui lui redonne de l’espoir.
Lorsque Ambre comprend qu’elle est la seule  à s’intéresser aux étranges disparitions qui frappent Carson Mills, son meilleur allié devient son pire ennemi. L’explication de tous ces mystères serait-elle fantastique ? Ou son imagination lui jouerait-elle  des tours ?

Histoire inédite, Ambre révèle le passé d’un personnage devenu célèbre à travers la saga Autre-Monde, dont ce texte constitue une parfaite introduction.

Mon avis: 

J’étais heureuse de retrouver l’un des trois personnages principaux d’Autre-Monde, série que j’avais adorée ! Il est vrai qu’on en savait moins sur Ambre que sur les deux autres protagonistes, du coup je trouve que c’est un bon complément à la saga. J’étais sûre qu’Ambre venait d’une famille aisée et plutôt des quartiers chics et en fait pas du tout, elle vit dans une caravane avec sa mètre dépassée par les événements et un beau-père plus que douteux. De plus, le parallèle intelligent qu’a fait Maxime Chattam entre le « monstre » que voit Ambre et son beau-père, vu comme un prédateur susceptible d’abuser d’elle est très bien maîtrisé. De plus, la recette des ventes de ce roman était reversée à l’UNICEF, donc que demande le peuple ? Bravo M. Chattam pour ce beau geste !

Ma note:

 

L’Affaire Louise Carter – Xavier Pietri [SP]

Nombre de pages: 268 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 16 janvier 2020

Résumé: 

Que se joue-t-il dans la vente d’une maison de famille ?
Entre fantômes et souvenirs, une poésie de la mémoire et de la métamorphose.

Tristan, jeune expatrié aux États-Unis, est de retour en France pour profiter d’un dernier été à l’Alabrena, la maison de sa famille. Il le sait, il lui sera difficile de s’en séparer. Mais, cet été-là, c’est tout l’univers qui semble être contrarié…
Tout commence avec Jehan, énigmatique visiteur qui distille d’étonnantes révélations sur la maison et ressuscite des conversations surprenantes avec Germain, le grand-père que Tristan n’a pas connu. Puis voilà que Tristan est nommé exécuteur testamentaire de Louise Carter. Mais qui est cette femme dont il n’a jamais entendu parler et qui, pourtant, semble attirer plus d’un curieux ?
Xavier Pietri explore avec finesse la mémoire des lieux, comme un incroyable espace où revisiter nos vies, et nous parle ainsi du pouvoir de la transformation. Car ce qui rassemble tous ces personnages, au fond, c’est leur capacité à se réinventer.

Mon avis: 

Vous trouverez juste ici mon avis complet sur ce livre !

Ma note: ♥(♥)

 

Un(e)Secte – Maxime Chattam

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 30 octobre 2019

Résumé: 

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ?
Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.

Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.

Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

Mon avis: 

J’avais dernièrement adoré « le signal » de Maxime Chattam, après avoir été déçue par plusieurs de ses autres romans (le coma des mortels surtout) alors que j’avais toujours été très fan de son style. J’espérais donc encore tomber sous le charme de la plume de l’auteur et me faire emporter dans un page turner implacable. Et bien je dois vous dire que ça a été le cas vu que j’ai dévoré ce roman en 2-3 jours à peine. Le thème (des insectes tueurs) donne envie de se gratter partout durant la lecture mais impossible de lâcher le roman avant la fin. J’ai aimé les deux protagonistes et j’espère les revoir dans un autre roman de l’auteur. J’ai trouvé chouette que pour la première fois dans un roman de cet auteur le héros soit homosexuel, cela change un peu du schéma habituel ! Un thriller palpitant où on ne s’ennuie pas une seule seconde !

Ma note: ♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de février !!

Et vous, qu’avez-vous lu ? 

A bientôt !

logo Badgeekette

[SP] J’ai lu: Seule la haine de David Ruiz Martin

Hello à tous !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du dernier roman de l’auteur neuchâtelois David Ruiz Martin, Seule la haine, paru mi février aux éditions Nouvelle Bibliothèque.

J’avais adoré « je suis un des leurs » et son recueil de nouvelles « la face cachée de l’arc-en-ciel« (cliquez sur les titres pour lire ma chronique). J’avais donc très hâte de découvrir David dans un autre registre, le thriller, même s’il n’en est pas à son coup d’essai, vu qu’il avait déjà écrit « le syndrome du morveux » ainsi que « que les murs nous gardent » qu’il avait autopubliés (je les ai achetés mais ils sont encore dans ma pile à lire malheureusement, je vais essayer de les en sortir dans les prochains mois, promis!).

Nombre de pages: 240 pages

Editeur: Editions Nouvelle Bibliothèque 

Date de parution (dans cette édition): 10 février 2020

Résumé:

Elliot, jeune homme de 15 ans, hypersensible et surdoué, dévasté par le suicide de son grand frère, séquestre le psychiatre de celui-ci dans son propre cabinet qu’il pense responsable de n’avoir pas su sauver son frère.  Le menaçant d’un pistolet chargé, il va lui raconter – au fil d’un après-midi puis d’une nuit qui semblent sans fin – ce qui a mené son frère au suicide et pourquoi il pense que le psychiatre, Larry Barney, doit payer.

Mon avis :

Vous n’aurez pas le temps de vous mettre gentiment dans le bain de l’histoire, vous serez violemment plongés dedans de force pour n’en ressortir qu’après 240 pages, essorés et exténués. Un huis-clos haletant, des chapitres courts, nerveux, une sorte de course contre la montre pour connaître la vérité sur le suicide de Simon, le frère d’Elliot. Larry Barney, le psychiatre, est pris en otage par ce gamin surdoué qui lui retourne le cerveau en quelques heures et le mène au point de rupture. J’ai trouvé ce roman fascinant car il montre comment nous pouvons manipuler les autres et qu’il faut se méfier de ce que l’ont voit sur les réseaux sociaux, les médias ou internet tout simplement.

Larry veut aider Elliot mais le jeune homme ne semble pas vouloir être aidé, il veut juste répandre son venin afin de plonger Larry toujours plus loin dans la folie et qu’il sombre dans une abîme sans espoir d’en ressortir.

Il est difficile de trop vous en dire sans vous dévoiler le dénouement et j’aurais trop peur de vous gâcher votre plaisir.

Sachez juste que ce roman va vous prendre à la gorge pour ne plus vous lâcher avant la dernière page. Vous allez tourner les pages à une vitesse folle, angoissés par la suite de cette histoire dramatique. Vous allez vous indigner avec Larry et trembler avec lui pour ses proches. Ce roman m’a prise aux tripes et fait ressentir un sentiment de mal-être comme celui qu’à dû ressentir Larry lors de sa séquestration. Une spirale folle dont on ne ressort pas indemne.

Tout le long du roman j’étais plutôt du côté du psychiatre mais sur la fin je n’en étais plus si sûre. Qui sont vraiment les méchants, après tout ? Ce roman va vous faire perdre vos repères…

Bref, vous l’aurez compris (du moins je l’espère!), j’ai adoré ce nouveau roman qui nous tient en haleine de bout en bout.

Le procureur et écrivain Nicolas Feuz, qui a écrit la préface du roman, parle du polar suisse et bien je peux dire haut et fort que David Ruiz Martin mérite largement sa place dans cette grande famille qu’est le polar suisse et j’espère qu’il nous enchantera encore longtemps avec ses écrits.

Un auteur super talentueux dans tous les styles de romans que je vous invite à découvrir de toute urgence!

Ma note : ♥♥♥♥♥

Encore un grand merci à David Ruiz Martin pour sa confiance et pour avoir eu la gentillesse de m’envoyer son livre 🙂 

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de janvier 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de janvier 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Harry Potter et l’enfant maudit – J.K. Rowling

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 14 octobre 2016

Résumé: 

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis: 

J’ai fait très long pour sortir cette pièce de théâtre de ma pile à lire pour la simple et bonne raison que j’ai tellement adoré les Harry Potter que j’avais peur d’être déçue de cette suite. Alors je dois dire que je me suis très vite fait embarquer dans l’histoire et j’ai dévoré ce livre en 2 jours ! Cependant, j’ai trouvé que l’histoire était un peu « facile » et la fin un peu trop « gentillette » même si on aime les livres qui finissent bien! J’ai trouvé quand même étrange de retrouver un Harry Potter de 40 ans, pour moi c’était un saut un peu trop important dans le futur !! on a quitté un jeune adulte et on retrouve un homme d’âge mûr, papa de plusieurs ados… pour moi l’ellipse temporelle était exagérée 😦 Je n’ai cependant pas boudé mon plaisir de retrouver tous ces personnages que j’adore. Une chouette lecture en définitive !! (même si j’ai de la peine à imaginer comment ils ont fait au théâtre pour tourner certaines scènes!)

Ma note:

 

La mémoire de Babel (la passe-miroir tome 3) – Christelle Dabos [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2019

Résumé: 

Après deux ans et sept mois à se morfondre sur l’arche d’Anima, Ophélie a décidé d’agir. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Mon avis: 

J’avais tellement hâte de connaître la suite de cette saga que j’adore !! Même si le premier tome m’avait un peu embrouillé l’esprit et que j’avais eu de la peine à me mettre dans l’histoire, j’avais adoré le tome 2. Ce tome 3 est dans la même veine, il se passe sans cesse quelque chose et Ophélie est plus attachante que jamais (alors que dans le premier tome elle m’énervait pas mal). J’ai aimé le fait que cette fois Ophélie voyage sur une autre arche et qu’elle s’émancipe enfin en ne se faisant plus chaperonner par sa tante. J’ai bien sûr également adoré le fait de revoir Thorn et l’étrange relation qu’il entretient avec Ophélie. Je le trouve également de plus en plus attachant celui-ci! Ce tome nous éclaire également pas mal sur l’Autre et Dieu et je dois dire avoir plus que hâte de lire le tome 4 qui est également le dernier ! (au moment où je vous écris je viens de le commencer donc je vous en reparlerai dans le bilan de mes lectures du mois de mars!)

Ma note:

 

Ceux qui restent – Marie Laberge

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 4 mai 2017

Résumé: 

Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissés quand il s’est donné la mort.
Ce fut un geste soudain et, comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie.

Mon avis: 

Je dois dire que j’ai eu de la peine à m’émouvoir pour le sujet de ce livre car comme on passe d’un personnage à l’autre et que certains s’expriment en patois québécois, certaines tournures de phrases et pas mal d’expressions m’étaient inconnues et m’ont un peu déconcentrées dans ma lecture. Alors vous me direz que c’est de ma faute, que je n’ai qu’à connaître le québécois mais je dois également dire que je ne pouvais pas m’empêcher d’entendre la voix de Céline Dion qui me lisait le texte ce qui me faisais un peu sourire je dois dire…et du coup j’avais de la peine à trouver l’aspect dramatique dans cette histoire de proches d’un suicidé qui se reconstruisent gentiment, chacun à leur manière, 15 ans après. J’attendais également désespérément de découvrir une raison à ce suicide, une révélation fracassante qui aurait tout éclairé mais j’ai là également été un peu déçue. Bref, je dois vous avouer être passée à côté du sujet et je n’ai pas réussi à me sentir touchée par la détresse des personnages à part le papa du suicidé que j’ai trouvé vraiment attachant. J’ai plusieurs autres romans de cette autrice dans ma pile à lire, j’espère ne pas être déçue par eux aussi 😦

Ma note:

 

Complot – Nicolas Beuglet [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: XO

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2018

Résumé: 

Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps nu et martyrisé d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.

Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre.

Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Que cachait-elle sur cette île, dans un sanctuaire en béton enfoui au pied du phare ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées…

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu’au cœur même du Vatican, c’est l’odeur d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. à ses vérités les plus enfouies…

Étayé par les dernières découvertes de la science et de l’histoire, Complot explore les secrets premiers de l’humanité.

Un thriller époustouflant. Et une révélation bouleversante sur ce que fut, il y a fort longtemps, le pouvoir des femmes.

Mon avis: 

Quelle claque que ce livre ! J’avais déjà adoré le cri du même auteur et là je dois dire l’avoir tout autant apprécié, voire même peut-être un peu plus ! Cette théorie féministe m’a enchantée et passionnée, d’autant plus que l’auteur s’est basé sur des faits avérés. J’ai aimé retrouver les protagonistes du premier roman même si la fin m’a attristée. Cette fois Sarah est vraiment au centre de l’action et prouve encore une fois que c’est une guerrière qui n’a peur de rien, même si on découvre (avec soulagement) qu’elle a tout de même des doutes et des failles. J’ai aimé que ce roman fasse vraiment écho à tout ce qu’il se passe dans le monde actuellement, ce maudit patriarcat contre lequel on essaie jour après jour de se battre. Bref, une intrigue haute en rebondissement (franchement je ne m’attendais pas du tout à ça!), des personnages de plus en plus attachants….Un auteur féministe à suivre de très près !

Ma note:

 

Le bal des folles – Victoria Mas

Nombre de pages: 256 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 21 août 2019

Résumé: 

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles.  Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Mon avis: 

J’attendais beaucoup de ce roman car j’en avais lu de très bonnes critiques dans plusieurs magazines. J’ai été un peu déçue du fait que le fameux bal des folles (c’est quand même le titre du livre!) prenne peut-être 2 pages dans le roman. Certains aspects sont un peu bâclés ou éludés… J’aurais voulu que l’autrice développe mieux les expérimentations faites à la Salpêtrière. Là nous suivons principalement 3 femmes dont Eugénie, une jeune femme internée par sa propre famille car elle est capable de voir les morts et de leur parler. Encore une fois, être une femme n’a pas grand poids face au patriarcat. Finalement, presque aucune de ces femmes internées n’est réellement folle ou hystérique, elles sont juste plus sensibles que la moyenne mais comme la différence fait peur (il ne faut pas dire un mot plus haut que l’autre à l’époque, les femmes doivent rester bien à leur place, discrètes et obéissantes), on préfère les enfermer. Le professeur Charcot, imbus de lui-même, se sert d’elles pour faire des expérimentations publiques du plus mauvais goût mais là encore, on en apprend pas grand chose. J’ai toutefois eu de la peine à m’attacher aux personnages car nous restons toujours à la surface, sans vraiment entrer dans leur tête. J’ai cependant passé un bon moment de lecture – même si le roman aurait mérité 100 ou 150 pages de plus pour être plus fouillé -, l’écriture est agréable et je me réjouis de lire les prochains livres de cette autrice prometteuse !

Ma note:

 

La police des fleurs, des arbres et des forêts – Romain Puértolas

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 2 octobre 2019

Résumé: 

Une fleur que tout le monde recherche pourrait être la clef du mystère qui s’est emparé du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961.
Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puertolas déjoue tous les codes.

Mon avis: 

J’ai littéralement dévoré ce roman policier pas comme les autres. Et même si j’avais déjà trouvé la solution au milieu du roman, j’ai vraiment trouvé l’idée originale et l’intrigue bien écrite de bout en bout. Les discours sont savoureux et on s’attache immédiatement à ce flic de la ville qui arrive dans un petit village rural où les us et coutumes sont totalement à l’opposé de ce à quoi il est habitué. Des quiproquos en veux-tu en voilà et des personnages hauts en couleur… Bref, j’ai vraiment apprécié ma lecture ! J’ai déjà hâte de lire le prochain livre de cet auteur car j’ai vraiment aimé son style !

Ma note:

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de janvier 2020!

Et vous, avez-vous lu l’un ou l’autre de ces livres ? 

A bientôt 🙂

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de décembre 2019

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de décembre 2019.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Taveyanne, la porte du diable de Marc Voltenauer, le résumé a été pris sur le site payot.ch

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

 

Jackson Hole – Karel Gaultier [SP]

Nombre de pages: 445 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 3 octobre 2019

Résumé: 

Crise économique et jeux de pouvoir à Jackson Hole, Wyoming, capitale méconnue de la finance mondiale. Que se joue-t-il dans les coulisses des grandes institutions qui nous dirigent ? Un banquier lève le voile, dans un thriller dévastateur.

Matteo Andreani est au faîte de sa gloire. Surnommé Le Devin pour sa faculté à prédire le cours des marchés, ce financier de 40 ans rêve de la Banque Centrale Européenne. Un accident d’avion sur la piste de Jackson Hole, le village du Wyoming où se réunissent chaque été les grands argentiers de la planète, lui en offre l’opportunité. Mais, sitôt nommé président de la BCE, des tensions internationales sur le marché de l’énergie précipitent une crise mondiale. Les marchés dégringolent, Chinois et Américains s’affrontent, faisant les beaux jours des crypto-monnaies et de la Camorra. Dans le plus grand secret, une réunion de la dernière chance se tient à Jackson Hole. Dans ce petit village perdu des Montagnes Rocheuses, les banquiers ont 48 heures pour sauver l’économie mondiale.
Un roman sombre et foisonnant, qui révèle les arcanes du pouvoir économique mondial, animé par la corruption et la soif de puissance.

Mon avis: 

Vous trouverez mon avis complet juste ici

Ma note: ♥♥♥

 

Taveyanne, la porte du diable – Marc Voltenauer

Nombre de pages: 101 pages

Editeur: Auzou Suisse

Date de parution (dans cette édition):18 octobre 2019

Résumé: 

Un village aux habitants inquiétants et un lourd secret. Plongez dans le mystère de Taveyanne !
En vacances dans le village de Taveyanne (Gryon), Mélissa et son frère Adam se renseignent sur la disparition d’un cabri. Mais cette enquête va rapidement les mener sur la piste d’une tout autre affaire, beaucoup moins innocente…
Quel sombre secret cache donc ce charmant petite hameau d’alpage ?

Mon avis: 

Un chouette roman pour les 10-12 ans, moins angoissant toutefois que le roman de Nicolas Feuz paru dans la même collection et dont j’ai parlé le mois passé, Black Justice 1.0. Dans celui-ci, on retrouve le joli village de Gryon et environs et les neveux de l’inspecteur Auer, accompagnés du St-Bernard Minus, bien connu des fans de Marc Voltenauer. J’ai beaucoup aimé le fait que les personnages soit liés à l’univers de l’auteur et que tout ait une cohérence. L’intrigue est sympathique et les jeunes protagonistes vraiment courageux !! Un roman qui m’a fait penser à la série « Alice » (bibliothèque verte) que j’adorais vers 10-12 justement 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

La Moira, l’intégrale – Henri Loevenbruck [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 960 pages

Editeur: J’ai Lu

Date de parution (dans cette édition): 4 octobre 2017

Résumé: 

Aléa, jeune orpheline solitaire, dérobe un jour une bague qui lui confère des pouvoirs étranges. Politiciens et religieux convoitent autant qu’ils redoutent cette élue aux facultés uniques… Serait-elle appelée à devenir le Samildanach, l’élu des druides, à qui revient la charge de façonner l’avenir du monde ? La guerre est proche et gronde, le destin de l’île de Gaelia est sur le point de basculer.

Mon avis: 

Rolala je ne sais même pas par où commencer tant j’ai adoré cette trilogie (j’ai donc lu l’intégrale oui oui) ! L’ambiance est magique, on se repère bien dans les lieux grâce à la carte du début du roman et on est tout de suite plongés et passionnés par l’histoire. On suit Alea, jeune femme dont le destin est de devenir la nouvelle Samiladanach, l’élu des Druides, alors que ce poste était jusqu’à présent toujours occupé par des hommes, seuls personnes autorisées à manier la magie. J’ai aimé le personnage d’Alea, même si parfois je l’ai trouvée agaçante de par son apparente confiance en elle. J’ai aimé son rapport avec la magie et l’utilisation qu’elle en fait. J’ai adoré le fait que Henri Loevenbruck a su imaginer un monde à part (bien qu’assez similaire au nôtre par bien des points, le patriarcat, la religion, la cupidité des hommes etc). J’ai adoré le fait qu’Alea communique avec une louve et certaines scènes m’ont vraiment arraché des larmes. Tous les personnages sont attachants et on prie chaque seconde pour qu’il ne leur arrive rien… ce qui  n’est malheureusement pas le cas, l’auteur n’a vraiment pas épargné ses lecteurs !! J’ai cependant vraiment adoré ce roman et me réjouis de retrouver son ambiance dans le seconde cycle des Loups, Gallica (une jolie brique de 1000 pages elle aussi haha).

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Simone Veil, L’aube à Birkenau – Récit recueilli par David Teboul

Nombre de pages: 300 pages

Editeur: Les Arènes

Date de parution (dans cette édition): 20 novembre 2019

Résumé: 

« La guerre avait fauché une génération. Nous étions   effondrés. Mon oncle et ma tante avaient beau être médecins, ils ne possédaient plus rien. Leur clientèle avait disparu.   Leur maison avait été pillée. Leurs économies avaient fondu. Le lendemain de mon arrivée à Paris, comme ils n’avaient   ni argent ni vêtements à m’offrir, c’est une voisine qui m’a   secourue avec une robe et des sous-vêtements.   Il régnait dans la maison une atmosphère de désolation.
Il n’y avait plus le moindre meuble. Les miroirs avaient été volés, à part ceux qui étaient scellés aux murs et que les   pillards n’avaient pas pu emporter.
Je faisais ma toilette matinale devant un miroir brisé par une balle. Mon image y apparaissait fissurée, fragmentée.  J’y voyais un symbole.
Nous n’avions rien à quoi nous raccrocher. Ma sœur Milou était gravement malade, mon oncle et ma tante avaient perdu le goût de vivre.
Nous faisions semblant de vouloir continuer. »

Mon avis: 

J’ai aimé en savoir plus sur la vie de Simone Veil et en particulier sur le récit de sa déportation durant la guerre. J’ai trouvé la façon de David Talboul pour recueillir les propos de Simone Veil très respectueuse. Simone Veil était non seulement une grande Dame de l’Histoire mais également, dans sa jeunesse, pleine de courage et de résilience. Il ne me reste plus qu’à me plonger dans « une vie » pour en connaître plus sur la suite de sa vie.

Ma note: on ne peut pas mettre de note à ce genre de document

 

Agatha – Frédérique Deghelt [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 251 pages

Editeur: Babel

Date de parution (dans cette édition): 7 novembre 2018

Résumé: 

Se glissant dans la peau de la célèbre romancière britannique, Frédérique Deghelt s’est amusée à imaginer les quelques jours pendant lesquels Agatha Christie, découvrant la liaison qu’entretient son mari avec une femme plus jeune qu’elle, met en scène sa disparition et se réfugie dans un hôtel du Yorkshire où elle se fait enregistrer sous le nom de la maîtresse de son époux. Un roman plein de charme sur un épisode entouré de mystère, mais bien réel, de la vie de l’auteur des Dix Petits Nègres.

Mon avis: 

J’ai aimé en savoir un peu plus sur la reine du crime et sur cet épisode (véridique) de sa vie. Après avoir découvert que son mari la trompe et veut la quitter, Agatha Christie disparaît à l’autre bout du pays sans vraiment penser à mal mais juste pour oublier sa douleur. Comme elle est déjà célèbre, sa disparition fait vite des vagues et son mari est même soupçonné de l’avoir tuée. J’ai trouvé certains passages très amusants et j’aime toujours autant la plume de Frédérique Deghelt.

Ma note:♥♥♥(♥)

 

La forge au loup – François Bourdon

Nombre de pages: 420 pages

Editeur: presses de la cité

Date de parution (dans cette édition): 5 mars 2015

Résumé: 

Au début du XXe siècle, Hermine, douce épouse délaissée, va s’émanciper au fil des ans en reprenant les rênes de la prospère fabrique de boulonnerie familiale, la Forge au Loup…
Une nouvelle édition du premier grand succès littéraire de l’un des auteurs phares de Terres de France.

Hermine a à peine vingt ans lorsqu’elle arrive à la Lombarde, belle propriété au cœur des Ardennes près de Charleville-Mézières. Jeune mariée, elle connaît vite les désillusions du mariage auprès d’un époux égoïste. Sa belle-mère, Mathilde Lecœur, règne en maîtresse incontestée sur la Forge au Loup, une boulonnerie prospère de la vallée de la Meuse employant près de quinze cents personnes.
Délaissée par les siens, la jeune femme s’intéresse rapidement à la vie de l’usine, se lie d’amitié avec une ouvrière, Anna-Maria, et se bat pour améliorer les conditions de travail des hommes et des femmes du fer. A la mort de sa belle-mère, Hermine reprend seule les commandes de la fabrique. Elle saura affirmer de jour en jour, face à la débâcle de la Grande Guerre, et à ses amours manquées, une personnalité courageuse, indépendante, généreuse…
Une nouvelle édition du premier grand succès littéraire de l’un des auteurs phares de Terres de France.

Mon avis: 

Sur fond de première guerre mondiale, cette histoire met en valeur l’engagement d’une jeune femme dans l’entreprise de métallurgie qui appartient à la famille de son mari. J’ai aimé le fait que l’héroïne ne se laisse pas marcher sur les pieds et impose ses idées. Elle ne perd jamais la face, même quand son mari la délaisse pour une autre.  J’ai juste trouvé la fin un peu décevante, finalement faire tout ça pour ne finalement être vraiment heureuse qu’en fin de vie c’est un peu dommage !! Hermine aura donc vécu une vie de sacrifice, comme sa belle-mère dont elle pensait être si différente 😉 Bref, un joli roman tout de même si vous aimez les romances sur fond historique, je l’ai dévoré !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de décembre 2019 !!

Globalement je suis contente du nombre de livres lus cette année, mais j’espère vider encore plus ma pile à lire en 2020, même si ça va être sport avec l’arrivée d’un 4ème membre dans notre famille au mois de juin!

Et vous, qu’avez-vous lu durant les fêtes ?

A bientôt 🙂