Bilan de mes lectures du mois de décembre 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de décembre 2017! (un peu à la bourre, désolée!)

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les yeux du dragon – Stephen King

Nombre de pages: 466 pages

Editeur: Flammarion Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 23 janvier 2016 (première sortie: 1995)

Résumé: 

Au royaume de Délain règnent le roi Roland et sa reine Sasha. Après la naissance du jeune prince héritier, Peter, qui promet de devenir un illustre monarque, le conseiller du roi, Flagg, réalise que sa position est menacée. Le sombre sorcier met au point un plan qui amènera le chaos sur Délain et brisera la famille royale…

Mon avis: 

Bon et bien je dois dire que mon avis est un peu mitigé pour du Stephen King. Autant j’ai passé un bon moment de lecture, tout s’enchaîne bien et on est vite plongés dans le vif du sujet, autant j’ai trouvé que les personnages n’avaient aucune profondeur et que l’auteur ne s’était pas embarrassé de décrire un peu le royaume où se passe le roman, en fait on ne connait que la cour du château et le château en lui-même. J’ai donc finalement eu le sentiment que l’auteur avait pris pas mal de raccourcis, la fin est un peu bâclée (trop facile!) et finalement on se dit: tout ça pour ça ?? passez votre chemin si vous aimez les romans habituels du King ! (bon on est d’accord, ce roman avait été écrit à la base pour sa fille et la cible de lectorat était donc les enfants/adolescents mais cela n’excuse pas tout)

Ma note: ♥♥

 

Phobos – tome 2 – Victor Dixen

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: Robert Laffont

Date de parution (dans cette édition): 19 novembre 2015

Résumé: 

Reprise de la chaïne Genesis dans
3 secondes…
2 secondes…
1 seconde…

Ils croyaient maîtriser leur destin.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
Elle croyait maîtriser ses sentiments. 
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son coeur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.

Le deuxième tome haletant du thriller spatial de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire.

Mon avis: 

Comme le tome 1 m’avait clairement laissée désemparée avec sa fin plus que sadique pour le lecteur, j’avais enchaîné directement avec le tome 2 (ou peu s’en faut). Bon je ne peux pas vous en dire beaucoup sous peine de vous spoiler (et je déteste quand on me le fait alors je ne vous le ferai en aucun cas), mais l’auteur a réussi à monter la tension encore d’un cran avec de nouveaux secrets révélés et des candidats finalement pas si lisses ! J’avais prévu de lire le tome 3 au mois de janvier mais finalement je l’ai repoussé (faute de temps et à cause du cold winter challenge où j’avais été un peu gourmande avec mes choix de livres!)et je pense lire « origines » entre le 2 et le 3 car il me semble que c’est à ce moment-là qu’il doit être lu.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les promesses du passé – Alyson Richman

Nombre de pages: 423 pages

Editeur: City Poche

Date de parution (dans cette édition): 8 janvier 2014

Résumé: 

Prague, en 1938. Josef et Lenka s’aiment d’un amour passionné. Mais ils sont juifs et, devant la menace nazie, la famille de Josef, fortunée, décide de s’exiler aux Etats-Unis. Le jeune homme laisse derrière lui la femme qu’il aime en lui jurant de les aider à s’enfuir, elle et sa famille. « On se retrouvera », promet-il solennellement. Ils n’en auront pas le temps : les nazis envahissent Prague. New York, en 2000. Un homme croise le regard d’une femme. « Je vous ai déjà vue quelque part », dit-il, le souffle coupé. La vie, le destin et le hasard auraient-ils uni leurs forces pour donner une nouvelle chance à un couple ravagé par les tourments de l’histoire ? Un grand roman sur le pouvoir du premier amour et la force de la mémoire.

Mon avis: 

Je n’attendais pas grand chose de ce roman qui je pensais était un simple roman d’amour et bien, quelle claque ! Ce roman se passe alternativement dans le présent mais surtout dans le passé, où on découvre la vie des deux protagonistes qui se voient séparés quand la Seconde Guerre Mondiale éclate alors qu’ils venaient à peine de se marier. J’ai trouvé ce roman bouleversant de justesse, plein d’émotion. Une belle découverte.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les enfants de Peakwood – Rod Marty

Nombre de pages: 383 pages

Editeur: Scrineo

Date de parution (dans cette édition): 8 octobre 2015

Résumé: 

Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ?
D’où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d’autres commencent-ils à agir étrangement ?
Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler…
Félicitations, la mort vous offre une seconde chance…

Mon avis: 

J’étais très curieuse de lire enfin ce roman dont j’avais entendu beaucoup de bien, notamment sur des chaînes booktube. J’ai trouvé ce roman glaçant à souhait, totalement addictif et vraiment bien ficelé. Certains passages étaient dérangeants tant ils étaient affreux, on sent depuis le début du roman que la situation va dégénérer à un moment donné… jusqu’au feu d’artifice final !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Elle s’appelait Sarah – Tatiana de Rosnay 

Nombre de pages: 441 pages

Editeur: France Loisirs

Date de parution (dans cette édition): 2008

Résumé: 

Pour ne pas l’oublier.Paris. 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d’Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s’attache en particulier au destin de Sarah et mène l’enquête jusqu’au bout, au péril de ce qu’elle a de plus cher.Paris. 16 juillet 1942. À l’aube, la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande sœur l’enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là.Tatiana de Rosnay ne craint pas d’attaquer de front une page sombre de l’histoire française.Une œuvre bouleversante qui participe du devoir de mémoire.

Mon avis: 

Là encore, il s’agissait d’un livre que j’avais un peu peur de sortir de ma pile à lire, tant les critiques en étaient élogieuses. Et vous savez comment c’est quand on en attend trop d’un livre, n’est-ce pas ? Et bien j’ai été ravie de ma lecture, l’histoire tourne donc autour de Sarah, jeune juive déportée avec ses parents alors qu’elle avait enfermé son petit frère dans un placard pour le protéger, pensant revenir quelques heures plus tard. Bien sûr, on connaît la suite et l’horreur des camps de travail/de concentration donc vous pouvez bien évidemment imaginer comment les choses vont se terminer..enfin pas tout à fait ! L’histoire alterne donc entre les chapitres relatant la vie de Sarah durant la Seconde Guerre Mondiale et les chapitres suivants la vie d’une journaliste américaine vivant à Paris qui dont pondre un article sur le vélodrome d’hiver, drame dont elle ignore tout et dont tout le monde essaie d’occulter le souvenir. Jusqu’à ce qu’elle commence à enquêter sur Sarah…Un très beau roman, bien construit, touchant et dont les personnages resteront longtemps dans ma mémoire.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Miroir – paranoia tome 2 – Mélissa Bellevigne

Nombre de pages: 389 pages

Editeur: Hachette Black Moon

Date de parution (dans cette édition): 4 octobre 2017

Résumé: 

Qui est vraiment Judy Desforêt  ? Une jeune femme assiégée par la paranoïa et des hallucinations telles qu’elle en a perdu la raison jusqu’à vouloir se tuer  ? Un esprit troublé qui aspire aujourd’hui à guérir et démarrer une nouvelle vie  ? Est-elle victime d’un vaste complot ou bien une manipulatrice au discernement hors pair  ?
Qu’est-ce qui a pu pousser Lisa, psychiatre renommée, à baisser sa garde face à cette patiente délirante  ? Aurait-elle manqué d’objectivité et de professionnalisme  ? Épuisée par le bébé de Judy dont elle est devenue la tutrice légale, Lisa n’a plus aucune certitude sur ses conclusions et bascule dans la culpabilité.
Tandis que l’enquête sur l’agression de Judy piétine, apparaît subitement à Viryez un certain Alwyn Andrews. Le jeune homme correspond en tout point à la description qu’a donnée Judy de l’ami imaginaire qui la suit depuis sa petite enfance. Il dit la connaître, être amoureux d’elle, vouloir la revoir… Mais de nombreux doutes planent à son sujet, faisant de lui un suspect idéal.
Qu’est-il vraiment arrivé à Judy et qui faut-il croire  ?
Où s’arrête l’hallucination et où commence la réalité  ?

Mon avis: 

J’avais bien aimé le premier tome de Paranoia (en fait j’aurais préféré que l’histoire s’arrête là, c’était très bien!) donc sans surprise j’ai acheté le tome 2 à sa sortie, surtout que je suis Mélissa en tant que blogueuse depuis longtemps et que j’aime beaucoup sa plume. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, j’ai été déçue par ce roman. J’ai trouvé que c’était du remplissage. L’histoire tourne en rond et la fin nous met encore plus dans le doute. Un tome vraiment dispensable !

Ma note: ♥♥♥

 

Glacé – Bernard Minier

Nombre de pages: 725 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 10 mai 2012

Résumé: 

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Mon avis: 

Un roman qu’on n’arrive pas à lâcher jusqu’à la dernière page ! Je l’ai littéralement dévoré, le rythme était très bien maîtrisé, aucun temps mort et des personnages que j’ai aimé apprendre à connaître. Je n’ai pas voulu regarder la série télé de peur de ne plus avoir envie de lire le livre ensuite (c’est quand même une petite brique) mais je la regarderai peut-être si elle repasse à la télé 😉 J’ai trouvé le roman très bien construit et les chapitres étaient juste de la bonne longueur. De plus, le fait que l’un des personnages principaux soit suisse m’a beaucoup plu ! J’ai vraiment hâte de lire la suite des aventures de cette équipe d’enquêteurs !

Ma note: ♥♥♥♥♥

Ce qui nous amène à un total de 72 livres lus en 2017!

J’espère atteindre les 80 livres lus cette année 🙂

Et vous, qu’avez-vous lu récemment ?

bisous !

Bilan de mes lectures du mois de novembre 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de novembre 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La rivière des âmes – Mireille Calmel

Nombre de pages: 302 pages

Editeur: XO Editions

Date de parution (dans cette édition): 1er mars 2007

Résumé: 

Un amour impossible peut-il se renouer au-delà du temps ?

A l’aube de ses 40 ans, Maud, romancière à succès, étouffe sous le poids d’un secret. Depuis quelques semaines, sa vie si pleine et riche lui semble se fissurer. Elle entend une voix, dans sa tête, une voix d’homme. Mais à qui en parler ? On la croira folle.
Dans un grand hôpital parisien, Vincent, brillant neurologue, tente de comprendre pourquoi il ne peut oublier une inconnue entraperçue dans un grand magasin.
À l’autre bout de Paris, la nuit, un homme tue des prostituées rousses, avec une sauvagerie inouïe.

Maud, Vincent et le tueur, trois chemins de vie qui convergent inexorablement. Trois destins dont la rencontre a déjà provoqué la passion et le drame, il y a longtemps, très longtemps, dans un château du Moyen Age.
S’ils veulent conjurer ce passé, Maud et Vincent devront choisir d’affronter leurs peurs, de se battre contre leurs démons. Pour survivre, mais surtout pour gagner la confiance et l’amour de l’être qui, au-delà du temps, leur est destiné.

Mon avis: 

J’ai été tellement déçue par ce roman de Mireille Calmel ! Je suis tellement fan de ses livres historiques romancés que je m’attendais à retrouver le rythme et son style dans un environnement plus contemporain. Malheureusement, ça n’a pas été le cas, je me suis ennuyée, j’ai trouvé certaines réaction des personnages complètement déplacées (la jeune femme qui accepte de « faire l’amour » (c’est un grand mot pour un quasi viol)  pour sauver l’âme d’un assassin on en parle ??) Et certains aspects de l’histoires sont complètement occultés.  Bref, cette fois-ci, cela ne l’a pas fait pour moi !

Ma note: ♥♥

 

Phobos tome 1 – Victor Dixen

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: R-Jeunes adultes

Date de parution (dans cette édition): 11 juin 2015

Résumé: 

Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Il veulent marquer l’Histoire avec un grand H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l’amour avec un grand A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis: 

J’ai été surprise d’accrocher immédiatement avec le concept du roman, un speed-dating qui se passe dans l’espace. 12 jeunes gens (6 garçons et 6 filles donc) ont été choisis sur casting pour se séduire lors de séances de speed-dating qui se passent dans leur vaisseau spatial et doivent se trouver chacun un partenaire avec lequel se marier à leur arrivée sur mars. Ils formeront ensuite la première colonie humaine à vivre là-bas. Mais tout ne se passe pas comme prévu !! Je ne vais pas vous en dire plus pour ne pas vous spoiler, mais j’ai bien aimé les différents personnages, issus de différents pays du monde, en particulier Mozart, le brésilien ainsi que Kelly, l’américaine au caractère bien trempé! L’héroïne du livre est bien sûr (chauvinisme??) la française Léonor, mais je n’aime pas particulièrement son caractère. Tous les protagonistes ont des secrets à cacher et sont partis sur Mars pour repartir à zéro .. mais .. en auront-ils le temps ? J’ai déjà lu le tome 2 dont je vous parlerai dans le bilan de mes lectures du mois de décembre 😉

Ma note: ♥♥♥♥

 

Quand la nuit devient jour – Sophie Jomain

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Pygmalion

Date de parution (dans cette édition): 27 avril 2016

Résumé: 

« On m a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m enfonce une épine dans le pied, décrire l échauffement d une brûlure, parler des n uds dans mon estomac quand j ai trop mangé, de l élancement lancinant d une carie, mais je suis incapable d expliquer ce qui me ronge de l intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n est en mesure de m aider. Dieu, la science, la médecine, même l amour des miens a échoué. Ils m ont perdue. Sans doute depuis le début.
J ai vingt-neuf ans, je m appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée. »

Mon avis: 

Je ne pensais pas être autant bouleversée par ce roman où une jeune femme, Camille, décide de mettre fin à ses jours par le biais d’une association d’aide au suicide en Belgique. La description de son mal-être, de sa détresse permanente m’ont particulièrement touchée. J’ai aimé retrouver la plume de Sophie Jomain dans un registre plus sérieux et contemporain. Une belle découverte.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Donneur sain – Tess Gerritsen

Nombre de pages: 418 pages

Editeur: Calmann-Lévy

Date de parution (dans cette édition): 1997

Résumé: 

Parce qu’elle a préféré transplanter un coeur disponible à un adolescent mourant plutôt qu’à la riche Mme Voss, Abby DiMatteo, jeune chirurgienne récemment engagée dans un hôpital de Boston, se voit réprimandée par ses supérieurs et mise sous haute surveillance. Cependant, un autre coeur est trouvé pour Mme Voss. Très vite. Trop vite. Abby découvre que l’identité du donneur a été falsifiée. Quel odieux trafic se dissimule derrière la façade respectable de cet hôpital ultra©moderne ? Mark, le fiancé d’Abby, est©il de ceux qui ont intérêt à contrecarrer son enquête par tous les moyens ? La jeune femme devra affronter toutes les menaces pour découvrir la vérité, au fil d’un suspense superbement conduit.

Mon avis: 

Un bon thriller médical qui nous fait nous poser pleins de questions. Est-ce également comme ça « en vrai » ? Les riches peuvent-ils si facilement se mettre en premier sur les listes de demandeurs d’organes ? J’ai vraiment apprécié ce thriller glaçant à souhait, le rythme est haletant et on ne s’ennuie pas une seule seconde. Mêmes les descriptions médicales sont intéressantes ! J’ai hâte de lire d’autres livres de cette auteure.

Ma note: ♥♥♥♥

 

La formule de Dieu – José Rodrigues Dos Santos

Nombre de pages: 720 pages

Editeur: Pocket 

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2013

Résumé: 

Printemps 1951, deux espions de la CIA épient une rencontre de la plus haute importance entre David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l’État d’Israël, et Albert Einstein. L’objet de leur discussion : l’obtention de l’arme nucléaire par le jeune état juif et l’existence de Dieu. Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission : déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d’Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l’ordre mondial. Tomas Noronha devient alors un agent double censé collaborer avec les Iraniens pour informer l’Occident. Mais au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit contient beaucoup plus de choses que ne l’espéraient ses différents commanditaires. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l’existence de Dieu.

Mon avis: 

Un roman à la « Da Vinci Code » qui m’a vraiment passionnée ! J’ai plongé avec plaisir dans les écrits secrets d’Albert Einstein et j’ai aimé toutes les théories qui y sont décrites ! Ce livre est très bien écrit et le rythme du récit est très soutenu, on ne s’ennuie pas une seconde ! Apparemment il y aurait un second tome .. affaire à suivre donc 😉

Ma note: ♥♥♥♥

 

Ne pars pas sans moi – Gilly Macmillan

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Les Escales Editions

Date de parution (dans cette édition): 25 février 2016

Résumé: 

Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l’indépendance et de l’autonomie de son enfant, Rachel l’autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l’angoisse la saisit : Ben a disparu.
Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n’a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu’elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.
Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes s’écroule, elle ne sait plus quoi faire. Attendre patiemment que les forces de l’ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct et partir elle-même à sa recherche ?

Mon avis: 

L’histoire de cette mère dont le fils disparaît en forêt est très prenante et en même temps assez téléphonée. J’ai été déçue de la fin (que je ne vous dévolerai pas bien sûr), j’ai trouvé que le début de l’histoire était assez long pour un final plutôt bâclé, comme si l’auteure en avait eu marre et avait eu envie de boucler son roman.  Dommage, cela commençait bien !

Ma note: ♥♥♥

 

La beauté des jours – Claudie Gallay

Nombre de pages: 420 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 16 août 2017

Résumé: 

Jeanne mène une vie rythmée par la douceur de l’habitude. Elle était jeune quand elle a épousé Rémy, ils ont eu des jumelles, sont heureux ensemble et font des projets raisonnables. Mais Jeanne aime aussi le hasard, les surprises de l’inattendu. L’année du bac, un professeur lui avait fait découvrir l’artiste serbe Marina Abramovic. Fascinée par cette femme qui engage son existence dans son travail, Jeanne a toujours gardé une photographie de sa célèbre performance de Naples : comme un porte-bonheur, la promesse qu’il est possible de risquer une part de soi pour vivre autrement. Quand Jeanne s’amuse à suivre tel ou tel inconnu dans la rue ou quand elle calcule le nombre de bougies soufflées depuis son premier anniversaire, c’est à cet esprit audacieux qu’elle pense. Surtout cet été-là. Peut-être parce que, les filles étant parties, la maison parait vide ? Ou parce que sa meilleure amie, qui s’est fait plaquer, lui rappelle que rien ne dure ? Ou parce qu’elle recroise un homme qu’elle a aimé, adolescente ? Jeanne se révèle plus que jamais songeuse et fantasque, prête à laisser les courants d’air bousculer la quiétude des jours. A travers la figure lumineuse de Jeanne et la constellation de personnages qui l’accompagnent et la poussent vers un accomplissement serein, Claudie Gallay compose un roman chaleureux et tendre sur la force libératrice de l’art, sur son pouvoir apaisant et révélateur. Et sur la beauté de l’imprévisible.

Mon avis: 

J’ai eu un peu de peine à me mettre dans l’histoire car les phrases et les chapitres sont courts, les tournures de phrases font très « paysannes », il faut s’y habituer. Et finalement, je me suis laissée emportée, l’histoire de cette mère de famille qui n’aspire qu’à la nouveauté et à briser sa (pas si) morne routine est prenante, on se fait vite prendre dans l’histoire, même si finalement il ne s’y passe pas grand chose. Un roman qui se lit d’une traite et qui fait réfléchir sur le sens de notre vie.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Et voilà, je vous prépare très vite l’article pour mes lectures du mois de décembre !

Et vous, vous avez lu certains de ces livres ? Dites-moi tout 🙂

Dites-moi également si vous aimeriez qu’en 2018 je vous fasse un article par livre (un peu plus fouillé) ou si vous préférez que je continue les bilans mensuels ?

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois d’octobre 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’octobre 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La pure vérité – Jodi Picoult

Nombre de pages: 500 pages

Editeur: Presses de la Cité

Date de parution (dans cette édition): 4 octobre 2001

Résumé: 

 » – Monsieur Fisher, était-il possible qu’elle soit enceinte ? […]
– Elle n’est pas mariée, inspecteur.
– Cela n’est pas incompatible avec une grossesse, déclara Lizzie. Aaron Fisher la regarda fixement avec froideur.
– Chez nous, si !  »
Dans une étable, au sein de la communauté amish qui vit paisiblement depuis des siècles dans l’austérité et la rigueur, on retrouve un nouveau-né. Décédé. Chez ces fermiers de Pennsylvanie vivant sans électricité ni aucun véhicule à moteur, le taux de criminalité est proche de zéro. Aussi, cette découverte crée un scandale immédiat. D’autant que, très vite, la police inculpe une jeune fille de dix-huit ans… Face à une inspectrice et un procureur impitoyables, dans cette communauté repliée sur elle-même qui refuse toute justice autre que divine, une avocate voudra relever le défi de révéler la vérité.

Mon avis: 

J’ai aimé être plongée dans l’environnement d’une famille amish, je ne connaissais presque rien à leur propos et j’ai apprécié en savoir plus sur le fonctionnement de cette communauté. L’auteure nous donne presque la résolution de l’enquête sur un plateau et finalement il ne se passe pas grand chose dans ce roman. Je pense que plus qu’un policier il s’agit surtout d’un documentaire sur la vie des Amish aux Etats-Unis.

Ma note: ♥♥♥

 

Fille des cauchemars – tome 2 : l’ordre de la dague noire – Kendare Blake

Nombre de pages: 368 pages

Editeur: Hachette Black Moon

Date de parution (dans cette édition): 28 octobre 2015

Résumé: 

Cas ne parvient pas à oublier Anna.
« Anna à la robe de sang », l’esprit le plus puissant qu’il ait jamais rencontré.
Anna, qui s’est sacrifiée pour le sauver.

À présent, Anna lui apparaît même dans des rêves éveillés… ou plutôt, dans des cauchemars. L’esprit vengeur a laissé place à une jeune fille torturée.

Hallucinations ou véritables appels à l’aide ? La frontière entre illusion et réalité semble bien ténue. Anna a-t-elle définitivement quitté le monde des vivants ou est-elle revenue des enfers ? Cas ne sait plus. Il lui reste une seule certitude : quel qu’ait été son destin, il doit retrouver Anna.

Mon avis: 

J’ai été heureuse de retrouver Cas que l’on avait laissé abattu par le sacrifice d’Anna à la fin du premier tome (je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler). Cas est hanté par des cauchemars où Anna essaie d’entrer en contact avec lui et ne sait plus trop faire la différence entre le rêve et la réalité. Dans ce second tome, Cas a vraiment mûri et je l’ai trouvé moins « petit con » que dans le premier tome. Tous les personnages sont attachants et on ne s’ennuie pas une seconde. Il semble qu’il n’y aura pas de troisième tome (c’est vrai que l’auteure propose une vraie fin qui se suffit à elle-même) mais en tout cas ce dyptique était une très belle découverte young adult !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Illska – Le Mal – Eirikur Örn Norddahl

Nombre de pages: 608 pages

Editeur: Métailié BB Nordique

Date de parution (dans cette édition): 20 août 2015

Résumé: 

Evénement dans l’histoire mondiale : Agnes Lukauskaite et Omar Arnarson se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Trois ans plus tard, Omar brûle entièrement leur maison, conduit jusqu’à Keflavík et quitte le pays en avion. L’histoire commence en réalité bien avant, au cours de l’été 1941, quand la moitié des habitants d’une petite ville lituanienne, Jurbarkas, sont massacrés dans la forêt alentour. Deux arrière-grands-pères d’Agnes participent au massacre – l’un d’eux tue l’autre – et trois générations plus tard Agnes met l’Holocauste au cour de sa vie. Son obsession l’amène à rencontrer Arnor, un néonazi cultivé.

Illska parle d’Holocauste et d’amour, d’Islande et de Lituanie, d’Agnes qui se perd en elle-même alors que l’ambassadeur d’Islande en Lituanie reconnaît l’indépendance des pays baltes et que des criminels lituaniens commencent à opérer depuis Reykjavik, d’Agnes qui ne sait pas qui est le père de son enfant ni si elle veut finir sa thèse sur l’extrême droite islandaise ou chater avec son amant néonazi, d’Agnes qui aime Omar qui aime Agnes qui aime Arnor.

La lecture de ce texte déclenche une jubilation aussi intellectuelle que sensuelle, due autant aux fulgurances de la pensée qu’à la maîtrise impeccable de la langue et de la narration. Illska est un livre surprenant et immense écrit par un homme jeune, mais qui est appelé à devenir un grand, sans doute un très grand écrivain.

Mon avis: 

Un livre touffu, qui me faisait un peu peur de prime abord, même si le sujet m’intéressait (forcément, sinon je ne l’aurais pas acheté hein). Le livre raconte le triangle amoureux entre Agnes, une jeune femme lituanienne,  Arnor, un néonazi islandais ainsi que Omar, un jeune islandais un peu paumé dans sa vie. Les trois protagonistes, dont on apprendra l’histoire de manière alternative dans les chapitres, sont tous les trois attachants de par leur vécu. On comprend certains comportements (mais on ne cautionne pas hein) et on se désole de voir ce que certains deviennent. Un roman passionnant, où l’on apprend pleins de choses sur la seconde guerre mondiale et la vie en Islande. Le narrateur (externe aux personnages) raconte l’histoire et certaines anecdotes avec une pointe d’humour noir et grinçant assez délicieuse…Une pépite !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Petit Pays – Gaël Faye

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Le livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 23 août 2017

Résumé: 

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Un livre lumineux.  Astrid de Larminat, Le Figaro.

Un très beau premier roman, déchirant et incandescent, qui force l’admiration.  Yann Perreau, Les Inrockuptibles.

Gaby n’est pas un petit Africain, c’est un enfant du monde emporté par la fureur du destin. Notre hantise commune.  Maria Malagardis, Libération.

Mon avis: 

Gaël Faye nous fait revivre le génocide Tutsi au Burundi et au Rwanda. Dans ce roman (qu’on sent tout de même pas mal autobiographique) on suit le jeune Gabriel, qui vit dans une famille plutôt aisée et qui nous raconte sa vie au Burundi, ses copains, la violence omniprésente et finalement, après l’horreur, la résilience. Un très beau roman qui se lit d’une traite. La plume est fluide et si on en ressort pour le moins horrifié par les faits historiques (réels, eux) que raconte ce roman, on est heureux d’avoir découvert un jeune auteur à suivre. De très près.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Ma meilleure ennemie – Paula Daly

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Cherche-Midi

Date de parution (dans cette édition): 4 février 2016

Résumé: 

Comment ne pas se faire d’illusions sur ceux qu’on aime ?

Natty et Sean forment un couple heureux depuis le lycée. Après avoir travaillé dur, ils sont devenus propriétaires d’un charmant petit hôtel dans la région des Lakes, au nord-ouest de l’Angleterre. Natty, sans doute trop perfectionniste, se démène aussi bien sur le plan professionnel que familial, sans se rendre compte que son mari se sent parfois un peu délaissé.

Quand l’école appelle pour leur annoncer que la plus jeune de leurs filles vient d’être hospitalisée lors d’un voyage scolaire en France, Natty se précipite à son chevet. Elle fait appel à sa meilleure amie, Eve, psychologue de renom, pour veiller sur sa famille en son absence.

À son retour, quelques jours plus tard, c’est le choc : Sean déclare qu’il est tombé amoureux d’Eve et qu’il veut divorcer. Tout s’écroule autour de Natty. Elle n’a pas d’autre choix que de tenter de faire face, au moins pour ses filles, et d’accepter l’inacceptable. Jusqu’au jour où elle reçoit une lettre : Eve aurait déjà agi de la sorte, à plusieurs reprises, avec des conséquences dramatiques. Natty va alors se lancer dans une bataille très dangereuse…

Mon avis: 

On sent dès le départ que les choses vont mal tourner pour la protagoniste du roman, Natty, mère de famille débordée qui néglige pour le peu son mari Sean. Suite à une maladie, sa fille cadette est hospitalisée en France et elle part immédiatement à son chevet en laissant le soin à sa meilleure amie Eve, qui est – bien évidemment – super canon et chaude comme la braise (et dangereuse en plus) de s’occuper de sa fille aînée et de son mari (non mais vraiment!). Bon je dois dire que ce roman m’a beaucoup plu mais m’a tout de même grandement agacée. Depuis le début, on sait que ça va mal tourner, on a envie de secouer Natty et de lui dire « mais pu…naise! réveille-toi ! t’as mis le loup dans la bergerie » mais c’est déjà trop tard… Quand elle rentre chez elle, son mari veut rompre et se dit amoureux de sa meilleure (ex-) amie. Une descente aux enfers commence donc pour elle et finalement l’auteure sait nous mener jusqu’au point de rupture … on retient son souffle jusqu’au bout!

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le gardien des choses perdues – Ruth Hogan

Nombre de pages: 350 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2017

Résumé: 

Londres, mai 1974. Anthony Peardew attend sa fiancée, Thérèse. Celle-ci est étonnamment en retard. Il est loin de se douter qu’elle n’arrivera jamais, gisant au centre de l’attroupement qui s’est formé quelques centaines de mètres plus bas sur la chaussée. De retour chez lui ce même jour, Anthony réalise qu’il a égaré le médaillon que Thérèse lui avait confié, rompant ainsi la seule promesse qu’elle lui ait jamais demandé de tenir. Le coeur brisé, il passera le restant de son existence à collecter des objets trouvés au hasard de ses promenades, dans l’espoir de pouvoir un jour les restituer à leurs propriétaires. Désormais âgé de soixante-dix-neuf ans, le vieil homme décide de léguer sa demeure victorienne et les « trésors » qu’elle recèle à sa fidèle assistante Laura, qu’il pense être la seule à même d’accomplir la mission qu’il s’est donnée. En exprimant ses dernières volontés, il est loin de se douter de leurs répercussions et de l’heureuse suite de rencontres qu’elles vont provoquer… Histoire d’amour et de rédemption, Le Gardien des choses perdues explore la magie des objets, le sens qu’ils donnent à nos vies et les liens inattendus qui nous unissent aux autres. Ce premier roman enchanteur, à l’humour et au charme irrésistiblement british, est en cours de traduction dans quinze pays

Mon avis: 

Voilà un petit joyau que j’ai mis un peu par hasard dans mon panier à la Fnac de Strasbourg en début d’année… la couverture et le titre me plaisaient bien. On y suit un homme qui collecte tous les objets qu’il trouve, les étiquette (lieu et date etc.) et écrit ensuite des romans à propos de la vie (imaginée) de ces objets. A sa mort, il lègue sa collection à Laura, sa femme à tout faire, qui devra mener à bien la quête qu’il n’a pu achever lui-même:  retrouver tous les propriétaires de ces objets perdus ! Une quête ardue qui va la révéler à elle-même… J’ai adoré ce livre, les personnages sont attachants au possible (la jeune voisine autiste est à croquer) et finalement, à la fermeture de ce livre, on se sent bien, heureux. Un vrai roman feel-good sur la puissance de l’amour à travers le temps.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Ugly Love – Colleen Hoover

Nombre de pages: 384 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 17 novembre 2016

Résumé: 

Tate, 23 ans, emménage provisoirement chez son frère à San Francisco. Lorsqu’elle tombe littéralement sur Miles, le voisin d’en face, l’attirance, réciproque, est immédiate.
Si le beau pilote de ligne aux yeux bleu caraïbe refuse catégoriquement toute attache, Tate n’a pas le temps pour la passion… Alors, pourquoi ne pas se laisser séduire ? Leur liaison est torride et leur arrangement parfait, tant que sont respectées les deux règles de Miles : ne pas parler du passé, ne rien espérer du futur…
Mais le cœur peut-il suivre d’autres règles que les siennes ? L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

 » Un roman tendre et léger.  » L’Est Éclair

Mon avis: 

Un roman d’amour qui commence comme un roman de fesses…. au début je me suis dit « ouh-là c’est pas trop ton style de bouquin ». Et finalement, j’ai bien aimé l’histoire d’amour entre les deux héros, même s’il s’agit d’une « banale » histoire d’amour entre un super beau mec, Miles, pilote de ligne en plus (ben voyons) et une superbe jeune femme, Tate (super intelligente en plus rooooh). Même si le personnage de Miles est hanté par son passé (qu’on ne découvrira qu’à la fin du livre), les personnages n’ont pas une grande substance ni beaucoup d’épaisseur. Je pense que Colleen Hoover voulait faire pleurer dans les chaumières et même si j’ai été émue à la révélation du secret de Miles, je n’ai pas non plus été bouleversée, la fin était un peu trop téléphonée à mon goût.. et ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable, même s’il s’est bien laissé lire. A lire si vous aimez les histoires d’amour … sinon, passez votre chemin.

Ma note: ♥♥(♥) 

 

Un avion sans elle – Michel Bussi

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 mars 2013

Résumé: 

Lyse-Rose ou Émilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapée d’un crash d’avion, une fillette de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée « Libellule ». Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, la jeune femme va dénouer les fils de sa propre histoire jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

Mon avis: 

J’avais beaucoup aimé le premier livre que j’avais lu de cet auteur (ne lâche pas ma main) que j’avais trouvé vraiment haletant. Je n’ai pas eu le même sentiment avec celui-ci. J’ai trouvé la partie avec le détective un peu ennuyante et longuette et finalement, la fin ne m’a pas plus bluffée que cela, je m’y attendais un peu. Je me réjouis toutefois de lire plus de romans de cet auteur car j’aime beaucoup son style d’écriture.

Ma note: ♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’octobre ! Je suis en train de taper l’article des lectures du mois de novembre donc vous devriez l’avoir tout bientôt (entre deux articles beauté).

Avez-vous lu l’un des livres présentés ?

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois de septembre 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de septembre 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour La petite fille dans le miroir de Marie Javet, le visuel ainsi que le résumé ont été pris sur le site payot.ch .

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La petite fille dans le miroir – Marie Javet

Nombre de pages: 220 pages

Editeur: Plaisir de lire

Date de parution (dans cette édition): avril 2017

Résumé: 

June Lajoie, une auteure américaine de best-sellers, passe l’été dans un hôtel d’Interlaken, évitant tout contact social. Depuis longtemps, elle porte le poids d’un lourd secret.

Vingt ans plus tôt, Lizzie Willow, une jeune fille de bonne famille extrêmement riche, se libère du joug des convenances sociales le temps d’un été et vit une passion amoureuse, entre Montreux et Lausanne. Mais l’idylle tourne vite au drame…

Le passé et le présent se croisent, se mêlent et s’éclairent l’un l’autre, jusqu’au moment où une présence énigmatique dans un miroir révèle le regard d’une petite fille. Qu’essaie-t-elle de dire à June et Lizzie ? L’intrigue de ce roman au suspense bien ficelé permettra de le découvrir, page après page, jusqu’à un dénouement surprenant.

Mon avis: 

J’ai été réellement étonnée par ce roman car je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il comporte du fantastique et je dois dire que j’ai bien aimé me faire surprendre. Au fil des chapitres on reconstitue la vie de Judy et on s’y attache de plus en plus, jusqu’au moment où on apprend ce qu’elle a fait… la fin m’a beaucoup plu, ce roman fait réfléchir sur le fait de prendre ses responsabilités, quoi qu’il advienne. Un seul bémol pour ma part, la résolution de l’enquête concernant la petite fille dans le miroir est un peu rapide à mon goût. J’aurais peut-être souhaité que cet aspect-là de l’histoire soit plus développé (70-80 pages de plus peut-être ??). Une belle découverte, j’ai hâte de lire le prochain roman de cette auteure avec qui j’ai eu l’occasion de discuter à Gryon à la sortie du livre « qui a tué heidi? » de Marc Voltenauer. Pour la petite histoire, quand je suis arrivée vers la table à laquelle elle se tenait pour vendre et faire dédicacer son livre elle m’a dit « vous êtes Elodie non ? Je ne rappelle d’avoir discuté avec vous sur Facebook! » Et bien je peux vous dire que cela m’a fait super plaisir, elle doit voir tellement de personnes tant réellement que virtuellement que je me suis sentie privilégiée ! Je ne peux que vous conseiller ce roman 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les garçons de l’été – Rebecca Lighieri

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: P.O.L.

Date de parution (dans cette édition): 3 janvier 2017

Résumé: 

Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs doués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l’été sauvage de la Réunion. Mais l’été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu’elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu.

Mon avis: 

Ce livre raconte l’histoire d’une famille bourgeoise à qui tout réussi et qui tombe de plus en plus dans l’horreur suite à une morsure de requin qui coûtera une jambe au fils aîné. Quand le vernis se fend, on découvre que chaque membre de la famille a des failles et que le mal guette… J’ai adoré le début du livre, l’écriture est fluide et l’histoire passionnante. J’ai par contre détesté la fin, bâclée, invraisemblable et somme toute assez ridicule ! Je lui mets 3 étoiles mais si on avait enlevé les deux derniers chapitres il aurait très certainement mérité ses 5 étoiles!!

 

Ma note: ♥♥♥

 

Le vieil homme et la guerre (tome 1) – John Scalzi

Nombre de pages: 379 pages

Editeur: Milady SF

Date de parution (dans cette édition): 23 septembre 2016

Résumé: 

« J’ai fait deux choses le jour de mes soixante-quinze ans : je suis allé sur la tombe de ma femme. Puis je me suis engagé. » À soixante-quinze ans, l’âge requis, John Perry n’est pas le seul à intégrer les Forces de défense coloniale, billet pour les étoiles, mais sans retour. Rien ne le retient plus sur Terre. Combien d’années peut-il espérer vivre ? S’engager, c’est protéger l’expansion de l’humanité dans la Galaxie, retrouver une seconde jeunesse et, à l’issue du service, obtenir le statut de colon sur une planète nouvelle. Mais qu’advient-il réellement de ces recrues ?

Mon avis: 

Il s’agit d’un pur roman de science-fiction où les retraités partent dans l’espace pour défendre les colonies humaines contre les autres races peuplant l’univers. En participant à ce programme, les vieilles personnes sont « retapées » et retrouvent une nouvelle jeunesse, les transformant en machines à tuer surentraînées. Cependant, malgré le fait que la SF n’est pasp mon genre de prédilection, j’ai trouvé ce roman inventif et original, le personnage de John est très attachant (j’adore la façon que l’auteur le fait s’exprimer, on a l’impression de l’entendre vraiment parler), j’ai passé un excellent moment de lecture et je viens de voir qu’il y a deux suites que j’aurai beaucoup de plaisir à lire. On réfléchit également beaucoup sur la place de l’être humain dans le monde et la suprématie qu’il croit lui être due.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les suprêmes – Edward Kelsey Moore

Nombre de pages: 414 pages

Editeur: Actes Sud édition Babel

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2015

Résumé: 

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle «les Suprêmes», en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L’intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l’existence n’a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie. Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux Etats-Unis, ce formidable roman de l’amitié et de la résilience s’affirme comme une exemplaire défense et illustration de l’humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections.

Mon avis: 

Un très beau roman sur l’amitié de trois femmes depuis l’adolescence jusqu’à la retraite… On passe du passé au présent pour comprendre l’histoire et les antécédents de chacune et j’ai vraiment adoré chacun des personnages. Jusqu’à la fin on est tenu en haleine et jamais le soufflé ne redescend. Ce livre m’a fait du bien, j’étais à chaque fois ravie de retrouver les trois héroïnes.. un livre qui gagne à être connu !(ce livre a réussi à m’arracher des larmes c’est pourquoi il méritait amplement ses 5 coeurs 🙂 )

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Carnaval – Ray Celestin

Nombre de pages: 528 pages

Editeur: 10-18

Date de parution (dans cette édition):19 mai 2016

Résumé: 

Un thriller inspiré d’un fait divers survenu à La Nouvelle-Orléans en 1919, entre tensions raciales, corruption, vaudou, jazz et mafia

Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

Mon avis: 

J’avais lu beaucoup de bien de ce roman et je dois dire que j’ai vraiment bien accroché avec cette histoire de serial killer opérant en Nouvelle Orléans. J’imaginais tout à fait l’ambiance dans ma tête tant les descriptions étaient bien détaillées (sans être ennuyantes). Ce livre aborde des sujets graves (racisme, pauvreté, mafia, etc.) ce qui n’est pas forcément le cas de tous les policiers/thrillers, ce que j’ai trouvé vraiment intéressant. Par contre, j’ai trouvé la fin un peu décevante mais lirai tout de même le prochain opus avec plaisir (vu que la fin laisse présager que d’autres enquête des mêmes protagonistes sont à prévoir) 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Un dimanche au bord de la piscine – Madeleine Wickham alias Sophie Kinsella

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Pocket (mon édition était un France Loisirs)

Date de parution (dans cette édition): octobre 2015

Résumé: 

C’est dimanche de baignade chez les Delaney. Comme tous les ans lorsque le soleil est haut et la piscine ouverte, tous les voisins de Melbrook sont invités à partager la plus belle propriété du coin. Une journée idyllique en perspective…
Mais tout à coup la petite Katie, 7 ans, chute du plongeoir. Direction l’hôpital. Si la fillette va bien, la belle harmonie a disparu. Les langues se délient, on accuse les parents, persifle sur leurs flirts respectifs, la piscine pas aux normes… Et tout le village de plonger en eaux troubles…

Mon avis: 

Très vite lu, très vite oublié ! Une chute d’une enfant sur un plongeoir, un couple qui se sépare et un amant avocat aux dents un peu trop longues et nous voilà pour 300 pages de « c’est de ta faute non de la tienne etc. » pour finalement revenir au point de départ. Pas forcément déplaisant à lire mais j’ai surtout trouvé que les personnages n’avaient aucune profondeur, on n’arrive pas à se mettre à leur place et à comprendre ce qu’il se passe dans leur tête, l’auteure ne fait que rester à la surface. Dommage.

Ma note: ♥♥

 

Retour à Little Wing – Nickolas Butler

Nombre de pages: 384 pages

Editeur: Points

Date de parution (dans cette édition): 20 août 2015

Résumé: 

Ils étaient quatre inséparables. Hank, Kip, Ronny et Lee. Les rois de la petite ville de Little Wing. À l’âge adulte, leurs chemins ont divergé. Certains sont restés et voudraient fuir. D’autres sont partis loin et ne pensent qu’à revenir. Tous sont en quête de quelque chose, du bonheur peut-être. Quoi qu’il arrive, Little Wing est leur port d’attache. C’est chez eux. Toujours, ils s’y retournent.

Mon avis: 

Un roman sur 4 amis d’enfance dont les chemins se séparent à l’âge adulte mais qui tentent tout de même de rester soudés et de s’entraider malgré leurs différents chemins de vie. J’ai aimé le fait que chaque chapitre soit raconté du point de vue de l’un des protagonistes, ainsi on a les différentes versions des histoires de chacun et on sait exactement ce que chacun pense des autres. Un beau roman qui m’a beaucoup émue sur la fin, pas un coup de coeur (mais de peu) mais un roman que je garderai précieusement dans ma bibliothèque.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les délices de Tokyo – Durian Sukegawa

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 3 mai 2017

Résumé: 

« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.

Mon avis: 

Une petite merveille de délicatesse, je ne m’attendais vraiment pas à apprécier autant ce roman. Il ne s’y passe pas grand chose mais chaque dialogue, chaque description, est un régal. J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et surtout le personnage de la veille femme (Tokue) qui réalise enfin son rêve de « travailler » dans une patisserie alors qu’elle a vécu toute sa vie en paria. Une pépite à découvrir!

Ma note: ♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de septembre 🙂 j’espère avoir le temps de vous taper l’article d’octobre rapidement 🙂

A bientôt !

[SP] J’ai lu: Eunoto de Nicolas Feuz

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du tout nouveau roman de l’auteur suisse Nicolas Feuz, Eunoto – les noces de sang, que j’ai eu la chance de recevoir de sa part fin août.  J’ai pu rencontrer M. Feuz lors du salon du livre de Genève 2017 et il est vraiment très sympathique, abordable et plein d’humour. J’aime préciser ceci car étant d’une timidité extrême, je suis toujours très stressée à l’idée d’adresser la parole à un écrivain dont j’apprécie le travail et pourtant je n’ai eu aucun problème à discuter avec lui, il sait mettre les gens à l’aise dès le premier instant 🙂

Eunoto

Bref, je m’égare, parlons donc de ce fameux nouveau roman, nommé Eunoto – les noces de sang. J’ai fait une petite recherche sur google et Eunoto est en fait un rite de passage chez les guerriers Massaï (Kenya). Ce roman prend chronologiquement place juste avant le début de la trilogie Massaï (Ilmoran – l’avènement du guerrier / Ilayok – le berceau de la folie / Ilpayiani – le crépuscule massaï) et juste après Emorata – pour quelques grammes de chair. (dont j’ai parlé lors de mon dernier update lecture, ici)

Pour la petite histoire et pour celles et ceux qui l’ignoreraient, Nicolas Feuz est actuellement Procureur de la République du Canton de Neuchâtel avec une spécialisation dans la lutte contre le trafic de stupéfiants. Il prend d’ailleurs toujours un malin plaisir dans ses romans à maltraiter les procureurs, allez savoir pourquoi 😉

Nombre de pages: 391 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution: 17 octobre 2017

Résumé (4ème de couverture)

Il lui promit de l’aimer pour le meilleur et pour le pire, sachant que seul le pire les attendait. Il lui promit de l’aimer jusqu’à ce que la mort les sépare. Mais pas au-delà.

Le monstre de St-Ursanne est-il victime d’une erreur judiciaire ? Qui sont ces jeunes filles décapitées, dont les corps ont été retrouvés au château de Valangin et au barrage de Schiffenen? Pourquoi un gendarme genevois a-t-il été tué devant les HUG? Jeune inspecteur de la police neuchâteloise, Michaël Donner trouvera-t-il des réponses en ville de Lausanne ou dans le domaine skiable des Quatre Vallées? Quand l’enquête sur un tueur en série prend une dimension romande et requiert la mise en ouvre de l’entraide intercantonale…

Mon avis

Tout d’abord, je vous conseille de lire « Emorata » avant de commencer à lire « Eunoto » (même si vous pouvez bien entendu commencer par Eunoto) car ainsi vous aurez déjà fait connaissance avec l’inspecteur Michaël Donner et sa coéquipière et (nouvellement) compagne Lara Pittet. Dans cette « suite », on retrouve donc avec bonheur Michaël Donner qui a pris un peu de bouteille suite à sa précédente (et première) enquête très éprouvante au cours de laquelle son mentor Andreas Rohrer avait trouvé la mort. Plus que jamais déterminé à être un bon flic à la hauteur des espérances de son père adoptif, Michaël se jette à corps perdu dans son travail et devient très vite l’un des meilleurs éléments de la police neuchâteloise.

Quand des cadavres de jeunes femmes sont retrouvés un peu partout en Suisse romande, c’est bien sûr lui qui est envoyé pour enquêter. Et quand on retrouve sur les cadavres l’ADN d’un homme enfermé en prison depuis des années, le fameux monstre de St-Ursanne, tout le système judiciaire est remis en question. Le monstre de St-Ursanne est-il innocent, comme il le clame depuis tout ce temps ? Ou bien s’agit-il d’une machination à plus grande échelle? Je ne peux vous en dire plus sous peine de vous spoiler mais Nicolas Feuz sait nous mener exactement où il le veut pour nous égarer dans les méandres de la noirceur humaine.

Dans ce roman, Donner prend cette fois encore beaucoup d’initiatives et de risques, n’hésitant pas à mettre en péril sa propre intégrité physique. J’ai aimé toutefois qu’il soit un tantinet plus réfléchi que dans Emorata, un peu moins à foncer tête baissée (quoique…)!

La fin m’a pour le moins estomaquée (je ne m’y attendais pas du tout!) et je n’ai à présent qu’une hâte, m’attaquer enfin à la trilogie massaï qui dort sagement dans ma bibliothèque !!!

De plus, je ne peux manquer de noter que Michaël Donner fait la connaissance d’un certain inspecteur Auer qui enquête sur des meurtres commis à Gryon… (cf mon article sur qui a tué Heidi? de Marc Voltenauer) j’ai adoré ce clin d’oeil et la rencontre de ces deux héros que j’apprécie énormément et qui immortalise l’amitié qui lie les deux auteurs 🙂

Pour terminer, je ne peux que vous conseiller ce roman si vous aimez les bons polars et si en plus vous êtes suisses comme moi (ou si du moins vous connaissez la région), vous serez heureux de reconnaître les lieux décrits (avec beaucoup de précision!) ce qui est fort appréciable et permet de mieux imaginer les scènes de meurtres glaçantes à souhait.

Une pépite que j’ai dévorée en deux jours et que je vous recommande les yeux fermés.

Ma note: ♥♥♥♥♥

* je remercie encore Nicolas Feuz pour l’envoi de son roman en SP ainsi que pour sa confiance!

Bilan de mes lectures du mois d’août 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’août 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Eunoto, le visuel a été pris sur le site Babelio.com

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Emorata – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 362 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): 21 octobre 2014

Résumé: 

Un policier suisse est retrouvé assassiné sur une plage du Grau-du-Roi… Après ILMORAN, l’avènement du guerrier, ILAYOK, le berceau de la folie, et ILPAYIANI, le crépuscule massaï, retrouvez la toute première enquête de Michaël Donner, dans ce prequel de la « trilogie massaï ». Encore jeune aspirant de l’ERAP, l’école de police, Donner se retrouve mêlé malgré lui à une sordide affaire d’assassinats, qui le mènera de la métropole horlogère de La Chaux-de-Fonds aux vastes étendues sauvages de la Camargue. Cette sombre expérience contribuera à forger son caractère et définira certaines lignes de son comportement en tant que futur inspecteur de la brigade des stupéfiants neuchâteloise.

Mon avis: 

Dans ce roman, on apprend à connaître le jeune inspecteur neuchâtelois Michaël Donner qui est amené à enquêter sur la découverte du cadavre d’un policier suisse en Camargue ce qui l’entraînera ensuite à faire le lien avec le cadavre d’une femme découpée en morceaux retrouvée à La Chaux-de-Fonds. L’enquête devient très vite trépidante et on en veut toujours plus ! Comme pour Horrora Borealis, j’ai adoré retrouver des décors connus (Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds…) et j’ai apprécié le personnage de Donner même s’il prend souvent des décisions inconsidérées et veut parfois jouer au héros . Ce livre est un prélude à la trilogie Massaï que j’ai dans ma bibliothèque et que je pense très bientôt lire 🙂 Il se place chronologiquement juste avant le nouveau roman de l’auteur « Eunoto » que j’ai eu la chance de lire en SP et dont je vous parlerai de manière plus détaillée très bientôt.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

Nombre de pages: 624 pages

Editeur: Babel

Date de parution (dans cette édition): 10 octobre 2013

Résumé: 

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis: 

Je n’ai pas vu le film tiré de ce livre (d’ailleurs si ça avait été le cas je n’aurais peut-être pas lu le livre, des fois je suis fainéante, surtout quand il s’agit d’un pavé de 600 pages…) mais comme j’avais entendu beaucoup de bien de cette histoire, j’avais décidé de me lancer enfin cet été. On y découvre un groupe de gouvernantes noires qui servent dans des familles blanches de classe moyenne à riche. J’ai aimé le fait que l’histoire soit racontée selon les différents points de vue des protagonistes. J’ai trouvé tous les personnages attachants et l’histoire passionnante. J’ai appris des choses sur les années 60 qui m’ont fait frémir ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec ce roman qui raconte avec justesse et sensibilité cette triste page de l’histoire américaine (même si la page n’est pas encore vraiment tournée apparemment 😥 )

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Le roman de l’été – Nicolas Fargues

Nombre de pages: 336 pages

Editeur: Folio

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2011

Résumé: 

« Pas facile, à 55 ans, de se mettre à la littérature. Surtout par un si beau soleil dehors. Et votre
fille qui annonce qu’elle amène une copine italienne pour les vacances. Sans compter les voisins
d’en face qui, dès que vous vous décidez enfin à prendre la plume face à l’océan, voudraient
vous faire comprendre que, tout ce qu’ils demandent, c’est une vue sur la mer eux aussi ».

Mon avis: 

J’ai trouvé ce roman assez plat et sans grand intérêt, un bobo veut se lancer dans l’écriture mais l’inspiration ne lui vient pas…  j’ai l’impression d’avoir déjà lu 10 livres dans ce genre 😦 en fait je n’ai pas réussi à m’identifier aux personnages, j’étais indifférente à leur destin ! Je trouve que ce roman aurait mérité d’être plus développé, les personnages plus profonds et la trame plus fournie. Dommage.

Ma note: ♥♥

Ne lâche pas ma main – Michel Bussi

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 mai 2014

Résumé: 

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion.
Farniente, palmiers, soleil.
Un cocktail parfait.
Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île, est lancée.

Mon avis: 

C’est le premier roman que je lis de cet auteur et je dois dire que j’ai été surprise en bien même si la résolution de « l’enquête » m’a un peu laissée sur ma faim car certaines choses sont pour moi invraisemblables. Cependant, j’ai bien aimé les personnages (surtout la maîtresse du policier) et les dialogues sonnaient justes. Je ne suis jamais allée à la Réunion mais j’avais l’impression d’y être, tant les descriptions étaient précises et détaillées. Un bon policier/thriller à lire en été sur son transat !

Ma note: ♥♥♥

Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint milliardaire – Vikas Swarup

Nombre de pages: 368 pages

Editeur: 10/18

Date de parution (dans cette édition): 16 août 2007

Résumé: 

Quand un serveur de dix-huit ans, pauvre et inculte, est le vainqueur de  » Qui veut gagner un milliard de roupies ? « , la production soupçonne une escroquerie. Sommé de s’expliquer, Ram Mohammad Thomas replonge dans ses souvenirs. À travers ses péripéties tragi-comiques, des bidonvilles de Bombay à Bollywood, l’Inde d’aujourd’hui, violente et contrastée, se dévoile.

Mon avis: 

J’avais vu le film il y a quelques années mais j’avais entendu dire que le livre était bien différent et du coup et bien j’ai voulu le lire pour voir si cela était vrai ou non. Hé bien, totalement ! Autant le film édulcorait un peu tout et misait out sur le drame, autant le livre est plus pointu quant aux explications du pourquoi du comment ce jeune indien connaît toutes les réponses aux questions posées durant l’émission « qui veut gagner un millard de roupies ». J’ai trouvé également le personnage principal bien plus attachant dans sa fragilité dans le livre que dans le film. J’ai toutefois trouvé que le livre présentait quelques longueurs que l’auteur aurait pu écourter !

Ma note: ♥♥♥

 

Carol – Patricia Highsmith

Nombre de pages: 314 pages

Editeur: Le livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 1er septembre 1991

Résumé: 

Thérèse, vendeuse dans un grand magasin, rencontre Carol, qui est belle, fascinante, fortunée. Elle va découvrir auprès d’elle ce qu’aucun homme ne lui a jamais inspiré : l’amour. Une passion naît, contrariée par le mari de Carol, lequel n’hésite pas à utiliser leur petite fille comme un moyen de chantage.
Second roman de Patricia Highsmith, Carol fut refusé, en 1951, par son éditeur américain en raison de la hardiesse du sujet. Il parut sous un pseudonyme, Claire Morgan. Nous pouvons aujourd’hui lire ce roman pour ce qu’il est : la preuve que Patricia Highsmith n’est pas seulement un maître du genre policier, mais avant tout une romancière de premier ordre, qui, avec pudeur et sensibilité, nous parle ici d’un amour revendiquant sa liberté.

Mon avis: 

Deux femmes se rencontrent dans un grand magasin et tombent sous le charme l’une de l’autre. Une histoire d’amour « interdite »à une époque où les couples homosexuels n’étaient pas aussi courants qu’à présent. Je n’ai pas tellement aimé ce roman car j’ai trouvé le rythme trop lent, les personnages un peu étranges (la jeune qui ne dit jamais rien etc.) et finalement peu attachants. Pas le meilleur livre sur le sujet, je trouve qu’il a malheureusement mal vieilli (il avait été écrit en 1951 initialement) ! Je pense que le film tiré de ce roman et sorti l’année passée sera sûrement plus intéressant.

Ma note: ♥♥

 

Ce qui nous lie – Samantha Bailly

Nombre de pages: 288 pages

Editeur: Milady

Date de parution (dans cette édition): 19 septembre 2014

Résumé: 

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie « normale », celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.

Mon avis: 

J’avais lu beaucoup d’avis positifs sur ce roman où on suit Alice, jeune femme séduisante qui a le don de voir – sous forme de traits lumineux – les liens que peuvent avoir entre eux les personnes qu’elle rencontre. Bon, je ne vais pas y aller par 4 chemins. Ce roman m’a déçue, même s’il est bien écrit et le rythme est entraînant. Non, il m’a déçue car j’ai trouvé que les personnages n’avaient aucune épaisseur, tout se passe beaucoup trop vite et finalement je dois vous avouer ne même pas me souvenir complètement de l’histoire… c’est dire ! Un roman sympa pour les 13-16 ans mais pas au-delà à mon avis … je ne faisais juste pas partie du public ciblé.

Ma note: ♥♥

 

[SP] Eunoto – Nicolas Feuz

Nombre de pages: mystère !

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): mi octobre 2017

Résumé: 

Je vous en dirai plus dans ma chronique 😉

Mon avis: 

Je suis en train de vous préparer un article dédié à ce livre… stay tuned !

Ma note: vous la saurez lors de ma revue qui paraîtra dans quelques jours 🙂 

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’août 2017 !

Et vous, qu’avez vous lu cet été ?

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois de juillet 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de juillet 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Nombre de pages: 312 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 4 février 2016

Résumé: 

Un mail comme une bouteille à la mer. D’ordinaire, l’écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d’admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n’est pas une  » lectrice comme les autres « . Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu’elle lui a fait parvenir – et qu’il n’ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s’établit qui en dévoile autant qu’elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun…

Mon avis: 

J’ai  vraiment adoré ce roman épistolaire qui ne manquait pas de rythme et dont la fin a su me surprendre. Une femme commence à écrire à un écrivain qui la prend pour une fan un peu insistante. Mais les apparences peuvent être trompeuses ! Les personnages sont attachants et pas ennuyeux. Un livre qui se dévore d’une traite, un vrai roman feel good !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Le chagrin des vivants – Anna Hope

Nombre de pages: 400 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 25 janvier 2016

Résumé: 

Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l’Angleterre attend l’arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d’hommes ont disparu, cette cérémonie d’hommage est bien plus qu’un simple symbole, elle recueille la peine d’une nation entière. À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l’armée ; Ada, qui ne cesse d’apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d’anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d’hommes incapables de retrouver leur place au sein d’une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l’équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s’apaisent.

Mon avis: 

J’ai trouvé très touchant ce roman qui raconte le destin de 3 femmes en 1920. L’une continue à voir partout son fils décédé à la guerre, l’autre essaie de se noyer dans le travail suite au décès de son fiancé (en se cachant derrière une apparente froideur) et la dernière, danseuse professionnelle, essaie de tromper son ennui en participant à des soirées dansantes qui ont lieu dans des caves… un roman touchant et intéressant sur l’après-Première Guerre Mondiale.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Ma raison d’espérer – Rebecca Donovan

Nombre de pages: 608 pages

Editeur: Pocket Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 15 octobre 2015

Résumé: 

Et si le secret d’Emma en cachait bien d’autres ?

 » Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde.  »

Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d’Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l’a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s’en veulent de ne pas l’avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d’avant…

Mon avis: 

Dans ce deuxième tome on retrouve Emma, qui, suite au drame de la fin du tome 1, décide de renouer avec sa mère destructrice et alcolo et d’essayer de repartir sur de bonnes bases en retournant habiter avec elle… est-ce un bon choix ? Je ne vous en dirai pas plus si ce n’est que j’ai bien aimé ce 2ème tome même si l’issue est plus que prévisible. J’aime toujours autant le personnage d’Evan et trouve quand même qu’Emma a un comportement vraiment pas cool avec et certaines de ses réactions sont plus que limites ! A des moments, j’avais vraiment envie de la baffer !! Enfin bref, un tome où il se passe beaucoup de choses et qui fait bien le joint entre le tome 1 et le tome 3 (que j’ai lu plus tard dans le mois ;-))

Ma note: ♥♥♥

 

 

Les infortunes de la Belle au Bois Dormant – tome 1: Initiation – Anne Rice

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 20 février 2014

Résumé: 

Selon le conte traditionnel, la Belle sera tirée de son long sommeil par un chaste baiser. Ici, point de baiser. C’est en l’initiant aux délices de la chair que le Prince rompt l’enchantement. Pour prix de sa délivrance, la Belle le suit dans son lointain royaume où il la fait entrer au service de la reine. Dans ce monde de luxe et de luxure, où elle devra assouvir tous les fantasmes de la cour, la Belle va découvrir l’extase dans la douleur et l’ivresse de la soumission…

Mon avis: 

Bon alors déjà, si vous n’aimez pas les livres érotiques voire même pornographiques, passez votre chemin. Je ne suis pas particulièrement friande de ce genre de littérature mais comme j’aime beaucoup Anne Rice, je me devais de me plonger dans cette trilogie un jour ! En gros, il s’agit en fait de la Belle au Bois Dormant revisitée en version X. La Belle est réveillée par un jeune Prince venant d’un royaume très porté sur la chose si vous voyez ce que je veux dire 😉 Il l’emmène donc dans son château où il en fait son objet sexuel en l’obligeant à vivre nue et au service de la Reine qui est d’une perversité sans égale… plaisant à lire, très déjanté (si on compare au conte initial), je me réjouis tout de même de lire la suite car quand même .. Anne Rice quoi 😉

Ma note: ♥♥♥

 

[SP] Qui a tué Heidi ? – Marc Voltenauer

Nombre de pages: 445 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 24 août 2017

Résumé: 

Un chassé-croisé infernal « Andreas fonçait au volant de sa vieille BMW. Il enchaînait les virages et jouait avec les limites qu’imposait la route sinueuse. Les haut-parleurs diffusaient encore la chanson. Le refrain lancinant résonnait au fond de lui comme un écho de son état intérieur. » Qu’a-t-il bien pu arriver à l’inspecteur Auer ? Un tueur à gages abat un politicien à l’opéra de Berlin, en plein milieu d’une représentation. Sa prochaine destination : Genève. Et puis, Gryon. Gryon où Andreas Auer, qui vient d’être suspendu par le commandant de la police, décide d aider un ami paysan à la ferme pour sortir de sa déprime. Gryon, ce petit village si paisible. Paisible ? Pas si sûr… Dans la chambre de sa mère, un homme rumine ses fantasmes les plus fous. Il est prêt à passer à l’acte. Un chassé-croisé infernal se profile, et va tout balayer sur son passage. Andreas et les siens en sortiront-ils indemnes ?

Mon avis: 

Vous pouvez lire mon avis complet sur ce livre (que j’ai adoré) ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Ma raison de respirer – Rebecca Donovan

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 19 mai 2016

Résumé: 

– J’ai absolument besoin de sauter.
– Pourquoi ?
– Parce que je n’arrive plus à respirer.

Deux ans après avoir brisé le coeur d’Evan, Emma ne parvient pas à l’effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l’armure d’Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l’assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l’adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume. Jusqu’à une rencontre décisive,
qui bouleversera toutes ses certitudes…

Mon avis: 

Bon je pense que le livre aurait pu être allégé de quelques 200 pages où Emma déprime et fait le vide autour d’elle (et on a toujours autant envie de la baffer au demeurant). On y retrouve une Emma complètement à l’Ouest (je ne vous dirai pas pourquoi, ça ne serait pas sympa) qui fait vraiment n’importe quoi de sa vie. Je suis contente de la fin, même si elle est un peu bâclée à mon sens (trop rapide).  Bon et je dois dire que la pauvre jeune femme à qui il n’arrive que des merdes (il n’y a pas d’autres termes désolée) ça va aussi un moment… Une bonne trilogie pour les adolecent(e)s mais que je ne conseille pas forcément pour les trentenaires comme moi 😉

Ma note: ♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de juillet !

Je suis navrée d’avoir pris du retard dans mes petites chroniques mais entre le travail et le reste, je peine parfois à garder un rythme de publication correct, j’espère que vous m’en excuserez !

Et vous, qu’avez-vous lu dernièrement ? 

Bisous 🙂

ps. je suis en train de préparer l’article de mes lecture du mois d’août du coup vous devriez l’avoir d’ici à ce week-end.

[SP] J’ai lu: Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du nouveau roman de l’écrivain suisse Marc Voltenauer, auteur du « Dragon du Muveran » que j’avais adoré et littéralement dévoré (vous pouvez en trouver ma revue ici).

J’ai eu l’honneur d’être contactée par Marc Voltenauer lui-même pour recevoir « Qui a tué Heidi? » et en parler sur le blog! J’ai reçu le service presse courant juillet 2017 et je l’ai de suite attaqué (enfin j’ai fini ma lecture en cours quand même, hein, mais je dois dire que je n’ai jamais été aussi pressée de finir un livre pour en commencer un autre!)

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution: 21 août 2017

Résumé

Dans ce roman, on retrouve l’inspecteur Andreas Auer et son compagnon Mikaël ainsi que le village de Gryon (un village des Alpes Vaudoises qui est un personnage à part entière du roman), où prenait déjà place le premier roman. Même si les deux romans peuvent se lire individuellement (à la manière des romans de Camilla Läckberg), il y a quand même un ordre chronologique à respecter si on veut en connaître plus sur la vie de l’inspecteur Auer.

De plus, dans « Qui a tué Heidi » on retrouve des personnages du livre précédent et on y fait également mention des faits qui se sont passés dans « le Dragon du Muveran » donc si vous n’avez pas lu le tome précédent, il se pourrait que vous soyez un peu « perdus ». Même si ce n’est pas essentiel pour comprendre la trame de « Qui a tué Heidi? », cela permet surtout de mieux cerner ce qu’il se passe dans la tête du principal protagoniste et les démons qui le hantent.

Cette fois encore, des meurtres sont perpétrés dans le (pas si) paisible village de Gryon et c’est l’inspecteur Auer qui devra à nouveau s’y coller !

En effet, une vache a été tuée suite à un concours bovin et c’est en enquêtant sur cette mort (et celles qui suivent), que l’inspecteur Auer et son compagnon Mikaël mettent le nez dans une histoire bien plus compliquée qu’elle n’y paraissait aux premiers abords !

L’intrigue se passe également en partie entre Berlin et Genève, contrairement au « Dragon du Muveran » où tout se passait à Gryon (ou les villages aux alentours).

Mon avis

J’ai adoré ce second volet des aventures d’Andreas Auer et j’ai été heureuse de retrouver l’écriture précise et fluide de Marc Voltenauer. Les pages ont défilées à une vitesse folle !! On y retrouve certaines similarités d’écriture par rapport au livre précédent (le meurtrier se fait appeler par l’auteur « l’homme qui s’enivrait du parfum de sa mère » alors que dans le roman précédent il s’agissait de « l’homme qui n’était pas un meurtrier » ;-)) et tout comme dans le livre précédent, j’ai été bluffée par la fin car même si j’avais deviné quelques bouts du dénouement, je m’étais trompée sur l’identité de l’un des assassins! (« ah ben si c’est pas lui c’est lui alors! ah ben non … encore raté! »)

Marc Voltenauer sait avec brio nous balader et nous semer sur de fausses pistes et je dois dire que j’adore ne pas avoir deviné la fin, malgré tous les romans policiers/thrillers que je lis au quotidien 🙂

Les chapitres sont assez courts, chose que j’adore car cela créé une sensation d’urgence toujours bienvenue dans ce genre de roman. A chaque fois on se dit « bon j’en lis encore un et je pose le livre » et à chaque fois on continue car « c’est impossible de ne pas connaître la suite! ». #coucoulescerneslematin !

J’ai également aimé en connaître un peu plus sur l’inspecteur Auer, j’ai apprécié voir les ressemblances qu’il peut avoir avec l’auteur lui-même (ce mélange fiction/réalité est très plaisant) et j’espère en savoir encore plus sur le passé d’Andreas Auer dans le prochain roman. Dans ce livre, Mikaël, le compagnon de de l’inspecteur Andreas Auer, a également un plus grand rôle ce qui n’est pas pour me déplaire car je le trouve très intelligent et fin dans ses déductions donc il est d’une grande aide pour son compagnon qui est un peu moins réfléchi et plus impulsif. 

Par contre, sans vous spoiler, la fin est vraiment affreuse, Marc Voltenauer nous laisse sur un climax de dingue, je n’ai qu’une hâte, connaître la suite !!!!!

Comme vous l’aurez compris, « Qui a tué Heidi » est un roman que j’ai adoré et qui n’a rien à envier au « Dragon du Muveran » tant les deux romans sont excellents et complémentaires tout en étant bien différents.

Dans « Qui a tué Heidi » on connaît déjà les personnages principaux du coup on entre plus rapidement dans le roman tandis que dans le « Dragon du Muveran » on devait déjà apprendre à connaître les principaux protagonistes ainsi que la topographie des lieux.

Je pense que ce sont des romans que je vais relire dans 2-3 ans tant je les ai appréciés (et je relis très rarement des livres).

Ma note : ♥♥♥♥♥ (sans surprise 😉 )

Samedi 26 août 2017 je serai d’ailleurs à Gryon pour la présentation du livre par l’auteur et enfin pouvoir le rencontrer en vrai (même si vous me connaissez, je suis la timidité incarnée) 🙂 Si jamais, c’est à 16h à la salle de la Barboleuse, y serez-vous également ?

Encore un grand merci à Marc Voltenauer et aux Editions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce service presse !

A bientôt 🙂

Bilan de mes lectures du mois de juin 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de juin 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Sultana, le résumé est la 4ème de couverture du roman.

On continue sur la lancée d’avril et mai avec là encore de très belles lectures, 3 coups de coeurs sur 4 lectures 🙂

Livres lus durant le mois : 4

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La passe-miroir tome 2 – les disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

Nombre de pages: 560 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 29 octobre 2015

Résumé: 

Officiellement introduite à la cour comme Vice-conteuse, Ophélie découvre les mondanités d’un univers où complots et tensions politiques sont à l’ uvre derrière les belles apparences. Entre l’arrivée de sa famille au Pôle et les exigences de Farouk, elle n’a d’autre choix que de s’appuyer sur Thorn, son énigmatique fiancé. Quand des nobles disparaissent les uns après les autres, la liseuse d’Anima doit user de ses talents pour mener l’enquête. Une mission qui va l’entraîner beaucoup plus loin que prévu, au c ur d’une vérité plus redoutable que tout ce à quoi elle s’était préparée…

Mon avis: 

J’étais heureuse de retrouver Ophélie dans ce 2ème tome et je l’ai trouvée beaucoup plus mature et moins nunuche que dans le permier tome. Les personnages commencent vraiment à s’étoffer, auparavant on n’arrivait pas tellement à s’attacher à Thorn mais dans ce tome je l’ai trouvé très touchant et bien plus intéressant. Les décors imaginés par Christelle Dabos sont géniaux, avec ses descriptions on a vraiment l’impression d’y être. J’aime cette série (je ne sais pas si le 3ème tome – qui est déjà en ma possession –  est le dernier) car elle est vraiment innovante et ne ressemble à rien d’existant. L’ambiance est de plus en plus sombre à mesure que les secrets des uns et des autres sont percés à jour ! Une vraie réussite !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Sultana – Jean P. Sasson (présenté par Betty Mahmoody)

Nombre de pages: 307 pages

Editeur: Fixot

Date de parution (dans cette édition):1er janvier 1994

Résumé: 

Journaliste et écrivain, Jean P. Sasson a longtemps vécu en Arabie Saoudite. C’est au printemps 1983 qu’elle fait la connaissance d’une princesse de la famille royale. Avec les années, la confiance mutuelle des deux femmes se transforme en amitié profonde. en 1988, « Sultana » (c’est le surnom qu’elle s’est donné pour protéger son anonymat) demande à Jean de raconter son histoire afin d’être son porte-parole et celui des femmes de son pays.

« Au coeur d’un pays soumis à la domination des rois, je suis une princesse »… L’histoire vraie de Sultana, princesse saoudienne, est un conte des Mille et Une Nuits devenu cauchemar. A l’ombre des palais dorés, les larmes coulent chaque jour: larmes de l’humiliation, du viol, de la torture – larmes de femmes que l’on lapide et que l’on tue. Au risque de sa vie, Sultana, la première, a rompu le silence au nom de la souffrance de ses soeurs, les femmes derrière le voile.

Mon avis: 

Je ne peux pas dire que j’ai apprécié ce récit car je trouve toujours un peu délicat de dire qu’on a aimé un témoignage qui relate des faits terribles. Néanmoins, j’ai trouvé le récit de cette princesse d’Arabie Saoudite passionnant et très intéressant. Il est également triste de se dire que finalement le statut des femmes n’a pas évolué dans ce pays et dans bien d’autres depuis toutes ces années. J’ai trouvé Sultana très courageuse de s’opposer à la polygamie et à essayer de sauver une jeune femme destinée à mourir car elle avait eu le tort d’aimer un homme alors qu’elle n’était pas mariée. Certains passages sont dérangeants, difficiles à lire car sous l’horreur de la situation on sait qu’il s’agit du quotidien de la plupart des femmes des pays musulmans et dans bien d’autres encore. Sultana est une privilégiée, appartenant à la famille royale donc riche et vivant dans de magnifiques palais.Elle est protégée par son puissant père qui l’adore et qui lui passe pas mal de ses caprices … Je n’ose imaginer le destin des femmes de plus basse caste, celles qui n’ont rien et qui doivent payer de leur sang la folie des hommes. Ce genre de lecture donne encore plus envie de se battre chaque jour pour l’égalité hommes-femmes partout dans le monde.

Ma note: ♥♥♥

 

Playground – Lars Kepler

Nombre de pages: 406 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 29 avril 2017

Résumé: 

Lors d’une mission de l’Otan dans le Nord du Kosovo, le lieutenant Jasmine Pascal-Anderson est grièvement blessée. Son coeur s’arrête pendant près de quarante secondes avant que les médecins ne parviennent à la réanimer. A son réveil, elle est persuadée d’avoir vu l’antichambre de la mort ― une étrange ville portuaire évoquant la Chine ancestrale. Un monde sans foi ni loi sur le-quel un gang fait régner la terreur pour s’emparer des « visas » des nouveaux arrivants, seuls viatiques permettant d’espérer un retour à la vie. Des années plus tard, quand son fils de cinq ans doit subir une opération délicate nécessitant un arrêt cardiaque, Jasmine sait que le petit garçon n’en réchappera pas s’il se rend tout seul dans l’au-delà. Une solution radicale s’impose : provoquer chez elle un coma artificiel et l’accompagner de l’autre côté. Mais une fois réunis dans la salle d’attente entre vie et mort, mère et fils vont devoir affronter de terribles mercenaires sur le playground―véritable théâtre des horreurs. Puisant dans les méandres de la mythologie chinoise, Lars Kepler est de retour avec un thriller surnaturel qui met aux prises l’amour filial avec la perversité humaine. L’homme serait-il fondamentalement voyeur, attiré par le spectacle macabre de la souffrance d’autrui ? Sur le playground en tout cas, les spectateurs assoiffés d’ultraviolence veulent en avoir pour leur argent.

Mon avis: 

Ce livre m’a empêché de dormir durant les 3 jours où je l’ai dévoré !! Dès que je le posais l’histoire continuait dans ma tête, ne me laissant aucun repos! Je pense que c’est la première fois que je ressens un tel stress en lisant un roman. Je suppose que le fait que le roman raconte l’histoire d’une maman ayant fait une NDE (Near Death Experience) et ayant vu ce qu’il se passe « après » et qui veut accompagner et protéger son fils – dont le coeur doit être arrêté dans le cadre d’une opération vitale – dans l’antichambre de la mort m’a passionnée, étant moi-même maman d’une petite fille et très maman-louve. Ce livre vous retourne le cerveau, vous fait douter de tout ce qu’on peut  déjà savoir (enfin, qui sait quoi que ce soit sur la vie après la mort après tout?) ou ce qu’on pense déjà savoir sur l’au-delà. Un roman haletant, dérangeant, brillant.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Lontano – Jean-Christophe Grangé

Nombre de pages: 800 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 9 septembre 2015

Résumé: 

Le père est le premier flic de France.
Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiers.
La petite soeur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l’Homme-Clou, le tueur mythique des années 70, ressurgit des limbes africaines, le clan doit se tenir les coudes.
Sur fond d’intrigues financières, de trafics miniers, de magie yombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un assassin hors norme, qui défie les lois du temps et de l’espace. Ils vont surtout faire face à bien pire : leurs propres démons.
Les Atrides réglaient leurs comptes dans un bain de sang. Les Morvan enfouissent leurs morts sous les ors de la République.

Mon avis: 

J’étais heureuse de retrouver le style fluide de Jean-Christophe Grangé dans ce premier tome de son dyptique africain. L’intrigue est prenante, on est tout de suite plongé dans l’histoire et dans l’horreur. La famille Morvan est attachante à sa façon, avec ses failles et ses faiblesses sous la puissance apparente. J’ai surtout adoré le personnsage d’Erwan, le grand frère protecteur. J’ai hâte de connaître la suite de cette histoire, car c’est sûr, la boîte de Pandore vient juste de s’ouvrir pour la famille Morvan !

Ma note: ♥♥♥♥♥

Et voilà c’est tout pour mes lectures du mois de juin!  J’ai très hâte de lire le 3ème tome de la Passe-Miroir ainsi que la suite de Lontano (Congo Requiem), tous les deux m’attendent tranquillement dans ma pile à lire 🙂  je vous retrouve très vite pour vous parler de mes lectures du mois de juillet 🙂

A bientôt !!

Bilan de mes lectures des mois d’avril et mai 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures des mois d’avril et mai 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Comme vous pourrez le voir au vu des notes attribuées, j’ai eu de très bonnes lectures durant les 2 derniers mois et même quelques coups de coeur !!

Livres lus durant le mois d’avril 2017: 4

Livres lus durant le mois de mai 2017: 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Le puits des mémoires – tome 3 – Les Terres de Cristal – Gabriel Katz

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Pocket 

Date de parution (dans cette édition): 10 septembre 2015

Résumé: 

Retrouvez Nils, Olen et Karib dans ce dernier volet de la trilogie…

La quête et Nils, Karib et Olen va enfin toucher à sa fin. Et leur vengeance s’accomplir. Mais après le complot qui les a lancés sur la route de leur mémoire, de nouvelles trahisons les guettent. Maintenant qu’ils connaissent leur identité, la menace n’est que plus grande. Car ici, à Woltan, les assassins règnent en maîtres.
Et tandis que sur notre trio se lèvent les premières tempêtes de neige, loin dans le Nord, dans les glaces éternelles des Terres de cristal, est tapi un terrible secret qui attend sa révélation…

 » Formidable saga aux rebondissements nombreux et surprenants, Le Puits des mémoires est une trilogie difficile à lâcher et à oublier.  » So-what magazine

Cet ouvrage a reçu le Prix des Imaginales

Mon avis: 

J’étais tellement heureuse de retrouver Olen, Karib et Nils (Niiiiiiils !!! ❤ ok je me calme haha) dans la suite et fin de leurs aventures ! D’ailleurs j’ai enchaîné les tomes 2 et 3 car impossible de ne pas connaître le fin mot de l’histoire ! J’ai tout adoré: l’ambiance, les décors, les personnages, les dialogues et l’intrigue passionnante qu’a créé Gabriel Katz !! Cette trilogie est une pépite, un petit bijou que je ne peux que vous recommander si vous aimez les romans Fantasy 🙂 Je ne vous en parle pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise mais foncez découvrir l’univers du puits des mémoires 🙂

Voici les liens vers mon avis sur le tome 1 et le tome 2

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Un fils en or – Shilpi Somaya Gowda

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Mercure de France

Date de parution (dans cette édition): 7 janvier 2016

Résumé:

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part les compléter aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant à la va-vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être l’eldorado qu’il croyait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main, après beaucoup de souffrances. Mais auront-ils droit au bonheur ?

Mon avis:

J’ai adoré suivre la vie du héros du roman qui m’a vraiment fait voyager d’Inde aux Etats-Unis ! Ce roman m’a bouleversée car il est criant de vérité et une bon miroir de la société actuelle. Si vous aimez les romans qui vous font rire et pleurer, ce roman est pour vous ! C’est avec ce genre de roman qu’on se rend compte encore et toujours que l’égalité homme-femme n’est vraiment pas gagnée et que cela doit rester une lutte de tous les jours pour qu’un jour nous soyons tous égaux, peu importe notre sexe, couleur, nationalité ou encore notre classe sociale.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Voyage au coeur de l’impulsion d’achat – quand l’émotion rencontre la raison – Intissar Abbes et Isabelle Barth

Nombre de pages: 164 pages

Editeur: L’Harmattan

Date de parution (dans cette édition): 1er mars 2016

Résumé:

Ce livre décortique notre quotidien de shoppeur et lève le voile sur le comportement d’achat impulsif, souvent incompris et mal perçu. Quelles sont ses causes et ses déterminants ? Est-il vraiment un acte dénué de raison ou existe-t-il plusieurs types d’achats impulsifs ? Que se passe-t-il réellement dans notre for intérieur au moment où nous passons à l’acte ? Quels sont les pièges à éviter pour optimiser sa décision d’achat et être en paix avec soi-même ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage, à travers des témoignages et des enquêtes, apporte des réponses.

Mon avis:

J’ai été un peu déçue par ce documentaire qui je pensais traiterait plus de la surconsommation et comment s’en sortir. En réalité, il parle surtout des stratégies marketing des marques et comment elles font pour créer le besoin et nous faire acheter toujours plus. Du coup, j’ai trouvé que les auteurs s’étaient surtout penchés du côté des vendeurs plus que des acheteurs ! Il était toutefois intéressant par bien des aspects mais ne correspondait pas à ce que j’en attendais.

Ma note: ♥♥

 

Le jour du chien – Patrick Bauwen

Nombre de pages: 428 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 29 mars 2017

Résumé:

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du mal. Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Oeil de Caine.

Mon avis:

Quelle claque ! j’avais déjà adoré « les Fantômes d’Eden » et là je dois dire que Patrick Bauwen a fait encore plus fort !! Après s’être fait agresser dans le métro, Le Dr Kovak remarque une femme qui ressemble étrangement à son épouse en visionnant le film de la caméra de surveillance alors que celle-ci est sensée être morte (poussée sous le métro par un fou) depuis 2 ans … Jusqu’au bout on retient son souffle, ce thriller est palpitant, dérangeant, passionnant ! Patrick Bauwen sait nous lancer sur de fausses pistes et nous embrouiller pour mieux nous étonner ensuite. Vu la fin, je pense que M. Bauwen nous réserve une suite dont je me réjouis d’avance !!

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Horrora Borealis – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 307 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): 18 octobre 2016

Résumé:

Tout ce sang qui coule aux pieds de Walker. La question n’est pas de savoir qui est ce cadavre avec une balle dans la tête. Non. La bonne question est : qu’est-ce qui s’est passé en Laponie ? Les souvenirs sont flous, mais ce qui est sûr, c’est que de longue date, Walker ne croit plus au Père Noël. Et vous ? Vous y croyez encore ?

Mon avis:

Il s’agit du premier roman que je lis de cet auteur suisse que j’ai eu l’occasion de rencontrer au salon du livre de Genève cette année pour lui faire dédicacer mon exemplaire 🙂 Pour la petite histoire, M. Feuz est procureur, donc il sait de quoi il parle ! J’ai adoré l’ambiance glaçante de ce roman, même si au début je me suis un peu sentie « sans repères » et j’ai du relire plusieurs fois les premières pages pour finalement me dire que j’allais comprendre par la suite et effectivement ! La construction de ce roman est un peu spéciale car nous partons du présent pour revenir dans le passé et finalement revenir dans le présent. Pendant ce temps, on échafaude pleins de théories sur l’identité du tueur pour finalement être complètement baladé par l’auteur 🙂 Un roman qui m’a beaucoup plu, je me réjouis donc de lire les autres livres de cet écrivain (très sympathique de surcroît!). Une chose est sûre, je ne suis pas près d’aller passer mes vacances en Laponie 😉

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le premier miracle – Gilles Legardinier

Nombre de pages:

Editeur: 

Date de parution (dans cette édition): 

Résumé:

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire… Avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.

Mon avis: 

Ce livre n’est pas un roman feel good comme les autres livres de Gilles Legardinier, il s’agit cette fois-ci d’un thriller un peu ésotérique qui je dois dire a bien m’emporter et m’intéresser !! Si au début le personnage principal m’agaçait un peu de par son côté un peu trop « je fais des blagues à la con toutes les 2 phrases », j’ai finalement bien croché avec l’intrigue et les personnes m’ont bien plu également. Si vous voulez découvrir cet auteur dans un autre registre que le feel-good, je ne peux que vous le recommander si comme moi vous aimez tout ce qui touche aux mystères non résolus (trésors des pharaons, etc.) car on y suit l’agence créée par Winston Churchill qui avait pour but de retrouver les oeuvres d’art et autres objets dérobés par les nazis durant la Seconde
Guerre Mondiale…

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le boiteux de Varsovie – tome 1 – L’Etoile Bleue – Juliette Benzoni

Nombre de pages: 476 pages

Editeur: Plon

Date de parution (dans cette édition): 4 novembre 1994

Résumé:

Rentrant de captivité en 1918, Aldo Morosini, d’antique noblesse vénitienne, découvre que sa mère a été assassinée ; que dans son palais sur le Grand Canal, un joyau historique, l’Etoile bleue, appartenant à sa famille maternelle a été volé et qu’il n’a plus aucun espoir de retrouver la femme qu’il aime. Cependant, pour éviter à la dépouille de sa mère l’injure de l’autopsie et la curiosité malsaine des journaux, il ne prévient pas la police et décide rechercher lui-même le voleur meurtrier. Quatre ans plus tard, devenu antiquaire, il est invité à rejoindre un assez mystérieux personnage : Simon Aronov, acheteur très connu des salles de ventes européennes, bien qu’on ne l’ait jamais vu. C’est à Varsovie, après un long périple dans les caves du ghetto qu’Aronov, boiteux et borgne, reçoit Morosini. Juif de haute spiritualité, le Boiteux montre à son hôte une étrange pièce de musée : le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem, une plaque d’or où s’enchâssait douze pierres précieuses, dont quatre manquent, volées et dispersées au cours des siècles. Or une tradition veut qu’Israël ne retrouvera sa terre ancestrale que lorsque le Pectoral reconstitué pourra y revenir. L’une des quatre pierres est le saphir volé à Venise… Juliette Benzoni, auteur de nombreux best-sellers, nous entraîne dans une aventure pleine de rebondissements et de suspense où l’amour et l’argent tuent.

Mon avis:

Cela faisait tellement longtemps que j’avais cette quadrilogie dans ma pile à lire (et elle m’intéressait!) que je me suis dit qu’il fallait vraiment que je m’attaque au premier tome ! Et j’ai bien fait, car ce roman nous fait voyager dans l’Europe d’après la Première Guerre Mondiale où l’on suit un « prince » (je pense que le titre est plus honorifique et lié à sa richesse qu’une vraie marque de noblesse) vénitien qui part à la recherche d’un bijou de famille dérobé lors de l’assassinat de sa mère. Pour ce faire, il fera équipe avec un mécène juif qui souhaite rester dans l’ombre, le fameux boiteux de Varsovie. Celui-ci souhaite également retrouver cette pierre – l’étoile bleue – ainsi que 3 autres pierres pour pouvoir compléter le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem ce qui permettra de rendre à Israël sa terre ancestrale. Un roman qui se lit vraiment comme une série télé, pleine de rebondissement et de personnages hauts en couleur. J’ai hâte de continuer l’aventure !

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le bureau des Jardins et des Etangs – Didier Decoin

Nombre de pages: 396 pages

Editeur: Stock

Date de parution (dans cette édition): 2 janvier 2017

Résumé:

Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa.
Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

Mon avis:

Etant donné que le japon et son histoire m’intéressent énormément, quand j’ai lu une critique de ce livre dans « Elle », j’ai tout de suite foncé dans ma librairie pour le faire mien ! Didier Decoin décrit les paysages et les mœurs de l’époque avec maestro, alors que d’après ce que j’ai lu il n’est même jamais allé au Japon ! L’histoire de cette jeune veuve qui doit aller livrer les dernières carpes pêchées par feu son mari dans les étangs sacrés du palais de l’empereur et de toutes les péripéties, trahisons et découvertes qui en découleront font que ce roman est passionnant et se lit de bout en bout sans vouloir le poser. J’ai cependant trouvé que l’auteur avait pris quelques raccourcis à certains moments du roman et la fin m’a laissée un peu sur ma faim même j’ai passé un excellent moment de lecture.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

La dernière des Stanfield – Marc Levy

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Robert Laffont / Versilio

Date de parution (dans cette édition): 20 avril 2017

Résumé:

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
Au c ur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis:

Ce roman m’a réconciliée avec Marc Lévy car je n’avais pas du tout aimé « Elle et Lui » et n’avait depuis lors plus lu de livres de lui (bon à vrai dire je crois qu’il n’en a écrit qu’un seul entre les deux et je l’ai acheté le mois passé en poche 😉 ). Pour la petite histoire, mes parents ont eu la chance de le rencontrer à la librairie Kléber à Strasbourg et m’ont fait dédicacer ce fameux dernier roman. J’ai adoré les transitions passé/présent pour découvrir qui était vraiment les mères de Eleanor-Rigby et George-Harrisson !! Les chapitres relativement courts donnaient un bon rythme au roman et on avait sans cesse envie d’en apprendre plus ! Les dialogues sonnent justes, contrairement à ce que j’avais pu reprocher au dernier livre que j’avais lu de M. Lévy. Un joli roman, aux personnages attachants et qui est pour moi une très belle réussite. Si comme moi vous êtes friands d’histoires de famille, de secrets et de romantisme, ce roman ne pourra que vous intéresser !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures des deux derniers mois !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

Bisous 🙂