Bilan de mes lectures du mois d’août 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’août 2018! 

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Les Bourgeois – Alice Ferney

Nombre de pages: 350 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 16 août 2017

Résumé: 

Ils se nomment Bourgeois et leur patronyme est aussi un mode de vie. Ils sont huit frères et deux soeurs, nés à Paris entre 1920 et 1940. Ils grandissent dans la trace de la Grande Guerre et les prémices de la seconde. Aux places favorites de la société bourgeoise – l’armée, la marine, la médecine, le barreau, les affaires -, ils sont partie prenante des événements historiques et des évolutions sociales. De la décolonisation à l’après-Mai 68, leurs existences embrassent toute une époque. La marche du monde ne décourage jamais leur déploiement. De Jules l’aîné à Marie la dernière, l’apparition et la disparition des personnages, leurs aspirations et leurs engagements rythment la formidable horlogerie de ce roman très différent d’une simple saga familiale. Car c’est ici le siècle qui se trouve reconstruit par brèves séquences discontinues, telle une vaste mosaïque où progressivement se détachent les portraits des dix membres de la fratrie – et un peu leurs aïeux, et déjà leurs enfants. Sur cette vertigineuse ronde du temps, Alice Ferney pose un regard de romancière et d’historienne. A hauteur de contemporain elle refait la traversée. Allant sans cesse du singulier au collectif, du destin individuel à l’épopée nationale, elle donne à voir l’Histoire en train de se faire, les erreurs, les silences coupables, les choix erronés qu’explique la confusion du présent. Ample et captivant, Les Bourgeois s’avère ainsi une redoutable analyse de nos racines : un livre qui passe tout un siècle français au tamis du roman familial.

Mon avis: 

J’ai aimé ce portrait d’une famille bourgeoise (c’est le cas de le dire) à travers les années, suivre chacun des membres depuis leur enfance, jeunesse puis vie d’adulte et de retraités. Les personnages sont attachants, on rentre vite dans l’histoire même si au début on se dit qu’avec tous ces prénoms et les différentes générations, on ne va pas pouvoir s’en sortir et finalement, tout coule tout seul. On a presque l’impression de faire soi-même partie de cette famille à la fin ! On ne sait pas si la narratrice du roman est l’auteure même ou un personnage dont on ignore le nom mais j’ai aimé que la narratrice soit quelqu’un d’externe à la famille, de neutre. Le roman commence au décès de l’un des membres de la grande fratrie Bourgeois et c’est à partir de cet événement qu’on nous raconte pleins d’anecdotes concernant les frères et soeurs Bourgeois. Un beau roman familiale, même si finalement il ne s’y passe pas grand chose, j’ai passé un excellent moment de lecture car la plume de l’auteure est vraiment entraînante et on n’a pas envie de poser le livre avant de l’avoir terminé!

Ma note: ♥♥♥♥

 

La femme à la fenêtre – A.J. Finn

Nombre de pages: 521 pages

Editeur:  Presses de la Cité

Date de parution (dans cette édition): 8 février 2018

Résumé: 

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Mon avis: 

Gros coup de coeur pour ce thriller pleins de rebondissements ! Au début j’ai pensé qu’il s’agissait d’une énième copie de « la fille du train » dont la fin m’avait pour le moins laissée sur ma faim (sans vilain jeu de mot). Et bien, pas du tout ! Etrangement, on s’attache très vite à la principale protagoniste du roman, Anna, qui est pleine de TOC et qui a des problèmes avec l’alcool. Elle est touchante dans sa fragilité et on sent qu’elle en a bavé dans sa vie. Quand elle est certaine d’avoir vu un meurtre en regardant depuis sa fenêtre chez ses voisins d’en face et que la police ne la prend pas au sérieux, elle commence elle-même à douter de ce qu’elle a vu même si, peu à peu, elle réussit à assembler le puzzle pour savoir qui sont vraiment ses nouveaux voisins… un roman étonnant, addictif et vraiment bien ficelé qui ravira tous les amateurs du genre! Une chose est sûre, j’ai d’ores et déjà hâte de lire le prochain roman de cet écrivain 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

L’ordre du jour – Eric Vuillard

Nombre de pages: 150 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 29 avril 2017

Résumé: 

Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants.

Mon avis: 

Ce livre, qui a gagné le prix Goncourt en 2017, m’a pour le moins bouleversée. J’ignorais (bêtement) que la campagne d’Hitler ainsi que la SGM avaient été financés par des riches entrepreneurs. Des marques qui existent toujours aujourd’hui et sont toujours florissantes ont fait leur beurre de cette guerre. Bien sûr que je sais qu’on ne vit pas dans le monde des bisounours et que l’argent est roi, mais quand même, je ne pensais vraiment pas que la cupidité humaine pouvait aller aussi loin. Un roman qui m’a appris beaucoup de choses sur cette sombre période de notre Histoire, par exemple, j’ai appris la manière dont Hitler a envahi l’Autriche…. un roman intéressant et très bien écrit (c’est mieux pour un Goncourt) que je ne peux que vous recommander.

 

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les filles de l’ouragan – Joyce Maynard

Nombre de pages: 354 pages

Editeur: 10/18

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2013

Résumé: 

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l’ouragan suit les itinéraires personnels de deux ‘soeurs de naissance ‘, des années 1950 à aujourd’ hui. Avec la virtuosité qu’on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s’entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte – les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d’un foyer et celle d’un être aimé – et jusqu’au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

Mon avis: 

J’ai été emportée par ce roman qui suit deux familles que tout oppose sauf le fait que deux de leurs filles sont nées le même soir d’orage.  Alors que Dana, plutôt garçon manqué, s’intéresse aux travaux de la terre et aux filles, Ruth, de son côté, a une âme d’artiste et fait tourner les têtes. J’ai aimé l’écriture de l’auteure dont j’avais déjà lu et aimé Baby Love, les personnages sont bien décrits sans tomber dans le cliché pour autant. On se fait vite prendre dans l’histoire et je dois dire que ce roman a réussi à m’arracher quelques larmes sur la fin, ce qui est assez rare pour être mentionné. Un joli roman sur l’amour, l’amitié et la tolérance.

 

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le Labyrinthe des Esprits – Carlos Ruiz Zafon

Nombre de pages: 843 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2018

Résumé: 

Dans la Barcelone franquiste des années de plomb, la disparition d’un ministre déchaîne une cascade d’assassinats, de représailles et de mystères. Mais pour contrer la censure, la propagande et la terreur, la jeune Alicia Gris, tout droit sortie des entrailles de ce régime nauséabond, est habile à se jouer des miroirs et des masques. Son enquête l’amène à croiser la route du libraire Daniel Sempere. Il n’est plus ce petit garçon qui trouva un jour dans les travées du Cimetière des Livres oubliés l’ouvrage qui allait changer sa vie, mais un adulte au coeur empli de tristesse et de colère. Le silence qui entoure la mort de sa mère a ouvert dans son âme un abîme dont ni son épouse Bea, ni son jeune fils Juliàn, ni son fidèle compagnon Fermin ne parviennent à le tirer. En compagnie d’Alicia, tous les membres du clan Sempere affrontent la vérité sur l’histoire secrète de leur famille et, quel qu’en soit le prix à payer, voguent vers l’accomplissement de leur destin. Erudition, maîtrise et profondeur sont la marque de ce roman qui gronde de passions, d’intrigues et d’aventures. Un formidable hommage à la littérature.

Mon avis: 

Comme j’avais été assez déçue du dernier roman de l’auteur (le passager du ciel), j’étais très curieuse (et un peu anxieuse aussi) de me lancer dans la lecture de ce gros pavé de plus de 800 pages. Si je n’ai pas tout de suite été entraînée dans l’histoire, j’ai quand même apprécié retrouver les protagonistes des livres précédents. L’auteur nous fait faire des allers-retours entre le passé et le présent, on suit également plusieurs histoires en paralèles. Trop ?Je dois dire que ce roman est très toufu, à des moments on a presque envie de l’abandonner car on ne comprends pas trop où veut en venir l’auteur. Finalement, on arrive à assembler toutes les pièces du puzzle et en comprendre un peu plus sur tous les personnages. Ce n’est pas le coup de coeur de l’ombre du vent, mais j’ai passé toutefois un chouette moment en compagnie de la famille Sempere et compagnie 😉 Comme dans tous les romans de l’auteur, il y a des passages qui tendent vers le fantastique ce qui rend le tout enchanteur.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’août 2018, on se retrouve très vite pour mon article bilan de mes lectures du mois de septembre !

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Bisous !

[Vidéo] Produits terminés #47 – de mi juin à fin juillet 2018

Coucou tout le monde,

Je vous retrouve pour vous poster la vidéo de mes produits terminés de mi juin à fin juillet 2018 !

Je dois encore poster sur Youtube celle des produits terminés d’août et septembre alors pour une fois, je ne suis pas trop trop en retard 😉

Et vous, vous avez terminé beaucoup de produits aussi ?

N’hésitez pas à commenter 🙂

Bisous !

[SP] J’ai lu: Avant que l’Ombre… de Marie Javet

Coucou tout le monde,

J’ai eu la chance de recevoir de la part des Editions Plaisir de Lire le dernier livre de l’auteure suisse Marie Javet; Avant que l’Ombre…

J’attendais beaucoup de ce second roman car le seul défaut que j’avais trouvé au livre précédent de l’auteure, la petite fille dans le miroir (ma revue ici), était que je l’avais trouvé trop court… J’avais donc eu l’impression qu’elle aurait pu développer encore plus certains aspects de l’histoire…

avant que l'ombre... Marie Javet

Cette fois-ci, le roman contient plus de pages (ce qui est bon signe) et le titre m’a tout de suite intriguée, car il s’agit également du titre de l’une des chansons de Mylène Farmer, tiré de l’album du même nom que j’adore.  Cela m’a tout de suite fait penser à l’amitié qui lie Marie Javet à Marc Voltenauer car lui aussi a fait référence à Mylène Farmer dans son dernier roman « Qui a tué Heidi » !

Bref, sans plus tarder, voici donc ma chronique de ce roman !

Nombre de pages: 337 pages

Editions: Plaisir de Lire

Date de sortie: 31 août 2018

Résumé:

Une jeune femme, Camille, récemment veuve et laissé dans la précarité avec sa fille Lucie (5 ans), cherche un logement et tombe sur une annonce de colocation avec des artistes sexagénaires. Elle a tout de suite un coup de coeur pour la maison et s’attache très vite à ses habitants. Mais l’Ombre rôde… et des secrets du passé vont refaire surface…  Et qu’est-il arrivé dans cette maison et à ses habitants ? Mais surtout, qui est l’Ombre ?

Mon avis:

Difficile de vraiment vous parler de ce livre sans vous spoiler, chose que – vous le savez si vous me suivez depuis un moment – j’évite scrupuleusement car je déteste moi-même me faire spoiler quand je lis des critiques de livres.

Tout ce que je peux vous dire est que les personnages de ce roman sont plutôt mystérieux, certains chapitres nous relatent le passé de chacun afin de compléter le puzzle et d’arriver par nous-même à la déduction (par exclusion) de qui est l’Ombre…

L’auteure nous fait donc faire des allers-retours entre la fin des années 70 et l’année 2015 où l’on retrouve Camile et sa fille. C’est cependant dans le passé que les choses les plus terribles surviennent. 

On ressent très fortement qu’il y a une épée de Damoclès suspendue au-dessus de chacun des peronnages, ce qui rend l’ambiance du roman oppressante et de plus en plus pesante au fil des pages. On sent qu’un drame va survenir…. mais quand?

Finalement, Camille est le personnage dont on sait le moins de choses… pour ma part, j’aurais voulu en savoir plus sur elle ! Mais on comprend au fil de la lecture que finalement ce n’est pas le personnage le plus important de l’histoire…

Comme dit plus haut, la majorité des événements marquants du roman se passent dans le passé, donc c’est là qu’il faut chercher les principaux protagonistes de l’histoire… 

Pour ma part, mes personnages préférés ont été Cerise, l’artise dévouée à ses amis, qui essaie de toujours rester positive, ainsi qu’Alistair, le poète, avec son flegme tout britannique. 

Marie Javet sait insuffler la juste dose de mystère dans son roman pour en faire un page-turner implacable.

J’ai aimé l’écriture fluide de l’auteure, les dialogues semblent réels et l’intrigue tient la route du début à la fin, on est très vite happés par le récit pour ne plus pouvoir le lâcher avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire! Les personnages sont attachants et on espère à chaque page qu’il ne leur arrivera rien, on tremble pour eux !

Si j’avais assez vite trouvé qui était l’Ombre, je n’avais pas du tout imaginé le reste du dénouement et je dois dire que cela m’a beaucoup plu!

Inutile de préciser que j’ai dévoré ce livre en 2 jours !

Bref, vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment de lecture et me réjouis d’ores et déjà de lire le 3ème roman de cette talentueuse auteure suisse 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

Vous pouvez trouver ce roman dans toutes les bonnes librairies au prix indicatif de CHF 25.00 ou directement sur le site des éditions Plaisir de Lire (il est également disponible en ebook!)

Et vous, vous l’avez déjà lu ?

A bientôt 🙂

Je tiens à remercier les éditions Plaisir de Lire ainsi que Marie Javet pour l’envoi de ce service presse !

[Vidéo] GRWM pour aller au travail (feat. la palette Modern Renaissance d’Anastasia Beverly Hills)

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous poster une vidéo GRWM que j’avais pas encore eu le temps de vous poster sur ma chaîne ! Il s’agit d’un makeup pour aller travailler que j’ai réalisé avec la palette Modern Renaissance de la marque Anastasia Beverly Hills.

Et comme tout est dans la vidéo, je vous laisse aller la regarder 😉

 

Produits utilisés: 

  • Eau micellaire L’Oréal pour les peaux sensibles normales à mixtes
  • Contour des yeux L’hydralpine de L’Alpage
  • Sérum Aqualia Thermal de Vichy
  • Crème de jour Madara
  • Ecran soleil Eucerin SPF50 pour les peaux impures
  • Base de teint Matifiyer d’Estée Lauder
  • BB cream detox de Clarins en teinte 00 fair
  • Concealer Camouflage de Essence en teinte 05 ivory
  • Poudre de riz de Java de Bourjois
  • Crayon à sourcils Etude House en teinte grey-brown
  • Mascara à sourcils make me brow de Essence en teinte brunette
  • Base à paupière NARS
  • Palette The Ingenue de Marc Jacobs
  • Palette Modern Renaissance d’Anastasia Beverly Hills
  • Mascara better than sex de Too Faced
  • Palette pour le teint peach glow de Too Faced
  • Spray fixateur de maquillage d’Estée Lauder
  • Rouge à lèvres Diorific mate en teinte 580 fascinante
  • Parfum Indian night Jasmine de The Body Shop

Mon bandeau à oreilles de lapin vient de chez The Body Shop !

Mon vernis à ongles : dress call de Essie (collection longue tenue)

Ma robe vient de chez Esprit (ancienne collection)

J’espère que cette vidéo vous aura plu !

Bisous !

 

[Project pan] Terminer une (deux) palette(s) en 2018 – Update #6

Coucou tout le monde !

Tout d’abord, je suis navrée pour le retard dans le postage de cet article mais j’ai été en vacances (sans internet) les deux premières semaines de septembre et je dois dire que non seulement cela m’a fait un bien fou de faire une détox digitale mais de plus, comme j’avais emporté mes palettes du projet en vacances, j’ai pu faire un peu de progrès dans celles-ci 🙂

Sans plus tarder, voici donc l’avancement de mes deux palettes:

Rosés Ravissants – Covergirl

Mes buts du mois passé étaient de finir le fard brun complètement et de terminer la moitié du fard rose. Comme vous pouvez le constater, j’ai réussi à terminer plus ou moins la moitié du fard rose mais il me reste encore un peu de fard brun. Pour obtenir une meilleure pigmentation du fard rose irisé je sprayais mon pinceau de spray fixateur et ainsi les pigments ressortaient mieux.

Mon but pour le prochain update et de finir complètement la palette 🙂 il est temps de dire aurevoir à cette palette!

The Ingenue – Marc Jacobs

Là encore, je suis assez contente de mes progrès et j’ai réussi à toucher le side pan du fard doré. J’ai agrandi le pan du fard beige et j’ai bien creusé celui du milieu (même si cela ne se voit pas trop en photo). Mes objectifs pour le mois prochain sont:

  • toucher le pan du fard du milieu
  • toucher le bord du pan (sidepan) du fard beige

Et voilà, c’est tout pour cet update ! Si j’arrive à terminer à temps ma palette Covergirl pour le prochain update, je pense que j’ajouterai un fard mono ou une autre petite palette pour la fin de l’année 🙂

Et vous, vous faites aussi un projet du genre ? Dites-moi tout !!

Bisous !

[SP] J’ai lu: Le miroir des âmes de Nicolas Feuz

Hello à tous !

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de l’auteur suisse Nicolas Feuz sur mon blog puisque j’ai déjà écrit les chroniques d’Emorata, Eunoto, Ilmoran et Horrora Borealis 🙂 (cliquez sur les noms pour lire mon avis!)

Pour ceux qui malgré tout ne connaissent pas cet auteur, voici une petit cours de rattrapage: Nicolas Feuz est procureur de l’Etat de Neuchâtel et jusqu’à présent, il s’auto-éditait (The BookEdition). Pour ce nouveau roman, Le miroir des âmes, il a enfin été signé par une maison d’édition et pas des moindres, puisqu’il s’agit de la maison parisienne Slatkine & Cie, qui, l’année passée, a également publié l’un de ses amis, Marc Voltenauer.

Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises et avoir eu l’occasion de discuter avec, Nicolas Feuz est une personne très sympathique, passionnée par ses deux casquettes (procureur et auteur) et surtout, il est passionnant à écouter raconter ses anecdotes, plein d’humour et d’autodérision.

Par conséquent, quand le service presse de son prochain roman à paraître, le miroir des âmes, m’a été envoyé par Slatkine & Cie, j’ai littéralement sauté de joie.

Pour les impatients – et ça se comprend! – , le roman sort le jour de parution de cet article soit le 23 août 2018.

Résumé

Contrairement à la plupart de mes chroniques, je ne peux pas tellement vous faire un résumé du roman, de peur de vous en dévoiler trop.

Je dirai simplement que le roman commence après un attentat sur la place des Halles à Neuchâtel et qu’un tueur en série qui se fait appeler « le Vénitien » fait un carnage aux quatre coins du canton.

Encore une fois, Nicolas Feuz a su brouiller les pistes, souffler le chaud et le froid, on ne sait plus qui est honnête ou qui ne l’est pas, et cela même au sein de la police.

Mon avis

Le roman est assez court, plus court que les romans précédents de l’auteur. Il compte 261 pages et je dois dire que je l’ai dévoré en moins de 3h!

Les chapitres font presque tous 2 pages, ce qui aide à créer une atmosphère oppressante et à maintenir une tension perpétuelle. C’est presque fébrile que je tournais les pages!

On a toujours envie de lire un chapitre de plus pour connaître la suite… le signe d’une intrigue réussie.

Les descriptions des lieux sont comme d’habitude pour l’auteur plutôt détaillées, mais pas autant que dans ses romans précédents. Pour les habitués du canton de Neuchâtel, vous n’aurez aucun mal à vous repérer par rapport aux descriptions faites ! Cela donne même envie d’aller se balader… ou pas !

Certaines scènes nécessiteront d’avoir l’estomac bien accroché, âmes sensibles s’abstenir ! Pour ma part, en grande amatrice de thrillers, je suis une habituée des scènes de meurtres gores. Cependant, les descriptions faites des tortures infligées aux victimes m’ont tout de même fait un peu transpirer à des moments… objectif atteint!

On remarquera au passage la sublime couverture représentant la tour de Chaumont… qui contraste avec l’horreur qui s’y prépare.

J’ai aimé les personnages introduits dans ce roman auxquels on s’attache rapidement, je ne peux pas trop vous en parler, encore une fois de peur de trop vous en dire…. à part le fait que l’auteur les malmène du début à la fin ! En tout cas, je suis d’ores et déjà impatiente de les retrouver dans son prochain roman qui paraîtra déjà l’année prochaine d’après son éditeur. L’auteur a déjà posé de bonnes bases pour que la suite soit des plus passionnantes!

Dire que j’ai hâte serait un euphémisme ! 

J’ai littéralement dévoré ce roman et ne peux que vous le conseiller si vous êtes amateur/amatrice de thrillers bien ficelés!

Ma note: ♥♥♥♥♥/5

Vous pourrez trouver ce roman dès le 23 août 2018 dans toutes les bonnes librairies 🙂

Alors, tenté(e)s ??

De plus, un bonheur ne venant jamais seul, les livres précédents de l’auteur vont être republiés au Livre de Poche, en commençant par Horrora Borealis, que vous pouvez déjà trouver dans les rayons car il est sorti le 22 août 2018!

 

Je remercie Nicolas Feuz ainsi que les éditions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce SP !

Bilan de mes lectures du mois de juillet 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de juillet 2018! 

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

J’avais dans l’idée de vous faire un article par livre mais après je me suis dit que ceux qui sont abonnés à ma newsletters allaient me bénir du coup je garde ce format-ci (bilan mensuel) mais je pense que de temps en temps, en plus des services presse, je vais mettre un roman que j’ai particulièrement aimé en avant. J’aimerais également vous parler des mes lectures mangas et bandes dessinées ! J’espère que cette idée vous plaira!

Livres lus durant le mois : 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

L’amie prodigieuse (tome 1) – Elena Ferrante

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: folio

Date de parution (dans cette édition): 1er janvier 2016

Résumé: 

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. L’amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste sont les trois premiers tomes de la saga d’Elena Ferrante, qui se conclut avec L’enfant perdue.

Mon avis: 

J’avais tellement entendu de bien de cette série (à ce jour, 4 tomes sont sortis il me semble!) que j’avais un peu d’appréhension à l’idée de me lancer, comme toujours quand quelque chose fait le buzz, je suis toujours un peu méfiante.  Je me suis dit que commencer cette série en été était juste parfait, car l’intrigue se passe à Naples, dans les années 50, au beau milieu d’un été caniculaire. (même si les faits se passent sur plusieurs années, il me semble que c’est toujours l’été, il doit y avoir des ellipses temporelles lors des autres saisons haha)

Nous suivons donc deux « amies », Elena et Isabella, dite Lila, de leur plus tendre enfance à leur adolescence. J’ai mis volontairement amies entre guillemets car finalement, il s’agit plus de rivalités entre les deux qu’une réelle amitié, même si elles sont attachées l’une à l’autre. Lila, la jeune fille belle et surdouée qui se voit forcée d’arrêter ses études par manque de moyens financiers et Elena, la jeune fille banale, pas bête mais pas non plus exceptionnelle, qui peut elle faire des études (et s’en vante bien auprès de sa copine). L’amie prodigieuse du titre c’est donc Lila la magnifique, cette jeune fille que finalement tout le monde envie et admire. J’ai aimé les personnages de ce roman, l’ambiance moite qui règne et les histoires entre tous les protagonistes, même si parfois on s’y perd un peu, heureusement qu’il y a un lexique des noms pour s’y retrouver plus facilement. Une très belle lecture pour moi même si le style est assez touffu, j’ai hâte de lire la suite qui est déjà dans ma PAL 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

La salle de bal – Anna Hope

Nombre de pages: 400 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 17 août 2017

Résumé: 

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un « mélancolique irlandais ». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. A la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John. Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.

Mon avis: 

J’avais adoré le livre précédent de l’auteure, « le chagrin des vivants » donc j’ai sauté sur celui-ci dès sa sortie (mais après il a traîné dans ma PAL… no comment!). L’histoire se déroule en 1911 dans le Yorkshire, en Angleterre, dans un asile pour aliénés. On y retrouve John qui a fini là-bas suite à une dépression ainsi qu’Ella, qui a brisé une fenêtre de l’atelier où elle travaillait et a été déclaré « folle ». Contre toute attente, ces deux personnages brisés par la vie vont se rencontrer lors du bal hebdomadaire, seul moment de la semaine où les hommes et les femmes peuvent être en contact… Un très beau roman d’amour qui fait réfléchir à la noirceur de l’âme humaine mais également à sa force et à sa résilience.  Un roman que j’ai dévoré d’une traite!

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Rendez-vous au Cupcake Café – Jenny Colgan

Nombre de pages: 499 pages

Editeur: Prisma

Date de parution (dans cette édition): 2 février 2017

Résumé: 

Issy est indéniablement douée pour la pâtisserie ! Ses collègues de la City se régalent chaque semaine des délicieux gâteaux qu’elle apporte au bureau. Elle tient ce talent de son grand-père qui a consacré sa vie entière à sa boulangerie. C’est à ses côtés, dans la chaleur des fournils, qu’Issy a grandi et appris les secrets des cupcakes moelleux.
Quand elle est brutalement licenciée, Issy décide de suivre son cœur et de se consacrer à sa passion pâtissière. C’est aussi pour elle une façon de rendre hommage à son grand-père dont la santé décline peu à peu… Mais ouvrir une boutique à Londres n’est pas de tout repos. La jeune femme découvre rapidement que de nombreuses personnes sont prêtes à lui mettre des bâtons dans les roues pour faire capoter son projet de Cupcake Café.
Avec pour seules armes sa volonté sans faille et ses précieuses recettes, Issy décide de se battre pour concrétiser son rêve.

Mon avis: 

Jenny Colgan, auteure de « la petite boulangerie du bout du monde », est une habituée des romans « feel good ». Je dois dire qu’après avoir lu le livre d’Anna Hope sur un asile, j’avais envie d’un roman contemporain sans prise de tête et ce roman a parfaitement rempli son office. L’héroïne de ce roman, Izzy, une jeune femme naïve qui se fait complètement manipuler par son « petit ami », perd son boulot dans une agence immobilière suite à une restructuration (et son mec par la même occasion). Elle décide donc de tenter le tour pour le tout et de se lancer dans un salon de thé où elle proposerait des cupcakes et autres douceurs à ses client(e)s. J’ai trouvé le personnage de Izzy attachant, elle est un peu trop gentille (et on profite d’elle) et un peu excessive dans ses réactions parfois mais dans l’ensemble, c’est un personnage qu’on a envie d’aimer. Sa relation avec son grand-père est super touchante et certains passages ont su m’émouvoir. Comme vous pouvez très bien vous l’imaginer, elle rencontrera un jeune homme charmant… mais chut ! Je ne veux pas trop vous en dire. Un roman sympa à lire à la plage !

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

[SP] Le miroir des âmes – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 261 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 23 août 2018

Résumé: 

Lorsque le procureur Kramer se réveille à l’hôpital, il ne lui reste que quelques bribes de souvenirs : la terrasse d’un café, des visages souriants, la fête des vendanges de Neuchâtel, puis l’explosion. Ensuite, le trou noir.

Deux flics, Mollier et Jemsen se lancent sur les traces du Vénitien, un tueur sans pitié qui vient de faire parler de lui en abattant un policier.

Mon avis: 

Mon avis sera publié le 23 août, donc… à demain !

Ma note:  vous la connaîtrez dans mon article dédié !

 

Il est grand temps de rallumer les étoiles – Virginie Grimaldi

Nombre de pages: 396 pages

Editeur: fayard

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2018

Résumé: 

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Mon avis: 

Voici un livre dont j’avais entendu parler sur la chaîne de Margaud Liseuse et en fait, si elle n’en avait pas parlé, j’aurais sûrement passé mon chemin. Mais Margaud a su me donner envie de le lire et après, la magnifique couverture a fait le reste (oui, je suis faible)! J’ai adoré ce road trip de cette mère avec ses deux filles, les dialogues sonnent justes, les personnages sont attachants au possible. J’ai aimé le fait que la narration se fasse par les 3 protagonistes du roman (Anna et ses deux filles) et leur façon de s’exprimer est tellement différente que très vite on sait qui parle sans même lire le titre du début du chapitre. Je dois dire que c’est une excellente surprise, un vrai coup de coeur pour ma part. J’ai ri, j’ai pleuré et j’ai été heureuse avec elles. L’auteure a su allumer des étoiles dans mes yeux, donc pari réussi !

Ma note: ♥♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de juillet ! 

Je vous retrouve très vite (demain, même) pour un article dédié au tout nouveau roman de l’auteur suisse Nicolas Feuz; le miroir des âmes !

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Bisous !

[Vidéo] GRWM avec la palette Thirsty de Jeffree Star Cosmetics !

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve ce soir pour vous poster l’une de mes dernières vidéo, un petit GRWM avec la palette Thirsty de Jeffree Star Cosmetics qui fait partie de la collection de cet été.

Je ne vais pas y aller par 4 chemins: j’adore cette palette ! La pigmentation est dingue et les couleurs sont vraiment vibrantes, du matin au soir. Je suis sous le charme ! Je conseille cependant d’appliquer les fards pailletés au doigt ou avec un embout mousse (mais oui, ça existe encore!!) afin d’éviter de se retrouver avec des paillettes sur les joues !

Cette palette contient 15 fards, 10 fards mates et 5 fard pailletés (vraiment exceptionnels!) et je pense qu’à part le brun foncé, aucun fard n’a de dupes dans ma collection ! Jeffree Star a – encore une fois – donc fait très fort au niveau de l’innovation de ses produits! Il ne copie pas des produits existants et ça, c’est vraiment appréciable !

De plus, le design de la palette est très joli, comme vous pouvez le voir dans la vidéo.

Pour info, je l’ai achetée sur le site de la marque au prix de 48 dollars, et j’ai payé 10.95 dollars de frais de port pour la Suisse (je n’ai pas eu de frais de douane). C’est la 4 ème fois que je commande sur le site directement et je n’ai jamais eu de souci, la commande arrive à chaque fois assez rapidement (une semaine et demi en moyenne), super bien emballée, aucune casse à déplorer.

Bref, je ne peux que vous recommander cette palette si ce genre de couleur vous plaît 🙂

 

Produits utilisés :

  • Base de teint you better work de Essence
  • Fond de teint Camouflage de Catrice en teinte 020
  • Concealer Camouflage de Essence en teinte Ivory
  • Poudre Première Libre de Givenchy
  • Contour kit Dream Filter de Marc Jacobs
  • Base à paupière NARS
  • Palette The Ingenues de Marc Jacobs (juste pour le fard chair)
  • Palette Thirsty de Jeffree Star Cosmetics
  • Mascara effet faux cils de YSL (échantillon)
  • Crayon à sourcils Lancôme Le Sourcil en teinte brun
  • Mascara à sourcils en teinte brunette Make Me Brow! de Essence
  • Fard à joue Luminoso de Milani
  • Highlighter Marylou Manizer de The Balm
  • Crayon à lèvres Thank you berry Much de Essence
  • Gloss Fenty Glow de Fenty Beauty
  • Spray fixateur de maquillage Amber de Color Pop

Alors, tenté(e)s par cette palette ??

Bisous !

[Project pan] Terminer une (deux) palette(s) en 2018! – Update #5

Coucou !

Voici déjà 6 mois que j’ai commencé ce projet ! Que le temps passe vite… Sans plus tarder, voici mon progrès dans l’utilisation de mes deux palettes !

Rosés ravissants – Covergirl

J’ai terminé le fard rose mate (le deuxième depuis la gauche) et j’ai fait des progrès (pas très importants, mais quand même!) dans les deux fards restants, mais je n’ai pas terminé la fard brun alors que c’était mon second but du mois passé. Voilà donc mes objectifs pour début septembre:

  • Finir complètement le fard brun mate
  • Utliser tout le haut du fard rose (finir la moitié du fard)

The Ingenue – Marc Jacobs

Je suis super heureuse de mon avancement concernant cette palette car comme vous pouvez le constater, j’ai agrandi le pan existant dans le fard doré et j’ai également touché le pan du fard beige. J’ai utilisé plusieurs fois le fard du milieu mais cela ne se voit presque pas.

Mes objectifs pour début septembre:

  • Toucher le bord du pan du fard doré (side pan)
  • Agrandir le pan du fard beige
  • Creuser de manière significative le fard du milieu (sinon je ne vais jamais le teminer!)

J’espère réussir à atteindre mes objectifs !

Et vous, vous essayez aussi de terminer certains produits ?

Bisous !

[Vidéo]Produits terminés #46 – de mai à mi juin 2018

Hello tout le monde !

20 ans après, voici enfin mes produits terminés de mai à mi juin 2018!

J’ai décidé de ne plus taper les articles produits terminés, comme je fais déjà le travail de tournage, montage, etc, cela me donne du travail à double et ces articles sont toujours très longs à écrire car je finis toujours beaucoup de produits.

Je garde de toute manière tous les produits maquillage terminés durant l’année pour vous faire comme en début de cette année un article récapitulatif de tous les produits maquillage terminés en 2017.

Du coup, je vous laisse avec ma vidéo 😉 celle du mois de juillet suivra dès que j’aurai eu le temps de la poster sur Youtube !

J’espère que cette nouvelle façon de faire de vous dérangera pas trop !!

Bisous !