Bilan de mes lectures du mois de septembre 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de septembre 2018! 

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Avant que l’ombre… – Marie Javet

Nombre de pages: 335 pages

Editeur: Plaisir de lire

Date de parution (dans cette édition): 31 août 2018

Résumé: 

Camille et sa fille Lucie décident d’émménager dans une bien curieuse maison…

Lorsque Camille, récemment veuve, cherche un nouveau toit pour elle et sa fille, elle est mystérieusement attirée par une maison dont les occupants cherchent une colocataire. En s’installant, elle plonge dans l’univers de ces artistes marqués par leur passé commun. Que se cache derrière leur bienveillance apparente ? Quel événement a bouleversé leurs vies ?
Ils étaient autrefois libres, non conventionnels, pleins d’illusions et découvraient l’amour, l’art, la vie en communauté. Ce passé complexe se compose de pièces de puzzle, qui s’emboîtent au fil des pages. À ces pièces vient s’ajouter la présence d’une mystérieuse Ombre qui plane sur leur existence. Les incidents se multiplient, mettant à mal l’harmonie de la villa et de ses locataires. D’une façon incontrôlable, la vérité refait surface, confrontant chacun à son passé. Mais qui est cette Ombre et pourquoi en veut-elle aux habitants de la maison ?

Qui donc est cette Ombre ? Quel secret partagent les habitants de la maison ? Découvrez ce roman plein de mystères, au coeur d’une maison qui n’a pas dévoilé tous ses secrets !

Mon avis: 

J’ai déjà dédié un article à ce livre (que j’ai adoré), je vous laisse donc découvrir mon avis juste ici

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Hate List – Jennifer Brown

Nombre de pages: 389 pages

Editeur: Livre de poche jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 22 octobre 2014

Résumé: 

C’est elle qui a eu l’idée de la liste, mais elle n’a jamais voulu que quelqu’un meure. Valérie est effondrée après le drame survenu à son lycée. Son petit ami Nick a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu’ils avaient écrite pour s’amuser, et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants. Puis, Nick s’est suicidé. Mais Valérie, elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu’au matin où elle se lève, et quitte sa chambre pour retourner au lycée.

Mon avis: 

Valérie doit faire face à sa culpabilité après un massacre perpétré par son petit copain dans leur lycée à la suite duquel il s’est donné la mort, la laissant seule avec pleins de questions et de remords. En effet, il s’est basé sur la « hate list » qu’elle avait créée, où elle écrivait le nom de toutes les personnes qu’elle n’aimait pas ou qui lui avait fait du mal d’une manière ou d’une autre. J’ai aimé suivre le cheminement de sa pensée, son courage et ses failles. Elle se sent responsable et en même temps elle se sent victime aussi. Ce livre est difficile à lire à des moments (le sujet est horrible), mais le message délivré à la fin (le pardon) est plutôt positif. Un roman beaucoup plus percutant que 13 reasons why qui abordait également le thème du mal-être adolescent.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Juste avant le bonheur – Agnès Ledig

Nombre de pages: 327 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 2 octobre 2014

Résumé: 

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…

Mon avis: 

J’avais adoré « pars avec lui », donc j’avais de grandes attentes pour ce roman-ci ! L’histoire est émouvante, on s’attache très vite à cette jeune maman solo et à son petit bout. Même si certains passages sont un peu « trop beaux pour être vrai », on se fait très vite emporter dans le tourbillon d’émotions par lesquelles nous fait passer Agnès Ledig. Encore une fois, j’ai ri (un peu), souri (beaucoup) et pleuré (pas mal). Certains passages ont vraiment été dur à lire pour moi qui suis également maman. Un joli roman cependant, porteur d’un joli message d’espoir car on sait bien qu’après la pluie vient toujours le beau temps …

Ma note: ♥♥♥♥(♥)

 

 

Nous rêvions juste de liberté – Henri Loevenbruck

Nombre de pages: 489 pages

Editeur: J’ai Lu

Date de parution (dans cette édition): 29 mars 2017

Résumé: 

«Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.» Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Loevenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

Mon avis: 

Quelle claque ! Au début, ce roman ne m’intéressait pas particulièrement de par son thème (les bikers). Cependant, au fil du récit, je me suis très vite attachée à Bohem et à sa bande de copains. On sait dès le début comment tout va se terminer (on commence le roman par la fin en fait) et plus on avance dans le roman et plus on sent le piège se refermer sur le principal protagoniste. La plume d’Henri Loevenbruck (dont c’est le premier livre que je lis, mais en tout pas le dernier!!) est fluide, juste, précise, incisive. Ce roman est une pépite que je ne peux que vous inviter à décvourir au plus vite. Un seul mot: magistral.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Le premier jour du reste de ma vie – Virginie Grimaldi

Nombre de pages: 330 pages

Editeur: Le livre de poche

Date de parution (dans cette édition): 4 mai 2016

Résumé: 

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari  : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise  : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris «  un aller simple pour ailleurs  ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin.
Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière pour faire le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde.
Mon avis: 

C’est le second livre de l’auteure que je lis et je dois dire que je l’ai trouvé un cran au-dessous de « il est grand temps de rallumer les étoiles », que j’avais vraiment adoré. Dans celui-ci, on suit 3 femmes qui décident de partir faire une croisière pour célibataires et qui commencent à tisser une amitié. Bien sûr, il y a aussi des histoires d’amour, bien sûr on s’y attendait, il y a un happy end mais finalement, n’est-ce pas tout ce qu’on demande à ce genre de roman Feel Good (oui on ne dit plus chick lit mais Feel Good, mais c’est sensiblement la même chose). J’ai passé tout de même un bon moment, même si j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas très fouillés, finalement on en sait assez peu sur chacune des protagonistes, on reste un peu à la surface. Un chouette roman à lire au bord de l’eau (comme je l’ai fait cet été) pour se vider la tête!!

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

 

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Nombre de pages: 446 pages

Editeur: Le livre de poche

Date de parution (dans cette édition): 23 août 2006

Résumé: 

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Mon avis: 

J’avais ce roman depuis de nombreuses années dans ma pal et je dois dire qu’il me faisait un peu peur, je ne saurais dire pourquoi ! Je pense que j’avais peur d’être déçue car ca été un best-seller à sa sortie ou alors j’avais peur que cela fasse vieillot et que je m’ennuie. Et bien, pas du tout ! L’écriture de Harper Lee est fluide et  moderne et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Le roman qui prend place dans les années 1930,est narré du point de vue de Scout, la fille d’Atticus Finch, un avocat qui a été désigné pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une femme Blanche. La famille doit alors faire face à des violences pour le père et des brimades pour les enfants. J’ai aimé la complicité entre Scout et son grand frère Jem, qui malgré leurs disputes restent solidaires. Comme le sujet, pourtant très grave, est abordé par Scout, on a vraiment son ressenti d’enfant et son sentiment d’injustice par rapport à la différence de traitement entre les Noirs et les Blancs. Finalement, ce roman est très actuel car même si des progrès ont été faits, on ne peut pas dire que tout le monde est égal, en est la preuve le mouvement « Black Lives Matter ». Un roman à mettre dans toute les mains et qui fait réfléchir. Il restera longtemps dans ma mémoire.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Un appartement à Paris – Guillaume Musso

Nombre de pages: 464 pages

Editeur: XO Editions (France Loisirs)

Date de parution (dans cette édition): 

Résumé: 

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Guillaume Musso signe un thriller addictif et envoûtant porté par des personnages profondément humains.
Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

Un homme, une femme, un secret…
Un appartement mystérieux au cœur de la ville dans laquelle tout peut arriver…

Mon avis: 

Une ancienne flic et un auteur de pièces de théâtre acariâtre louent par erreur la même maison à la même période et vont s’intéresser au destin du propriétaire de la maison, un talentueux peintre décédé une année auparavant dont les 3 derniers tableaux ont disparus. Ils vont dès lors se lancer dans une enquête et décortiquer la vie du peintre. J’ai trouvé que tout se passait un peu vite et que même si l’intrigue est intéressante, j’ai trouvé que la résolution de l’énigme était un peu facile et la fin m’a un peu laissée sur ma faim (haha). J’ai passé toutefois un bon moment de lecture même si je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages que j’ai trouvé plutôt froids… Je pense que c’est le genre de roman dont je ne me souviendrai plus dans quelques mois…

Ma note: ♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de septembre ! J’essaie de vous taper très rapidement mon article sur mes lectures du mois d’octobre !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? 

Bisous !

[Project pan] Terminer 6 produits avant la fin de l’année!

coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter les 6 produits que j’aimerais pouvoir mettre dans mes produits finis d’ici à la fin de l’année !

Tout d’abord, j’ai inclus bien entendu un produit pour le teint, la BB Skin Detox Fluid de Clarins en teinte 00 fair (qui n’est pas si claire que ça car c’est ma teinte d’été!) ainsi qu’un anticernes, le Camouflage de Essence en teinte Ivory. La BB crème est ouverte depuis l’été 2016 alors je me suis dit que c’était vraiment le moment de la terminer, la limite de consommation du produit étant fixée à 18 mois, j’ai un peu dépassé mais si j’arrive à la terminer avant 2019 je serai contente car la texture ainsi que la parfum n’ont pas changés. L’anticernes, quant à lui, est quasiment terminé. Je l’ai inclus dans le projet tout simplement pour ne pas oublier de le finir car j’ai tendance à me tourner vers d’autres produits et à délaisser les produits presque terminés.

Pour ceux et celles que cela intéresse, j’avais parlé de la BB crème Clarins ici.

Le troisième produit est une base de maquillage, j’ai toujours quelques bases entamées selon le rendu souhaité, mais celle-ci je l’aime vraiment bien, j’en ai déjà parlé dans plusieurs vidéos GRWM, il s’agit de la base matifiante You Better Work! de Essence qui est vraiment super pour atténuer les brillances en cours de journée. De plus, comme elle se présente sous forme d’une crème verte, cela fait déjà un travail de camouflage des rougeurs, ce qui fait gagner un temps considérable le matin les jours où ma peau est très rose/rouge.

Le 4ème produit est un crayon à lèvres NARS en teinte Rikugien, un joli rose nude qui a été mon premier achat de la marque NARS. Je l’aime vraiment beaucoup, il est facilement portable au quotidien, est confortable et même s’il n’a vraiment pas une tenue de foufou, il est très facilement réappliquable en cours de journée et ce même sans miroir.

Le 5ème produit est un produit pour sourcils de chez Etude House, le drawing eyebrows en teinte Grey-Brown. C’est un crayon que j’apprécie beaucoup (c’est d’ailleurs le second que j’utilise) mais auquel je préfère souvent des crayons un peu plus précis, surtout pour faire la tête de mes sourcils.

Le 6ème et dernier produit de ce petit challenge est un parfum. Il s’agit du Lolita Lempicka (original) que j’ai dans ma collection depuis (bien) trop longtemps. Ce n’est plus vraiment le genre de parfum que j’aime porter, même si je ne déteste pas du tout son odeur, il sent plutôt bon mais je trouve que cela ne me ressemble plus tellement. J’espère terminer ce qu’il en reste en 2 mois en le portant tous les jours 🙂

Bon et bien voilà c’est tout pour la présentation de mes produits, n’hésitez pas à partager avec moi vos project pan, j’adore suivre les progrès des autres également 🙂 

Gros bisous !

[Vidéo] Produits terminés #48 – août et septembre 2018

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous poster ma vidéo de mes produits terminés des mois d’août et septembre 2018 !

produits terminés août - septembre

Produits mentionnés:

  • Crème de douche à la noix de coco The Body Shop
  • Savon liquide au musc blanc de la marque Bennet (grand magasin en Italie)
  • Gel douche au monoï de Sephora
  • Lait pour le corps A-Derma
  • Elixir de beauté à la lavande et à l’orange des Salines de Bex
  • Crème pour les pieds Show your feet de Essence
  • Déodorant Rexona Cotton dry
  • Démaquillant pour les yeux biphasé Pur Bleut d’Yves Rocher
  • Sérum Aqualia Thermal de Vichy
  • Sérum Cellular anti-âge de Nivea
  • Crème de jour Deep Moisture Fluid pour les peau normales à mixtes de Madara
  • Crème solaire pour le visage Oil control SPF50+ pour les peaux impures d’Eucerin
  • Crème contour des yeux Wrinkle Smoothing de Madara
  • Contour des yeux gamme L’Hydralpine de L’Alpage
  • Crème visage Centella Blemish cream de COSRX
  • Masque en tissu au thé vert de Sephora
  • Crème démaquillante Sensitive Végétal d’Yves Rocher
  • Crème gommante quotidienne de Clinique
  • Masque en tissu Japanase Cherry Blossom de la marque beauty diary
  • Crème solaire pour enfant SPF 50+ de Mustela
  • Poudre de riz de Java de Bourjois
  • Eponges EcoTools
  • Mini mascara Yves St-Laurent
  • Mini mascara Better Than Sex de Too Faced
  • Crayon à sourcils de Lancôme en brun
  • Mini Chubby Stick de Clinique en teinte Megamelon
  • Dissolvant pour les ongles au lotus de Aveo (marque des grands magasins Müller)
  • Echantillon de crème pour les mains à l’onagre de Weleda

Et, en bonus, une petite photo de tous les échantillons et/ou petits formats que j’ai réussi à utiliser en vacances 🙂

J’espère que cette petite vidéo vous aura plu 🙂

Bisous !

[Project pan] Terminer une (deux) palette(s) en 2018 – Update #7

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous montrer mes progrès dans mon project pan 🙂

Petit rappel pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi depuis le début et tomberaient sur cet article, depuis le mois d’avril j’essaie de terminer deux (petites) palettes de fards à paupières! Voici donc mon avancement….

Rosés ravissants – Covergirl

Roulements de tambour….. et oui j’ai enfin terminé cette palette !! Je suis tellement contente d’avoir pu la mettre dans mes produits finis 🙂 J’aurais très bien pu la terminer des mois avant mais j’avais un peu commencé à me lasser de ses couleurs du coup je n’utilisais pas toutes les couleurs à chaque fois mais j’essayais de l’utiliser (presque) tous les jours. J’ai réussi à lui donner le coup de grâce en l’emmenant en vacances et en l’utilisant de ce fait tous les jours durant 10 jours 🙂

Une bonne chose de faite !

The Ingenue – Marc Jacobs

Bon et bien pas de gros gros progrès dans cette palette-ci, j’ai bien sûr agrandi le pan des deux fards qui étaient déjà bien avancés mais je n’ai fait aucun progrès dans le fard du milieu, et ce n’est pas faute de l’avoir employé ! Malheureusement, j’ai l’impression que sa texture a changée, je vais essayer de l’utiliser humide car il est très difficile là prélever au pinceau et même au doigt, on ne voit pas grand chose (alors que quand je l’ai acheté il était super pigmenté!).

Mes buts pour le mois prochain : 

  • toucher le côté du pan (side pan) du fard beige (cette fois-ci je compte bien y arriver)
  • essayer d’utiliser plus le fard du milieu et voir si je continue à essayer de le finir ou si je le laisse de côté pour ne finir que les deux autres.

Je pensais ajouter une autre palette ou du moins un ou deux fards monos à ce projet mais j’ai décidé de le continuer ainsi jusqu’à la fin de l’année. Je pense commencer un nouveau projet « pan that palette »en début d’année prochaine.

Par contre, je vais commencer un projet pour terminer 6 produits d’ici la fin de l’année, comme j’avais fait l’année dernière ! Je vous en reparle bientôt, je ferai les photos ce week-end !

Bon et bien c’est tout pour cet update, j’espère que ce petit article vous aura plu !

Et vous, vous faites aussi des project pan ? Si oui, ils avancent bien ?

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois d’août 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’août 2018! 

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Les Bourgeois – Alice Ferney

Nombre de pages: 350 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 16 août 2017

Résumé: 

Ils se nomment Bourgeois et leur patronyme est aussi un mode de vie. Ils sont huit frères et deux soeurs, nés à Paris entre 1920 et 1940. Ils grandissent dans la trace de la Grande Guerre et les prémices de la seconde. Aux places favorites de la société bourgeoise – l’armée, la marine, la médecine, le barreau, les affaires -, ils sont partie prenante des événements historiques et des évolutions sociales. De la décolonisation à l’après-Mai 68, leurs existences embrassent toute une époque. La marche du monde ne décourage jamais leur déploiement. De Jules l’aîné à Marie la dernière, l’apparition et la disparition des personnages, leurs aspirations et leurs engagements rythment la formidable horlogerie de ce roman très différent d’une simple saga familiale. Car c’est ici le siècle qui se trouve reconstruit par brèves séquences discontinues, telle une vaste mosaïque où progressivement se détachent les portraits des dix membres de la fratrie – et un peu leurs aïeux, et déjà leurs enfants. Sur cette vertigineuse ronde du temps, Alice Ferney pose un regard de romancière et d’historienne. A hauteur de contemporain elle refait la traversée. Allant sans cesse du singulier au collectif, du destin individuel à l’épopée nationale, elle donne à voir l’Histoire en train de se faire, les erreurs, les silences coupables, les choix erronés qu’explique la confusion du présent. Ample et captivant, Les Bourgeois s’avère ainsi une redoutable analyse de nos racines : un livre qui passe tout un siècle français au tamis du roman familial.

Mon avis: 

J’ai aimé ce portrait d’une famille bourgeoise (c’est le cas de le dire) à travers les années, suivre chacun des membres depuis leur enfance, jeunesse puis vie d’adulte et de retraités. Les personnages sont attachants, on rentre vite dans l’histoire même si au début on se dit qu’avec tous ces prénoms et les différentes générations, on ne va pas pouvoir s’en sortir et finalement, tout coule tout seul. On a presque l’impression de faire soi-même partie de cette famille à la fin ! On ne sait pas si la narratrice du roman est l’auteure même ou un personnage dont on ignore le nom mais j’ai aimé que la narratrice soit quelqu’un d’externe à la famille, de neutre. Le roman commence au décès de l’un des membres de la grande fratrie Bourgeois et c’est à partir de cet événement qu’on nous raconte pleins d’anecdotes concernant les frères et soeurs Bourgeois. Un beau roman familiale, même si finalement il ne s’y passe pas grand chose, j’ai passé un excellent moment de lecture car la plume de l’auteure est vraiment entraînante et on n’a pas envie de poser le livre avant de l’avoir terminé!

Ma note: ♥♥♥♥

 

La femme à la fenêtre – A.J. Finn

Nombre de pages: 521 pages

Editeur:  Presses de la Cité

Date de parution (dans cette édition): 8 février 2018

Résumé: 

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Mon avis: 

Gros coup de coeur pour ce thriller pleins de rebondissements ! Au début j’ai pensé qu’il s’agissait d’une énième copie de « la fille du train » dont la fin m’avait pour le moins laissée sur ma faim (sans vilain jeu de mot). Et bien, pas du tout ! Etrangement, on s’attache très vite à la principale protagoniste du roman, Anna, qui est pleine de TOC et qui a des problèmes avec l’alcool. Elle est touchante dans sa fragilité et on sent qu’elle en a bavé dans sa vie. Quand elle est certaine d’avoir vu un meurtre en regardant depuis sa fenêtre chez ses voisins d’en face et que la police ne la prend pas au sérieux, elle commence elle-même à douter de ce qu’elle a vu même si, peu à peu, elle réussit à assembler le puzzle pour savoir qui sont vraiment ses nouveaux voisins… un roman étonnant, addictif et vraiment bien ficelé qui ravira tous les amateurs du genre! Une chose est sûre, j’ai d’ores et déjà hâte de lire le prochain roman de cet écrivain 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

L’ordre du jour – Eric Vuillard

Nombre de pages: 150 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 29 avril 2017

Résumé: 

Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants.

Mon avis: 

Ce livre, qui a gagné le prix Goncourt en 2017, m’a pour le moins bouleversée. J’ignorais (bêtement) que la campagne d’Hitler ainsi que la SGM avaient été financés par des riches entrepreneurs. Des marques qui existent toujours aujourd’hui et sont toujours florissantes ont fait leur beurre de cette guerre. Bien sûr que je sais qu’on ne vit pas dans le monde des bisounours et que l’argent est roi, mais quand même, je ne pensais vraiment pas que la cupidité humaine pouvait aller aussi loin. Un roman qui m’a appris beaucoup de choses sur cette sombre période de notre Histoire, par exemple, j’ai appris la manière dont Hitler a envahi l’Autriche…. un roman intéressant et très bien écrit (c’est mieux pour un Goncourt) que je ne peux que vous recommander.

 

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les filles de l’ouragan – Joyce Maynard

Nombre de pages: 354 pages

Editeur: 10/18

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2013

Résumé: 

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l’ouragan suit les itinéraires personnels de deux ‘soeurs de naissance ‘, des années 1950 à aujourd’ hui. Avec la virtuosité qu’on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s’entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte – les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d’un foyer et celle d’un être aimé – et jusqu’au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

Mon avis: 

J’ai été emportée par ce roman qui suit deux familles que tout oppose sauf le fait que deux de leurs filles sont nées le même soir d’orage.  Alors que Dana, plutôt garçon manqué, s’intéresse aux travaux de la terre et aux filles, Ruth, de son côté, a une âme d’artiste et fait tourner les têtes. J’ai aimé l’écriture de l’auteure dont j’avais déjà lu et aimé Baby Love, les personnages sont bien décrits sans tomber dans le cliché pour autant. On se fait vite prendre dans l’histoire et je dois dire que ce roman a réussi à m’arracher quelques larmes sur la fin, ce qui est assez rare pour être mentionné. Un joli roman sur l’amour, l’amitié et la tolérance.

 

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le Labyrinthe des Esprits – Carlos Ruiz Zafon

Nombre de pages: 843 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2018

Résumé: 

Dans la Barcelone franquiste des années de plomb, la disparition d’un ministre déchaîne une cascade d’assassinats, de représailles et de mystères. Mais pour contrer la censure, la propagande et la terreur, la jeune Alicia Gris, tout droit sortie des entrailles de ce régime nauséabond, est habile à se jouer des miroirs et des masques. Son enquête l’amène à croiser la route du libraire Daniel Sempere. Il n’est plus ce petit garçon qui trouva un jour dans les travées du Cimetière des Livres oubliés l’ouvrage qui allait changer sa vie, mais un adulte au coeur empli de tristesse et de colère. Le silence qui entoure la mort de sa mère a ouvert dans son âme un abîme dont ni son épouse Bea, ni son jeune fils Juliàn, ni son fidèle compagnon Fermin ne parviennent à le tirer. En compagnie d’Alicia, tous les membres du clan Sempere affrontent la vérité sur l’histoire secrète de leur famille et, quel qu’en soit le prix à payer, voguent vers l’accomplissement de leur destin. Erudition, maîtrise et profondeur sont la marque de ce roman qui gronde de passions, d’intrigues et d’aventures. Un formidable hommage à la littérature.

Mon avis: 

Comme j’avais été assez déçue du dernier roman de l’auteur (le passager du ciel), j’étais très curieuse (et un peu anxieuse aussi) de me lancer dans la lecture de ce gros pavé de plus de 800 pages. Si je n’ai pas tout de suite été entraînée dans l’histoire, j’ai quand même apprécié retrouver les protagonistes des livres précédents. L’auteur nous fait faire des allers-retours entre le passé et le présent, on suit également plusieurs histoires en paralèles. Trop ?Je dois dire que ce roman est très toufu, à des moments on a presque envie de l’abandonner car on ne comprends pas trop où veut en venir l’auteur. Finalement, on arrive à assembler toutes les pièces du puzzle et en comprendre un peu plus sur tous les personnages. Ce n’est pas le coup de coeur de l’ombre du vent, mais j’ai passé toutefois un chouette moment en compagnie de la famille Sempere et compagnie 😉 Comme dans tous les romans de l’auteur, il y a des passages qui tendent vers le fantastique ce qui rend le tout enchanteur.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’août 2018, on se retrouve très vite pour mon article bilan de mes lectures du mois de septembre !

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Bisous !

[Vidéo] Produits terminés #47 – de mi juin à fin juillet 2018

Coucou tout le monde,

Je vous retrouve pour vous poster la vidéo de mes produits terminés de mi juin à fin juillet 2018 !

Je dois encore poster sur Youtube celle des produits terminés d’août et septembre alors pour une fois, je ne suis pas trop trop en retard 😉

Et vous, vous avez terminé beaucoup de produits aussi ?

N’hésitez pas à commenter 🙂

Bisous !

[SP] J’ai lu: Avant que l’Ombre… de Marie Javet

Coucou tout le monde,

J’ai eu la chance de recevoir de la part des Editions Plaisir de Lire le dernier livre de l’auteure suisse Marie Javet; Avant que l’Ombre…

J’attendais beaucoup de ce second roman car le seul défaut que j’avais trouvé au livre précédent de l’auteure, la petite fille dans le miroir (ma revue ici), était que je l’avais trouvé trop court… J’avais donc eu l’impression qu’elle aurait pu développer encore plus certains aspects de l’histoire…

avant que l'ombre... Marie Javet

Cette fois-ci, le roman contient plus de pages (ce qui est bon signe) et le titre m’a tout de suite intriguée, car il s’agit également du titre de l’une des chansons de Mylène Farmer, tiré de l’album du même nom que j’adore.  Cela m’a tout de suite fait penser à l’amitié qui lie Marie Javet à Marc Voltenauer car lui aussi a fait référence à Mylène Farmer dans son dernier roman « Qui a tué Heidi » !

Bref, sans plus tarder, voici donc ma chronique de ce roman !

Nombre de pages: 337 pages

Editions: Plaisir de Lire

Date de sortie: 31 août 2018

Résumé:

Une jeune femme, Camille, récemment veuve et laissé dans la précarité avec sa fille Lucie (5 ans), cherche un logement et tombe sur une annonce de colocation avec des artistes sexagénaires. Elle a tout de suite un coup de coeur pour la maison et s’attache très vite à ses habitants. Mais l’Ombre rôde… et des secrets du passé vont refaire surface…  Et qu’est-il arrivé dans cette maison et à ses habitants ? Mais surtout, qui est l’Ombre ?

Mon avis:

Difficile de vraiment vous parler de ce livre sans vous spoiler, chose que – vous le savez si vous me suivez depuis un moment – j’évite scrupuleusement car je déteste moi-même me faire spoiler quand je lis des critiques de livres.

Tout ce que je peux vous dire est que les personnages de ce roman sont plutôt mystérieux, certains chapitres nous relatent le passé de chacun afin de compléter le puzzle et d’arriver par nous-même à la déduction (par exclusion) de qui est l’Ombre…

L’auteure nous fait donc faire des allers-retours entre la fin des années 70 et l’année 2015 où l’on retrouve Camile et sa fille. C’est cependant dans le passé que les choses les plus terribles surviennent. 

On ressent très fortement qu’il y a une épée de Damoclès suspendue au-dessus de chacun des peronnages, ce qui rend l’ambiance du roman oppressante et de plus en plus pesante au fil des pages. On sent qu’un drame va survenir…. mais quand?

Finalement, Camille est le personnage dont on sait le moins de choses… pour ma part, j’aurais voulu en savoir plus sur elle ! Mais on comprend au fil de la lecture que finalement ce n’est pas le personnage le plus important de l’histoire…

Comme dit plus haut, la majorité des événements marquants du roman se passent dans le passé, donc c’est là qu’il faut chercher les principaux protagonistes de l’histoire… 

Pour ma part, mes personnages préférés ont été Cerise, l’artise dévouée à ses amis, qui essaie de toujours rester positive, ainsi qu’Alistair, le poète, avec son flegme tout britannique. 

Marie Javet sait insuffler la juste dose de mystère dans son roman pour en faire un page-turner implacable.

J’ai aimé l’écriture fluide de l’auteure, les dialogues semblent réels et l’intrigue tient la route du début à la fin, on est très vite happés par le récit pour ne plus pouvoir le lâcher avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire! Les personnages sont attachants et on espère à chaque page qu’il ne leur arrivera rien, on tremble pour eux !

Si j’avais assez vite trouvé qui était l’Ombre, je n’avais pas du tout imaginé le reste du dénouement et je dois dire que cela m’a beaucoup plu!

Inutile de préciser que j’ai dévoré ce livre en 2 jours !

Bref, vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment de lecture et me réjouis d’ores et déjà de lire le 3ème roman de cette talentueuse auteure suisse 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

Vous pouvez trouver ce roman dans toutes les bonnes librairies au prix indicatif de CHF 25.00 ou directement sur le site des éditions Plaisir de Lire (il est également disponible en ebook!)

Et vous, vous l’avez déjà lu ?

A bientôt 🙂

Je tiens à remercier les éditions Plaisir de Lire ainsi que Marie Javet pour l’envoi de ce service presse !

[Vidéo] GRWM pour aller au travail (feat. la palette Modern Renaissance d’Anastasia Beverly Hills)

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous poster une vidéo GRWM que j’avais pas encore eu le temps de vous poster sur ma chaîne ! Il s’agit d’un makeup pour aller travailler que j’ai réalisé avec la palette Modern Renaissance de la marque Anastasia Beverly Hills.

Et comme tout est dans la vidéo, je vous laisse aller la regarder 😉

 

Produits utilisés: 

  • Eau micellaire L’Oréal pour les peaux sensibles normales à mixtes
  • Contour des yeux L’hydralpine de L’Alpage
  • Sérum Aqualia Thermal de Vichy
  • Crème de jour Madara
  • Ecran soleil Eucerin SPF50 pour les peaux impures
  • Base de teint Matifiyer d’Estée Lauder
  • BB cream detox de Clarins en teinte 00 fair
  • Concealer Camouflage de Essence en teinte 05 ivory
  • Poudre de riz de Java de Bourjois
  • Crayon à sourcils Etude House en teinte grey-brown
  • Mascara à sourcils make me brow de Essence en teinte brunette
  • Base à paupière NARS
  • Palette The Ingenue de Marc Jacobs
  • Palette Modern Renaissance d’Anastasia Beverly Hills
  • Mascara better than sex de Too Faced
  • Palette pour le teint peach glow de Too Faced
  • Spray fixateur de maquillage d’Estée Lauder
  • Rouge à lèvres Diorific mate en teinte 580 fascinante
  • Parfum Indian night Jasmine de The Body Shop

Mon bandeau à oreilles de lapin vient de chez The Body Shop !

Mon vernis à ongles : dress call de Essie (collection longue tenue)

Ma robe vient de chez Esprit (ancienne collection)

J’espère que cette vidéo vous aura plu !

Bisous !

 

[Project pan] Terminer une (deux) palette(s) en 2018 – Update #6

Coucou tout le monde !

Tout d’abord, je suis navrée pour le retard dans le postage de cet article mais j’ai été en vacances (sans internet) les deux premières semaines de septembre et je dois dire que non seulement cela m’a fait un bien fou de faire une détox digitale mais de plus, comme j’avais emporté mes palettes du projet en vacances, j’ai pu faire un peu de progrès dans celles-ci 🙂

Sans plus tarder, voici donc l’avancement de mes deux palettes:

Rosés Ravissants – Covergirl

Mes buts du mois passé étaient de finir le fard brun complètement et de terminer la moitié du fard rose. Comme vous pouvez le constater, j’ai réussi à terminer plus ou moins la moitié du fard rose mais il me reste encore un peu de fard brun. Pour obtenir une meilleure pigmentation du fard rose irisé je sprayais mon pinceau de spray fixateur et ainsi les pigments ressortaient mieux.

Mon but pour le prochain update et de finir complètement la palette 🙂 il est temps de dire aurevoir à cette palette!

The Ingenue – Marc Jacobs

Là encore, je suis assez contente de mes progrès et j’ai réussi à toucher le side pan du fard doré. J’ai agrandi le pan du fard beige et j’ai bien creusé celui du milieu (même si cela ne se voit pas trop en photo). Mes objectifs pour le mois prochain sont:

  • toucher le pan du fard du milieu
  • toucher le bord du pan (sidepan) du fard beige

Et voilà, c’est tout pour cet update ! Si j’arrive à terminer à temps ma palette Covergirl pour le prochain update, je pense que j’ajouterai un fard mono ou une autre petite palette pour la fin de l’année 🙂

Et vous, vous faites aussi un projet du genre ? Dites-moi tout !!

Bisous !

[SP] J’ai lu: Le miroir des âmes de Nicolas Feuz

Hello à tous !

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de l’auteur suisse Nicolas Feuz sur mon blog puisque j’ai déjà écrit les chroniques d’Emorata, Eunoto, Ilmoran et Horrora Borealis 🙂 (cliquez sur les noms pour lire mon avis!)

Pour ceux qui malgré tout ne connaissent pas cet auteur, voici une petit cours de rattrapage: Nicolas Feuz est procureur de l’Etat de Neuchâtel et jusqu’à présent, il s’auto-éditait (The BookEdition). Pour ce nouveau roman, Le miroir des âmes, il a enfin été signé par une maison d’édition et pas des moindres, puisqu’il s’agit de la maison parisienne Slatkine & Cie, qui, l’année passée, a également publié l’un de ses amis, Marc Voltenauer.

Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises et avoir eu l’occasion de discuter avec, Nicolas Feuz est une personne très sympathique, passionnée par ses deux casquettes (procureur et auteur) et surtout, il est passionnant à écouter raconter ses anecdotes, plein d’humour et d’autodérision.

Par conséquent, quand le service presse de son prochain roman à paraître, le miroir des âmes, m’a été envoyé par Slatkine & Cie, j’ai littéralement sauté de joie.

Pour les impatients – et ça se comprend! – , le roman sort le jour de parution de cet article soit le 23 août 2018.

Résumé

Contrairement à la plupart de mes chroniques, je ne peux pas tellement vous faire un résumé du roman, de peur de vous en dévoiler trop.

Je dirai simplement que le roman commence après un attentat sur la place des Halles à Neuchâtel et qu’un tueur en série qui se fait appeler « le Vénitien » fait un carnage aux quatre coins du canton.

Encore une fois, Nicolas Feuz a su brouiller les pistes, souffler le chaud et le froid, on ne sait plus qui est honnête ou qui ne l’est pas, et cela même au sein de la police.

Mon avis

Le roman est assez court, plus court que les romans précédents de l’auteur. Il compte 261 pages et je dois dire que je l’ai dévoré en moins de 3h!

Les chapitres font presque tous 2 pages, ce qui aide à créer une atmosphère oppressante et à maintenir une tension perpétuelle. C’est presque fébrile que je tournais les pages!

On a toujours envie de lire un chapitre de plus pour connaître la suite… le signe d’une intrigue réussie.

Les descriptions des lieux sont comme d’habitude pour l’auteur plutôt détaillées, mais pas autant que dans ses romans précédents. Pour les habitués du canton de Neuchâtel, vous n’aurez aucun mal à vous repérer par rapport aux descriptions faites ! Cela donne même envie d’aller se balader… ou pas !

Certaines scènes nécessiteront d’avoir l’estomac bien accroché, âmes sensibles s’abstenir ! Pour ma part, en grande amatrice de thrillers, je suis une habituée des scènes de meurtres gores. Cependant, les descriptions faites des tortures infligées aux victimes m’ont tout de même fait un peu transpirer à des moments… objectif atteint!

On remarquera au passage la sublime couverture représentant la tour de Chaumont… qui contraste avec l’horreur qui s’y prépare.

J’ai aimé les personnages introduits dans ce roman auxquels on s’attache rapidement, je ne peux pas trop vous en parler, encore une fois de peur de trop vous en dire…. à part le fait que l’auteur les malmène du début à la fin ! En tout cas, je suis d’ores et déjà impatiente de les retrouver dans son prochain roman qui paraîtra déjà l’année prochaine d’après son éditeur. L’auteur a déjà posé de bonnes bases pour que la suite soit des plus passionnantes!

Dire que j’ai hâte serait un euphémisme ! 

J’ai littéralement dévoré ce roman et ne peux que vous le conseiller si vous êtes amateur/amatrice de thrillers bien ficelés!

Ma note: ♥♥♥♥♥/5

Vous pourrez trouver ce roman dès le 23 août 2018 dans toutes les bonnes librairies 🙂

Alors, tenté(e)s ??

De plus, un bonheur ne venant jamais seul, les livres précédents de l’auteur vont être republiés au Livre de Poche, en commençant par Horrora Borealis, que vous pouvez déjà trouver dans les rayons car il est sorti le 22 août 2018!

 

Je remercie Nicolas Feuz ainsi que les éditions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce SP !