Bilan de mes lectures du mois d’octobre 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’octobre 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La pure vérité – Jodi Picoult

Nombre de pages: 500 pages

Editeur: Presses de la Cité

Date de parution (dans cette édition): 4 octobre 2001

Résumé: 

 » – Monsieur Fisher, était-il possible qu’elle soit enceinte ? […]
– Elle n’est pas mariée, inspecteur.
– Cela n’est pas incompatible avec une grossesse, déclara Lizzie. Aaron Fisher la regarda fixement avec froideur.
– Chez nous, si !  »
Dans une étable, au sein de la communauté amish qui vit paisiblement depuis des siècles dans l’austérité et la rigueur, on retrouve un nouveau-né. Décédé. Chez ces fermiers de Pennsylvanie vivant sans électricité ni aucun véhicule à moteur, le taux de criminalité est proche de zéro. Aussi, cette découverte crée un scandale immédiat. D’autant que, très vite, la police inculpe une jeune fille de dix-huit ans… Face à une inspectrice et un procureur impitoyables, dans cette communauté repliée sur elle-même qui refuse toute justice autre que divine, une avocate voudra relever le défi de révéler la vérité.

Mon avis: 

J’ai aimé être plongée dans l’environnement d’une famille amish, je ne connaissais presque rien à leur propos et j’ai apprécié en savoir plus sur le fonctionnement de cette communauté. L’auteure nous donne presque la résolution de l’enquête sur un plateau et finalement il ne se passe pas grand chose dans ce roman. Je pense que plus qu’un policier il s’agit surtout d’un documentaire sur la vie des Amish aux Etats-Unis.

Ma note: ♥♥♥

 

Fille des cauchemars – tome 2 : l’ordre de la dague noire – Kendare Blake

Nombre de pages: 368 pages

Editeur: Hachette Black Moon

Date de parution (dans cette édition): 28 octobre 2015

Résumé: 

Cas ne parvient pas à oublier Anna.
« Anna à la robe de sang », l’esprit le plus puissant qu’il ait jamais rencontré.
Anna, qui s’est sacrifiée pour le sauver.

À présent, Anna lui apparaît même dans des rêves éveillés… ou plutôt, dans des cauchemars. L’esprit vengeur a laissé place à une jeune fille torturée.

Hallucinations ou véritables appels à l’aide ? La frontière entre illusion et réalité semble bien ténue. Anna a-t-elle définitivement quitté le monde des vivants ou est-elle revenue des enfers ? Cas ne sait plus. Il lui reste une seule certitude : quel qu’ait été son destin, il doit retrouver Anna.

Mon avis: 

J’ai été heureuse de retrouver Cas que l’on avait laissé abattu par le sacrifice d’Anna à la fin du premier tome (je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler). Cas est hanté par des cauchemars où Anna essaie d’entrer en contact avec lui et ne sait plus trop faire la différence entre le rêve et la réalité. Dans ce second tome, Cas a vraiment mûri et je l’ai trouvé moins « petit con » que dans le premier tome. Tous les personnages sont attachants et on ne s’ennuie pas une seconde. Il semble qu’il n’y aura pas de troisième tome (c’est vrai que l’auteure propose une vraie fin qui se suffit à elle-même) mais en tout cas ce dyptique était une très belle découverte young adult !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Illska – Le Mal – Eirikur Örn Norddahl

Nombre de pages: 608 pages

Editeur: Métailié BB Nordique

Date de parution (dans cette édition): 20 août 2015

Résumé: 

Evénement dans l’histoire mondiale : Agnes Lukauskaite et Omar Arnarson se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Trois ans plus tard, Omar brûle entièrement leur maison, conduit jusqu’à Keflavík et quitte le pays en avion. L’histoire commence en réalité bien avant, au cours de l’été 1941, quand la moitié des habitants d’une petite ville lituanienne, Jurbarkas, sont massacrés dans la forêt alentour. Deux arrière-grands-pères d’Agnes participent au massacre – l’un d’eux tue l’autre – et trois générations plus tard Agnes met l’Holocauste au cour de sa vie. Son obsession l’amène à rencontrer Arnor, un néonazi cultivé.

Illska parle d’Holocauste et d’amour, d’Islande et de Lituanie, d’Agnes qui se perd en elle-même alors que l’ambassadeur d’Islande en Lituanie reconnaît l’indépendance des pays baltes et que des criminels lituaniens commencent à opérer depuis Reykjavik, d’Agnes qui ne sait pas qui est le père de son enfant ni si elle veut finir sa thèse sur l’extrême droite islandaise ou chater avec son amant néonazi, d’Agnes qui aime Omar qui aime Agnes qui aime Arnor.

La lecture de ce texte déclenche une jubilation aussi intellectuelle que sensuelle, due autant aux fulgurances de la pensée qu’à la maîtrise impeccable de la langue et de la narration. Illska est un livre surprenant et immense écrit par un homme jeune, mais qui est appelé à devenir un grand, sans doute un très grand écrivain.

Mon avis: 

Un livre touffu, qui me faisait un peu peur de prime abord, même si le sujet m’intéressait (forcément, sinon je ne l’aurais pas acheté hein). Le livre raconte le triangle amoureux entre Agnes, une jeune femme lituanienne,  Arnor, un néonazi islandais ainsi que Omar, un jeune islandais un peu paumé dans sa vie. Les trois protagonistes, dont on apprendra l’histoire de manière alternative dans les chapitres, sont tous les trois attachants de par leur vécu. On comprend certains comportements (mais on ne cautionne pas hein) et on se désole de voir ce que certains deviennent. Un roman passionnant, où l’on apprend pleins de choses sur la seconde guerre mondiale et la vie en Islande. Le narrateur (externe aux personnages) raconte l’histoire et certaines anecdotes avec une pointe d’humour noir et grinçant assez délicieuse…Une pépite !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Petit Pays – Gaël Faye

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Le livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 23 août 2017

Résumé: 

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Un livre lumineux.  Astrid de Larminat, Le Figaro.

Un très beau premier roman, déchirant et incandescent, qui force l’admiration.  Yann Perreau, Les Inrockuptibles.

Gaby n’est pas un petit Africain, c’est un enfant du monde emporté par la fureur du destin. Notre hantise commune.  Maria Malagardis, Libération.

Mon avis: 

Gaël Faye nous fait revivre le génocide Tutsi au Burundi et au Rwanda. Dans ce roman (qu’on sent tout de même pas mal autobiographique) on suit le jeune Gabriel, qui vit dans une famille plutôt aisée et qui nous raconte sa vie au Burundi, ses copains, la violence omniprésente et finalement, après l’horreur, la résilience. Un très beau roman qui se lit d’une traite. La plume est fluide et si on en ressort pour le moins horrifié par les faits historiques (réels, eux) que raconte ce roman, on est heureux d’avoir découvert un jeune auteur à suivre. De très près.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Ma meilleure ennemie – Paula Daly

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Cherche-Midi

Date de parution (dans cette édition): 4 février 2016

Résumé: 

Comment ne pas se faire d’illusions sur ceux qu’on aime ?

Natty et Sean forment un couple heureux depuis le lycée. Après avoir travaillé dur, ils sont devenus propriétaires d’un charmant petit hôtel dans la région des Lakes, au nord-ouest de l’Angleterre. Natty, sans doute trop perfectionniste, se démène aussi bien sur le plan professionnel que familial, sans se rendre compte que son mari se sent parfois un peu délaissé.

Quand l’école appelle pour leur annoncer que la plus jeune de leurs filles vient d’être hospitalisée lors d’un voyage scolaire en France, Natty se précipite à son chevet. Elle fait appel à sa meilleure amie, Eve, psychologue de renom, pour veiller sur sa famille en son absence.

À son retour, quelques jours plus tard, c’est le choc : Sean déclare qu’il est tombé amoureux d’Eve et qu’il veut divorcer. Tout s’écroule autour de Natty. Elle n’a pas d’autre choix que de tenter de faire face, au moins pour ses filles, et d’accepter l’inacceptable. Jusqu’au jour où elle reçoit une lettre : Eve aurait déjà agi de la sorte, à plusieurs reprises, avec des conséquences dramatiques. Natty va alors se lancer dans une bataille très dangereuse…

Mon avis: 

On sent dès le départ que les choses vont mal tourner pour la protagoniste du roman, Natty, mère de famille débordée qui néglige pour le peu son mari Sean. Suite à une maladie, sa fille cadette est hospitalisée en France et elle part immédiatement à son chevet en laissant le soin à sa meilleure amie Eve, qui est – bien évidemment – super canon et chaude comme la braise (et dangereuse en plus) de s’occuper de sa fille aînée et de son mari (non mais vraiment!). Bon je dois dire que ce roman m’a beaucoup plu mais m’a tout de même grandement agacée. Depuis le début, on sait que ça va mal tourner, on a envie de secouer Natty et de lui dire « mais pu…naise! réveille-toi ! t’as mis le loup dans la bergerie » mais c’est déjà trop tard… Quand elle rentre chez elle, son mari veut rompre et se dit amoureux de sa meilleure (ex-) amie. Une descente aux enfers commence donc pour elle et finalement l’auteure sait nous mener jusqu’au point de rupture … on retient son souffle jusqu’au bout!

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le gardien des choses perdues – Ruth Hogan

Nombre de pages: 350 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2017

Résumé: 

Londres, mai 1974. Anthony Peardew attend sa fiancée, Thérèse. Celle-ci est étonnamment en retard. Il est loin de se douter qu’elle n’arrivera jamais, gisant au centre de l’attroupement qui s’est formé quelques centaines de mètres plus bas sur la chaussée. De retour chez lui ce même jour, Anthony réalise qu’il a égaré le médaillon que Thérèse lui avait confié, rompant ainsi la seule promesse qu’elle lui ait jamais demandé de tenir. Le coeur brisé, il passera le restant de son existence à collecter des objets trouvés au hasard de ses promenades, dans l’espoir de pouvoir un jour les restituer à leurs propriétaires. Désormais âgé de soixante-dix-neuf ans, le vieil homme décide de léguer sa demeure victorienne et les « trésors » qu’elle recèle à sa fidèle assistante Laura, qu’il pense être la seule à même d’accomplir la mission qu’il s’est donnée. En exprimant ses dernières volontés, il est loin de se douter de leurs répercussions et de l’heureuse suite de rencontres qu’elles vont provoquer… Histoire d’amour et de rédemption, Le Gardien des choses perdues explore la magie des objets, le sens qu’ils donnent à nos vies et les liens inattendus qui nous unissent aux autres. Ce premier roman enchanteur, à l’humour et au charme irrésistiblement british, est en cours de traduction dans quinze pays

Mon avis: 

Voilà un petit joyau que j’ai mis un peu par hasard dans mon panier à la Fnac de Strasbourg en début d’année… la couverture et le titre me plaisaient bien. On y suit un homme qui collecte tous les objets qu’il trouve, les étiquette (lieu et date etc.) et écrit ensuite des romans à propos de la vie (imaginée) de ces objets. A sa mort, il lègue sa collection à Laura, sa femme à tout faire, qui devra mener à bien la quête qu’il n’a pu achever lui-même:  retrouver tous les propriétaires de ces objets perdus ! Une quête ardue qui va la révéler à elle-même… J’ai adoré ce livre, les personnages sont attachants au possible (la jeune voisine autiste est à croquer) et finalement, à la fermeture de ce livre, on se sent bien, heureux. Un vrai roman feel-good sur la puissance de l’amour à travers le temps.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Ugly Love – Colleen Hoover

Nombre de pages: 384 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 17 novembre 2016

Résumé: 

Tate, 23 ans, emménage provisoirement chez son frère à San Francisco. Lorsqu’elle tombe littéralement sur Miles, le voisin d’en face, l’attirance, réciproque, est immédiate.
Si le beau pilote de ligne aux yeux bleu caraïbe refuse catégoriquement toute attache, Tate n’a pas le temps pour la passion… Alors, pourquoi ne pas se laisser séduire ? Leur liaison est torride et leur arrangement parfait, tant que sont respectées les deux règles de Miles : ne pas parler du passé, ne rien espérer du futur…
Mais le cœur peut-il suivre d’autres règles que les siennes ? L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

 » Un roman tendre et léger.  » L’Est Éclair

Mon avis: 

Un roman d’amour qui commence comme un roman de fesses…. au début je me suis dit « ouh-là c’est pas trop ton style de bouquin ». Et finalement, j’ai bien aimé l’histoire d’amour entre les deux héros, même s’il s’agit d’une « banale » histoire d’amour entre un super beau mec, Miles, pilote de ligne en plus (ben voyons) et une superbe jeune femme, Tate (super intelligente en plus rooooh). Même si le personnage de Miles est hanté par son passé (qu’on ne découvrira qu’à la fin du livre), les personnages n’ont pas une grande substance ni beaucoup d’épaisseur. Je pense que Colleen Hoover voulait faire pleurer dans les chaumières et même si j’ai été émue à la révélation du secret de Miles, je n’ai pas non plus été bouleversée, la fin était un peu trop téléphonée à mon goût.. et ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable, même s’il s’est bien laissé lire. A lire si vous aimez les histoires d’amour … sinon, passez votre chemin.

Ma note: ♥♥(♥) 

 

Un avion sans elle – Michel Bussi

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 mars 2013

Résumé: 

Lyse-Rose ou Émilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapée d’un crash d’avion, une fillette de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée « Libellule ». Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, la jeune femme va dénouer les fils de sa propre histoire jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

Mon avis: 

J’avais beaucoup aimé le premier livre que j’avais lu de cet auteur (ne lâche pas ma main) que j’avais trouvé vraiment haletant. Je n’ai pas eu le même sentiment avec celui-ci. J’ai trouvé la partie avec le détective un peu ennuyante et longuette et finalement, la fin ne m’a pas plus bluffée que cela, je m’y attendais un peu. Je me réjouis toutefois de lire plus de romans de cet auteur car j’aime beaucoup son style d’écriture.

Ma note: ♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’octobre ! Je suis en train de taper l’article des lectures du mois de novembre donc vous devriez l’avoir tout bientôt (entre deux articles beauté).

Avez-vous lu l’un des livres présentés ?

Bisous !

4 réflexions sur “Bilan de mes lectures du mois d’octobre 2017

    • c’est vrai que c’est un page-turner ! Michel Bussi est fort pour ça ! je lui ai quand même trouvé des longueurs… je me réjouis quand même de lire ses autres livres (j’en ai encore 3 à lire à la maison) 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s