J’ai lu: Au temps de l’innocence d’Edith Wharton

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Au temps de l’innocence de l’autrice américaine Edith Wharton, qui a écrit beaucoup de romans au début du XXème siècle. Ce roman-ci est paru en 1920. Edith Wharton est décédée en France en 1937.

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

au temps de l'innocence

Nombre de pages: 302 pages

Maison d’édition: Archipoche

Date de parution (dans cette édition): 30 août 2017

4ème de couverture:

Héritier élégant et cultivé, Newland Archer est l’un des meilleurs partis de New York. Chacun attend de connaître la date de son union avec la prude et ravissante May Welland, issue du même monde. La seule difficulté, pour lui, consiste à annoncer ses fiançailles dans le respect des convenances et du  » bon ton « .Tout est déjà réglé quand, un soir à l’opéra, le jeune homme reconnaît dans la loge des Welland la comtesse Ellen Olenska, de retour dans sa famille après l’échec de son mariage en Europe. Dans la haute société new- yorkaise, hantée par la peur du scandale, les mœurs et les idées d’Ellen suscitent une muette réprobation. Mais elles exercent sur Newland un attrait irrésistible…Couronné par le prix Pulitzer, Au temps de l’innocence (1920) fait revivre avec une grande variété de touches un univers disparu : celui du  » vieux New York « , avec son chic et ses préjugés. Edith Wharton y met à nu les sentiments. Son art, tout de tendre ironie, y est à son sommet.

Mon avis:

J’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune organisée par la bookstagrameuse Jessica du compte « le maître mot » dont j’aime beaucoup le contenu.

Ce roman me donnait moyennement envie vu la période de l’année car le thème m’évoquait un peu plus l’hiver que l’été mais finalement, passé les 100 premières pages que j’ai trouvées un peu laborieuses (beaucoup de présentations de personnages finalement pas si importants que ça…), j’ai vraiment accroché par la suite et ce jusqu’à la fin. 

J’ai trouvé le style et l’écriture d’Edith Wharton très modernes (du moins c’est le cas de cette traduction chez Archipoche!) et j’ai trouvé l’histoire intéressante. 

On y suit donc Newland Archer, jeune homme venant d’une famille aisée, qui est fiancé à la jeune et jolie May Welland, elle aussi issue d’une grande famille new-yorkaise. 

Cependant, l’équilibre parfait des tourtereaux est dérangé par le retour à New-York de la cousine de May, Ellen, qui a quitté son mari en Europe et décidé de retrouver sa famille. 

Les familles voient d’un mauvais oeil le retour de la jeune femme et n’ont pas trop envie d’être vues en sa compagnie car cela ne se fait pas de quitter son mari comme ça, voyons!

« C’était ainsi dans ce vieux New York, où l’on donnait la mort sans effusion de sang; le scandale y était plus à craindre que la maladie, la décence était la forme surprême du courage, tout éclat dénotait un manque d’éducation. »

Au temps de l’innocence d’Edith Wharton, page 286

Newland sera lui aussi de cet avis jusqu’au moment où il apprend à connaître Ellen, un esprit libre aux moeurs beaucoup plus libérées que sa chère fiancée May.

Il se sent donc très vite attirée par cette femme qu’il admire énormément pour son courage de s’afficher aux yeux du monde malgré sa « disgrâce » et fera tout pour qu’elle soit bien accueillie partout. Il la trouve également bien plus intéressante que May qui est tellement dévouée à sa famille.

J’ai aimé voir l’évolution de Newland tout au long du roman. Au début  il s’offusque du manque de manières d’Ellen (elle ne connait pas les codes new-yorkais) mais ensuite il la comprend et la soutient du mieux qu’il le peut. Au début il trouve que les femmes doivent rester à leur place et ensuite il comprend qu’une femme qui a une opinion lui plait davantage qu’une femme toujours d’accord avec lui.

Bref, on passe d’une jeune homme un peu imbus de lui-même à un homme qui sait se remettre en question. 

J’ai passé un très chouette moment en compagnie de ces personnages donc je vous recommande ce roman si vous aimez les histoires qui se passent au début du siècle dernier!

Ma note: ♥♥♥♥