J’ai lu: Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Je suis le genre de fille de l’autrice Nathalie Kuperman. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

je suis le genre de fille

Nombre de pages:  224 pages

Maison d’édition: folio

Date de parution (dans cette édition): 19 mars 2020

4ème de couverture:

« D’accord » : c’est peut-être le mot que Juliette dit le plus souvent, par fatigue, lâcheté ou absence d’à-propos. Elle est le genre de fille accommodante, avec ses proches, son ex-mari un brin narquois, son adolescente de fille, son trop parfait collègue de travail. Jusqu’au moment où elle décide de dire non. Un immense « non » libérateur, lancé à la figure de ceux qui ne doutent jamais d’eux, qui tiennent à jouer le premier rôle dans leur comédie sociale.

Mon avis:

Au début, je me suis dit que ça devait être marrant de me glisser dans la peau de cette mère de famille un peu névrosée et qui narrait sa vie d’une manière plutôt humoristique sur le genre « je suis le genre de fille qui… ». Je me suis dit, « chouette, moi aussi je suis le genre de fille qui dit toujours oui et qui après se maudit de ne pas avoir su dire non ».

Si certains chapitres étaient assez drôles effectivement, j’ai très vite trouvé un peu exagérées les lubies de Juliette, la narratrice. 

L’écriture est néanmoins fluide et agréable et le roman se lit très vite. Il s’agit en fait de petites scénettes de la vie quotidienne et à quelques exceptions près je n’ai pas vraiment pu me retrouver dans Juliette, que j’ai trouvée un peu trop « tout ». On n’est pas du tout dans la demi-mesure. Pour moi les traits ont été un peu trop forcés ce qui m’a fait un peu décrocher de ma lecture à des moments. 

Juliette souffre d’un complexe d’infériorité qui fait qu’elle veut toujours faire bien et se montrer gentille pour – pense-t-elle – remonter dans l’estime des autres. Cependant, tout cela est dans sa tête car je ne pense pas que les autres la perçoivent aussi négativement qu’elle le pense. On est souvent notre propre pire ennemi.

Sur ce point-là je pense que Juliette ressemble à pas mal de femmes – et sûrement d’hommes aussi – qui ont toujours peur de ne pas en faire assez et qui s’épuisent leur vie durant pour atteindre un idéal qui n’existe pas. 

Bref, un roman qui se lit plutôt rapidement car les chapitres sont assez courts, ce qui donne un bon rythme au récit même si j’ai trouvé l’ensemble un peu décousu. L’humour est très présent – parfois trop? – et nous fait parfois un peu dévier du sujet principal qui je pense était d’apprendre à dire non et arrêter de se faire marcher sans cesse dessus. 

 

Ma note: ♥♥(♥)


J’ai lu: Le choeur des femmes de Martin Winckler

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman le choeur des femmes de l’auteur et médecin Martin Winckler. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

le choeur des femmes

Nombre de pages: 688 pages

Maison d’édition: folio

Date de parution (dans cette édition): 9 mars 2017

4ème de couverture:

Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de « Médecine de La Femme », dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste ! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu’est-ce qu’il croit ? Qu’il va m’enseigner mon métier ? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

Mon avis:

Je pense que pour moi il y a un avant ce livre et un après. Ce livre est à mettre entre toutes les mains, tant féminines que masculines. 

Personnellement, j’ai trouvé ce roman d’une grande richesse tant émotionnelle que par son côté documentaire.. Ce roman m’a permis de comprendre que certaines choses qui m’étaient arrivées lors de mon premier accouchement (mais qui ne se sont pas reproduites lors du second bien heureusement, et je n’entrerai pas dans les détails ici car ce n’est pas le propos de cet article) n’étaient pas « normales ».  J’ai aimé également les explications des poses de stérilets ou d’implants contraceptifs. On sent tout le savoir médical de l’auteur Martin Winckler à travers ces passages. 

J’ai aimé suivre l’interne Jean Atwood, jeune femme sûre d’elle qui pense qu’elle va perdre son temps dans le service du Docteur Franz Karma. Elle qui pense tout savoir va devoir mettre sa fierté de côté et admettre que la théorie c’est bien beau mais ça ne vaut pas la pratique, et surtout l’écoute des patientes, chose qu’elle trouve ennuyante au possible. 

J’ai adoré tous les témoignages de femmes (fictifs bien entendu) insérés au fil du roman, on en apprend plus sur les patientes du Dr Karma et j’ai trouvé ces interludes très intéressants. 

Jean évolue énormément au fil du roman. Elle qui est pleine de préjugés va vite devoir les mettre dans sa poche pour être au plus proche de ses patientes auxquelles elle va très vite s’attacher. Moi-même qui ne lui trouvait rien d’attachant au début me suis surprise à apprécier de plus en plus ce personnage plutôt froid aux premiers abords.

Le Dr Franz Karma est quant à lui un sacré personnage, drôle, humble, tellement humain. Son seul désir est que ses patientes soient en confiance et se sentent écoutées et comprises. Un gros coup de cœur pour cet homme atypique.

Toute la galerie de personnages est savoureuse, comme les autres infirmières ou Aline, l’assistante du Dr Karma. 

Ce roman m’a vraiment bouleversée et malgré ses 688 pages je l’ai dévoré en moins d’une semaine. J’ai quitté ce roman et ses personnages à regret et j’avoue avoir dû faire une pause avant de commencer un autre livre tant celui-ci m’a exaltée. J’avais l’impression que rien ne serait à la hauteur après ce livre magnifique.

Je l’ai d’ailleurs tellement aimé que je me suis acheté son adaptation en bande dessinée et j’ai hâte de me replonger dans cette chouette histoire et pourquoi pas de la faire découvrir à mon mari 🙂

Le choeur des femmes est un roman qui fait du bien, vraiment.

Une pépite. Merci Dr Winckler !

Ma note: ♥♥♥♥♥