J’ai lu: Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de Maria Larrea

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de l’autrice Maria Larrea. Il s’agit de son premier roman.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

les gens de Bilbao naissent où ils veulent

Nombre de pages: 224 pages

Maison d’édition: Grasset

Date de parution (dans cette édition): 17 août 2022

4ème de couverture:

Tout commence en Espagne. En juin 1943, une prostituée obèse de Bilbao donne vie à un garçon qu’elle confie aux jésuites. Plus tard, en Galice, une femme accouche d’une fille qu’elle abandonne aux sœurs d’un couvent. Les deux orphelins connaissent la misère et Franco mais se rencontrent, se marient, partent à Paris. La Galicienne devient femme de ménage, le Basque gardien du théâtre de la Michodière. Ils auront un enfant, Maria. C’est notre narratrice. A vingt-sept ans, celle-ci croyait s’être arrachée à ses origines: la loge de ses parents, la violence de Julian et les silences de Victoria. Mais un tirage de tarot va renverser son existence et l’obliger à replonger dans le passé des siens. Pour comprendre de qui elle est la fille, elle devra enquêter et revenir là oÙ tout a débuté, à Bilbao, où naissent les secrets. 

Etourdissant de style, d’énergie et de vie, ce premier roman mené tambour battant nous embarque instantanément. Avec maestria, Maria Larrea y recompose pièce par pièce le visage de sa famille et le puzzle de sa mémoire. On court et rit et pleure ensemble. Une écrivaine est née.

Mon avis:

J’ai tout de suite été attirée par ce roman de la rentrée littéraire 2022 car son titre m’a intriguée.

La plume de l’autrice est brute, incisive. Drôle aussi, souvent, malgré elle.

J’ai aimé sa façon de raconter les choses. Il est marqué « roman » sur la couverture mais je sais que ce livre est autobiographique et qu’il raconte la vie des parents de l’autrice puis sa naissance à elle et sa vie jusqu’à ses 27 ans. 

J’ai été extrêmement touchée par l’histoire de Maria Larrea, sa recherche de la vérité, son envie de savoir exactement d’où elle vient.

Je pense qu’à sa place j’aurais également remué ciel et terre pour avoir le fin mot de l’histoire, de [mon] histoire.

Ce livre raconte ses racines, on sent tout l’amour qu’elle ressent pour ses parents que la vie a malmené, le respect qu’elle a pour eux mais aussi la colère. 

Un livre qui traite également de la filiation, peut-on devenir mère (ou père) à son tour si on ignore d’où l’on vient vraiment ?

Que peut-on transmettre à nos enfants quand on ignore tout de nos origines?

Une histoire belle et émouvante retranscrite par une plume juste et qui touche droit au cœur, ce roman est une perle de la rentrée littéraire!

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: Grande Couronne de Salomé Kiner

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Grande Couronne de l’autrice Salomé Kiner. Elle est journaliste et Grande Couronne est son premier roman.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

grande couronne

Nombre de pages: 288 pages

Maison d’édition: Christian Bourgois Editeur

Date de parution (dans cette édition): 19 août 2021

4ème de couverture:

Nous sommes en France, à la fin des années 1990. Dans une ville de banlieue pavillonnaire, une adolescente regarde passer les trains qui filent vers la capitale. Elle a des projets plein la tête : partir, devenir hôtesse de l’air ou avocate et surtout, plus urgent, s’acheter des vêtements de marque. Mais comment faire quand on n’a pas assez d’argent de poche et que la vie dont on rêvait se révèle être un champ de cactus? Pour le moment, sa famille vacille et ses repères sont chamboulés. En très peu de temps, sans renoncer à ses désirs, elle devra tout apprendre : comment classer ses pensées, tenir tête à ses copines, assumer des responsabilités trop grandes pour elle et vivre ses premières expériences sexuelles. Si l’adolescence est une ligne de crête menant à l’âge adulte, l’attachante héroïne de Grande Couronne s’y tient en équilibriste, oscillant entre le trivial et le terrible. Mais elle a une arme : une vision au laser grâce à laquelle elle dresse un tableau de son époque et de ses émotions aussi drolatique qu’impitoyable.

Mon avis:

Un roman percutant sur la jeunesse dans les années 1990. La narratrice (dont je ne me rappelle pas le prénom (je pense même qu’on ne le dit pas) mais dont le nom de code est Tenessy), est une adolescente rêvant de liberté, de gagner de l’argent (beaucoup d’argent) et de partir vivre à Paris, ce qui est pour elle le summum d’une vie réussie.

J’ai trouvé ce roman incroyable de par sa narration tellement parlante de vérité. Le regard qu’elle porte sur ses parents et en particulier sa mère, oscillant entre la pitié au début (elle dénigre sa mère qui lui achète des habits et des goûters sans marques etc) et la fin du roman où on sent qu’elle ressent beaucoup de fierté envers sa mère et qu’elle l’admire pour tout ce qu’elle fait pour la famille malgré la séparation d’avec son mari. Elle gère la maison, les enfants et travaille en plus à côté. J’ai trouvé touchant que la narratrice se rende compte de tout le travail accompli par sa mère, surtout qu’à un moment elle doit en assumer en partie la charge quand sa mère plonge dans la dépression suite au divorce.

La narratrice porte un regard plutôt méprisant sur son père, qui quitte le navire de la vie familiale pour vivre avec sa maîtresse, loin du tumulte de sa vie familiale pour le moins encombrante (la narratrice a une grande soeur et deux petits frères). Partir et faire comme si les enfants et l’ex femme n’existaient pas (ou peu s’en faut), c’est si facile. D’autant plus que le plus petit garçon est autiste et nécessite des soins supplémentaires.

(…) Je comprenais pourquoi ma mère avait des envies de mourir. Faire le parent tout seul c’est une vie pour personne. (Grande couronne de Salomé Kiner, page 142)

(…) Peut-être qu’enfin je pouvais la comprendre, peut-être que la malheur fédère plus que la joie.

(Grande couronne de Salomé Kiner, page 287)

C’est un roman sur les désillusions de l’adolescence et du passage à l’âge adulte, l’appât de l’argent facile et les dérives que celui-ci engendre. La narratrice va même jusqu’à accepter de faire des branlettes et fellations tarifées pour se faire de l’argent de poche et pouvoir s’offrir les habits et accessoires à la mode dont elle rêve depuis toujours. Mais est-ce que ressembler aux filles qu’elle admire en se rabaissant de la sorte la rendra-t-elle plus heureuse?

C’est un roman assez dur de par les sujets qu’il aborde mais c’est fait d’une manière si naturelle et fluide que finalement ça passe crème et on ne s’y attarde pas non plus. En effet, l’autrice, par la voix de sa narratrice, arrive à nous faire passer des messages sur des thèmes importants tout en ne plombant pas son récit. 

La narratrice s’échappe de l’ambiance plutôt lourde de sa vie familiale en fumant et en fréquentant des garçons. Je l’ai trouvée très attachante de par ses interrogations sur la vie et sa peur panique de finir sa vie dans sa petite ville où il ne passe jamais rien. Elle voit Paris comme un but ultime dans sa vie, l’accomplissement qui montre qu’elle a réussi sa vie. Elle ne veut pas avoir de regrets et fait tout pour arriver à ses fins.

J’ai aimé aussi l’interaction qu’elle peut avoir avec ses petits frères. Elle est très protectrice envers eux et s’en occupe beaucoup. Finalement, elle veut faire sa dure mais c’est une jeune fille très attachée à sa famille et qui se bat bec et ongles pour que l’équilibre familial demeure malgré la séparation de ses parents.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman. J’ai trouvé la narration plutôt acerbe mais délicieuse et j’ai adoré retrouver l’ambiance des années 1990. L’autrice étant de la même année que moi, j’ai retrouvé pas mal de références à des choses que je connaissais étant petite.

Une pépite dont on n’a pas entendu assez parler à mon sens!

Ma note: ♥♥♥♥♥