J’ai lu: Les enfants du silence de Gong Ji-Young

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les enfants du silence de l’autrice coréenne Gong Ji-Young qui est inspiré d’une histoire vraie.

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

les enfants du silence

Nombre de pages: 320 pages

Maison d’édition: Philippe Picquier

Date de parution (dans cette édition): 3 septembre 2020

4ème de couverture:

Il faut avant tout savoir que les événements racontés dans ce roman sont vrais. Ils ont réellement eu lieu.
Lorsque Inho arrive dans cette petite ville coréenne noyée dans le brouillard, il a un mauvais pressentiment. Il vient d’être nommé professeur dans une école privée et rien ne le destinait au combat qu’il va devoir y mener pour faire éclater la vérité. Ce que découvre rapidement Inho, c’est que les élèves de cette institution sont victimes de sévices et d’abus sexuels depuis plusieurs années, avec la complicité de membres de la police et des autorités locales. Ces enfants sont d’autant plus réduits au silence qu’ils sont atteints de surdité.
Face à la puissance et au mépris de ceux qui détiennent le pouvoir, la solidarité, le courage, l’obstination seront-ils suffisants pour que justice soit rendue ?
Gong Ji-Young est une écrivaine profondément convaincue que les livres peuvent changer le monde. Et parfois en effet ils y arrivent. Ce roman poignant a provoqué un séisme dans la société coréenne et une nouvelle loi a été votée, qui durcit les peines pour les auteurs d’agressions sexuelles sur les mineurs et les handicapés. »

Mon avis:

Ce livre ne pourra pas vous laisser de marbre tant son propos est grave et presque irréaliste. Pourtant, l’histoire racontée par l’autrice est bien tirée de faits réels et c’est ce qui fait vraiment froid dans le dos. 

Inho, jeune père de famille quitte de la capitale pour enseigner dans un établissement pour sourds-muets d’une petite ville perdue dans un brouillard presque permanent où il a passé une partie de sa jeunesse.

Là-bas, il va très vite découvrir que ces enfants en situation de handicap sont les cibles de prédateurs sexuels dans le cadre même de l’école et ce avec le soutien des autorités locales. 

Accompagné d’une amie d’enfance, Yujin, Inho va tout mettre en œuvre pour aider les enfants et faire juger et punir leurs bourreaux pour leurs crimes. 

Ce roman est très bien écrit, on ressent vraiment l’ambiance brumeuse et froide de l’endroit. Inho, isolé de sa famille, va vraiment avoir à cœur d’aider les enfants quitte à perdre son nouvel emploi. Mais il se rend compte qu’il a mis un coup de pied dans une fourmilière et que presque toute une partie des pontes de la ville est de mèche, plus ou moins consciemment. 

Inho est déchiré entre son devoir d’aider ces enfants qui en ont vraiment besoin et l’envie de retrouver le calme et la tranquillité de sa famille. Il est tiraillé entre son envie d’aider les enfants à s’extraire de leur condition de victime et sa peur de décevoir sa femme car il n’a pas réussi à garder le poste d’enseignant qu’elle lui avait trouvé. 

J’ai beaucoup aimé le personnage de Yujin, une femme forte, débrouillarde et qui croit fort en ses idéaux et à la justice. Elle ne lâche rien, contrairement à Inho qui baisse plus d’une fois les bras. Je l’ai trouvée admirable car malgré le fait qu’elle soit une mère célibataire (qui plus est avec une fille avec de gros problèmes de santé), elle se rend disponible pour les enfants abusés. Elle devra faire face au mépris des personnes qu’elle et Inho accusent mais elle s’en moque, seuls comptent les enfants. 

Les personnages des enfants sont vraiment attachants et font preuve d’une grande résilience dans leur malheur. Ils arrivent malgré tout à trouver des petits bonheurs dans leur quotidien, ils forment une grande famille. Venant pour la plupart de familles pauvres qui n’ont pas les fonds nécessaires pour payer un procès, ils sont pour la plupart même laissés tomber par leur famille à qui les responsables de l’école ont donné de l’argent contre leur silence.

Profiter ainsi d’enfants, qui plus est handicapés est impensable et insoutenable. J’avoue avoir ragé plus d’une fois quand je voyais se profiler l’issue des procès à l’encontre des coupables. 

Encore une fois, on voit que l’argent peut tout acheter… et c’est bien triste… mais c’est une triste réalité. 

J’espère que ce roman a fait du bruit à sa sortie en Corée et qu’il aura des répercussions positives afin que ce genre de faits divers ne se répète pas.

Pour ma part je suis ravie d’avoir découverte cette autrice et suis plus que jamais persuadée que les livres peuvent changer le monde. 

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: L’enfant parfaite de Vanessa Bamberger

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman L’enfant parfaite de l’autrice Vanessa Bamberger dont j’avais entendu parler dans le magazine Elle et que j’avais également vu passer sur le compte instagram le grimoire d’Alex😉

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

l'enfant parfaite

Nombre de pages: 252 pages

Maison d’édition: Liana Lévi

Date de parution (dans cette édition): 14 janvier 2021

4ème de couverture:

Le syndrome de l’enfant parfait ? Roxane a intégré depuis toujours les exigences de ses parents. L’excellence et la performance lui sont des impératifs naturels. Pourtant, depuis la rentrée en classe de première, rien ne va plus, ni les notes, ni l’amitié, ni les amours, ni l’apparence physique. Pour soigner l’acné qui enflamme son visage, elle n’a d’autre recours que de solliciter un ancien ami de son père, François, devenu médecin. Avec son verbe franc, direct, slamé, elle raconte la pression scolaire, la perte de confiance en soi, la peur de décrocher et l’incompréhension des adultes. Autour d’elle, personne ne voit venir le drame. De ce qui est arrivé à Roxane, François devra répondre. Avec une écriture intense, Vanessa Bamberger raconte l’adolescence et notre époque.

Mon avis:

Ce roman résume bien je pense la pression mise sur les adolescents d’aujourd’hui. Cette obsession de la performance à tout prix, la peur qu’ils ont (pour la plupart) de décevoir leurs parents, de ne pas être à la hauteur de leurs attentes. 

Je ne me suis pas du tout identifiée à Roxane car elle a un parlé jeune (des tirades presque sans ponctuation et pleine d’expression de jeunes que je ne connais ou n’emploie pas) mais on sent que c’est une jeune fille cultivée et intelligente.

Cependant, j’ai trouvé vraiment bien que l’autrice se mette dans la peau de cette adolescente. 

Roxane est prise en sandwich entre sa mère qui attend d’elle qu’elle soit responsable et adulte avant l’heure car elle n’a pas vraiment de temps à lui consacrer avec sa carrière musicale. Son père, de son côté, ne tolérerait pas qu’elle échoue dans ses études, il en va de sa réputation. 

Du coup, quand sa peau commence à faire des siennes, cela s’ajoute à son mal-être. 

François, de son côté, est un cardiologue ami d’enfance du père de Roxane. Quand ce dernier va l’appeler pour lui demander de renouveler l’ordonnance pour le médicament anti-acné que prend Roxane, il n’a en premier lieu pas vraiment envie de le faire mais son ami lui fait du chantage affectif. 

François est lui aussi une victime dans cette histoire. Lors du choix de ses études il a déçu son père en choisissant la médecine du cœur alors que celui-ci rêvait que son fils reprenne les rennes de son cabinet de dermatologie. Il a toujours été du genre effacé, évoluant dans l’ombre de celui qui deviendra le père de Roxane, Cyril. 

Il voit toute sa vie s’effondrer en une fraction de secondes alors qu’il n’avait à la base rien demandé à personne. La situation ambiguë dans laquelle il se met lui fait également prendre conscience qu’il commet beaucoup d’erreurs avec son propre fils et il se rend compte qu’il ne le connait finalement pas autant qu’il pourrait le croire…

Ce roman montre comment de petits gestes, de petites choses, peuvent mener à un résultat dramatique. La somme de petits riens peut être dévastatrice. On connait dès le début comment cela va se terminer (car l’autrice mélange un peu les chapitres) ce qui donne un goût inéluctable au drame.

Cette histoire est un écho à la jeunesse d’aujourd’hui, elle devrait être étudié dans les écoles!

Poignant.

Ma note: ♥♥♥♥