J’ai lu: Vigile de Hyam Zaytoun

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du récit Vigile de l’autrice Hyam Zaytoun. Il s’agit de son premier livre.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

vigile

Nombre de pages: 101 pages

Maison d’édition: Le Tripode

Date de parution (dans cette édition): 11 juin 2020

4ème de couverture:

Un bruit étrange, comme un vrombissement, réveille une jeune femme dans la nuit. Elle pense que son compagnon la taquine. La fatigue, l’inquiétude, elle a tellement besoin de dormir… Il se moque sans doute de ses ronflements. Mais le silence revenu dans la chambre l’inquiète. Lorsqu’elle allume la lampe, elle découvre que l’homme qu’elle aime est en arrêt cardiaque.


Avec une intensité rare, Hyam Zaytoun confie son expérience d’une nuit traumatique et des quelques jours consécutifs où son compagnon, placé en coma artificiel, se retrouve dans l’antichambre de la mort

Mon avis:

Savoir qu’il s’agit d’un récit et non d’un roman vous prend dès les premières pages dans un étau d’émotions.

On suit donc Hyam Zaytoun, qui suite à un arrêt cardiaque de son mari, a la présence d’esprit et le tact nécessaire pour lui faire un massage cardiaque en attendant l’arrivée des secours. Elle nous raconte les jours qui suivent, l’attente interminable à l’hôpital, où elle doit gérer ses émotions et celles de ses proches, avec des mots tellement bien choisis. Essayer de ménager au mieux ses enfants.

Impossible de ne pas être touché en plein coeur avec ce récit écrit à fleur de peau, alors que l’homme qu’elle aime est entre la vie et la mort. Un récit court mais terriblement percutant.

On se sent un peu voyeurs mais en même temps on se sent proches de la narratrice. Elle nous raconte sa tristesse, ses regrets de ne pas avoir assez profité de son mari si celui-ci venait à ne pas s’en sortir. Elle s’en veut d’avoir été parfois dure avec lui, de ne pas l’avoir épargné entre les travaux de la maison, les enfants et tout le reste.

Ceux qui te connaissent savent. On ne peut qu’être stupéfait. Tu sembles si solide. Le temps n’a pas de prise sur toi. Tu fais si jeune et les seize ans qui nous séparent l’un de l’autre ne se devinent pas. (…) 

Oui je me sens soudain si coupable. De ne pas t’avoir protégé, pas assez aimé, pas assez regardé. Si j’avais su, est-ce que j’aurais pu? (…)

Vigile de Hyam Zaytoun, pages 28-29

Ce livre nous fait nous rendre compte qu’on a tendance à prendre comme acquise la présence des gens qui comptent pour nous. Ce témoignage est là pour nous rappeler que tout peut basculer d’un moment à l’autre et qu’il faut profiter de chaque instant que la vie nous offre. J’ai lu ce livre dans un état second, il m’a bouleversée.

Un récit magnifique dont je me souviendrai longtemps. 

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: Chavirer de Lola Lafon

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Chavirer de l’autrice Lola Lafon dont j’avais lu il y a quelques années La Petite Communiste qui ne souriait jamais que j’avais vraiment apprécié.

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

chavirer

Nombre de pages: 344 pages

Maison d’édition: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 19 août 2020

4ème de couverture:

1984. Cléo, treize ans, qui vit entre ses parents une existence modeste en banlieue parisienne, se voit un jour proposer d’obtenir une bourse, délivrée par une mystérieuse Fondation, pour réaliser son rêve : devenir danseuse de modern jazz. Mais c’est un piège, sexuel, monnayable, qui se referme sur elle et dans lequel elle va entraîner d’autres collégiennes.

2019. Un fichier de photos est retrouvé sur le net, la police lance un appel à témoins à celles qui ont été victimes de la Fondation.

Devenue danseuse, notamment sur les plateaux de Drucker dans les années 1990, Cléo comprend qu’un passé qui ne passe pas est revenu la chercher, et qu’il est temps d’affronter son double fardeau de victime et de coupable.

Chavirer suit les diverses étapes du destin de Cléo à travers le regard de ceux qui l’ont connue tandis que son personnage se diffracte et se recompose à l’envi, à l’image de nos identités mutantes et des mystères qui les gouvernent.

Revisitant les systèmes de prédation à l’aune de la fracture sociale et raciale, Lola Lafon propose ici une ardente méditation sur les impasses du pardon, tout en rendant hommage au monde de la variété populaire où le sourire est contractuel et les faux cils obligatoires, entre corps érotisé et corps souffrant, magie de la scène et coulisses des douleurs.

Mon avis:

Ce livre raconte le destin tragique d’une ado – puis jeune femme –  bourrée de talent, Cléo, dont les rêves sont piétinés par une pseudo fondation lui faisant miroiter une bourse pour réaliser son rêve, devenir danseuse professionnelle. 

Cependant, Cléo va vite déchanter quand elle va se rendre compte que les gens qu’elles pensaient bienveillants veulent en réalité se nourrir de son innocence en abusant d’elle. 

Comme elle refuse de jouer le jeu elle-même mais veut toujours être bien vue par la fondation (qu’elle croit réelle) elle va commencer à recruter des jeunes filles dans son cercle d’amies et dans son école. Autant de destins brisés qui vont peser sur sa conscience. 

J’ai aimé la plume incisive de l’autrice qui arrive bien à nous retranscrire la sensation d’étouffement que peut ressentir Cléo. Finalement, elle est plus à plaindre qu’à blâmer, même s’il ne faut bien sûr pas nier sa part de responsabilité, elle a clairement été manipulée du début à la fin. Elle essaie de s’en sortir malgré tout, de se reconstruire malgré l’image médiocre qu’elle a d’elle-même après cette expérience traumatisante. 

Dans d’autres parties du livres on suit d’autre personnages, tous liés d’une manière ou d’une autre à Cléo. J’avoue avoir moins apprécié ces passages même si je comprends qu’ils sont essentiels pour appréhender l’entier de l’histoire.

Ce livre met en exergue les déviances existantes dans le monde du show-business ainsi que les nombreux pièges qui peuvent se refermer sur des jeunes personnes innocentes et naïves si elles ne sont pas suffisamment entourées.

J’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai trouvé très touchant et j’ai déjà hâte de découvrir quel sera le sujet du nouveau roman de l’autrice car elle a l’art de choisir des sujets délicats mais de les aborder à la manière d’une journaliste mais pas d’une manière impersonnelle. Une très belle découverte.

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: Les enfants du silence de Gong Ji-Young

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les enfants du silence de l’autrice coréenne Gong Ji-Young qui est inspiré d’une histoire vraie.

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

les enfants du silence

Nombre de pages: 320 pages

Maison d’édition: Philippe Picquier

Date de parution (dans cette édition): 3 septembre 2020

4ème de couverture:

Il faut avant tout savoir que les événements racontés dans ce roman sont vrais. Ils ont réellement eu lieu.
Lorsque Inho arrive dans cette petite ville coréenne noyée dans le brouillard, il a un mauvais pressentiment. Il vient d’être nommé professeur dans une école privée et rien ne le destinait au combat qu’il va devoir y mener pour faire éclater la vérité. Ce que découvre rapidement Inho, c’est que les élèves de cette institution sont victimes de sévices et d’abus sexuels depuis plusieurs années, avec la complicité de membres de la police et des autorités locales. Ces enfants sont d’autant plus réduits au silence qu’ils sont atteints de surdité.
Face à la puissance et au mépris de ceux qui détiennent le pouvoir, la solidarité, le courage, l’obstination seront-ils suffisants pour que justice soit rendue ?
Gong Ji-Young est une écrivaine profondément convaincue que les livres peuvent changer le monde. Et parfois en effet ils y arrivent. Ce roman poignant a provoqué un séisme dans la société coréenne et une nouvelle loi a été votée, qui durcit les peines pour les auteurs d’agressions sexuelles sur les mineurs et les handicapés. »

Mon avis:

Ce livre ne pourra pas vous laisser de marbre tant son propos est grave et presque irréaliste. Pourtant, l’histoire racontée par l’autrice est bien tirée de faits réels et c’est ce qui fait vraiment froid dans le dos. 

Inho, jeune père de famille quitte de la capitale pour enseigner dans un établissement pour sourds-muets d’une petite ville perdue dans un brouillard presque permanent où il a passé une partie de sa jeunesse.

Là-bas, il va très vite découvrir que ces enfants en situation de handicap sont les cibles de prédateurs sexuels dans le cadre même de l’école et ce avec le soutien des autorités locales. 

Accompagné d’une amie d’enfance, Yujin, Inho va tout mettre en œuvre pour aider les enfants et faire juger et punir leurs bourreaux pour leurs crimes. 

Ce roman est très bien écrit, on ressent vraiment l’ambiance brumeuse et froide de l’endroit. Inho, isolé de sa famille, va vraiment avoir à cœur d’aider les enfants quitte à perdre son nouvel emploi. Mais il se rend compte qu’il a mis un coup de pied dans une fourmilière et que presque toute une partie des pontes de la ville est de mèche, plus ou moins consciemment. 

Inho est déchiré entre son devoir d’aider ces enfants qui en ont vraiment besoin et l’envie de retrouver le calme et la tranquillité de sa famille. Il est tiraillé entre son envie d’aider les enfants à s’extraire de leur condition de victime et sa peur de décevoir sa femme car il n’a pas réussi à garder le poste d’enseignant qu’elle lui avait trouvé. 

J’ai beaucoup aimé le personnage de Yujin, une femme forte, débrouillarde et qui croit fort en ses idéaux et à la justice. Elle ne lâche rien, contrairement à Inho qui baisse plus d’une fois les bras. Je l’ai trouvée admirable car malgré le fait qu’elle soit une mère célibataire (qui plus est avec une fille avec de gros problèmes de santé), elle se rend disponible pour les enfants abusés. Elle devra faire face au mépris des personnes qu’elle et Inho accusent mais elle s’en moque, seuls comptent les enfants. 

Les personnages des enfants sont vraiment attachants et font preuve d’une grande résilience dans leur malheur. Ils arrivent malgré tout à trouver des petits bonheurs dans leur quotidien, ils forment une grande famille. Venant pour la plupart de familles pauvres qui n’ont pas les fonds nécessaires pour payer un procès, ils sont pour la plupart même laissés tomber par leur famille à qui les responsables de l’école ont donné de l’argent contre leur silence.

Profiter ainsi d’enfants, qui plus est handicapés est impensable et insoutenable. J’avoue avoir ragé plus d’une fois quand je voyais se profiler l’issue des procès à l’encontre des coupables. 

Encore une fois, on voit que l’argent peut tout acheter… et c’est bien triste… mais c’est une triste réalité. 

J’espère que ce roman a fait du bruit à sa sortie en Corée et qu’il aura des répercussions positives afin que ce genre de faits divers ne se répète pas.

Pour ma part je suis ravie d’avoir découverte cette autrice et suis plus que jamais persuadée que les livres peuvent changer le monde. 

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: L’enfant parfaite de Vanessa Bamberger

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman L’enfant parfaite de l’autrice Vanessa Bamberger dont j’avais entendu parler dans le magazine Elle et que j’avais également vu passer sur le compte instagram le grimoire d’Alex😉

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

l'enfant parfaite

Nombre de pages: 252 pages

Maison d’édition: Liana Lévi

Date de parution (dans cette édition): 14 janvier 2021

4ème de couverture:

Le syndrome de l’enfant parfait ? Roxane a intégré depuis toujours les exigences de ses parents. L’excellence et la performance lui sont des impératifs naturels. Pourtant, depuis la rentrée en classe de première, rien ne va plus, ni les notes, ni l’amitié, ni les amours, ni l’apparence physique. Pour soigner l’acné qui enflamme son visage, elle n’a d’autre recours que de solliciter un ancien ami de son père, François, devenu médecin. Avec son verbe franc, direct, slamé, elle raconte la pression scolaire, la perte de confiance en soi, la peur de décrocher et l’incompréhension des adultes. Autour d’elle, personne ne voit venir le drame. De ce qui est arrivé à Roxane, François devra répondre. Avec une écriture intense, Vanessa Bamberger raconte l’adolescence et notre époque.

Mon avis:

Ce roman résume bien je pense la pression mise sur les adolescents d’aujourd’hui. Cette obsession de la performance à tout prix, la peur qu’ils ont (pour la plupart) de décevoir leurs parents, de ne pas être à la hauteur de leurs attentes. 

Je ne me suis pas du tout identifiée à Roxane car elle a un parlé jeune (des tirades presque sans ponctuation et pleine d’expression de jeunes que je ne connais ou n’emploie pas) mais on sent que c’est une jeune fille cultivée et intelligente.

Cependant, j’ai trouvé vraiment bien que l’autrice se mette dans la peau de cette adolescente. 

Roxane est prise en sandwich entre sa mère qui attend d’elle qu’elle soit responsable et adulte avant l’heure car elle n’a pas vraiment de temps à lui consacrer avec sa carrière musicale. Son père, de son côté, ne tolérerait pas qu’elle échoue dans ses études, il en va de sa réputation. 

Du coup, quand sa peau commence à faire des siennes, cela s’ajoute à son mal-être. 

François, de son côté, est un cardiologue ami d’enfance du père de Roxane. Quand ce dernier va l’appeler pour lui demander de renouveler l’ordonnance pour le médicament anti-acné que prend Roxane, il n’a en premier lieu pas vraiment envie de le faire mais son ami lui fait du chantage affectif. 

François est lui aussi une victime dans cette histoire. Lors du choix de ses études il a déçu son père en choisissant la médecine du cœur alors que celui-ci rêvait que son fils reprenne les rennes de son cabinet de dermatologie. Il a toujours été du genre effacé, évoluant dans l’ombre de celui qui deviendra le père de Roxane, Cyril. 

Il voit toute sa vie s’effondrer en une fraction de secondes alors qu’il n’avait à la base rien demandé à personne. La situation ambiguë dans laquelle il se met lui fait également prendre conscience qu’il commet beaucoup d’erreurs avec son propre fils et il se rend compte qu’il ne le connait finalement pas autant qu’il pourrait le croire…

Ce roman montre comment de petits gestes, de petites choses, peuvent mener à un résultat dramatique. La somme de petits riens peut être dévastatrice. On connait dès le début comment cela va se terminer (car l’autrice mélange un peu les chapitres) ce qui donne un goût inéluctable au drame.

Cette histoire est un écho à la jeunesse d’aujourd’hui, elle devrait être étudié dans les écoles!

Poignant.

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: Entre toutes les mères d’Ashley Audrain

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Entre toutes les mères de l’autrice canadienne Ashley Audrain. Il s’agit de son premier roman.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

entre toutes les mères

Nombre de pages: 400 pages

Maison d’édition: JC Lattès

Date de parution (dans cette édition): 17 mars 2021

4ème de couverture:

Blythe Connor n’a qu’une seule idée en tête : ne pas reproduire ce qu’elle a vécu. Lorsque sa fille, Violet, naît, elle sait qu’elle lui donnera tout l’amour qu’elle mérite. Tout l’amour dont sa propre mère l’a privée. Mais les nouveau-nés ne se révèlent pas forcément être le fantasme qu’on s’est imaginé. Violet est un bébé agité, qui ne sourit jamais. Très vite, Blythe se demande ce qui ne va pas. Ce qu’elle fait mal. Si le problème, c’est sa fille. Ou elle.
Puisque Violet se comporte différemment avec son père, ce dernier met les doutes de sa femme sur le compte de l’épuisement. Sûrement parce qu’il ne peut imaginer ce qu’elle a vécu enfant. Peut-être parce que personne ne peut l’imaginer.
Dans ce premier roman aussi addictif que troublant, Ashley Audrain sonde les affres de la maternité et les hérédités blessées.

Mon avis:

Ce roman nous plonge dans la tête de Blythe, jeune femme qui devient mère à son tour, après une enfance pour le moins particulière, marquée par le départ de sa mère incapable de l’aimer correctement. 

Elle va devenir mère dans un contexte particulier car elle a peur d’être incapable de s’occuper de sa fille. Malheureusement, elle va vite se rendre compte que sa fille Violet, est un bébé difficile et avec lequel elle n’arrive pas à créer de véritable lien. Violet pleure sans cesse quand elle est avec Blythe alors qu’elle est tout sourire avec son mari, qui ne comprend pas pourquoi sa femme souffre ainsi et lui dit qu’elle s’imagine des choses. 

Son mari commence à douter de sa capacité à s’occuper de leur fille, tout ce que Blythe redoutait.

Violet grandit, et avec elle la culpabilité de Blythe de ne jamais en faire assez pour elle. Quand elle suspecte sa fille d’avoir poussé un petit garçon du haut d’un toboggan, elle essaie d’oublier la scène… comment peut-elle suspecter sa propre fille d’avoir voulu faire du mal à un petit garçon?

Blythe plonge alors dans l’horreur, la peur d’avoir enfanté un monstre et en même temps la culpabilité d’avoir peut-être fait quelque chose de mal qui pousserait Violet à mal se comporter. 

Quand Blythe retombe enceinte, d’un petit garçon parfait, aimant et souriant, tout le contraire de Violet, elle comprend que le problème ne vient peut-être pas d’elle mais bien de sa fille.

Ce roman se lit d’une traite, tant on ressent l’urgence de connaître la suite de l’histoire. 

Ce livre m’a choquée mais je l’ai vraiment adoré, à l’image de « il faut qu’on parle de Kevin » de Lionel Shriver qui m’avait fait le même effet.

Cependant, il aborde également des thèmes hyper importants comme l’isolement des mères après avoir eu un enfant, la culpabilité de celles-ci quand elles veulent reprendre le travail, le ressentiment qu’elle peuvent avoir à l’égard de leur conjoint car c’est elles qui sacrifient tout pour leurs enfants.

Un livre coup de poing, qui nous retourne l’estomac et nous laisse comme sonnés. 

Bref, une autrice à suivre de très très près et un énorme coup de cœur pour moi!

Brillant!

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: Cinq doigts sous la neige de Jacques Saussey [Cold Winter Challenge]

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Cinq doigts sous la neige de Jacques Saussey.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 364 pages

Maison d’édition: Cosmopolis

Date de parution (dans cette édition): 27 août 2020

4ème de couverture:

Une fête d’anniversaire.
Une forêt enfouie sous la neige.
Quinze jeunes coupés du monde.

 

Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois.
Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d’oublier la douleur du deuil, Marc ne l’a pas soutenu comme il l’aurait dû.
Lorsque son fils lui demande l’autorisation d’inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s’il craint les débordements des jeunes.

Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d’adolescents chez les Torres au cœur de la forêt silencieuse.

Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.

À tout prix.

Mon avis:

J’ai découvert ce livre car un autre auteur (je ne me rappelle plus lequel malheureusement) que je suis en avais parlé sur les réseaux sociaux (j’aime bien d’ailleurs quand les auteurs s’encouragent et se font de la pub les uns pour les autres, cela montre que le milieu du thriller est ouvert et que l’esprit de compétition ne règne pas partout). 

J’ai beaucoup aimé l’ambiance super sombre du livre et l’angoissante situation dans laquelle se trouve Marc Torres, quand il essaie coûte que coûte de sauver la vie de son fils adolescent qui a tendance à se mettre très vite dans le pétrin. 

J’ai pensé que ce livre serait un huis-clos mais non, on suit d’autres personnes (les parents des autres enfants invités à la fête d’anniversaire du fils de Marc) et également des militaires d’une base voisine. J’avoue que j’aurais préféré qu’on se concentre un peu plus sur la relation entre les adolescents car finalement cet aspect-là du livre est assez succinct. L’auteur choisit à diverses reprises de faire des ellipses temporelles ce qui je trouve est un peu une solution de facilité. Le fait de situer l’intrigue dans les années 1970 est également un peu facile car évidemment les avancées technologiques ne sont pas ce qu’elles sont aujourd’hui (pas de téléphones portables, moins de moyens de la police, etc.) Si le roman s’était passé de nos jours, le coupable aurait été vite sous les verrous.

De plus, j’ai trouvé que les scènes avec les militaires étaient un peu longues et finalement sans grand intérêt, à part pour expliquer pourquoi ils se trouvaient là à l’instant X.

Marc est un père dépassé par les événements, qui d’abord décide de faire l’autruche pour finalement essayer de prendre les choses en main… à sa manière. J’ai trouvé sa façon d’agir un peu incohérente et en même temps il est prêt à aller très loin dans l’horreur pour protéger son fils dans lequel il n’a aucune confiance. 

Alexandre est un personnage que j’ai eu de la peine à cerner et à qui je n’ai pas réussi à m’attacher. Il a été très touché par le décès de sa maman et peine à se remettre sur les rails depuis mais on arrive tout de même pas à excuser ses actes et pensées pour autant.

J’ai cependant aimé l’ambivalence des personnages, aucun n’est tout blanc ou tout noir même si j’aurais apprécié que certains personnages soient plus étoffés. 

C’est un livre sur les rapports humains, sur l’envie d’avoir quelque chose qu’on ne peut avoir et la frustration qui en découle. 

J’ai aimé ma lecture et même si ça n’a pas été un coup de cœur pour les raisons invoquées plus haut, il s’agit néanmoins d’un thriller efficace et addictif!

Je me réjouis de lire d’autres livres de cet auteur que je suis ravie d’avoir découvert!

Ma note: ♥♥♥(♥)


J’ai lu: La vie est un roman de Guillaume Musso

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre la vie est un roman de Guillaume Musso.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 304 pages

Maison d’édition: Calmann-Lévy

Date de parution (dans cette édition): 26 mai 2020

4ème de couverture:

POUR LUI, TOUT EST ÉCRIT D’AVANCE
POUR ELLE TOUT RESTE À ÉCRIRE

 

« Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. »

 

Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. La porte et les fenêtres de l’appartement étaient closes, les caméras de ce vieil immeuble new-yorkais ne montrent pas d’intrusion. L’enquête de police n’a rien donné.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au cœur broyé se terre dans une maison délabrée.
Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer.

Une lecture à nulle autre pareille.
En trois actes et deux coups de théâtre,
Guillaume Musso nous immerge dans une histoire étourdissante
qui puise sa force dans le pouvoir des livres
et la rage de vivre de ses personnages.

Mon avis:

Dans ce roman qui est une ode à l’écriture, on suit deux écrivains, une femme est un homme, perdus dans leurs névroses.

Elle doit faire face à la disparition improbable de sa fille de 3 ans tandis que lui doit remonter la pente après s’être fait quitter par sa femme qui veut lui enlever le droit de voir son fils.

Même si j’avoue avoir été bien prise dans l’intrigue au début, très vite j’ai trouvé « les ficelles trop grosses » et même si le roman se lit très rapidement et que l’histoire est sympa, je n’ai pas non plus été subjuguée par son dénouement. Dommage, car j’avais dernièrement adoré la jeune fille et la nuit donc j’avais de grands espoirs pour ce roman-ci. 

L’auteur a pris un peu des raccourcis et a cédé à la facilité et je dois dire que cela m’a dérangée. Globalement le livre se laisse bien lire mais j’ai eu de la peine à ressentir de l’empathie à l’égard des personnages. 

Bref, pas le meilleur Musso, j’espère que le prochain saura plus me convaincre et m’emporter comme le font d’habitude les romans de cet auteur !

Ma note: ♥♥♥


J’ai lu: Impact d’Olivier Norek

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Impact d’Olivier Norek. C’est le second livre de cet auteur que je lis, après Entre deux mondes que j’avais énormément apprécié.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 348 pages

Maison d’édition: Michel Lafon

Date de parution (dans cette édition): 22 octobre 2020

4ème de couverture:

Face au mal qui se propage
et qui a tué sa fille

Pour les millions de victimes passées
et les millions de victimes à venir

Virgil Solal entre en guerre,
seul, contre des géants.

Mon avis:

Comme « entre deux mondes », ce roman est une claque. Le thème cette fois-ci est la pollution à outrance qui mène au désastre climatique qui est prévu depuis des années. 

Un homme, Virgil Solal, qui a perdu sa fille à cause de ce fiasco écologique, va mener une guerre contre les grandes industries polluantes en s’en prenant à leurs hauts placés. 

Un flic, Nathan et une psy, Diane, vont devoir travailler ensemble afin de cerner le profil du terroriste. Ils sont cependant tiraillés entre l’envie de faire leur boulot et d’arrêter le « méchant » et leur cœur qui leur crie que finalement, « et si le méchant n’était finalement pas celui que l’on croit »?

Bref, j’ai beaucoup aimé les personnes de Nathan et Diane, leur humanité fait du bien. J’avais déjà ressenti cela dans « entre deux mondes », cette grande humanité dans les personnages d’Olivier Norek. Personne n’est tout blanc ou tout noir, il y a toujours des nuances, et ses personnages sont plein de doutes et sont souvent partagés dans les décisions qu’ils doivent prendre. Cette ambivalence est très intéressante. J’ai cependant regretté que le personnage de Virgil Solal ne soit pas plus développé, je trouve qu’on en sait finalement assez peu sur lui.

Tout le roman est entrecoupé de petites scènes qui se passent dans un futur alternatif (ou pas d’ailleurs) si rien ne change dans notre façon de polluer ce qui mènerait à des changements dramatiques de climat qui perturberaient l’habitat de certains animaux dont nous deviendrions alors les proies (ours polaires, crocodiles, etc.). J’ai trouvé ces passages très cruels mais ils nous font ouvrir les yeux sur la bêtise de l’être humain et l’urgence de changer les choses.

Même si j’ai trouvé le propos d’Olivier Norek un peu moralisateur à des moments, on ressent que c’est un sujet qui lui tient vraiment à cœur (bon je ne pense pas qu’il en aurait fait un roman sinon) et qu‘il a vraiment envie de réveiller les consciences

Un roman à mettre entre toutes les mains (surtout celles des puissants du monde) pour arrêter le désastre avant qu’il ne soit trop tard. 

Brillant.

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: Sauvage de Jamey Bradbury (cold winter challenge)

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Sauvage de Jamey Bradbury. J’avais souvent vu passer ce roman sur les réseaux sociaux et je dois dire que la couverture m’a de suite attirée.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 325 pages

Maison d’édition: Gallmeister

Date de parution (dans cette édition): 18 juin 2020

4ème de couverture:

À dix-sept ans, Tracy sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités enneigées de l’Alaska. Amoureuse de la nature sauvage, elle possède un secret : un don hors norme, hérité de sa mère, qui la relie de façon unique aux animaux, mais peut-être aussi aux humains. Sa vie bascule le jour où un inconnu l’attaque en pleine forêt, puis disparaît. Quand Tracy reprend connaissance, couverte de sang, elle est persuadée d’avoir tué son agresseur. Ce lourd secret la hante jour et nuit, et lorsqu’un jeune homme à la recherche de travail frappe à leur porte, Tracy sent émerger en elle quelque chose de sauvage.

Mon avis:

Je ne m’attendais pas du tout à cela en fait. Ce livre est un ovni littéraire et je pense que les gens vont soit l’aimer, soit le détester, un peu à la manière de My Absolute Darling de Gabriel Tallent  que j’avais moi-même adoré (édité par la même maison d’édition, apparemment ils aiment bien éditer des romans un peu dérangeants par leurs thèmes). J’imaginais un livre sur l’amour des courses de traineaux et la passion du grand air, une sorte d’ode à la nature. Je me suis retrouvée avec un livre plein de violence et un peu de surnaturel ce qui m’a pour le moins déstabilisée. 

On suit donc Tracy, jeune femme qui ne se sent bien que dans la foret, au contact des animaux et de la nature. Son rêve est de devenir une musher professionnelle c’est à dire une conductrice de chiens de traineaux. Elle a également besoin d’aller souvent en forêt pour se défouler et relever ses pièges à animaux.

A la mort de sa maman, elle reste donc avec son père et son petit frère mais a le sentiment d’être incomprise. Seule sa maman arrivait à la canaliser et la connaissait totalement. Il y a d’ailleurs tout un mystère sur sa maman aussi qui cachait énormément de choses à sa famille.

Le jour où elle se fait agresser en forêt et pense avoir blessé gravement voire tué son attaquant va faire basculer sa vie. 

Quand un jeune homme, Jesse, propose ses services pour s’occuper des chiens et que le père de Tracy l’engage, Tracy sent que quelque chose cloche. Dès ce moment-là, elle va être sans arrêt sur le qui-vive, elle qui a déjà les réflexe d’un animal sauvage. 

L’ambiance du roman est étouffante, on sent que quelque chose d’horrible va arriver et cela ne manque pas. 

J’ai beaucoup aimé le personnage du papa de Tracy qui essaie tant bien que mal de trouver des petits boulots pour subvenir aux besoins de ses enfants mais se sent totalement démuni devant Tracy et ses réactions pour le moins bizarres.

Par contre, je n’ai pas réussi à m’attacher à Tracy, ses réactions totalement disproportionnées m’ont vraiment dérangée. D’ailleurs il est difficile de trop vous en dire sur Tracy sans dévoiler son secret qui est au coeur du roman.

Sachez juste que si vous êtes sensibles et que les scènes violentes vous dérangent, ce roman ne sera en aucun cas pour vous. Je trouve que l’éditeur aurait du mettre un warning sur ce titre.

Bref, un roman dont je vais me souvenir longtemps (il est assez choquant) mais qui pour moi n’a vraiment pas été un coup de coeur, tant je l’ai trouvé dérangeant et malsain. La plume de l’autrice est néanmoins prometteuse.(je crois qu’il s’agit de son premier roman)

Dites-moi si vous l’avez lu et si votre sentiment est le même que le mien 🙂

Ma note: ♥♥


J’ai lu: Liv Maria de Julia Kerninon

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Liv Maria de Julia Kerninon.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

090437B7-6A2D-4037-8E14-5CBC644BD3C2

Nombre de pages: 288 pages

Maison d’édition: L’Iconoclaste 

Date de parution (dans cette édition): 19 août 2020

4ème de couverture:

Son nom est Liv Maria Christensen.

Elle fut l’enfant solitaire, la jeune fille fiévreuse, l’amoureuse du professeur d’été, l’orpheline et l’héritière, l’aventurière aux poignets d’or. Maintenant la voici mère et madone, installée dans une vie d’épouse. Mais comment se tenir là, avec le souvenir de toutes ces vies d’avant ? Faut-il mentir pour rester libre ?

Julia Kerninon brosse le portrait éblouissant d’une femme marquée à vif par un secret inavouable. Et explore avec une grande justesse les détours de l’intime, les jeux de l’apparence et de la vérité.

Mon avis:

J’ai acheté ce roman suite au passage de l’autrice à l’émission la grande libraire, émission que je regarde presque religieusement depuis que je l’ai découverte (il y a peu, honte à moi!).

La façon dont s’exprimait Julia Kerninon m’a donné envie de lire son livre.

Liv Maria est une jeune femme qui quitte le domicile familial suite à un événement déclencheur (je ne veux pas vous en dire trop) pour aller étudier en Allemagne. Là-bas, elle tombera sous le charme de son professeur et ils entameront une relation qui durera le temps d’un été.

Sans nouvelles de lui après les vacances, elle continue sa vie, voyage et rencontre d’autres hommes, jusqu’à faire LA rencontre, l’homme qu’elle va épouser et avec lequel elle va faire des enfants. Mais le drame n’est jamais loin..

Liv Maria est une jeune femme séduisante et intelligente, qui se sert un peu des hommes pour arriver à ses fins. Elle est à la fois fatale et naïve, c’est pour que je me suis attachée à elle. Rongée par la culpabilité, elle ne saura plus comment faire pour se dépêtrer de la situation dans laquelle elle s’est mise.. sans le savoir. J’ai aimé la façon dont Julia Kerninon nous plonge dans les pensées de son héroïne et nous fait partager ses tourments.

Liv Maria est une femme forte et fragile à la fois, il est impossible de la mettre dans une case tant elle est multiple.

Je suis mère, je suis menteuse, je suis une fugitive, et je suis libre.

Bref, une jolie plume, une histoire qui se lit vite, pas un coup de coeur (la fin m’a un peu déçue) mais une excellente lecture tout de même. Vivement le prochain Kerninon!

Ma note: ♥♥♥♥