J’ai lu: Le vallon des lucioles d’Isla Morley

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Le vallon des lucioles de l’autrice Isla Morley. Le vallon des lucioles est son troisième roman mais le premier traduit en Français.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

le vallon des lucioles

Nombre de pages:  480 pages

Maison d’édition: Seuil

Date de parution (dans cette édition): 4 mars 2021

4ème de couverture:

1937, Kentucky. Clay Havens et Ulys Massey, deux jeunes photographe et journaliste, sont envoyés dans le cadre du New Deal réaliser un reportage sur un coin reculé des Appalaches.

Dès leur arrivée, les habitants du village les mettent en garde sur une étrange famille qui vit au cœur de la forêt. Il n’en faut pas plus pour qu’ils partent à leur rencontre, dans l’espoir de trouver un sujet passionnant. Ce qu’ils découvrent va transformer à jamais la vie de Clay et stupéfier le pays entier. À travers l’objectif de son appareil, se dévoile une jeune femme splendide, Jubilee Buford, dont la peau teintée d’un bleu prononcé le fascine et le bouleverse.

Leur histoire sera émaillée de passion, de violence, de discorde dans une société américaine en proie au racisme et aux préjugés.

Inspiré par un fait réel, ce roman est une bouleversante histoire d’amour et un hymne à la différence.

Mon avis:

Ce roman m’a vraiment fait voyager, même si finalement on ne bouge pas énormément car le roman se passe presque entièrement dans une petite ville des Appalaches. 

Havens et Massey sont respectivement photographe et journaliste et doivent montrer de quoi est faite la vie des autochtones. 

Tout de suite, ils apprennent l’existence de personnes différentes, qui vivent en retrait de la ville. Effectivement, la famille Buford est un peu spéciale car deux de leurs enfants sont nés avec la peau bleue, tout comme certains de leurs ancêtres. Havens est très vite subjuguée par Jubilee, (la fille donc) qu’il trouve magnifique et mystérieuse. Par respect pour elle et aussi pour la protéger (car des gens mal intentionnés veulent tuer les « ratons bleus » comme ils les appellent), il se refuse de la prendre en photo (en tout cas pas en couleur). 

Les deux partagent la passion de la nature, des animaux, des oiseaux. Jubilee se méfie beaucoup de lui au départ, même s’il l’attire irrésistiblement. Elle a simplement appris à se méfier et à craindre ceux « de la bonne couleur ». Quand on a connu que les menaces et les brimades au quotidien, difficile d’accorder sa confiance ensuite.

J’ai aimé le fait que Havens soit un homme délicat et hyper respectueux envers Jubilee. Il ne la force à rien, jamais. C’est un homme rêveur, introverti et la célébrité ne l’attire pas du tout. Il n’hésite d’ailleurs pas une seconde à mettre en péril sa carrière de photographe (pourtant florissante) pour sauver la famille Buford.

Massey, de son côté, est beaucoup plus opportuniste et a flairé de loin le super scoop qui va lui faire gagner des prix de journalisme… Cela va être la cause d’une violente discorde entre les deux amis.

Ce récit aborde le thème du racisme mais d’une manière différente car les personnes à la peau bleue sont extrêmement rares et ne sont presque pas considérées comme des êtres humains. Ils sont condiérés comme des monstres de foire et ne peuvent prétendre à une vie normale car porteurs de ce maudit gène de la peau bleue. 

La bêtise et l’ignorance des gens est sans limite et ce roman le prouve encore une fois. Il a également eu une résonnance particulière en moi car il est inspiré par un fait divers réel. 

J’ai passé un très beau moment de lecture avec ce roman très visuel. J’ai eu l’impression de marcher dans la forêt avec Jubilee et Havens, de guetter avec eux le terrier des renards… Bref, un roman comme je les aime, qui m’a fait rêver, frémir et voyager. Une belle histoire servie par une écriture précise et sensible.

Une très jolie plume à découvrir!

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: L’année de grâce de Kim Liggett

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre L’année de grâce de Kim Liggett.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

1F884425-552C-4B46-813E-E1BC66B731C3

Nombre de pages: 528 pages

Maison d’édition: Castermann

Date de parution (dans cette édition): 7 octobre 2020

4ème de couverture:

Celles qui survivront ne seront plus jamais les mêmes.

« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. » Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient.

Mon avis:

J’avais lu beaucoup de critiques positives sur ce roman et je dois avouer que j’étais vraiment curieuse de le découvrir même si j’avais peur d’être un peu déçue. Effectivement il est classé « Young Adult » et même si j’ai encore beaucoup de livres du genre à livre dans ma pal, ce n’est plus vraiment mon genre de prédilection. J’ai tout de même eu envie de lire ce roman et j’ai vraiment bien fait !

Ce livre, qui est une dystopie, est un parallèle avec notre société actuelle où les hommes ont encore et toujours peur du pouvoir que pourrait avoir les femmes. Ce roman est une sorte d’Hunger Games, mais pas vraiment non plus. Les filles en passe de devenir adultes sont mises durant un an dans un camp au beau milieu d’une forêt cerclée par des braconniers prêts à tuer la première qui mettra le nez dehors. Là-bas, elles sont sensées se défaire de leur magie pour revenir pures vers leurs futurs maris.

Ce roman commence déjà fort avec le mythe de la femme tentatrice et ensorceleuse! J’ai vraiment aimé la manière avec laquelle l’autrice a amené le sujet et a rendu tout son univers vraiment crédible.

Il n’en faut pas plus pour que jalousies et rancœurs fassent surface et que les filles commencent à se tirer dans les pattes, le manque d’hygiène, de nourriture et de confort se faisant très vite ressentir.

Tierney, l’héroïne, essaie par tous les moyens de maintenir une certaine cohésion au niveau du groupe mais très vite des clans se forment et la plupart des filles commencent à penser qu’elles ont réellement des pouvoirs … Seule Tierney a les pieds sur terre et sait qu’il y a toujours une réponse terre à terre à tout, elle ne croit pas du tout à la magie mais seulement à la malignité des êtres humains. Et elle en fera malheureusement les frais…

Ce livre est cruel et très dur à certains moments et mais vraiment super bien écrit, on est plongés dans l’ambiance nauséabonde jusqu’au cou et j’ai vraiment adoré ma lecture.

Difficile comme d’habitude de trop vous en dire de peur de trop en dévoiler, mais si vous aimez les dystopies et les romans féministes, foncez lire l’année de grâce, c’est un excellent roman! Une autrice à suivre absolument!

Ma note: ♥♥♥♥♥

J’ai lu: Nuits appalaches de Chris Offutt

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Nuits appalaches de Chris Offutt.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

30724D15-0B13-4D21-BFCA-C54CF73629B8

Nombre de pages: 232 pages

Maison d’édition: Gallmeister

Date de parution (dans cette édition): 20 août 2020

4ème de couverture:

De retour de la guerre de Corée, Tucker, jeune vétéran de dix-huit ans, traverse à pied ses Appalaches natales pour rentrer chez lui. Sur son chemin, il croise Rhonda, quinze ans à peine, et la sauve des griffes de son oncle. Immédiatement amoureux, tous deux décident de se marier pour ne plus jamais se quitter. Tucker trouve un boulot auprès d’un trafiquant d’alcool de la région. Au cours des années qui suivent, cinq enfants naissent, qui deviennent leur raison de vivre. Mais quand une enquête des services sociaux menace la famille, les réflexes de combattant de Tucker se réveillent. Acculé, il découvrira le prix à payer pour défendre les siens.

Mon avis:

Le roman commençait bien avec la rencontre un peu rock’n’roll de Tucker et Rhonda et leur coup de foudre réciproque.

Cependant, j’ai trouvé dommage l’ellipse temporelle qu’a choisi de faire l’auteur directement après la rencontre, pour les retrouver des années plus tards, parents de 5 enfants dont 4 en situation de handicap lourd.

Si j’ai aimé le fait que Tucker fasse son possible pour sauver sa famille des services sociaux, j’ai trouvé que finalement il se passait assez peu de choses dans ce roman et j’ai trouvé Rhonda et Tucker complètement à côté de la plaque, égoïstes et vraiment inconscients et immatures. Pourquoi vouloir continuer à faire des enfants alors qu’ils peinent déjà à s’occuper de ceux qu’ils ont tant ils demandent des soins particuliers ?

Bref, une déception pour moi même si le roman n’est pas désintéressant pour autant, certains aspects m’ont vraiment déplus, qui ont occulté la jolie histoire d’amour au cœur de ce livre.

Dommage, cela commençait bien!

Ma note: ♥♥(♥)

J’ai lu: Là où chantent les écrevisses de Delia Owens

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Là où chantent les écrevisses de Delia Owens.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

B6A6A68D-257E-4B8D-AFF1-53D3A86A7F9B

Nombre de pages: 480 pages

Maison d’édition: Seuil

Date de parution (dans cette édition): 2 janvier 2020

4ème de couverture:

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur  » la Fille des marais  » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.

A l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour.

La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie.

Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…

Mon avis:

Ouvrir ce livre c’est être prêt à voyager dans les marais de Caroline du Nord, s’imprégner de son ambiance, en sentir les odeurs et entendre les bruissements de la nature.

C’est observer, un peu à la manière d’un voyeur, la petite Kya grandir, évoluer, apprendre et grandir seule (ou presque). C’est s’attacher à tous les personnages. Jumping, le gérant de la station service qui lui achète ses moules afin qu’elle puisse s’acheter de quoi manger alors qu’il n’a pas vraiment besoin de sa marchandise. Tate, bien entendu, le magnifique Tate, jeune homme intelligent et rêveur, le chevalier servant qui un jour, part et laisse Kya dans les griffes d’un autre beaucoup moins bienveillant.

Kya croit aux douces paroles de cet autre homme, d’autant plus qu’elle s’est sentie abandonnée par Tate auquel elle tenait tant. Elle qui rêve d’être acceptée pour elle-même se rend compte que son mode de vie sauvage et solitaire ne sera jamais compatible avec celui des autres malgré le fait qu’on essaie de lui faire croire le contraire. Elle reste la fille avec laquelle on sort en secret.

Kya est courageuse, débrouillarde et incroyablement douée en dessin. Sa passion, observer les oiseaux, les insectes et la flore des marais. J’ai aimé son caractère frondeur.

J’ai trouvé ce livre super bien écrit, on a vraiment l’impression d’y être et l’intrigue est passionnante.

L’autrice aborde les thèmes de l’intolérance, de la différence et des préjugés sans pour autant verser dans le pathos. J’attends avec impatience son prochain roman!

Une pépite à découvrir de toute urgence!

Ma note: ♥♥♥♥♥