J’ai lu: 1991 de Franck Thilliez

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman 1991 de l’auteur Franck Thilliez. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

1991

Nombre de pages: 504 pages

Maison d’édition: Fleuve 

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2021

4ème de couverture:

La première enquête de Franck Sharko !

En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l’école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives où il est chargé de reprendre l’affaire des Disparues du Sud parisien. L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.
Sharko consacre tout son temps à ce dossier, jusqu’à ce soir où un homme paniqué frappe à la porte du 36. Il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Une photo derrière laquelle a été notée une adresse, et qui va entraîner le jeune inspecteur dans une enquête qui dépassera tout ce qu’il a pu imaginer…

Mon avis:

Après avoir suivi durant des années les pérégrinations de Sharko et sa chérie Hennebelle, voici un retour aux origines avec la première enquête de Sharko qui comme son nom l’indique, se passe donc en 1991.

Ce retour en arrière est rafraîchissant car on découvre les débuts de Sharko, sa première enquête. Contrairement à plus tard, il est assez réfléchi, même s’il n’hésite pas à plonger dans l’action quand le besoin s’en fait ressentir. Je l’ai trouvé néanmoins plus cérébral dans cet opus-ci.

Nous sommes plongés dans le monde de la prestidigitation et du vaudouisme. Un univers nébuleux sur lequel Sharko n’a que peu de prises. Heureusement d’ailleurs qu’il peut compter sur ses collègues pour le sortir de situations pour le moins délicates ! Oui car bon, il est plus réfléchi que dans les enquêtes d’après mais il se fait quand même avoir comme un bleu à plusieurs reprises. 

J’ai aimé l’enquête, j’ai aimé les personnages découverts dans ce roman, l’entraide dans l’équipe de Sharko, les failles et fêlures de chacun font qu’ils sont tous intéressants. Florence en particulier m’a beaucoup touchée, faire sa place en tant que femme dans un métier dit d’hommes ça ne doit pas toujours être facile!

J’ai beaucoup aimé découvrir un Sharko plus jeune, passionné par son métier de flic. Un flic qui croit en la justice et veut faire le bien autour de lui pour rendre le monde meilleur. Il est tout juste sorti de l’école et a des principes et doit apprendre sur le terrain même s’il n’approuve pas toujours les méthodes de ses collègues plus vieux.

Un jeune homme également amoureux de sa petite amie Suzanne, qui accepte le fait qu’il se mette en danger tous les jours. J’ai bien aimé le fait qu’elle s’intéresse à son enquête et qu’elle essaie de se renseigner pour l’aider. Je n’ai pas lu train d’enfer pour ange rouge et je ne sais pas si ça explique pourquoi il n’est plus avec Suzanne (je crains le pire!) et j’avoue que les premières aventures de Sharko que j’ai lues sont assez lointaines dans ma mémoire dont je ne me rappelle plus si l’auteur fait mention d’une Suzanne ou pas :/ Même si plus tard, on retrouve un Sharko amoureux de Lucie Hennebelle, j’ai trouvé presque émouvant de découvrir l’un de ses premiers amours.

Le fait que le roman se passe en 1991 implique que les moyens pour la reconnaissance d’empreintes ou d’ADN n’étaient pas encore aussi avancés, ce qui rend toutes les procédures beaucoup plus longues et les enquêtes plus ardues voire archaïques quand on pense aux moyens qu’on a désormais. (bon ça ne résout pas tout non plus c’est clair)

Comme d’habitude, je me suis fait balader comme une débutante avec ce roman que j’ai dévoré sitôt acheté. Une jolie brique que vous ne verrez pas défiler, et c’est à ça que l’on reconnaît les bons romans 🙂 Vivement le prochain!

Ma note: ♥♥♥♥♥


[SP]J’ai lu: La mort du hibou d’Ann-Kathrin Graf

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman La mort du hibou d’Ann-Kathrin Graf que j’ai eu la chance de recevoir de la part des Editions Plaisir de lire

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

la mort du hibou

Nombre de pages:  148 pages

Maison d’édition: Plaisir de lire, collection d’aujourd’hui

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2021

4ème de couverture:

Pour Sarah, le hibou représente sa mère : un personnage haut en couleur, tout en contrastes, entre drames et joie de vivre. Alors qu’elle patiente dans la salle d’attente de son médecin, inquiète pour l’enfant qu’elle porte, un flot de souvenirs la plonge dans son passé, son enfance, sa relation avec sa mère et son lent déclin. S’ouvre pour Sarah une parenthèse hors du temps, une chance à saisir, un mystère à comprendre, comme si ce parcours intérieur était la clef non seulement de la naissance de son enfant, mais de sa propre renaissance.

Mon avis:

Sarah, la narratrice, est une jeune femme enceinte pour la première fois. Alors qu’elle est en train d’attendre dans la salle d’attente de son gynécologue, elle se remémore sa maman, qui vient de mourir. 

Elle nous raconte le lent déclin de sa maman. Elle si forte auparavant, redevient une enfant avec le fait qu’elle perd peu à peu la vue. Sarah le vit très mal.

Sarah, qui bientôt va devenir elle-même maman, va devoir faire le deuil de cette mère parfois tyrannique mais toujours aimante. Une mère dont elle n’a pas reconnu le caractère durant les dernières années de sa vie car les rôles s’étaient un peu inversés, c’est elle qui devait prendre soin de sa maman.

Sarah narre son enfance, la perte de son papa, le deuil impossible à faire pour sa maman qui l’aimait tant. L’amour dévorant que lui voue sa maman. Tellement aimante mais étouffante également.

Ma mère ne savait que faire de sa vie après le feu de joie qu’était pour elle sa rencontre avec mon père et mon arrivée inespérée sur terre. (page 67)

La plume de l’autrice est fluide et agréable, on ressent bien toute l’ambivalence de Sarah à l’égard de sa maman. D’un côté, elle aimerait avancer dans sa vie et d’un autre elle est coincée, perdue comme une petite fille sans sa maman à qui elle n’a pas pu dire tout ce qu’elle avait sur le cœur.

Un joli roman sous forme de monologue intérieur, une jolie réflexion sur notre place dans la famille et les liens filiaux. 

Ma note: ♥♥♥


Un grand merci aux éditions Plaisir de lire pour l’envoi de ce SP!

[SP]J’ai lu: Gabrielle Chanel, les années d’exil de Marie Fert

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Gabrielle Chanel, les années d’exil de Marie Fert que j’ai eu la chance de recevoir de la part des Editions Slatkine

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

gabrielle chanel les années d'exil

Nombre de pages:  128 pages

Maison d’édition: Slatkine

Date de parution (dans cette édition): 25 janvier 2021

4ème de couverture:

Le 14 janvier 1971, Gabrielle Chanel était enterrée au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne. Cinquante ans après sa disparition, la créatrice reste une icône de la mode. Son nom est à jamais associé à une marque de luxe mondialement connue grâce à un parfum d exception, le Chanel N° 5. Pourquoi Gabrielle Chanel avait-elle choisi la Suisse pour dernière demeure ? À travers l’examen d’archives, cette enquête révèle de nouvelles informations sur ses années d’exil sur les rives du lac Léman au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Mon avis:

Je dois avouer que je ne connaissais pas grand chose à propos de Gabrielle Chanel, si ce n’est qu’elle était la fondatrice de la prestigieuse maison de couture et de parfums Chanel

Dans ce documentaire, on apprend pourquoi elle s’est exilée en Suisse (et plus particulièrement à Lausanne) durant et après la Seconde Guerre Mondiale. En effet, accusée de collaboration avec les Allemands, elle a été durant de nombreuses années très mal vue en France, même si elle s’en est mieux tirée que d’autres personnalités qui elles n’ont plus jamais retrouvé du travail ensuite. 

J’ai trouvé intéressant de voir aussi comment cette jeune femme est arrivée si loin, seule ou presque, et comment elle a réussi à construire un empire. La création du parfum No 5 et l’explosion des ventes de celui-ci est bien évidemment l’apothéose de son succès même si elle devra se battre pour en garder les droits. 

Ce livre m’a montré une femme rongée par les regrets, inquiète de nature, prenant des calmants pour pouvoir dormir. L’inverse de l’image que je m’en faisais honnêtement! Elle n’en montre cependant rien aux autres et dirige sa société avec poigne et autorité. 

J’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur les hommes de sa vie, et ils ont été plutôt nombreux. La vie de Gabrielle Chanel a été plutôt romanesque, en côtoyant un grand Duc et un illustre baron allemand… 

« C’est la solitude qui m’a trempé le caractère, que j ‘ai mauvais, bronzé l’âme, que j’ai fière, et le corps que j’ai solide. » (page 11)

Une femme passionnée par son métier et la maison qu’elle a fondée et amoureuse folle des hommes qui ont traversé sa vie. Une femme qui a tout donné dans sa vie professionnelle et sa vie mondaine mais qui se retrouve seule et plutôt isolée en fin de vie. Une vie finalement plutôt triste à mon sens … Peu de gens assisteront à son enterrement mais c’est ce qu’elle avait souhaité.

Bref ce livre m’a appris beaucoup de choses sur Gabrielle Chanel mais me laisse un petit goût amer car j’ai l’impression qu’il a cassé le mythe de la femme parfaite sous tous les aspects, classe et toujours bien comme il faut. C’est peut-être bête, mais son rapprochement avec les Allemands durant la guerre me déçoit un peu je l’avoue 😉

J’ai trouvé l’écriture de Marie Fert fluide et agréable mais j’ai regretté qu’il y ait autant de renvois à des livres existants même si bien évidemment l’écriture de ce livre a demandé beaucoup de recherches dans des archives ou des ouvrages déjà parus. 

Un livre à lire si le parcours et la vie de Gabrielle Chanel vous intéressent!

Ma note: ♥♥(♥)


Un grand merci aux éditions Slatkine pour l’envoi de ce SP!

J’ai lu: Apeirogon de Colum McCann

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Apeirogon de l’auteur Colum Mc Cann dont j’avais lu « Zoli » il y a quelques années.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

apeirogon

Nombre de pages: 512 pages

Maison d’édition: Belfond

Date de parution (dans cette édition): 20 août 2020

4ème de couverture:

Apeirogon, n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés.

Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d’un conflit infini. Porté par la grâce d’une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir.

 

Mon avis:

Ce livre est un chef d’œuvre. Un ovni littéraire qui m’a pris aux tripes. 

J’ai beaucoup appris sur le conflit (peut-on vraiment parler juste de « conflit » ??) israélo-palestinien grâce à ce livre.

Ce livre narre l’amitié impossible – et pourtant réelle – entre Rami, un israélien dont la fille a été tuée dans un attentat à la bombe et Bassam, un palestinien, dont la fille a elle aussi été tuée par les forces ennemies.

Le livre est fragmenté en 1001 petits chapitres relatant des faits dans le passé et le présent. L’auteur a également mêlé l’histoire des oiseaux migrateurs à l’histoire et des autres faits importants se passant dans le monde au même moment. J’ai trouvé les parallèles avec les oiseaux très bien trouvés et vraiment émouvants. Tout le contexte géopolitique est également disséqué. 

Ce roman est une fresque incroyable sur tous les événements s’étant passés en Israël et Palestine depuis la seconde guerre mondiale. L’auteur parle également des camps de concentration, de l’hypocrisie des hommes politiques et des différents artistes ayant un lien avec Israël ou la Palestine.

Bassam et Rami en vinrent à comprendre qu’ils se serviraient de la force de leur chagrin comme d’une arme.

Chapitre 160, première partie.

Un livre singulier dans la forme, qui m’a fait un peu penser à Illska, le mal, d’Eiríkur Örn Norđdahl car on y retrouvait également toute une série d’anecdotes liées de près ou de loin au sujet du roman. 

Bref, Apeirogon est un livre que je ne peux que vous recommander si le sujet vous intéresse car il est vraiment passionnant, une fois plongée dedans je n’ai plus pu le lâcher!

Brillant, à tous points de vue !

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: Le trésor perdu de Farinet de Manuela Gay-Crosier

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman jeunesse le trésor perdu de Farinet de l’autrice Manuela Gay-Crosier.

♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

le trésor perdu de farinet

Nombre de pages: 120 pages

Maison d’édition: Auzou 

Date de parution (dans cette édition): 10 avril 2021

4ème de couverture:

Alicia passe ses vacances chez sa cousine Tiffany, dans les montagnes valaisannes. En explorant le grenier du chalet familial, les deux jeunes filles découvrent une très vieille radio. En tentant de capter des émissions, elles tombent sur une étrange conversation qui parle de contrebande. Intriguées, les jeunes filles enquêtent. Et s’il était question du trésor du célèbre contrebandier Farinet ? Mais cette chasse au trésor dans la montagne se révèle bien dangereuse..

Mon avis:

Dans ce polar de la collection jeunesse de Auzou on rencontre donc Alicia, jeune fille dont les parents viennent de se séparer et qui va passer l’été chez sa cousine et complice de toujours Tiffany. 

Plutôt morose au début, elle va vite retrouver le moral quand une aventure se profile lors de la découverte d’une vieille radio dans le grenier des parents de sa cousine. 

J’ai aimé que ce roman aborde le thème du divorce car ainsi de nombreux enfants pourront se reconnaître en Alicia. 

Par contre, j’ai trouvé les deux jeunes filles plutôt imprudentes et en tant que maman je dois dire que j’ai eu quelques sueurs froides ! 

Le style du roman est fluide et les descriptions plutôt précises ce qui permet de bien s’imaginer les endroits. Je ne connaissais pas la plume de Manuela Gay-Crosier et je l’ai découverte avec plaisir. 

En plus du divorce, ce roman aborde le thème de la désobéissance et des conséquences graves que celle-ci peut avoir.

Je pense que ce roman pourra vraiment plaire au public ciblé, donc les 9-11 ans 🙂 

Pour le moment j’ai vraiment apprécié tous les romans de la collection polar suisse et me réjouis de les faire découvrir à mes filles dans quelques années!

Ma note: ♥♥♥(♥)


J’ai lu: L’enfant parfaite de Vanessa Bamberger

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman L’enfant parfaite de l’autrice Vanessa Bamberger dont j’avais entendu parler dans le magazine Elle et que j’avais également vu passer sur le compte instagram le grimoire d’Alex😉

 ♥ = Bof bof, à éviter 

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

l'enfant parfaite

Nombre de pages: 252 pages

Maison d’édition: Liana Lévi

Date de parution (dans cette édition): 14 janvier 2021

4ème de couverture:

Le syndrome de l’enfant parfait ? Roxane a intégré depuis toujours les exigences de ses parents. L’excellence et la performance lui sont des impératifs naturels. Pourtant, depuis la rentrée en classe de première, rien ne va plus, ni les notes, ni l’amitié, ni les amours, ni l’apparence physique. Pour soigner l’acné qui enflamme son visage, elle n’a d’autre recours que de solliciter un ancien ami de son père, François, devenu médecin. Avec son verbe franc, direct, slamé, elle raconte la pression scolaire, la perte de confiance en soi, la peur de décrocher et l’incompréhension des adultes. Autour d’elle, personne ne voit venir le drame. De ce qui est arrivé à Roxane, François devra répondre. Avec une écriture intense, Vanessa Bamberger raconte l’adolescence et notre époque.

Mon avis:

Ce roman résume bien je pense la pression mise sur les adolescents d’aujourd’hui. Cette obsession de la performance à tout prix, la peur qu’ils ont (pour la plupart) de décevoir leurs parents, de ne pas être à la hauteur de leurs attentes. 

Je ne me suis pas du tout identifiée à Roxane car elle a un parlé jeune (des tirades presque sans ponctuation et pleine d’expression de jeunes que je ne connais ou n’emploie pas) mais on sent que c’est une jeune fille cultivée et intelligente.

Cependant, j’ai trouvé vraiment bien que l’autrice se mette dans la peau de cette adolescente. 

Roxane est prise en sandwich entre sa mère qui attend d’elle qu’elle soit responsable et adulte avant l’heure car elle n’a pas vraiment de temps à lui consacrer avec sa carrière musicale. Son père, de son côté, ne tolérerait pas qu’elle échoue dans ses études, il en va de sa réputation. 

Du coup, quand sa peau commence à faire des siennes, cela s’ajoute à son mal-être. 

François, de son côté, est un cardiologue ami d’enfance du père de Roxane. Quand ce dernier va l’appeler pour lui demander de renouveler l’ordonnance pour le médicament anti-acné que prend Roxane, il n’a en premier lieu pas vraiment envie de le faire mais son ami lui fait du chantage affectif. 

François est lui aussi une victime dans cette histoire. Lors du choix de ses études il a déçu son père en choisissant la médecine du cœur alors que celui-ci rêvait que son fils reprenne les rennes de son cabinet de dermatologie. Il a toujours été du genre effacé, évoluant dans l’ombre de celui qui deviendra le père de Roxane, Cyril. 

Il voit toute sa vie s’effondrer en une fraction de secondes alors qu’il n’avait à la base rien demandé à personne. La situation ambiguë dans laquelle il se met lui fait également prendre conscience qu’il commet beaucoup d’erreurs avec son propre fils et il se rend compte qu’il ne le connait finalement pas autant qu’il pourrait le croire…

Ce roman montre comment de petits gestes, de petites choses, peuvent mener à un résultat dramatique. La somme de petits riens peut être dévastatrice. On connait dès le début comment cela va se terminer (car l’autrice mélange un peu les chapitres) ce qui donne un goût inéluctable au drame.

Cette histoire est un écho à la jeunesse d’aujourd’hui, elle devrait être étudié dans les écoles!

Poignant.

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: Le dernier message de Nicolas Beuglet

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Le dernier message de l’auteur Nicolas Beuglet dont j’avais beaucoup aimé les deux premiers romans, Le cri et Complot, mais qui ne m’avait pas convaincue avec son avant-dernier, l’île du diable, que j’avais trouvé moins abouti que les deux précédents! J’étais donc curieuse de voir ce que ce petit dernier avait dans le ventre!

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

le dernier message

Nombre de pages: 398 pages

Maison d’édition: XO Editions

Date de parution (dans cette édition): 17 septembre 2020

4ème de couverture:

Voulez-vous vraiment connaître la vérité ?
Le dernier message pourrait vous plonger dans des abysses d’angoisse et de folie…

Île d’Iona, à l’ouest de l’Ecosse. des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du  » Chemin des morts « , la silhouette grise du monastère.

Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d’être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière, elle le sait.

Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes…

Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…

Mon avis:

J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver la plume fluide de Nicolas Beuglet, même si j’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’histoire au début car les premiers chapitres sont assez lents. 

L’auteur met en scène une nouvelle héroïne, Grace Campbell, une inspectrice écossaise qui reprend tout juste du service après un arrêt forcé. 

Cette nouvelle héroïne est assez mystérieuse, on sent qu’elle cache des choses mais l’auteur ne lâche rien! 

Quand Grace reçoit l’appel de son supérieur lui demandant de se rendre sur une petite île où a eu lieu un meurtre dans un monastère isolé de tout, elle sait que sa carrière est en jeu donc elle donne le meilleur d’elle-même. C’est dès son arrivée au monastère que le roman prend son rythme de croisière et là je ne l’ai plus lâché!

Très vite, on comprend qu’Anton, le jeune homme tué, menait des recherches essentielles et qu’il faisait partie d’un projet à très grande échelle. Des révélations incroyables qui pourraient changer la face du monde tel qu’on le connait. 

Grace va donc mener son enquête afin de comprendre pourquoi on a voulu faire taire le jeune Anton. 

J’ai vraiment aimé le fond scientifique de ce roman, d’autant plus qu’on sent que l’auteur a fait beaucoup de recherches pour l’écrire. 

Si j’avais une critique à formuler c’est que la fin est un peu rapide, les révélations se font sur les 10 dernières pages du roman et j’ai trouvé les explications finales un peu précipitées. 

Sinon j’ai passé un très bon moment de lecture avec sa nouvelle héroïne Grace Campbell que j’ai trouvée plutôt attachante avec ses défauts et ses démons. 

Autant son héroïne précédente (Sarah Geringën) était une machine de guerre, autant Grace Campbell est plus « humaine », avec plus de failles. Elle est néanmoins également une excellente tireuse, faut pas déconner 😉

L’auteur nous laisse néanmoins sur un suspens du coup je suppose qu’il y aura une suite aux aventures de Grace Campbell, ce qui n’est pas pour me déplaire car je pense qu’elle a encore beaucoup à nous révéler sur son passé et surtout sur ce que contient la fameuse chambre secrète de son appartement. 

Vivement la suite!

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: La familia grande de Camille Kouchner

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du document La familia grande de Camille Kouchner dont on a beaucoup entendu parler à sa sortie en début d’année.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

la familia grande

Nombre de pages: 208 pages

Maison d’édition: Seuil

Date de parution (dans cette édition): 7 janvier 2021

4ème de couverture:

« Souviens-toi, maman : nous étions tes enfants. » C.K.

C’est l’histoire d’une grande famille qui aime débattre, rire et danser, qui aime le soleil et l’été. C’est le récit incandescent d’une femme qui ose enfin raconter ce qui a longtemps fait taire la familia grande.

Mon avis:

Comme pour le récit « Le Consentement » de Vanessa Springora, difficile de vraiment juger un livre témoignage si dramatique. D’ailleurs, comme pour ce dernier, je ne vais pas lui donner de note. 

Je ne connaissais pas spécialement la famille de Camille Kouchner, à part son père dont j’avais vaguement entendu le nom étant petite. 

Camille Kouchner nous fait donc le récit de son enfance, de ses étés dans la grande maison familiale où sa mère et son beau-père accueillaient tous leurs amis dans une joyeuse débauche. 

J’ai trouvé assez particulière toute la famille et leur rapport aux corps. Beaucoup de liberté voire même de libertinage. 

Cependant, quand Camille comprend que son beau-père abuse de son frère jumeau, Victor, elle ne va rien dire, jusqu’à ce livre. 

En effet, elle est prise entre le marteau et l’enclume. La peur de trahir son frère, qui lui fait jurer de ne rien dire, et la peur de sa mère, qui pourrait encore croire que ses enfants veulent lui voler son mari. 

Comme je vous l’ai dit, toute l’ambiance décrite au sein de la « familia grande » est un peu dérangeante, un peu borderline. On oscille à chaque seconde entre l’euphorie et la dépression. 

Drôle de famille et drôle d’endroit pour grandir. 

A l’ombre de toutes ces personnalités exubérantes, comment se faire entendre ?

Ce n’est qu’à la mort de sa mère que Camille Kouchner révèlera la vérité dans ce livre. 

Celui-ci illustre bien le fait que les victimes d’inceste se sentent toujours coupables, quoi qu’elles fassent. Ici ce n’est pas Camille Kouchner la victime directe – elle est une victime collatérale – mais elle est prise en otage de la situation, ce qui lui a également beaucoup causé de tort dans sa vie à elle. En effet, le poids du secret était très lourd à porter pour ses épaules d’adolescente. 

J’espère que ce document fera bouger les choses et inciter les victimes (ou leurs proches) à parler plus rapidement en cas d’abus, même si pour cela une famille doit voler en éclats.

Ma note: impossible de noter un témoignage


J’ai lu: The mortal instruments tome 3, la cité de verre de Cassandra Clare

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman La cité de verre, le tome 3 de la série The Mortal Instruments de l’autrice Casssandra Clare.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

mortal instruments tome 3

Nombre de pages:  624 pages

Maison d’édition: PKJ

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2013

4ème de couverture:

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S’introduire dans la Cité sans l’autorisation de l’Enclave n’est pas sans danger…
Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union ? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?

Mon avis:

Cette année j’ai décidé de continuer (enfin!) certaines séries commencées il y a bien trop longtemps. C’est le cas pour mortal instruments dont j’avais lu le tome 1 il y a bien deux-trois ans je pense. L’année passée j’avais lu le tome 2 et je pensais enchaîner directement avec le tome 3 mais finalement ca n’a pas été le cas ! 

J’ai été contente de retrouver tout l’univers créé par Cassandra Clare pour ce tome 3 qui clôture un cycle de la saga.

Clary prend de plus en plus confiance en elle et en ses pouvoirs, ses capacités étant bien plus grandes que tout ce qu’elle peut imaginer. Je l’ai trouvée moins nunuche et plus mature que dans les tomes précédents.

Simon, son meilleur ami, se fait de mieux en mieux à sa nouvelle condition de créature de la nuit et prend également de plus en plus confiance en lui ce qui fait plaisir. J’aime toujours autant ses traits d’esprit 🙂

Jace, quand à lui, est toujours en train de vouloir prouver qu’il est le plus brave et le plus courageux, quitte à prendre des risques inconsidérés. Cela force tout de même l’admiration tant il est dévolu à la cause des chasseurs d’ombres.

J’ai également beaucoup aimé le personnage d’Alec qui se livre de plus en plus, il est de moins en moins effacé.

Sa soeur Isabelle est également plus nuancée dans ce tome, elle montre un côté d’elle plus calme et posé.

Bref, j’ai vraiment adoré tous les personnages de ce tome 3 et son scénario, même si certains événements très durs sont survenus qui m’ont arraché une larme. 

J’ai beaucoup aimé visiter la cité des chasseurs de démons, Idris. 

Ce tome 3 ouvre de nouvelles perspectives que je me réjouis de lire dans le tome 4 (que j’ai déjà commencé je dois vous l’avouer!)

Bref, difficile de trop vous en dévoiler, il s’agit d’un tome 3 donc c’est toujours délicat d’en parler …

Si vous ne connaissez pas encore l’univers Mortals Instruments, laissez-vous tenter 🙂 

D’ailleurs, avez-vous regardé la série sur Netflix ? J’attends de finir les 6 tomes pour me lancer mais j’aurais volontiers pris des avis sur la série 🙂

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


Bilan de mes lectures des mois de mars et avril 2021

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter (enfin!) mes lectures des mois de mars et avril 2021. Comme j’ai beaucoup de retard dans ces bilans-ci et que j’ai déjà parlé de presque tous les romans lus, je voulais juste vous faire un petit point sur les bds/mangas lus ces deux derniers mois!

Toutes les images proviennent de mon instagram.

Mars 2021

Romans lus durant le mois: 9 (dont 3 SP et 1 emprunt bibliothèque)

Mangas lus durant le mois : 4

Bandes dessinées lues durant le mois: 3

bilan mars 2021

Vous pouvez déjà retrouver sur le blog tous les articles consacrés aux romans lus durant le mois de mars 2021. 

Côté bandes dessinées, j’ai lu le dernier tome paru (le 23) des aventures de Nelson le diablotin « totalement ingérable » de Bertschy, Plutôt léger mais trop drôle, j’apprécie cette collection que je me réjouis de faire découvrir à mes filles 🙂

Dans un registre plus sérieux, j’ai lu Blanc autour de Lupano et Fert, un roman graphique sur le racisme auquel doit faire face une enseignante blanche souhaitant n’ouvrir son école qu’à des fillettes noires pour leur éviter des brimades en classes  » mixtes ». Cependant, cela aura l’effet contraire et tout va vite dégénérer. Menaces, agressions, incendies… Un portrait triste et pourtant réaliste de la vie des noirs et de ceux qui voulaient les aider aux Etats-Unis en 1832. J’ai adoré le dessin qui accentue les émotions des textes. Une pépite!

J’ai également beaucoup aimé découvrir Le siècle d’Emma de Fanny Vaucher et Eric Burnand. On y suit donc Emma, suissesse née début 1900 et qui va s’émanciper au fil des années…. On suit également sa fille, sa petite-fille, son neveu.. dans des destins et des trajectoires différentes, ils dessinent une Suisse multiculturelle qui a beaucoup changé en une centaine d’année, jusqu’à la loi sur le vote des femmes en 1971. A découvrir si cette période vous intéresse!

J’ai lu également pas mal de mangas: Le tome 18 de Promised Neverland de Kaiu Shirai, la fin se précise !! Toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j’avoue adorer les personnalités de tous les héros 🙂 Surtout Ray ♥ 

J’ai lu également le tome 4 de la petite faiseuse de livres de Mia. Maïn, plus attachante que jamais et de plus en plus malade, arrive enfin à produire du papier avec l’aide de son ami Lutz. C’est le début du commerce pour eux et l’histoire s’accélère! Un manga que j’ai beaucoup de plaisir à lire en amoureuse des livres que je suis.

J’ai également commencé une nouvelle série manga, Les carnets de l’apothicaires de Natsu Hyuuga où l’on suit une jeune femme, Mao Mao, arrachée à la rue pour servir à la cour de l’empereur chinois. Là-bas, elle va vite être remarquée pour ses talents de soigneuse et deviendra goûteuse de l’une des concubines de l’empereur… des dessins magnifiques et une histoire riche et intéressante, je dis oui ! Un gros coup de coeur !

J’ai également continué la série l’atelier des sorciers de Kamome Shirahama avec le tome 4, où les intentions de la confrérie du capuchon deviennent de plus en plus claires, faire du mal aux apprentis sorciers ou les faire travailler pour leur cause ! Tous les apprentis devront faire preuve de beaucoup de courage pour se sortir des pièges mis sur leur passage. On commence à avoir beaucoup d’action et ce n’est pas pour me déplaire ! Après quelques tomes de mise en place, nous voilà au cœur de l’histoire et j’ai hâte de commencer le tome 5 !

Avril 2021

Romans lus durant le mois: 7 (dont 1 SP et 1 emprunt bibliothèque)

Mangas lus durant le mois: 1

Bandes dessinées lues durant le mois: 3

bilan avril 2021la familia grande

Là encore, vous avez déjà eu presque toutes les chroniques de mes lectures du mois d’avril en article individuel, à part La familia grande de Camille Kouchner, l’histoire de sa famille et des abus dont a été victime son frère jumeau par leur beau-père. Dur à lire et plutôt choquant… je vous en reparlerai prochainement!

J’ai également lu le 3ème tome de Mortal Instruments, la cité de verre, de Cassandra Clare et je dois avouer avoir été heureuse de retrouver les personnages de cette saga. Clary prend de plus en plus d’assurances en ces pouvoirs de chasseuse d’ombres et va devoir s’impliquer énormément pour sauver la vie de ceux qu’elle aime.. Un tome très important de cette série et qui marque la fin d’un cycle et le début d’un autre! J’ai déjà commencé le tome 4 😉

Le dernier roman dont je ne vous ai pas encore parlé est Le dernier message de Nicolas Beuglet, une nouvelle série commencé par l’auteur, avec une nouvelle enquêtrice, Grace. J’ai beaucoup aimé son personnage un peu mystérieux et cette intrigue était à la hauteur de ses deux premiers romans (l’île du diable m’avait un peu déçue je l’avoue), Le cri et Complot. Je vous en reparlerai également bientôt plus en détail. 

Côté bandes dessinées, j’ai lu Peau d’homme de Hubert, dont j’avais lu la trilogie « Beauté » en début d’année. Ici on suit une jeune femme, Bianca, destinée à un mariage arrangé avec un jeune homme, Giovanni dont elle ne connaît rien. Héritant par sa marraine d’une « peau d’homme » lui permettant de se déguiser et de se faire passer pour un garçon qui se nomme Lorenzo, elle va se rapprocher de son promis afin de pouvoir apprendre à le connaître. Comme dans Beauté, Peau d’homme se passe dans le passé, au moment de la Renaissance, mais en Italie cette fois-ci.  J’ai beaucoup aimé l’histoire qui m’a beaucoup touchée. Dans cette bande dessinées on parle de sexualité et plus spécialement d’homosexualité, qui était plus que tabou à cette époque. Un bijou!

J’ai bien évidemment lu le dernier Guy Delisle, Chroniques de Jeunesse. Guy Delisle est un écrivain que j’apprécie énormément. Ses dessins ne sont pas forcément mes préférés (à l’image de Riad Sattouf) mais j’aime beaucoup son travail, son humour et sa façon de raconter les choses. Là on le suit dans son job d’été à la fabrique de papier où est employé son père. Une plongée dans le grand bain du travail en équipe et les réalités de la vie pour lui qui ne rêve que de pouvoir vivre de sa passion (le dessin)…  J’espère qu’il écrira une suite pour nous raconter ses débuts en temps que dessinateur!

Le dernier roman graphique que j’ai lu est Ne m’oublie pas d’Alix Garin. On y suit une jeune femme qui décide de faire sortir sa grand-mère atteinte d’Alzheimer de son EMS afin de l’emmener revoir sa maison d’enfance comme elle le réclame souvent. Une jolie histoire sur les souvenirs que l’on peut avoir des gens qu’on aime et la tristesse quand ces personnes ne se souviennent plus de nous. Un roman graphique tendre et triste à la fois. 

Et puis côté manga j’ai lu le tome 19 de The promised Neverland de Kaiu Shirai qui est l’avant-dernier de la série !! La tension est à son comble pour Emma et ses amis… arriveront ils à faire ployer les monstres et à stopper l’exploitation des fermes d’enfants servant de bétail à ces derniers ? J’ai vraiment trop hâte d’être en juin pour avoir entre mes mains l’ultime tome de cette série que j’ai trouvée formidable!

Et vous, qu’avez-vous lu le mois passé?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

u