Bilan de mes lectures du mois de mars 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de mars 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf le visuel du Puits des Mémoires tome 2 qui a été pris sur le site de la Fnac.

Livres lus durant le mois de mars 2017: 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Le jour où Anita envoya tout balader – Katarina Bivald

Nombre de pages: 464 pages

Editeur: Denoël

Date de parution (dans cette édition): 11 mai 2016

Résumé:

L’été de ses dix-huit ans, Anita Grankvist s’était fixé trois objectifs : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante. Presque vingt ans plus tard, Anita n’a toujours pas réalisé ses rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille Emma, et travaille au supermarché local. Le départ d’Emma pour l’université va bouleverser ce quotidien un peu fade. Anita va devoir gérer quelque chose qui lui a cruellement manqué ces deux dernières décennies : du temps libre. Qu’à cela ne tienne, Anita commence à prendre des leçons de moto, se lance dans un projet impossible, apprend à connaître sa mère légèrement sénile, et tombe follement amoureuse. Finalement, n’est-ce pas merveilleux de réaliser ses rêves d’adolescence à l’approche de la quarantaine ?

Mon avis:

J’avais adoré le livre précédent de cette auteure (la bibliothèque des coeurs cabossés) et ce livre-ci est tout-à-fait dans la même veine! On y suit Anita, la petite quarantaine, qui se rend compte que sa vie est monotone et ennuyeuse. Elle essaie donc d’y mettre un peu de piment en réalisant des rêves qu’elle avait étant jeune adulte. J’ai trouvé le personnage d’Anita attachant même si un peu névrosé (avec sa fille en particulier). Il s’agit d’un livre doudou à lire sous un plaid accompagné d’un bon thé .. un livre feel good qui fait très bien son boulot.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Angor – Franck Thilliez

Nombre de pages: 624 pages

Editeur: Fleuve Editions

Date de parution (dans cette édition): 9 octobre 2014

Résumé:

Camille Thibault est gendarme dans le nord de la France. Depuis sa greffe du cœur, ses collègues s’inquiètent pour elle. Chaque nuit, elle fait des cauchemars où une femme séquestrée l’appelle au secours. Un rêve tellement vrai, comme un souvenir… celui de son donneur ? Camille n’a plus qu’une obsession : retrouver son identité et découvrir quel drame il a vécu…
Au même moment, à une centaine de kilomètres de là, deux employés de l’Office National des Forêts constatent les dégâts des orages violents survenus en ce mois d’août. Dans une cavité laissée par un arbre déraciné, ils croient apercevoir une ombre. L’un d’eux s’approche. Deux yeux presque blancs, dépourvus d’iris, c’est tout ce qu’il aura le temps de voir avant qu’une main venue des entrailles de la terre ne lui agrippe les cheveux.
Lucie et Sharko sont en train de donner le biberon à leurs jumeaux quand Franck est appelé sur une nouvelle affaire : une femme, victime d’une longue séquestration. Presque aveugle, tant elle est restée dans le noir… sous un arbre. L’enquête prend des proportions inhabituelles lorsque Sharko s’aperçoit qu’à chacune de ses découvertes, il a été devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord…

Mon avis:

Même si j’ai un peu de retard dans les aventures de Sharko et Hennebelle, j’étais ravie de les retrouver pareuts dans ce roman. On les sent un peu assagis, voulant surtout mettre l’accent sur leur vie de famille, mais trop d’événements surviennent qui les titillent et leur donne encore envie d’aller sonder les profondeurs du mal. J’ai aimé le fait que d’autres personnages soient mis en avant, en particulier Camille, la jeune flic transplantée du coeur et le jeune chef de Sharko et Hennebelle (dont le nom m’échappe), ce qui laisse à penser qu’ils deviendront des personnages récurrents dans les prochains épisodes… la relève est assurée !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le dernier des nôtres – Adélaïde de Clermont-Tonnerre

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: Grasset

Date de parution (dans cette édition): 17 août 2016

Résumé:

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d’un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

Mon avis:

Premièrement ce livre m’avait attirée de par sa jolie couverture en noir et blanc. Ensuite j’ai compris qu’il s’agissait d’un roman qui se passe lors de la Seconde Guerre Mondiale, sujet qui m’intéresse tout particulièrement. On y suit un jeune homme rêvant de faire fortune et rencontrant la femme de sa vie … mais celle-ci ne le sait pas encore ! Ils jouent un peu au chat et à la souris durant tout le roman et on revient dans le temps entre deux chapitres traitant de leur présent pour découvrir ce qu’il s’est réellement passé durant la guerre … Mensonges, trahisons ne sont pas en reste et le final est très bien amené, je ne m’y attendais pas ! J’ai aimé l’écriture de l’auteur, très fluide et cependant pleine de détails. Bref, vous l’aurez compris, ce roman a été une excellente lecture pour moi et je ne peux que vous le conseiller.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Là où elle repose – Kimberly McCreight

Nombre de pages: 560 pages

Editeur: le Cherche-Midi

Date de parution (dans cette édition): 18 août 2016

Résumé:

À Ridgedale, petite ville aisée du New Jersey, le corps d’un bébé est retrouvé dans les bois voisins de l’université. Malgré toutes les rumeurs et les hypothèses que ne manque pas de susciter le drame, personne ne connaît l’identité de la fillette et encore moins les raisons de sa mort. Molly Anderson, journaliste indépendante récemment arrivée avec son mari et sa fille, est recrutée par le journal local pour couvrir le fait divers. Une affaire, pour la jeune femme, qui réveille un tourment douloureux. En effet, elle a perdu un bébé et ne s’est jamais vraiment remise de cette épreuve… Or, ses investigations vont mettre à jour certains secrets bien enfouis de cette petite communauté aux apparences si convenables.

Mon avis:

Il s’agit également du 2ème livre que je lisais de cette auteure. Le premier, Amalia, traitait de la mort d’une adolescente. Ici, il s’agit de la mort d’un bébé retrouvé dans une forêt dans une petite ville tranquille et plutôt riche. Encore une fois, j’ai été impressionnée par la maîtrise de l’auteure pour nous faire prendre de fausses pistes… Dans cette communauté de prime abord irréprochable, on découvre peu à peu des failles dans chaque famille, craquelant le vernis de cette apparente perfection.  Encore une fois, j’ai été bluffée par la conclusion, je ne m’y attendais pas du tout. L’écriture est fluide, les chapitres bien rythmés, un roman à dévorer sans plus tarder !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Et tu n’es pas revenu – Marceline Loridan-Ivens

Nombre de pages: 112 pages

Editeur: Grasset

Date de parution (dans cette édition): 4 février 2015

Résumé:

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

Mon avis:

Un récit pour le moins bouleversant, l’auteure « parlant » à son papa disparu dans les camps de concentration lors de la Seconde Guerre Mondiale. Elle-même en a réchappé mais elle porte en elle le poids de cette perte, ce vide et cette douleur que rien ni personne ne peut combler.

Ma note: ♥♥♥

 

La pendule du souvenir – Thierry Amstutz

Nombre de pages: 130 pages

Editeur: Slatkine

Date de parution (dans cette édition): 20 avril 2012

Résumé:

«C’est un peu avant vingt-trois heures, un jeudi, au début de l’hiver…»

Il y avait juste deux ans que Paul-Alexis Sandoz était décédé dans son élégante demeure de l’avenue Beauregard. Les derniers mois, il se nourrissait peu, se reposait moins encore et perdait régulièrement du poids. Il ne pouvait plus sortir que solidement soutenu.
Alors qu’il était un homme plein d’énergie, avec la robustesse des montagnards, sa santé s’était détérioré brusquement après son quatre-vingt-troisième anniversaire. La mort l’avait choisi comme prochaine victime.
– A son âge, avait dit l’infirmière à Roger et Jeannine, les deux enfants de Paul-Alexis Sandoz, il y a peu de chance qu’il retrouve un semblant de lucidité avec la quantité de morphine qu’on lui a injectée. Ce ne sera plus très long ; préparez-vous à son départ.
Les derniers jours de Paul-Alexis Sandoz s’étaient écoulés hors des rythmes du monde extérieur. Les yeux vitreux comme de la peinture diluée, il avait de rares moments d’éveil avant de sombrer dans un nouveau long sommeil le rapprochant de la mort.
C’est un peu avant vingt-trois heures, un jeudi, au début de l’hiver, que Paul-Alexis Sandoz partit rejoindre son épouse après une brutale et violente quinte de toux.
Dans le silence et la pénombre de la pièce, Roger arrêta le balancier de la pendule et vit sa soeur Jeannine en larmes. Il lui passa ses bras autour des épaules et elle se serra contre lui, le corps secoué de sanglots.

Mon avis:

J’ai aimé suivre « l’histoire » de cette pendule à travers les générations et suivre la vie de ses différents propriétaires. Un chouette livre à lire si tout comme moi l’horlogerie vous intéresse et si retrouver des lieux connus de Suisse dans les descriptions vous plaît. Un livre très bien écrit et qui m’a beaucoup plu.

Ma note: ♥♥♥

 

Le Puits des Mémoires tome 2: le fils de la lune – Gabriel Katz

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 9 avril 2015

Résumé:

Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque… Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

Mon avis:

Que de révélations et de rebondissements dans ce 2ème tome ! J’ai été très heureuse de retrouver Nils, Olen et Karib et d’en apprendre plus sur le passé, les voir retrouver peu à peu leur vie d’avant sans pour autant avoir retrouvé la mémoire ! Comme le premier tome, les dialogues sont savoureux, pleins d’humour, les personnages attachants (Nils ♥) et l’intrigue bien menée. Je ne m’attendais à aucun des événements qui surviennent durant ce tome ! Si vous aimez les romans Fantasy, ne passez pas à côté du Puits des Mémoires!

Ma note: ♥♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout (et c’est déjà pas mal!) pour mes lectures du mois de mars 🙂

Et vous, vous avez lu quoi récemment ? 

Bisous 🙂