J’ai lu: Le passager sans visage de Nicolas Beuglet

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman le passager sans visage de l’auteur Nicolas Beuglet. C’est la suite directe du roman Le dernier message, lu l’année dernière et que j’avais beaucoup aimé.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

le passager sans visage

Nombre de pages:  366 pages

Maison d’édition: XO

Date de parution (dans cette édition): 16 septembre 2021

4ème de couverture:

 » Tu n’es pas seule à chercher « …
Ce mot anonyme laissé sur son paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’années…

Des confins de la campagne écossaise aux profondeurs de la Forêt-noire où prend vie le conte le plus glaçant de notre enfance, jamais Grace n’aurait pu imaginer monter dans ce train surgi de nulle part et affronter le Passager sans visage…

Avec ce thriller au suspense angoissant, Nicolas Beuglet nous plonge dans les perversions les plus terribles de nos sociétés. Et, au passage, nous interroge : et si parmi les puissants qui régissent le monde se cachaient aussi des monstres sans visage ?

Un train, un passager sans visage, une organisation terrifiante

Mon avis:

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir le personnage de Grace Campbell et j’ai été ravie d’en savoir plus sur elle et sur son passé. En effet, j’avais été un peu frustrée de tout le mystère que l’auteur avait fait planer autour d’elle dans « le dernier message », même si c’était voulu.

Là on apprend vite ce qu’elle avait caché dans le premier tome et j’ai trouvé cela appréciable, j’aurais été vraiment frustrée que l’auteur nous laisse encore plus longtemps mariner!

On est très vite plongé dans l’action et l’auteur a l’art de terminer ses chapitres par un suspens insoutenable qui nous donne à chaque fois envie de lire un chapitre supplémentaire. 

J’avoue que parfois cela m’a fait lever les yeux au ciel mais cela donne également un rythme plutôt frénétique au récit donc cela ne m’a pas dérangée plus que cela non plus.

Dans ce tome-ci on va pas mal voyager à nouveau entre l’Ecosse, la France et l’Allemagne et surtout, on va à nouveau voyager dans les méandres de la malfaisance humaine. De plus, comme elle nous livre enfin ses secrets, j’ai trouvé Grace bien plus attachante que dans le premier tome. J’ai enfin compris certaines de ses réactions que je trouvais un peu extrêmes dans le premier tome. C’est une jeune femme résiliente avec une telle volonté de découvrir la vérité qu’elle passe outre tous les obstacles.

En essayant de résoudre le mystère de son enfance, Grace va mettre le pied dans une affaire bien plus grande et elle sera irrémédiablement entraînée dans une enquête assez incroyable et très dangereuse. 

J’ai trouvé ce tome-ci, tout comme tous les précédents de l’auteur, très visuel. En effet, on imagine vraiment bien les scènes et je pense que ces romans seraient parfaits adaptés au cinéma ou en série télé.

Comme d’habitude dans les romans de Nicolas Beuglet, il y a toujours un sujet assez grave qui est abordé et qui nous fait réfléchir. Ici le fond est assez flippant je dois dire, surtout quand on voit vers quoi tend la société actuelle (mais je ne vous en dirai pas plus, de peur de vous spoiler). 

Bref, j’ai dévoré ce roman vraiment prenant tant par le fond que la forme. Et même si parfois les ficelles sont un peu grosses (l’héroïne qui s’en sort toujours même si en vrai elle n’avait aucune chance de s’en sortir indemne, les méchants un peu caricaturés, etc.) j’ai passé un vrai bon moment de lecture.

La dernière phrase du roman présage une suite riche en rebondissements et j’avoue avoir super hâte de lire le troisième tome des aventures de Grace. 

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: Heimska, la stupidité d’Eirikur Örn Norddahl

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Heimska, la stupidité, de l’auteur islandais Eirikur Örn Norddahl (désolée je ne sais pas comment faire les accents islandais) dont j’avais adoré Illska, le mal, il y a de cela quelques années maintenant. J’avais cependant été un peu déçue de Gaeska, que j’ai chroniqué il y a quelques semaines.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

heimska, la stupidité

Nombre de pages:  160 pages

Maison d’édition: Métailié

Date de parution (dans cette édition): 5 janvier 2017

4ème de couverture:

Futur proche, bienvenue dans la surVeillance : les caméras sont partout, impossible de se déconnecter. Au royaume de la transparence, tout ce qui est caché est suspect.

Áki et Lenita viennent de se séparer et se vengent par personnes interposées en se livrant à toutes sortes d’expériences sexuelles sous l’œil attentif des webcams. Tous deux écrivains, ils achèvent chacun leur roman. Un roman unique. qui fera date.

À Isafjördur, le soleil de minuit commence à pâlir et les mystérieuses coupures d’électricité se multiplient, privant les habitants des joies du voyeurisme ; un groupe d’étudiants en arts squatte une ancienne usine de crevettes en cultivant des projets louches ; les autorités sévissent, pas toujours raisonnables.

Dystopie contemporaine, Heimska est une satire vibrante de notre addiction à la vie des autres, de notre obsession de la transparence, de notre vanité sans bornes. Norðdahl passe le monde à la moulinette : l’art, l’amour et la politique sont autant d’illusions narcissiques qu’il convient de déboulonner, brillamment, avec une joie féroce.

Mon avis:

L’auteur nous sert encore une fois (après Gaeska) une sorte de dystopie un peu dérangeante, où tout le monde est filmé en permanence et peut être épié par d’autres personnes. 

Les gens sont donc presque toujours en représentation et perdent en spontanéité. Aki et Lenita sont écrivains tous les deux et sont mariés. Ils écrivent tous les deux un nouveau roman. Lorsqu’ils le terminent, ils se rendent compte que tous les deux mettent en scène un personnage principal du nom d’Ahmed et que leurs histoires sont peu ou prou similaires.

Evidemment, comme tous les deux sont des auteurs à succès, ils se font publier en même temps et le scandale du plagiat éclate après coup. Mais qui a copié sur qui ? Est-ce qu’à force de vivre ensemble, ils ont développé les mêmes idées au point d’avoir la même idée de livre ? Ou bien l’un ou l’autre a parlé de son livre à sa moitié et cela l’a influencé(e) dans l’écriture de son propre roman?

A partir de là, la séparation est inévitable. Ils commencent donc à se tromper par caméra interposées pour faire du mal à l’autre. 

J’ai trouvé les personnages de ce roman peu attachants, je les ai trouvé trop butés dans leurs idées et un peu trop naïfs. Tout le monde se sert d’eux et ils ne voient rien, en particulier Aki. 

On se rend compte que dans un monde hyper connecté on perd finalement les liens qui nous rattachent aux autres. Seuls derrières nos écrans, on perd la notion de ce qui est bien ou mal. On est esclaves du « tout, tout de suite ». 

Certains passages sont vraiment bons et font vraiment réfléchir à notre monde (car sous couvert de dystopie, l’auteur fait un parallèle avec notre propre réalité) et d’autres étaient trop brouillons ou précipités, me faisant perdre le fil du roman. 

Bref, un roman intéressant mais qui aurait gagné à être moins fouillis, un peu la même chose que pour Gaeska, la bonté.

L’écriture d’Eirikur Örn Norddhal est toujours aussi incisive et j’aime toujours autant sa façon impitoyable de décrire notre monde et les petites mesquineries ordinaires.

Je m’obstine donc avec cet auteur (il ne peut quand même pas n’avoir écrit qu’un seul super bon livre??) et j’ai acheté il y a quelques semaines son dernier roman, Troll, que je me réjouis de commencer.

Ma note: ♥♥♥


[SP]J’ai lu: La fille aux cerfs-volants d’Olivier Rigot

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman la fille aux cerfs-volants de l’auteur Olivier Rigot que j’ai eu la chance de recevoir de la part des éditions Slatkine (en version épreuves brochées non corrigées). Il s’agit de son troisième roman.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

la fille aux cerfs-volants

Nombre de pages: 264 pages

Maison d’édition: Slatkine 

Date de parution (dans cette édition): 3 septembre 2021

4ème de couverture:

Sébastien, photographe de mer, embarque sur un trimaran pour une course autour du monde. Un départ synonyme de fuite éperdue ? Qui est véritablement Sylvia, prodige du windsurf et biologiste marine avec laquelle il entretient une histoire d’amour passionnelle ? Quel lourd secret dissimule-t-elle ? Traque, poursuite, trahisons, La fille aux cerfs-volants happe le lecteur dès la première page. De la Corse à la Normandie, en passant par Paris et la Sardaigne, la cavale de Sébastien nous emmène dans des lieux et des paysages maritimes à couper le souffle.

Mon avis:

Un roman que j’ai dévoré en deux jours à peine car l’intrigue a su me happer et me tenir en haleine du début à la fin. On y suit tout d’abord Sébastien, qui embarque sur un bateau pour une course autour du monde et il se remémore son histoire d’amour avec Sylvia, une jeune femme très belle et très talentueuse, tant dans son sport de prédilection que dans son travail de biologiste marine. On alterne donc les chapitres suivant Sébastien dans le présent et les chapitres où il raconte son histoire avec Sylvia.

Cependant, j’ai trouvé que certains événements étaient un peu occultés, l’action se passe tellement vite qu’on ne comprend pas tout et la fin un peu précipitée m’a laissé un petit goût d’inachevé même si elle m’a convenue tout de même. Certaines questions que je pouvais me poser quant aux personnes qui traquent Sylvia sont cependant restées sans réponse. 

Au delà de ceci, la chose qui m’a le plus dérangée sont les scènes de sexe à répétition. Presque une par chapitre, même si l’auteur n’entre pas non plus dans les détails, j’ai trouvé cela un peu dérangeant et cela ne servait en rien l’histoire.  Je me suis même surprise à lever les yeux au ciel  » quoi?, encore??!! ».

Il y a également du très bon dans ce roman comme le mystère entourant Sylvia, les courses poursuites et tout le thème maritime que j’aime beaucoup. Ce roman a su me dépayser et ça fait du bien!

Sébastien et Sylvia sont des personnages dont on sait finalement peu de choses donc il est difficile de s’identifier à eux et même de les trouver réellement attachants.

La plume d’Olivier Rigot est très agréable à lire et très fluide (il y a beaucoup de dialogues), on sent qu’il aime la nature et sait très bien décrire les paysages.

De plus, j’ai aimé le fait que l’auteur glisse un glossaire en début de roman afin que nous ne soyons pas perdus avec tous les termes liés au monde nautique.

Un roman qui vous plaira si vous aimez les histoires d’amour mâtinées d’aventure et de mystère.

Ma note: ♥♥♥


Un grand merci aux éditions Slatkine pour l’envoi de ce SP!

J’ai lu: Les possibles de Virginie Grimaldi

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les possibles, de l’autrice Virginie Grimaldi.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

les possibles

Nombre de pages: 378 pages

Maison d’édition: Fayard

Date de parution (dans cette édition): 12 mai 2021

4ème de couverture:

Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé  connaît quelques turbulences.
Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute  du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses affaires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de son père s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence  : il déraille.
Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas finie, il est encore l’heure de tous les possibles.

Mon avis:

J’avais adoré l’avant dernier roman de cette autrice (et que ne durent que les moments doux) donc j’avais grand espoir de réitérer le coup de cœur avec celui-ci. 

Alors j’avoue que même si les personnages sont touchants, drôles et attachants, j’ai trouvé que l’autrice en faisait un poil trop dans les blagues, ce qui rendait le roman un peu moins émouvant qu’il aurait dû l’être. Je pense que c’était sûrement une façon de dédramatiser les situations parfois vraiment tristes.

J’ai cependant vraiment aimé suivre l’histoire de Juliane qui doit accueillir chez elle son papa qui commence gentiment à perdre la boule. Elle devra mettre ses principes et sa maniaquerie dans sa poche pour que son père se sente bien chez elle.  De plus, le fils de Juliane est très heureux d’avoir son papy à la maison pour faire les 400 coups, au grand désespoir de Juliane et son mari. Grâce à son grand-papa très attentif à lui, le petit garçon introverti va enfin prendre confiance en lui et s’affirmer à l’école.

Juliane est une jeune femme qui a besoin d’un cadre dans sa vie, pour se rassurer. Elle n’est pas sûre d’elle et surtout pas de son physique, elle pense qu’elle n’est jamais « assez ». Le regard des autres est super important pour elle et elle a besoin de « sauver les apparences ». Finalement le fait de s’occuper de son papa va la soustraire à ses propres problèmes pour se focaliser sur lui. Le fait de lâcher prise sur plein de choses à la maison va finalement la libérer.

Ce roman explore les relations père-fille et également le rapport à la maladie et particulièrement la démence sénile. Ce sujet me tient particulièrement à cœur et j’ai apprécié que l’autrice se penche sur ce sujet peu abordé dans les romans. La scène avec le cerisier m’a vraiment touchée.

Le papa est très attachant même s’il est un peu caricatural à certains moments. J’ai vraiment aimé le personnage de cet homme qui ne comprend pas qu’il ne pourra plus jamais vivre seul et être indépendant à cause de sa maladie. Juliane et sa famille auront la délicatesse et la tendresse nécessaires pour l’accompagner dans ses moments d’errement. 

Ce roman m’a beaucoup plu et si ce n’est pas un coup de cœur cela reste néanmoins une excellente lecture pour moi ! Vivement le prochain roman de Virginie Grimaldi!

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: La fabrique des pervers de Sophie Chauveau

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre la fabrique des pervers de l’autrice Sophie Chauveau.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

la fabrique des pervers

Nombre de pages:  320 pages

Maison d’édition: folio

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2021

4ème de couverture:

« En 68, ils avaient trente-cinq ans, aucune conscience politique, et surtout aucune conscience. Ils pataugeaient dans l’innocence. Aimer ses enfants n’est pas un crime, non ? Si, comme ça, si. Aller ensuite expliquer que ces gestes, ces actes, ces mains, ces langues, ces caresses en passant, cet exhibitionnisme forcené constituent le climat le plus fécond de l’inceste ? Impensable. À quoi bon le leur dire ? Ils ne m’auraient pas crue. Ils ne m’ont pas crue. Mère pourtant l’a compris… à la toute fin de sa vie. »Unique par l’ampleur de ce qu’il dévoile, ce témoignage sur l’inceste dresse le portrait glaçant d’une lignée de bourreaux.

Mon avis:

Ce livre m’a retourné l’estomac tant les faits reportés sont durs et complètement inimaginables. L’autrice raconte sa famille, les abus sexuels de la part de son père et des autres hommes de sa famille. Elle remonte dans le temps et parcourt tout l’arbre généalogique de cette famille déviante, où les hommes (mais pas que) pensent que les femmes et les enfants leur appartiennent et qu’ils peuvent en disposer comme bon leur semble pour assouvir leurs désirs pervers. 

La narration de Sophie Chauveau ne nous met pas dans la position de voyeurs et pour cela j’ai apprécié ce document car elle retranscrit des faits mais sans s’y attarder pour autant. 

Elle pose aussi la question de la culpabilité des mères de la famille et leur rôle dans celle-ci. N’auraient-elles pas pu protéger leurs enfants? Pourquoi ont-elles été complices des crimes de leur mari? 

« Dire que ma soeur s’est déclarée jalouse que Père m’aime tant. Comment a-t-elle pu appeler cela de l’amour? » (page 53)

« Comment considérer tous ces mâles incestueux et violents, qui jouissent d’une totale impunité? Immunité? Comment  cette sexualité transgressive et criminelle est-elle devenue la norme pour eux, de sorte qu’à l’intérieur du clan, tout leur semblait licite? Au point d’ignorer peut-être l’illicite de leurs pratiques?  » (pages 58)

« Mais les mères? Qui sont ces mères qui donnetn à leurs enfants des pères abuseurs, et ne les font pas saisier par la police, par la justice, ni ne changent les serrures de leur maison dès l’instant qu’elles savent… Car bien sûr qu’elles savent, même si elles n’imaginent pas les conséquences sur le pychisme de leurs enfants. Le risque de tout perdre les empêche de s’enfuir, alors elles font celles qui n’ont jamais rien vu, rien su. Complices, forcément complices? » (page 195)

J’ai trouvé ce livre intelligemment écrit, l’autrice ne se victimise pas, elle expose les faits, d’une manière presque chirurgicale. Sa plume est fluide et très agréable, elle se permet même quelques traits d’humour. 

J’ai lu avec grand intérêt cette analyse de l’être humain et de ses déviances et le garderai précieusement dans ma bibliothèque.  A mettre entre toutes les mains.

Ma note: ♥♥♥♥♥ 

(En principe je ne note pas les témoignages mais celui-ci mérite vraiment la mention de coup de cœur tant la plume de l’autrice est belle et juste.)


J’ai lu: Une bête au Paradis de Cécile Coulon

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Une bête au Paradis de l’autrice Cécile Coulon.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

une bête au paradis

Nombre de pages:  288 pages

Maison d’édition: Le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 3 février 2021

4ème de couverture:

La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu’à ce que l’adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s’appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.

Mon avis:

J’avais vu Cécile Coulon lors de son passage à l’émission La Grande Librairie (émission que j’adore!) et cela m’a donné envie de découvrir sa plume. 

J’ai vraiment aimé l’atmosphère moite et étouffante qu’elle arrive à retranscrire par ses mots, l’ambiance rurale est lourde et on sent tout de suite que quelque chose va déraper à un moment ou à un autre.

Cependant, j’ai eu de la peine à m’attacher aux personnages créés par Cécile Coulon. Blanche est une jeune femme plutôt taciturne, à l’instar de sa grand-mère Emilienne et à force de toujours vouloir être forte et indépendante, on en oublie de la prendre en affection, comme si elle gardait même les lecteurs à distance.

On sent que le poids du deuil de ses parents pèse toujours sur ses frêles épaules mais qu’elle refuse de se laisser aller à la tristesse comme son frère Gabriel qui lui vit toujours dans la mélancolie des souvenirs de leurs défunts parents. Elle ne se permet pas de flancher, tant elle sent au fond d’elle que l’avenir de la ferme en dépend. 

De ce point de vue là Blanche m’a fait penser à Scarlett O’Hara dans Autant en emporte le vent, une femme qui ferait tout pour sa terre.

Même quand elle baisse la garde avec Alexandre, son amour de jeunesse, je l’ai trouvée plutôt froide, loin de la passion qu’elle dit ressentir. Quand Alexandre la trahit pour partir « en ville », elle ne referme encore plus sur elle-même et ne vit vraiment plus que pour son précieux domaine, Le Paradis. 

La grand-mère, Emilienne, a élevé ses petits-enfants un peu à la dure. Les câlins, elle ne connait pas. Toutefois, on ressent qu’elle les aime et qu’elle fait de son mieux pour qu’ils aient une vie heureuse et épanouie. Elle les choie à sa façon. Elle a également recueilli Louis – une jeune garçon d’à peu près 10 ans de plus que Blanche –  maltraité par son père,  le prend sous son aile et l’occupe à la ferme en temps qu’homme à tout faire.

On sent à partir de ce moment que Louis tombe peu à peu sous le charme de Blanche, même s’il la considère un peu comme une petite sœur, il ne peut pas s’empêcher d’être attiré par elle pour autant. Ce qui fait qu’il voit d’un très mauvais œil et beaucoup de jalousie l’arrivée d’Alexandre, qui est là pour lui ravir sa bien-aimée. Jamais il ne se permettra un geste déplacé envers Blanche et j’avoue que j’ai apprécié cet aspect-là de Louis. Il est follement amoureux mais respecte le fait que Blanche en aime un autre, même s’il n’approuve pas le choix dudit amoureux. Il s’en méfie immédiatement. Louis ne parle pas beaucoup mais il observe énormément. Toute la violence refoulée en lui ne demande qu’à s’exprimer. Il adore le domaine du Paradis et donnerait tout pour que rien ne change dans cet oasis de bonheur et de labeur. 

Gabriel, quant à lui, essaie tant bien que mal de s’extirper du domaine dans lequel il se sent dépérir. C’est en quittant la maison et en se mettant en ménage avec son amoureuse qu’il commence vraiment à vivre, sans avoir le spectre de ses parents qui le hante. C’est finalement le personnage qui m’a le plus touché, dommage qu’il n’ait pas été plus présent, même si je comprend bien que l’histoire ne tourne pas autour de lui 😉

Bref, un roman qui se dévore et que j’ai beaucoup aimé mais qui n’a pas été un coup de coeur car comme dit plus haut, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à Blanche. 

Je lirai cependant « Seule en sa demeure », le dernier livre de l’autrice, avec un grand plaisir car j’aime le ton qu’elle donne à son écriture et sa façon de poser les décors et les ambiances.

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: Grande Couronne de Salomé Kiner

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Grande Couronne de l’autrice Salomé Kiner. Elle est journaliste et Grande Couronne est son premier roman.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

grande couronne

Nombre de pages: 288 pages

Maison d’édition: Christian Bourgois Editeur

Date de parution (dans cette édition): 19 août 2021

4ème de couverture:

Nous sommes en France, à la fin des années 1990. Dans une ville de banlieue pavillonnaire, une adolescente regarde passer les trains qui filent vers la capitale. Elle a des projets plein la tête : partir, devenir hôtesse de l’air ou avocate et surtout, plus urgent, s’acheter des vêtements de marque. Mais comment faire quand on n’a pas assez d’argent de poche et que la vie dont on rêvait se révèle être un champ de cactus? Pour le moment, sa famille vacille et ses repères sont chamboulés. En très peu de temps, sans renoncer à ses désirs, elle devra tout apprendre : comment classer ses pensées, tenir tête à ses copines, assumer des responsabilités trop grandes pour elle et vivre ses premières expériences sexuelles. Si l’adolescence est une ligne de crête menant à l’âge adulte, l’attachante héroïne de Grande Couronne s’y tient en équilibriste, oscillant entre le trivial et le terrible. Mais elle a une arme : une vision au laser grâce à laquelle elle dresse un tableau de son époque et de ses émotions aussi drolatique qu’impitoyable.

Mon avis:

Un roman percutant sur la jeunesse dans les années 1990. La narratrice (dont je ne me rappelle pas le prénom (je pense même qu’on ne le dit pas) mais dont le nom de code est Tenessy), est une adolescente rêvant de liberté, de gagner de l’argent (beaucoup d’argent) et de partir vivre à Paris, ce qui est pour elle le summum d’une vie réussie.

J’ai trouvé ce roman incroyable de par sa narration tellement parlante de vérité. Le regard qu’elle porte sur ses parents et en particulier sa mère, oscillant entre la pitié au début (elle dénigre sa mère qui lui achète des habits et des goûters sans marques etc) et la fin du roman où on sent qu’elle ressent beaucoup de fierté envers sa mère et qu’elle l’admire pour tout ce qu’elle fait pour la famille malgré la séparation d’avec son mari. Elle gère la maison, les enfants et travaille en plus à côté. J’ai trouvé touchant que la narratrice se rende compte de tout le travail accompli par sa mère, surtout qu’à un moment elle doit en assumer en partie la charge quand sa mère plonge dans la dépression suite au divorce.

La narratrice porte un regard plutôt méprisant sur son père, qui quitte le navire de la vie familiale pour vivre avec sa maîtresse, loin du tumulte de sa vie familiale pour le moins encombrante (la narratrice a une grande soeur et deux petits frères). Partir et faire comme si les enfants et l’ex femme n’existaient pas (ou peu s’en faut), c’est si facile. D’autant plus que le plus petit garçon est autiste et nécessite des soins supplémentaires.

(…) Je comprenais pourquoi ma mère avait des envies de mourir. Faire le parent tout seul c’est une vie pour personne. (Grande couronne de Salomé Kiner, page 142)

(…) Peut-être qu’enfin je pouvais la comprendre, peut-être que la malheur fédère plus que la joie.

(Grande couronne de Salomé Kiner, page 287)

C’est un roman sur les désillusions de l’adolescence et du passage à l’âge adulte, l’appât de l’argent facile et les dérives que celui-ci engendre. La narratrice va même jusqu’à accepter de faire des branlettes et fellations tarifées pour se faire de l’argent de poche et pouvoir s’offrir les habits et accessoires à la mode dont elle rêve depuis toujours. Mais est-ce que ressembler aux filles qu’elle admire en se rabaissant de la sorte la rendra-t-elle plus heureuse?

C’est un roman assez dur de par les sujets qu’il aborde mais c’est fait d’une manière si naturelle et fluide que finalement ça passe crème et on ne s’y attarde pas non plus. En effet, l’autrice, par la voix de sa narratrice, arrive à nous faire passer des messages sur des thèmes importants tout en ne plombant pas son récit. 

La narratrice s’échappe de l’ambiance plutôt lourde de sa vie familiale en fumant et en fréquentant des garçons. Je l’ai trouvée très attachante de par ses interrogations sur la vie et sa peur panique de finir sa vie dans sa petite ville où il ne passe jamais rien. Elle voit Paris comme un but ultime dans sa vie, l’accomplissement qui montre qu’elle a réussi sa vie. Elle ne veut pas avoir de regrets et fait tout pour arriver à ses fins.

J’ai aimé aussi l’interaction qu’elle peut avoir avec ses petits frères. Elle est très protectrice envers eux et s’en occupe beaucoup. Finalement, elle veut faire sa dure mais c’est une jeune fille très attachée à sa famille et qui se bat bec et ongles pour que l’équilibre familial demeure malgré la séparation de ses parents.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman. J’ai trouvé la narration plutôt acerbe mais délicieuse et j’ai adoré retrouver l’ambiance des années 1990. L’autrice étant de la même année que moi, j’ai retrouvé pas mal de références à des choses que je connaissais étant petite.

Une pépite dont on n’a pas entendu assez parler à mon sens!

Ma note: ♥♥♥♥♥


[SP]J’ai lu: Le sortilège de Stellata de Daniela Raimondi

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman le sortilège de Stellata de l’autrice italienne Daniela Raimondi que j’ai eu la chance de recevoir de la part des éditions Slatkine & Cie. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

le sortilège de Stellata

Nombre de pages: 525 pages

Maison d’édition: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2021

4ème de couverture:

Italie, début du XIXe siècle.
La famille Casadio voit sa vie changer à jamais : le fils, Giacomo, tombe amoureux d’une gitane, Viollca Toska, et décide de l’épouser. À partir de ce moment, leurs descendants seront divisés en deux branches : les rêveurs, aux yeux bleus et aux cheveux blonds de Giacomo, et les clairvoyants, qui ont les yeux sombres et les cheveux noirs de Viollca, ainsi que ses dons surnaturels.
Les Casadio vivront tous suspendus entre l’envie irrésistible de poursuivre leurs rêves et la peur des conséquences. En fin de compte, ils suivront leurs choix jusqu’à la fin, dictée soit par l’amour soit par la rébellion, par la soif de justice ou le désir de changer le monde. Surtout, ils suivront leur destin malgré la terrible prophétie que Viollca a lue dans les cartes par une nuit orageuse…

Mon avis:

Quelle claque que cette grande saga familiale! C’est beau, poétique, intelligent et on ne s’ennuie pas une seule seconde.

J’ai été de suite emportée par la plume de Daniela Raimondi et ai adoré suivre la famille Casadio et Martiroli au fil des années. 

Depuis Viollca, l’aïeule gitane qui avait vu dans les cartes et dans ses rêves le destin funeste de certains membres de sa famille (même pas encore nés pour la plupart!) de 1800 à nos jours, on comprend très vite que tout était déjà écrit pour cette famille. 

D’ailleurs, dans chaque génération qui suivra, il y a toujours au moins une personne qui a « le don » et qui fait également des rêves étranges, entre autres. J’ai trouvé ces prédispositions au « surnaturel » hyper intéressantes.

Un roman à tiroirs, foisonnant à souhait, des personnages hauts en couleur et très attachant de par leurs croyances et leur convictions, une famille soudée malgré les drames qui jonchent les existences de ses membres. Cependant, on ressent vraiment un fort esprit de famille dans leurs relations et ils se soutiennent dans les épreuves.

J’ai eu beaucoup de plaisir à suivre les différentes générations au fil des années et on suit également l’évolution de la place de la femme dans la société tout au long du roman et j’ai trouvé cet aspect (qui est amené d’une manière très subtile) vraiment intéressant également. Elles étaient principalement assignées aux tâches ménagères et à la famille dans les années 1900 pour finalement réussir enfin à s’épanouir en temps qu’individu quand on arrive à nos jours (même si la parité n’est pas encore de mise). On sent d’ailleurs que certains personnages féminins ont des regrets d’être un peu passés à côté de leur vie à force de l’avoir consacrée à la maison et aux enfants. J’ai aimé tous les personnages, hommes et femmes confondus. Aucun d’entre eux n’est tout blanc ou tout noir, ils ont tous des qualités et des défauts, ce qui les rend terriblement attachants et vraiment crédibles.

Toute la famille (toutes générations confondues) respecte énormément Viollca et se souvient d’elle avec émotion, tout en prenant au sérieux ses prémonitions. Ils sont toutefois partagés entre modernité et superstitions, bloqués malgré eux dans une spirale de malheurs et de tristesse. L’histoire se répète, encore et encore. Pourront-ils être un jour heureux et en paix?

Certains personnages renoncent à leur propre bonheur pour le bien de leur famille mais d’autres décident de vivre pleinement leurs passions, quelles qu’en soit les conséquences. 

Je ne vais pas vous en dire plus de peur de vous révéler certains retournements du livre mais si vous aimez les grands romans familiaux, bien écrits, et dont chaque mot a été choisi avec soin, je ne peux que vous conseiller cette petite brique qui vous fera voyager et très certainement pleurer tant les mots de Daniela Raimondi savent nous toucher en plein cœur.

Ma note: ♥♥♥♥♥


Un grand merci aux éditions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce SP!

[SP]J’ai lu: Souvenirs en similicuir de Nadia Boehlen

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Souvenirs en similicuir de l’autrice suisse Nadia Boehlen que j’ai eu la chance de recevoir de la part des éditions Slatkine (en version épreuves brochées non corrigées).

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon Instagram.

souvenirs en similicuir

Nombre de pages: 160 pages

Maison d’édition: Slatkine 

Date de parution (dans cette édition): 27 août 2021

4ème de couverture:

« Ma mère fait des cauchemars à répétition. Le rêve qui revient le plus est celui avec les serpents. Elle le raconte sur un ton désinvolte, comme s’il s’agissait d’une maladresse de sa part, du lait renversé sur une plaque de cuisson, ou d’un aliment figurant sur la liste des courses et qu’elle aurait oublié d’acheter. »
 
Porté par une narration singulière, souvenirs en similicuir raconte le cheminement vers l’âge adulte d’une enfant à travers le regard qu’elle porte sur sa famille, sur sa mère tout particulièrement, dont elle perçoit confusément les souffrances liées à sa condition. Heurtée, façonnée par une conscience exacerbée que celle-ci a de son inculture et par ses traumatismes occultés, la jeune femme décidera sciemment, au fil du temps, de lui vouer une forme de loyauté.

Mon avis:

Ce roman traite de la relation mère-fille et de la manière qu’une jeune fille s’identifiera (ou pas) à sa mère en grandissant.

La narratrice raconte la vie de sa mère, son déracinement de son Tessin natal pour la Suisse alémanique. Son tiraillement permanent entre la honte de sa mère qu’elle ne trouve pas assez cultivée (elle qui n’aspire qu’à faire de hautes études et monter en grade dans l’échelle sociale) et son amour débordant pour celle-ci qu’elle admire et aime malgré tout. On sent toutefois que la narratrice a parfois honte de ses origines paysannes et de l’inculture de ses proches. J’ai trouvé cela très triste. On ne devrait jamais avoir honte de notre famille. 

Ma mère ne me témoigne aucun geste d’affection. Ses contacts avec moi sont presque toujours entachés de nervosité. Elle tire trop fort sur mes cheveux en les coiffant. Elle me tient la main pour qu’on se dépêche, pas pour me rassurer ou me donner de la douceur. Et de toute façon elle n’a jamais le temps: « J’ai du travail, moi! » Elle ne se donne jamais le temps. Elle est toujours dans une course incessante.

Souvenirs en similicuir de Nadia Boehlen, page 57

Cette mère d’ailleurs qui peine à montrer ses sentiments à ses filles et ne cesse de les rabrouer, de les critiquer. Est-elle jalouse des conditions de vie facilitées de ses filles ? En tout cas elle les pousse vers l’excellence, essaie de mettre toutes les chances de leur côté pour qu’elles puissent aspirer à une vie plus riche que la sienne. 

J’ai aimé la manière d’écrire de l’autrice, les chapitres courts et la narration à fleur de peau. 

On sent vraiment que la narratrice admire malgré tout sa mère, sa façon qu’elle a eu de s’extraire d’une relation toxique et violente avant de rencontrer celui qui deviendra son père. 

Toutes ces choses mises bout à bout (le déracinement de son canton d’origine, la barrière de la langue malgré tout, une relation toxique, les études non achevées…) font qu’on comprend un peu mieux pourquoi la maman de la narratrice est un peu amère, même si je trouve qu’on sent qu’elle aime tout de même sa fille. Elle regrette le temps qui passe et qui fane sa beauté, elle regrette le temps qui passe sur sa vie où il ne se passe pas grand chose malgré le fait qu’elle ait un mari aimant qui est également un bon père pour ses filles.

La mère est donc dans un état permanent de spleen, elle est toujours à la limite d’éclater. J’ai trouvé que c’était finalement un très beau portrait d’une maman, d’une femme avant tout, qui veut juste être heureuse et qui fait de son mieux pour que tout le monde se porte bien dans sa famille, même si elle s’y prend mal. Je trouve que la narratrice est assez dure avec sa mère, mais on est toujours durs avec nos parents, jusqu’au moment où on devient nous-mêmes parents et qu’on comprend beaucoup mieux certaines de leurs réactions.

Bref, j’ai trouvé que c’était un magnifique roman sur la famille, le lien mère-fille porté par une très belle plume et que j’ai lu en quelques heures sans faire de pause tellement il m’a emportée. Un livre court mais puissant sur l’amour filial. 

Ma note: ♥♥♥♥♥


Un grand merci aux éditions Slatkine pour l’envoi de ce SP!

J’ai lu: The mortal instruments tome 4, la cité des anges déchus de Cassandra Clare

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman La cité des anges déchus, le tome 4 de la série The Mortal Instruments de l’autrice Casssandra Clare.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

mortal instruments la cité des anges déchus

Nombre de pages: 512  pages

Maison d’édition: PKJ

Date de parution (dans cette édition): 19 septembre 2013

4ème de couverture:

La guerre est terminée. Clary rentre à New York pour s’entraîner à devenir Chasseur d’Ombres. Mais les tensions se ravivent avec les Créatures Obscures, des Chasseurs d’Ombres sont assassinés…
Les deux camps se préparent à une nouvelle confrontation et se disputent Simon, un vampire aux nombreux pouvoirs. Ils ne reculeront devant rien. Au risque pour Clary de perdre tous ceux qu’elle aime… y compris Jace.

Mon avis:

Continuer la saga Mortal Instruments c’est comme enfiler des pantoufles tant j’ai du plaisir à retrouver cet univers particulier. 

Dans cet opus, on suit plus particulièrement un certain vampire diurne (je ne veux pas vous dire de qui il s’agit ça serait vous spoiler si vous n’avez pas encore lu les tomes précédents) et ses pouvoirs deviennent de plus en plus forts. De plus, il se fait de plus en plus à sa condition de vampire, même s’il a de la peine à abandonner ses réflexes « humains ». J’ai bien aimé toute sa réflexion sur son appartenance, il se sent étranger partout, ne se sentant plus humain mais n’arrivant pas à s’associer aux vampires pour autant.

J’ai trouvé Clary plus en retrait et plus passive dans ce roman, par rapport au 3ème tome où elle était super active. Jace, quant à lui, doit combattre des démons (au propre comme au figuré) qui le rongent de l’intérieur. Punaise, ils ne pourront donc jamais s’aimer tranquillement ces deux-là ?

Enfin bref, comme il s’agit d’un tome 4 j’ai toujours peur de vous dévoiler des faits qui vous gâcherait votre plaisir si vous n’avez pas lu les premiers tomes donc je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet non plus. 

Tout simplement, j’aime toujours autant les personnages imaginés par Cassandra Clare, les dialogues qui sonnent « vrais », les rebondissements qui font qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde. 

Ce sont des petits pavés mais écrits assez gros ce qui donne une expérience de lecture plutôt reposante pour les yeux 😉 

Si vous aimez les histoires de démons, de vampires. d’anges et de loups-garous, vous ne pourrez qu’adorer The Mortal Instruments et ses personnages hauts en couleurs.

Vivement d’entamer le tome 5 ! (en décembre je pense 😉 )

 

Ma note: ♥♥♥♥