J’ai lu: Une putain d’histoire de Bernard Minier (Cold Winter Challenge)

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Une putain d’histoire de Bernard Minier.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 600 pages

Maison d’édition: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 12 mai 2016

4ème de couverture:

Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une  » putain d’histoire « .
Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…

Mon avis:

Ce roman est un one shot et n’a rien à voir avec la série des « Martin Servaz » de l’auteur.

Je me suis complètement fait retourner le cerveau par ce roman où l’auteur nous lance sur plusieurs pistes différentes. 

L’ambiance du roman est glaciale, à l’image de l’eau qui entoure l’archipel où se passe le roman. 

Henry, jeune homme de 17 ans, effondré par la mort de sa petite amie, va tout mettre en œuvre pour retrouver le ou les coupable(s). J’ai aimé l’enquête menée par Henry et ses copains, un peu à la manière du club des 5… mais en plus violent 😉

Peu à peu, les langues se délient et le vernis parfait de certaines personnes commence à se craqueler. Sur Glass Island, les gens ont peur que leurs petits secrets honteux soient dévoilés. 

Tout accuse Henry, qui est le dernier à avoir vu la victime vivante. Jeune homme introverti, un peu mystérieux et adopté par un couple d’homosexuelles, on sent que sa famille à l’habitude de déménager relativement souvent mais on ne sait pas pourquoi.. pour fuir qui, quoi ? Eux qui pensait que le passé était derrière eux en venant sur cette île vont en avoir pour leurs frais…

Le rythme est haletant et on sent dès le début que quelque chose « cloche » sans réussir à mettre le doigt dessus. Le malaise grandit de page en page. 

Comme pour tous les thrillers, je trouve toujours l’exercice de l’avis toujours un peu compliqué car j’ai toujours peur de vous donner trop de pistes menant au dénouement donc je vais m’arrêter là 😉

J’ai apprécié ce roman et ai été surprise par la fin même si celle-ci m’a rendue pour le moins mal à l’aise car je l’ai trouvée dérangeante. Une vraie claque !

Cependant, j’adore toujours autant la plume de Bernard Minier que j’avais découverte avec « Glacé » et me réjouis d’ailleurs de retrouver Martin Servaz dans ses nouvelles aventures car j’avoue avoir préféré « glacé » à « une putain d’histoire ».

Ma note: ♥♥♥♥


Bilan de mes lectures du mois de décembre 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter (enfin!) mes lectures du mois de décembre 2020.

Toutes les images proviennent de mon instagram.

Romans lus durant le mois : 7 (dont 1 SP et 2 emprunts bibliothèque)

Mangas lus durant le mois: 5

Bandes dessinées lues durant le mois: 0

lectures décembre 2020chère mamie au pays du confinement

S’il devait y avoir un thème récurrent dans les romans lus le mois passé, cela serait l’adolescence car les romans Une putain d’histoire de Bernard Minier, Manuel de survie à l’usage des jeunes filles de Mike Kitson et Presque génial de Benedict Wells (dont je vous ai parlé juste ici) abordent tous cette période charnière entre l’enfance et le passage à l’âge adulte. Bernard Minier a su encore une fois me faire tourner en bourrique dans ce thriller hyper angoissant mais j’avoue avoir préféré glacé et son personnage de Martin Servaz ! J’ai eu beaucoup de plaisir à suivre les aventures des deux sœurs Sal et Peppa dans Manuel de survie à l’usage des jeunes filles, livre que j’ai trouvé dur et léger à la fois, l’auteur sachant bien alterner entre les moments tristes et les moments gais.

J’ai été surprise en bien par le dernier roman de Romain Puértolas, Sous le parapluie d’Adélaïde, dont j’ai trouvé l’intrigue vraiment bien développée, même si j’avais découvert le twist final depuis le début du roman. Pour ce dernier, je trouve que l’auteur avait été plus habile dans son roman précédent, mais peut-être que c’est moi qui était beaucoup plus à l’affut de certains indices pour ne pas me faire rouler 😉

Gros coup de cœur pour les sorcières de Pendle de Stacy Halls dont j’ai vraiment aimé la narration, on se met vraiment à la place de Fleetwod, jeune femme enceinte faisant appel à une sage femme accusée de sorcellerie afin de sauver son bébé à naître. L’ambiance et l’écriture sont parfaites !

J’ai passé un joli moment de détente avec le nouveau Chère Mamie (au pays du confinement) de Virginie Grimaldi, chroniques de son confinement sous forme de lettres écrites à sa Mamie. J’ai adoré tout comme le premier opus qu’elle avait sorti en 2019.

Un roman tout doux avec lettre d’amour sans le dire d’Amanda Sthers, je n’avais jamais rien lu de cette autrice mais ce roman très poétique m’a beaucoup touchée.

Côté mangas, j’ai commencé la saga l’atelier des sorciers dont j’ai acheté les 7 tomes (oui je suis folle :P) J’ai lu les deux premiers et le troisième tome est en cours de lecture. Pour le moment j’aime beaucoup l’univers très frais de ce manga et j’adore les dessins! J’ai également continué The Promised Neverland avec le tome17, on continue à suivre Emma et ses amis et l’intrigue devient de plus en plus complexe mais impossible de plus vous en dire sinon je vais trop vous en dévoiler et cela serait vraiment dommage. En tout cas, j’adore toujours autant cette série et j’ai hâte d’en voir le dessin animé.

J’ai également lu le tome 4 de Magus of the library où on continue de suivre les futurs bibliothécaires qui se tirent toujours un peu dans les pattes ! Les dessins et l’univers sont toujours autant somptueux 🙂 J’ai également lu le tome 5 de it’s my life, manga rigolo et grave à la fois où on suit une petite sorcière qui s’incruste chez un paladin trentenaire à la retraite. Les personnages sont vraiment attachants et j’adore vraiment cette série dont je trouve qu’on ne parle vraiment pas assez !

Bien entendu, je vous reparlerai plus en détail des romans dans les articles qui leur seront consacrés!

Et vous, qu’avez-vous lu le mois passé?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

J’ai lu: Mille femmes blanches de Jim Fergus

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Mille femmes blanches de l’écrivain Jim Fergus.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

D97B24F4-3986-409C-9B98-03E26A283ACC

Nombre de pages: 512 pages

Maison d’édition: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 5 mai 2011

4ème de couverture:

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…

Mon avis:

Quel roman, mais quel roman !!

Jim Fergus réussit le tour de force de nous faire croire à son histoire, comme s’il s’agissait de faits réels!

J’ai adoré le personnage de May Dodd, une femme forte, enfermée dans un asile car elle a osé aimer un homme sans être mariée à lui… quand on lui parle du programme d’intégration de 1000 femmes blanches dans le peuple indien en échange de chevaux, elle saisit cette opportunité pour s’enfuir de cette vie entre 4 murs. En route, elle fera la connaissance de femmes de tous âges et de tous horizons qui deviendront peu à peu ses amies.

Elle apprend peu à peu à connaître et apprécier les rites et coutumes des Indiens, tout en chamboulant un peu leurs habitudes aussi. Elle tombe également sous le charme de son nouveau mari Little Wolf, homme séduisant (à sa façon), droit et fier, désireux de faire survivre son peuple malgré les difficultés.

Détachée des carcans de la bonne société dont elle provient, elle se découvre libre et adore être au contact de la nature. Elle se découvre forte et pleine de ressources. Elle se rend également  compte du racisme dont sont victimes son nouveau peuple et des préjugés négatifs qui les entourent. De son côté, elle adhère de plus en plus à leur mode de pensée, même si elle n’approuve pas du tout leur côté guerrier et se détache jour après jour de sa vie d’avant. Les Indiens sont tolérants et ouverts au changement ce qui est une grande surprise pour elle et ses amies.

« Franchement, vu la façon dont j’ai été traitée par les gens dits « civilisés », il me tarde finalement d’aller vivre chez les sauvages. »

(Extrait des journaux intimes de May Dodd.)

Bref, un roman que j’ai dévoré tant il est passionnant, j’adore l’écriture de Jim Fergus qui se glisse si bien dans la peau et les pensées des femmes.

Un bijou à offrir ou s’offrir sans attendre !

Et pour ma part, je vais lire les deux suites (la vengeances des mères et les amazones) très rapidement !

Ma note: ♥♥♥♥♥

Bilan de mes lectures du mois de novembre 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de novembre 2020.

Toutes les images proviennent de mon instagram.

Romans lus durant le mois : 8 (dont 2 SP et 1 emprunt bibliothèque)

Mangas lus durant le mois: 2

Bandes dessinées lues durant le mois: 1

lectures novembre 2020B6A6A68D-257E-4B8D-AFF1-53D3A86A7F9B

Je suis navrée j’ai beaucoup de retard dans mes chroniques, j’espère que vous ne m’en voudrez pas trop 😉 le mois de novembre a été très riche en lectures (le mois de décembre sera beaucoup plus calme). Vous aurez comme d’habitude mes chroniques roman par roman dans les jours/semaines à jour.

Les romans du mois passé étaient tous placés sous le signe de l’évasion!

J’ai été dépaysée par du miel sous les galettes de Roukiata Oueadraogo où l’on suit une famille dont le papa a été accusé à tort d’escroquerie, j’en ai parlé juste ici !

J’ai ensuite voyagé à travers les Etats-Unis avec mille femmes blanches de Jim Fergus, fantastique roman qui nous montre encore une fois (s’il fallait encore une preuve) de la bêtise du genre humain et son inhumanité.

Excellente lecture également avec là où chantent les écrevisses de Delia Owens, un roman qui nous prend au tripes et dont j’ai adoré les personnages principaux.

Deux petites déceptions pour nuits appalaches de Chris Offut et les aérostats d’Amélie Nothomb que j’ai trouvé trop courts, trop abrupts et pas assez aboutis.

J’ai adoré la dystopie l’année de grâce de Kim Liggett que j’ai trouvé intelligent et féministe!

Gros coup de coeur également pour rêver de Franck Thilliez que j’ai trouvé incroyable tant l’auteur arrive à nous balader entre rêves et réalité tout en restant d’une cohérence folle.

J’ai également replongé dans la première vague du Coronavirus en Suisse avec la cellule enquête Tamedia, dont je vous avais parlé juste ici. Le livre est écrit à la manière d’un roman d’espionnage ce qui le rend très accessible.

Côté mangas, j’ai continué ma lecture de la petite faiseuse de livres avec le tome II, j’aime toujours l’univers tout doux de ce manga qui fait du bien. J’ai également dévoré le tome 20 de Darwin’s Game, une espèce de Battle Royale dans laquelle les participants basculent après avoir téléchargé l’application Darwin’s Game. Violent à souhait mais l’univers est vraiment intéressant et les personnages ont quand même de la profondeur.

Et pour terminer, j’ai lu le 4ème tome de la série la boîte à musique; la mystérieuse disparition de Gijé et Carbone et j’adore toujours autant l’ambiance feutrée de cette bande dessinée et ses personnages toujours passionnés par leurs missions. Les dessins et les couleurs sont à tomber! Le tome 4 finit sur un cliffhanger de malade donc je me réjouis vraiment du tome 5 🙂

Et vous, qu’avez-vous lu le mois passé?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

J’ai lu: Les petits soleils de chaque jour d’Ondine Khayat

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre Les petits soleils de chaque jour d’Ondine Khayat.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 224 pages

Maison d’édition: Pocket

Date de parution (dans cette édition):28 juin 2018

4ème de couverture:

Clélie vit une retraite paisible, après avoir fait le bonheur des clients de la boulangerie Destempes pendant plus de quarante ans. Mais à l’aube de l’été, Colline, la petite-fille de la maison, bouleversée par le divorce de ses parents, désespère et dépérit. Touchée par la détresse de cette enfant de neuf ans, Clélie lui propose de passer les grandes vacances avec elle et lui présente ses voisins et amis qui vont, chacun à sa manière, répondre à ses interrogations sur le sens de la vie, et l’aider à trouver sa place dans le monde.

Pour apprendre à se réjouir des petits soleils de chaque jour.

Mon avis:

Ce roman, qui m’a été prêté par ma maman, m’a beaucoup plu car je l’ai trouvé tendre et touchant. On y suit donc la petite Colline, neuf ans, effondrée par l’annonce du divorce de ses parents. Même si on père n’est jamais là et ne tient jamais ses promesses, elle refuse de voir la réalité en face et se referme comme une huître.

Clélie, ancienne employée de la boulangerie qui est aussi son amie et confidente va la prendre sous son aile le temps des vacances d’été et va lui faire rencontrer tous ses voisins qui vont l’un après l’autre aider Colline à s’apaiser et à trouver des réponses à ses questions.

L’espace d’un été, Colline mûrit énormément et apprend à s’ouvrir aux autres.

Ce roman feel good qui fait du bien au moral, un peu à la Agnès Ledig (mais sans le gros drame qui fait pleurer) on sourit souvent et on s’attache beaucoup à la petite Colline à qui j’ai eu envie de faire un gros câlin de réconfort.

Un joli roman sur les relations intergénérationnelles, qui arrive à nous faire croire que tout est possible quand on est entouré de gens aimants et prévenants et nous fait apprécier les petits bonheurs simples de la vie. Ce livre est une petite friandise que j’ai dévoré avec gourmandise!

Ma note: ♥♥♥♥

J’ai lu: Seuls les poissons de Françoise Kerymer

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de Seuls les poissons de Françoise Kerymer.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 480 pages

Maison d’édition: Pocket

Date de parution (dans cette édition):24 octobre 2013

4ème de couverture:

À Paris, Marie ressasse des pensées solitaires. Alex, son mari, a rejoint Corfou pour se consacrer au piano, et ses filles ont leurs propres défis à relever. Sarah, mère célibataire, dirige seule l’entreprise familiale depuis la disparition de son compagnon. Quant à Elsa, son  » petit phare de l’autre côté de l’Atlantique « , elle a intégré une unité de recherche en médecine.
Mais le passé refait brutalement surface. Et de Paris à New York, de Corfou à la Bretagne, ce sont les vies de tous les membres de la famille qui vont soudain basculer.

Mon avis:

J’ai fait assez long pour entrer dans l’histoire tant j’ai été agacée par le personnage d’Elsa (la plus jeune fille) qui continue à cacher des choses à tout le monde et ne fait confiance à personne. Elle fait un peu son « caliméro » ce qui m’a un peu dérangée.

La vérité, c’est qu’Elsa se sent toute petite devant sa grande sœur qui domine sa vie, son monde et son avenir.

Dès le début du roman, on comprend que Gabriel, le chéri de Sarah, a disparu en mer, apparemment attaqué par des trafiquants. Toute la famille est bouleversée (à différents niveaux et pour des raisons différentes) par ce drame et essaient de se reconstruire. Mais Gabriel réapparait un an après à New-York et Elsa va s’occuper de lui dans le plus grand secret…(et surtout sans le dire à sa sœur Sarah qui a quand même eu un bébé avec!)

J’ai eu de la peine à comprendre Marie, la mère, libraire à Paris, qui souffre du départ de son compositeur de mari mais ne veut pas se l’avouer ni le rejoindre. Elle se laisse aller et dépérit. Lui-même commence un peu à déprimer mais ne fait rien pour changer cet état.. Du coup, toute la famille est dans une sortie de léthargie… Comme si la disparition de Gabriel avait tout fait éclater en morceaux. Mais il suffit d’un grain de sel, de rencontres et de retrouvailles pour que tout le monde retrouve son équilibre et sa place dans la famille.

J’ai aimé le fait que l’on suive les différents membres de la famille à chaque chapitre, et toujours à la première personne du singulier, un peu comme un journal, cela nous rend plus proche des personnages. Finalement, chacun a ses petits secrets et n’est pas vraiment honnête ni avec lui-même ni avec les autres.

Mention spéciale à Sarah, la jeune mère de famille qui se bat pour que son entreprise ne coule pas et éduquer seule le petit garçon qu’elle a eu avec Gabriel. C’est le personnage que j’ai le plus apprécié, elle est droite dans ses bottes et ne se laisse jamais abattre.

J’ai aussi beaucoup aimé la sœur de Marie, Anne, effondrée après le départ mystérieux de son amour Carlos mais qui retrouve le sourire (en tout bien tout honneur) grâce au talentueux Ahmed, l’un des élèves de son cours de sculpture. L’attitude zen d’Anne et sa façon d’être, forte, fragile et drôle à la fois m’ont vraiment plus.

J’ai également apprécié le personnage de Dave, ce professeur en psychiatrie qui essaie de séduire Elsa mais qui sait attendre son heure… tout en restant là pour elle.

Ce roman souffre de quelques longueurs ce qui fait qu’il y a un déséquilibre au niveau du rythme mais rien de grave, j’ai tout de même passé un chouette moment de lecture!

Ma note: ♥♥♥

Mes achats livres du mois de juillet 2014 [vidéo] + mon défi !

Un petit article hors beauté puisque j’ai posté ce week-end la vidéo de mes achats livres à la Fnac de Strasbourg ! En effet, j’ai profité d’un petit séjour en Alsace pour « renflouer » ma PAL 🙂 voici donc ma vidéo et les résumés trouvés sur Amazon des livres dont j’ai fait l’acquisition 🙂 http://www.youtube.com/watch?v=54Ub7uI6Yw4

Mille femmes blanches de Jim Fergus, Pocket, 506 pages

En 1875, un chef cheyenne demanda au Président Grant de lui faire présent de mille femmes blanches à marier à mille de ses guerriers afin de favoriser l’intégration de la nation indienne dans la société américaine. Prenant pour point de départ ce fait historique, Jim Fergus retrace à travers les carnets intimes d’une de ces femmes, May Dodd, les aventures, dans les terres inhospitalières et sauvages de l’Ouest américain. Elles furent recrutées pour la plupart dans les prisons ou asiles psychiatriques. Pensant jouer un tour pendable aux Indiens, les autorités américaines feront un mauvais calcul puisqu’elles les verront prendre fait et cause pour les eux dans leur lutte quotidienne. C’est qu’à l’inverse d’une société qui les traitait par le mépris, les  » peaux-rouges  » leur ont rendu leur dignité et leur statut d’Être humain.

L’enfant du Titanic de Leah Fleming, Pocket

Tout au long du XX e siècle, entre l’Angleterre et les États-Unis, l’histoire d’une improbable amitié née à bord du Titanic entre deux femmes que tout oppose, une amitié si forte qu’elle défiera les conventions sociales, les épreuves et le temps. Dans le confort luxueux du pont supérieur du Titanic, Celeste rêve au moment où elle retrouvera son petit garçon, resté avec son père dans l’Ohio. Dans les coursives des troisièmes classes, May regarde son mari et son bébé, et rêve à la nouvelle vie qui les attend en Amérique. Quelques heures plus tard, le majestueux paquebot a sombré, les deux femmes ont tout perdu. Dans le canot de sauvetage qui les emporte, May serre dans ses bras un enfant. Unies à jamais par ce qu’elles viennent de vivre, profondément transformées, Celeste et May reprennent chacune le cours de leur vie avec une détermination nouvelle. Celeste parviendra-t-elle à échapper aux règles d’un milieu étouffant et misogyne pour s’émanciper et élever seule son fils ? May, hantée par la décision qu’elle a prise cette nuit-là, pourra-t-elle un jour faire la paix avec sa conscience et révéler à son amie la terrible vérité ? Qui est vraiment l’enfant du Titanic ?

Souvenir de l’amour (Chrysis) de Jim Fergus, Pocket, 281 pages

Paris, 1925. Gabrielle  » Chrysis  » Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à l’atelier de peinture des élèves femmes de l’École des beaux-arts pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de Georges Braque. Exigeant, colérique, cet octogénaire, qui règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes, va vite réaliser que Chrysis n’est pas une élève ordinaire. Précoce, ardente et véritablement talentueuse, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu social et un monde de l’art où les hommes ont tous les privilèges. Elle va bientôt se perdre dans des plaisirs désinvoltes et devenir l’une des figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des Années folles. C’est là qu’elle va rencontrer Bogey Lambert, cow-boy américain sorti de la Légion étrangère, et vivre un amour fou…

La route de Dune de Frank & Brian Herbert, Pocket, 567 pages

Ce volume relie l’Avant et l’Après-Dune à travers des textes de Frank Herbert lui-même et demeurés inédits, qui se situent à l’époque du premier « Dune » : la fondation des Soeurs du Bene Gesserit, les Maîtres d’escrime de Ginaz, les impitoyables Harkonnen et Muad’Dib, le Kwisatz Haderach, qui marche vers son écrasant destin de prophète. Et puis, la guerre de toujours entre les Harkonnen et les Atréides dans une sublime nouvelle : «Le murmure des vents de Caladan».

Dofus, le fil pourpre de Halden (Ankama), Bayard Jeunesse

Un livre dont vous êtes le héros.

Chevaliers livre 3 de Shuky, Waltch et Novy, Makaka Editions

La BD dont vous êtes le héros !

La singulière tristesse du gâteau au citron d’Aimee Bender, Points, 330 pages

Le jour de ses 9 ans, Rose mord avec délice dans son gâteau d’anniversaire. S’ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément le mal-être éprouvé par sa mère en le préparant. Car, dans sa famille, chacun dispose d’un pouvoir unique, qu’il doit taire ; pour ces super-héros du quotidien, ce don est un fardeau. Comment supporter le monde quand la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

Dernière nuit à Twisted River de John Irving, Points, 679 pages

A Twisted River circulent des histoires… Celles que les bûcherons racontent dans la chaleur du camp, peuplées d’ours et de sensuelles Indiennes. Et celles qu’ils taisent, comme cette nuit glacée qui a vu la fuite de Dominic et de son fils, après le meurtre accidentel de la maîtresse du shérif. En cavale à travers l’Amérique, ils tentent de semer leur passé. Mais peut- on oublier Twisted River ?

A moi seul bien des personnages de John Irving, Points, 589 pages

Adolescent ardent et confus, Billy rêve de devenir écrivain. Des béguins secrets pour son beau-père ou ses camarades de classe le bouleversent. Comment lutter contre ces «erreurs d’aiguillage amoureux» ? Il tait aussi son attirance pour Miss Frost, bibliothécaire aux seins juvéniles qui l’initie au plaisir et à la littérature. Quand Billy renoncera-t-il à l’art de la dissimulation ? «Dans la lecture, comme dans l’écriture, pour faire un voyage captivant, il suffisait d’une histoire d’amour à la fois crédible et terrible.»

La ronde des Innocents de Valentin Musso, Points, 379 pages

Vincent Nimier pensait connaître son frère Raphaël. Jusqu’au jour où ce dernier est sauvagement assassiné sur un sentier des Hautes-Pyrénées. Grâce à une vidéo, Vincent découvre qu’il cachait une femme et un fils, disparus sans laisser de trace. Il se met en tête de les retrouver car la vidéo ne laisse planer aucun doute : ils sont en danger de mort.

Lacrimosa – requiem pour Sascha Tome 1 d’Alice Scarling, Milady, 312 pages

Sous ses apparences de jeune femme bien dans sa peau, Sascha dissimule de lourds secrets. Orpheline, elle ignore tout de ses origines et surtout d’où lui vient son pouvoir étrange : elle peut posséder les gens d’un simple contact, qui lui suffit à échanger de corps. Elle s’en sert pour voler et traquer les vampires qui ont massacré sa famille adoptive. Jusqu au jour où elle rencontre Raphaël. Immunisé à son pouvoir (et à ses charmes), le mystérieux jeune homme va lui donner les moyens de sa vengeance… au risque de la conduire à sa perte.

Les brumes des apparences de Frédérique Deghelt, Actes Sud, 372 pages

À l occasion d un héritage, une Parisienne dont la vie bourgeoise ne souffre aucune remise en question se révèle médium, à l aube de ses quarante ans. Cette faculté, d abord violemment refusée, va bouleverser sa vie et l obliger à reconsidérer son existence.

Love letters to the dead d’Ava Dellaira, Michel Lafon, 319 pages

 » Je sais que May est morte. Je veux dire, j’en suis consciente mais j’ai l’impression que c’est pas pour de vrai. Qu’elle est toujours là, avec moi. Qu’une nuit, elle rentrera par la fenêtre après avoir fait le mur et me racontera ses aventures. Peut-être que si j’arrive à lui ressembler plus, je saurai mieux vivre sans elle.  » À son arrivée au lycée, Laurel a comme premier devoir de rédiger une lettre pour un mort. Elle décide d’écrire à Kurt Cobain, et c’est ainsi que débute une année de correspondance à sens unique avec des acteurs, musiciens et poètes disparus, qui ont tous joué un rôle important dans la vie de la jeune fille. Au travers de ses lettres, elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Et révèle, surtout, comment elle parvient à surmonter la mort de sa sœur. Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente et faire face à ce qui s’est réellement passé la nuit où May est décédée.  » Love Letters to the Dead est plus qu’un roman stupéfiant, c’est la naissance d’un grand auteur qui n’a pas peur de prendre des risques.  » Stephen Chbosky

Il est de retour de Timur Vermes, Belfond, 405 pages

A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise… Hitler est ravi qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l’estocade qui lui permettra d’accomplir enfin ce qu’il n’avait pu achever… Comme évoqué dans la vidéo, étant donné que j’ai beaucoup de livres dans ma PAL (pile à lire) j’ai décidé de me lancer un petit défi : lire 20 livres de ma PAL avant de racheter quoi que ce soit ! (niveau livres hein) pour celles ou ceux qui n’avaient pas suivi (je l’avais déjà posté sur ma page facebook), voici la liste : 1. La patience du diable de Maxime Chattam 2. Les brumes de l’apparence de Frédérique Deghelt 3. Joyland de Stephen King 4. Dr Sleep de Stephen King 5. Une autre idée du bonheur de Marc Levy 6. Incurables de Lars Kepler 7. la maison des chagrins de Victor Del Arbol 8. Le grand coeur de Jean-Christophe Rufin 9. Plonger de Christophe Ono-dit-Biot 10. Aurevoir là-haut de Pierre Lemaître 11. La sélection tomes 1-2-3 de Kiera Cass 12. Richard coeur de lion tomes 1 et 2 de Mireille Calmel 13. Aliénor tome 1 et 2 de Mireille Calmel 14. Le lit d’Aliénor de Mireille Calmel 15. un éternité plus tard de Nicolas Carteron 05.08.2014* 16. elle était si jolie de Nicolas Carteron 17. Se souvenir des beaux lendemains de Nicolas Carteron 18. Percheron tomes 1-2-3 de Fiona McIntosh 19. Il est de retour de Timur Vermes 20. Leilan de Magali Ségura *date à laquelle j’ai terminé le livre. Bien sûr, j’ai le droit de lire d’autres livres de ma PAL, mais ça ne compte pas ! Et comme j’ai aussi plusieurs livres de la bibliothèques à terminer, je ne vais pas pouvoir avancer tout de suite dans mon défi mais je vous tiendrai au courant, dites-moi si cela vous intéresse 🙂 Et vous, vous lisez quoi en ce moment ? bisous !