J’ai lu: La beauté du ciel de Sarah Biasini

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre La beauté du ciel de l’autrice Sarah Biasini. Il s’agit de son premier roman. (Je ne sais pas vraiment si on peut l’appeler « roman » étant donné qu’il est autobiographique.

Petit anecdote d’ailleurs: la photo de ce livre sur instagram a reçu 4x plus de likes que toutes mes autres lectures, apparemment Romy Schneider a encore beaucoup beaucoup de fans. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

la beauté du ciel

Nombre de pages: 144 pages

Maison d’édition: Stock

Date de parution (dans cette édition): 6 janvier 2021

4ème de couverture:

« Un matin de mai, le téléphone sonne, je réponds, « Bonjour, gendarmerie de Mantes-la-Jolie, la tombe de votre mère a été profanée dans la nuit. »  »

Une femme écrit à sa fille qui vient de naître. Elle lui parle de ses joies, ses peines, ses angoisses, et surtout d’une absence, celle de sa propre mère, Romy Schneider.  Car cette mère n’est pas n’importe quelle femme. Il s’agit d’une grande star de cinéma, inoubliable pour tous ceux qui croisent le chemin de sa fille.

Dans un récit fulgurant, hanté par le manque, Sarah Biasini se livre et explore son rapport à sa mère, à la mort, à l’amour. Un texte poétique, rythmé comme le ressac, où reviennent sans cesse ces questions :  comment grandir quand on a perdu sa mère à quatre ans ? Comment vivre lorsqu’on est habitée par la mort et qu’elle a emporté tant de proches ? Comment faire le deuil d’une mère que le monde entier idolâtre ?  Comment devenir à son tour mère ?

Mon avis:

Ce roman est un hymne à l’amour maternel. C’est également un questionnement sur la façon d’être mère alors qu’on n’a presque aucun souvenir de la sienne, partie bien trop tôt et dont les souvenirs qu’on en a nous ont été racontés par notre entourage. Comment devenir mère soi-même sans se faire emporter par cette vague qu’est la notoriété de notre mère défunte ? Comment être à la hauteur?

C’est à toutes ces questions que tente de répondre Sarah Biasini, fille de l’illustre Romy Schneider, alors qu’elle est enceinte de sa fille. 

L’écriture sensible et à fleur de peau de ce livre m’a beaucoup plu car on sent que Sarah Biasini est encore très touchée par le fait de ne pas vraiment avoir connu sa mère. De ne la connaître que par le biais des films dans lesquels elle jouait. Du coup, elle n’a pas l’impression de la connaître mieux que tous ses fans.

De ce fait, elle se sent comme dépossédée de son chagrin en tant que petite fille qui a perdu sa maman… et même si elle a été très entourée étant petite, elle ressent toujours ce manque et ce trou dans son cœur qu’elle espère voir comblé en devenant elle-même maman.

On suit donc son parcours comme maman, d’abord durant sa grossesse, ses questionnements, etc. Ensuite à la naissance de sa fille, sa peur de disparaître et de ne pas voir sa fille grandir comme sa propre mère. On la sent fragile et forte à la fois. Fragile dès qu’il s’agit de sa mère et forte quand il s’agit de sa petite fille pour qui elle veut être un modèle de stabilité. 

Un magnifique livre sur la transmission mère-fille et sur un deuil impossible. 

La plume de Sarah Biasini est très agréable à lire, le style est fluide et les chapitres très très courts (2-3 pages max).

Ce roman m’a beaucoup touchée (étant moi-même maman de deux petites filles) et je l’ai dévoré en deux soirs à peine. 

Un bijou.

 

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: La vie en chantier de Pete Fromm

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de La vie en chantier de Pete Fromm.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 384 pages

Maison d’édition: Gallmeister

Date de parution (dans cette édition): 5 septembre 2019

4ème de couverture:

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et travaillent ensemble. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur vie s’en trouve bouleversée, mais le couple est prêt à relever le défi. Avec leurs modestes moyens, ils commencent à retaper leur petite maison de Missoula, dans le Montana, et l’avenir prend des contours plus précis. Mais lorsque Marnie meurt en couches, Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec sa fille nouvellement née sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Mon avis:

J’ai acheté ce roman car ses thématiques (la paternité et le deuil) me parlaient et que j’en avais lu une bonne critique dans le magazine Elle. De plus, il était recommandé par François Busnel de la Grande Librairie du coup forcément, j’étais curieuse de le lire!

Au début, on rencontre donc Taz et Marnie – un jeune couple qui croque la vie à pleines dents – qui font l’acquisition d’une vieille maison qu’ils projettent de rénover ensemble, malgré leurs maigres moyens financiers.

Leur bonheur fait plaisir à voir et on envie leur relation qui semble si harmonieuse. Quand Marnie meurt après avoir donné naissance à leur petite fille, Midge, Taz est complètement désorienté, déboussolé. Ce n’était pas du tout ce qui était prévu.

On assiste ensuite au long deuil de Taz, complétement désemparé et démuni face à cette petite chose qu’est sa fille. Heureusement son meilleur ami est là pour l’aider ainsi que sa belle-mère qui l’aident à remonter la pente. La belle-mère m’a particulièrement touchée car malgré le fait qu’elle soit détruite par la mort de sa fille Marnie, elle va de l’avant et essaie d’aider du mieux qu’elle peut son beau-fils.

Comme il doit quand même travailler pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille (et un bébé coûte cher, c’est connu), il cherche une baby-sitter et tombe sur Elm, serveuse dans un bar, et décide de l’engager pour s’occuper de sa fille.

La jeune femme prend très vite une place énorme dans le cœur de Midge et fait peu à peu son nid dans la vie de Taz, sans ambiguïté aucune (au début tout du moins). Elle est là pour panser les plaies et offrir une présence féminine à Midge, tout en soutenant Taz dans ses tâches quotidiennes.

Elmo deviendra vite essentielle à l’équilibre un peu précaire de cette petite famille.

J’ai trouvé ce « retour à la vie » de Taz très beau et vraiment bien écrit… du désespoir du début, à la résignation et finalement l’acceptation qu’il ne reverra plus jamais sa douce Marnie mais que la vie doit malgré tout continuer… pour Midge bien sûr mais également pour lui.

J’ai adoré la plume fine et  sensible de Pete Fromm, j’ai littéralement dévoré ce livre en deux jours tant il m’a passionnée. Les personnages sont attachants et on se soucie vraiment de leur sort. Le sujet est triste mais on ressort de notre lecture émerveillé par la chance qu’on a d’être en vie et de pouvoir profiter des gens qu’on aime.

Un bijou.

(Et oui, j’ai acheté tous les autres romans de l’auteur haha)

Ma note: ♥♥♥♥♥