J’ai lu: La beauté du ciel de Sarah Biasini

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre La beauté du ciel de l’autrice Sarah Biasini. Il s’agit de son premier roman. (Je ne sais pas vraiment si on peut l’appeler « roman » étant donné qu’il est autobiographique.

Petit anecdote d’ailleurs: la photo de ce livre sur instagram a reçu 4x plus de likes que toutes mes autres lectures, apparemment Romy Schneider a encore beaucoup beaucoup de fans. 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

la beauté du ciel

Nombre de pages: 144 pages

Maison d’édition: Stock

Date de parution (dans cette édition): 6 janvier 2021

4ème de couverture:

« Un matin de mai, le téléphone sonne, je réponds, « Bonjour, gendarmerie de Mantes-la-Jolie, la tombe de votre mère a été profanée dans la nuit. »  »

Une femme écrit à sa fille qui vient de naître. Elle lui parle de ses joies, ses peines, ses angoisses, et surtout d’une absence, celle de sa propre mère, Romy Schneider.  Car cette mère n’est pas n’importe quelle femme. Il s’agit d’une grande star de cinéma, inoubliable pour tous ceux qui croisent le chemin de sa fille.

Dans un récit fulgurant, hanté par le manque, Sarah Biasini se livre et explore son rapport à sa mère, à la mort, à l’amour. Un texte poétique, rythmé comme le ressac, où reviennent sans cesse ces questions :  comment grandir quand on a perdu sa mère à quatre ans ? Comment vivre lorsqu’on est habitée par la mort et qu’elle a emporté tant de proches ? Comment faire le deuil d’une mère que le monde entier idolâtre ?  Comment devenir à son tour mère ?

Mon avis:

Ce roman est un hymne à l’amour maternel. C’est également un questionnement sur la façon d’être mère alors qu’on n’a presque aucun souvenir de la sienne, partie bien trop tôt et dont les souvenirs qu’on en a nous ont été racontés par notre entourage. Comment devenir mère soi-même sans se faire emporter par cette vague qu’est la notoriété de notre mère défunte ? Comment être à la hauteur?

C’est à toutes ces questions que tente de répondre Sarah Biasini, fille de l’illustre Romy Schneider, alors qu’elle est enceinte de sa fille. 

L’écriture sensible et à fleur de peau de ce livre m’a beaucoup plu car on sent que Sarah Biasini est encore très touchée par le fait de ne pas vraiment avoir connu sa mère. De ne la connaître que par le biais des films dans lesquels elle jouait. Du coup, elle n’a pas l’impression de la connaître mieux que tous ses fans.

De ce fait, elle se sent comme dépossédée de son chagrin en tant que petite fille qui a perdu sa maman… et même si elle a été très entourée étant petite, elle ressent toujours ce manque et ce trou dans son cœur qu’elle espère voir comblé en devenant elle-même maman.

On suit donc son parcours comme maman, d’abord durant sa grossesse, ses questionnements, etc. Ensuite à la naissance de sa fille, sa peur de disparaître et de ne pas voir sa fille grandir comme sa propre mère. On la sent fragile et forte à la fois. Fragile dès qu’il s’agit de sa mère et forte quand il s’agit de sa petite fille pour qui elle veut être un modèle de stabilité. 

Un magnifique livre sur la transmission mère-fille et sur un deuil impossible. 

La plume de Sarah Biasini est très agréable à lire, le style est fluide et les chapitres très très courts (2-3 pages max).

Ce roman m’a beaucoup touchée (étant moi-même maman de deux petites filles) et je l’ai dévoré en deux soirs à peine. 

Un bijou.

 

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: Les petites merveilles de Lena Walker

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les petites merveilles de Lena Walker. Il s’agit d’un emprunt bibliothèque 🙂

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

5546F49B-0942-4A0D-9140-2FA6D72A12B1

Nombre de pages: 286 pages

Maison d’édition: Michel Lafon

Date de parution (dans cette édition): 9 juillet 2020

4ème de couverture:

Licenciée de son emploi de libraire qu’elle adorait, Eva se retrouve nounou pour les enfants d’une riche famille du très chic Ve arrondissement parisien.
Mais en acceptant ce travail, la jeune femme était loin d’imaginer que sous leurs airs d’enfants modèles Arthur, Rose et Louis lui donneraient tant de fil à retordre.
Aussi gaffeuse qu’attachante, Eva devra redoubler de patience et d’ingéniosité pour apprivoiser ces trois petits monstres et leur rendre le sourire.

Mon avis:

Un roman qui est plus qu’un roman feel-good car il aborde également des thèmes comme le harcèlement scolaire ainsi que le mal-être des enfants dont les parents ne s’occupent pas assez car ils sont toujours trop occupés par leur réussite professionnelle.

Eva va devoir trouver une solution pour gagner sa vie quand elle apprend que la librairie où elle travaille va fermer ses portes prochainement. Afin d’aider le propriétaire à remonter les comptes de sa boutique, elle accepte de travailler gratuitement et trouve un poste de baby-sitter dans une famille aisée afin de gagner un peu d’argent quand même, même si elle vit encore chez sa mère.

Eva n’aime pas trop le changement et c’est pour cela qu’elle ne s’est toujours pas décidée à quitter le cocon familial. En acceptant ce poste de baby-sitter elle sort tout de même de sa zone de confort car elle ne s’est quasiment jamais occupée d’enfants. Elle s’attache cependant assez rapidement à ces trois enfants et les prend sous son aile pour leur offrir une stabilité qu’ils peinent à avoir avec leurs parents.

J’ai aimé également le fait qu’Eva fasse des pieds et des mains afin que la librairie tienne bon et ne doive pas fermer. C’est une jeune femme vraiment très attachante qui s’investit beaucoup dans tout ce qu’elle fait. Elle se plie en quatre afin que tous ceux qui l’entoure soient heureux.

Je dois avouer que je me suis retrouvée par bien des aspects dans sa personnalité têtue mais toujours pleine de bonne volonté.

Bien évidemment que j’ai adoré ce roman qui regroupe tout ce dont j’avais besoin à l’instant où je l’ai lu. En effet, c’est un livre qui fait du bien à l’âme, qui redonne du courage et de l’allant, un très bon remède en ces temps assombris par la pandémie du COVID 19.

Un roman plein d’amour, d’amitié et surtout de tendresse, un joli coup de cœur pour ma part!

Ma note: ♥♥♥♥♥

J’ai lu: Frangines d’Adèle Bréau

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Frangines d’Adèle Bréau. Il s’agit d’un emprunt bibliothèque 🙂

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

AB82F600-AEBE-4F84-B636-E2FEBCA5CAE6 - Copie

Nombre de pages: 350 pages

Maison d’édition: JC Lattès

Date de parution (dans cette édition): 10 juin 2020

4ème de couverture:

Mathilde, Violette et Louise sont sœurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence.
Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard.
Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente.
Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.

Mon avis:

J’ai trouvé l’écriture de ce roman très agréable, on entre très vite dans l’histoire et les dialogues sont vraiment bien écrits.

Je me suis très vite attachée à ces sœurs très différentes les unes des autres mais qui secrètement s’admirent mutuellement.

Toutes trois se retrouvent dans la maison d’enfance habitée par leur maman, leur père ayant quitté le foyer familial l’année précédente.

Cette séparation est très mal vécue par les trois filles, même si celles-ci sont adultes. Effectivement, on espère toujours que nos parents resteront pour toujours ensemble…

Le personnage qui m’a le plus touché est Violette, la cadette, qui se dévalorise sans cesse et qui sort d’une relation compliquée où elle se faisait malmener par son compagnon. Heureusement, sa fille qui entre dans l’adolescence est là pour lui rappeler qu’elle est une super maman.

Mathilde, l’aînée, dont la vie doit être millimétrée sans quoi la machine se grippe et s’emballe… fissurant le vernis de perfection dont elle a enduit sa vie. Elle est très sûre d’elle et mène tout le monde à la baguette!

La benjamine, Louise, est la seule qui est restée proche de sa maman géographiquement parlant et c’est finalement elle qui souffre le plus de la situation car elle aide énormément sa maman. Difficile dans ces conditions de vraiment construire sa vie de son côté sans passer pour une lâcheuse tant par sa mère que par ses sœurs (ces ingrates!). Elle garde tout ses soucis pour elle et cela commence à lui peser…Elle a je pense le rôle le plus dur car née des années après ses sœurs, elle s’est toujours sentie un peu mise à l’écart par les deux « grandes ».

Ce roman parle de secrets de famille, de la façon dont nous appréhendons les changements dans nos vies et surtout, il parle d’amour et de liens familiaux.

Un joli roman que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire!

Ma note: ♥♥♥♥