[SP] J’ai lu: Les enfants de l’avenir tome 3; Don maudit de Cynthia Jhaveri

Hello à tous,

Je reviens aujourd’hui pour vous parler du 3ème et dernier tome de la saga Les Enfants de l’Avenir, Don Maudit , reçu de la part de son auteure, Cynthia Jhaveri. Si mon avis sur les deux premiers tomes vous intéresse, vous pouvez les trouver ici et ici.

Nombre de pages: 124 pages

Editeur: Editions Eclectica

Date de parution:  juillet 2020

Résumé:

Après avoir renversé le gouvernement en place qui oblige les jeunes gens à se marier et à faire 4 enfants, Kara a pris la présidence de Lifeland aux côtés de ses amis et s’empresse d’abroger cette loi. Cependant, le gouverneur Fate, le plus dangereux de tous, court toujours et est prêt à tout pour reprendre le pouvoir…quitte à s’en prendre aux porteur du Don. Kara saura-t-elle protéger son peuple de cette menace ?

Mon avis:

J’ai été heureuse de retrouver Kara et ses amis, Cory, Hawk et Mercy dans ce dernier tome de la saga Les Enfants de l’Avenir. Au fil des tomes, Kara prend confiance en elle, même si elle a des moments de doutes, elle prend beaucoup plus de décisions seule même si elle tient compte de l’avis de ses amis. Elle ne se fait cependant plus influencer par ceux-ci, on sent qu’elle a beaucoup mûri et prend vraiment à cœur ses nouvelles responsabilités. Elle croit cependant toujours que les gens peuvent changer du tout au tout et accorde un peu vite sa confiance, ce qui l’amène à se faire rouler dans la farine plus d’une fois.

J’aime le fait que le personnage principal de cette série soit une jeune femme forte qui doit faire face aux pires difficultés et dangers pour lutter pour ses idéaux. Elle arrive à faire entendre sa voix malgré son inexpérience et son apparente fragilité. Girl power !

Cory, son éternel prétendant, est plus effacé dans ce dernier tome, il ne se fait pas trop remarquer, contrairement aux tomes précédents et cela fait du bien de le sentir plus apaisé lui aussi. Il arrive à se faire à l’idée que Kara n’est pas faite pour lui et ne s’immisce plus dans sa relation avec Hawk.

Hawk, quant à lui, a perdu un peu de son mystère, je l’ai trouvé plus lisse dans ce dernier tome et j’avoue que je préférais son côté « bad boy » des premiers tomes !

J’ai aimé que les personnages de Mercy, l’ex-soldat spécial de l’armée de Fate, et Tara, l’une des sœurs de Kara, aient un rôle plus important que dans les tomes précédents, cela change du trio amoureux Kara/Cory/Hawk et ils apportent un vent de renouveau. Tara est vraiment bienveillante envers sa sœur et Mercy a beaucoup d’admiration pour Kara et serait prêt à tout pour la servir.

J’ai trouvé intéressant d’apprendre d’où venait le Don, même si je ne veux pas vous en dire plus pour ne pas vous gâcher la surprise !

L’auteure a su construire un univers cohérent et original, une dystopie qui sort des standards du genre. 

Les personnages sont attachants et on prie pour qu’il ne leur arrive rien, surtout qu’ils se comportent souvent de manière irréfléchie !!

Le livre se lit super rapidement (comme les autres tomes d’ailleurs) et j’ai aimé le fait que l’auteure n’ait pas bâclé la fin, tous les événements se passent assez rapidement mais c’est également dû au format court de cette trilogie (plus ou moins 360 pages en tout).

Un détail encore mais cela a son importance également (surtout quand on ne connait pas encore l’auteur d’un livre), je trouve les couvertures très jolies et l’objet livre est agréable à tenir en main, la couverture est souple mais est très qualitative, une espèce de papier glacé mat du plus bel effet.

Tout ça pour vous dire que cette saga vaut la peine qu’on s’y intéresse et Cynthia Jhaveri est définitivement une auteure à suivre!

Ma note: ♥♥♥♥

 

Un grand merci à Cynthia Jhaveri pour sa confiance et l’envoi de son roman !

logo Badgeekette

[SP] J’ai lu: Les enfants de l’avenir tome 2; Eprits en guerre de Cynthia Jhaveri

Hello à tous,

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un roman reçu de la part de son auteure, Cynthia Jhaveri. J’avais eu l’opportunité de la rencontrer lors du salon du livre de Genève l’année passée et je lui avais acheté le premier tome de sa saga (la suite n’était pas encore écrite!). Si mon avis sur cet premier tome vous intéresse, vous pourrez le retrouver ici. Au mois de mars, elle m’a contactée pour savoir si j’étais intéressée à recevoir le tome 2 des Enfants de l’Avenir, Esprits en guerre pour en parler sur mon blog. Bien sûr, j’ai tout de suite accepté car j’avais beaucoup aimé le tome 1 et que je ne raterais jamais une occasion de parler d’auteur(e)s suisses.

5AC9B676-318B-40E7-BB75-ED6B5F178E6D

Nombre de pages: 111 pages

Editeur: Editions Eclectica

Date de parution: mars 2020

Résumé:

L’histoire prend place à Lifeland, un monde où les habitants sont forcés de se marier jeunes et de faire 4 enfants pour « repeupler » la terre. Les familles sont choyées et leur vie est douce, comme dans une bulle de coton. Kara, jeune femme qui refuse ce destin qui lui est imposé, s’enfuit et rejoint un groupe de rebelles qui a élu domicile dans la forêt. Elle fera également la connaissance de Hawk, un beau « chasseur » sensée la ramener sur le droit chemin et Cory, jeune homme qui comme elle s’oppose à la dictature.

Mon avis:

Il est difficile pour moi de trop vous en dire car comme il s’agit d’un tome 2, j’aurais peur de vous spoiler sur le tome 1 et même sur le second.

Dans ce 2ème tome, Kara doit prendre de lourdes décisions pour l’avenir du groupe de rebelles dont elle a pris la tête car il faudra bientôt passer à l’action pour révéler au monde ce qui se trame réellement lors de la mise à la retraite des parents. Elle doit également faire un choix entre Cory et Hawk, tous deux fous amoureux d’elle. De plus, son don de manipulation des esprits gagne en puissance et elle arrive de mieux en mieux à le maîtriser.

Cory par contre a de la peine à apprendre de ses erreurs et est toujours aussi impulsif, quitte à se mettre ainsi que ses amis en danger.

Hawk, quant à lui, est fidèle à lui-même, efficace, franc et mystérieux. Il reste mon personnage favori.

Comme les deux garçons dont la rivalité n’est plus à prouver, Kara commence à éprouver elle aussi de la jalousie envers Lucinda, l’ex petite-amie de Hawk qui a rejoint le camp des rebelles.

Des dissensions voient le jour dans le groupe des rebelles entre ceux qui portent le don et ceux qui ne l’ont pas… Une sorte de parallèle entre les riches et les pauvres.

Certains prônent également la non-violence et d’autres veulent juste rendre la monnaie de leur pièce aux Elus et Kara a de la peine à réfréner les ardeurs des uns et des autres.

Rivalités, amour et prises de pouvoir sont donc au cœur de ce second tome que j’ai je dois le dire dévoré en une heure.

Le format très court du roman fait que chaque phrase compte, Cynthia Jhaveri ne se perd pas dans des descriptions inutiles à l’histoire, elle ne meuble pas ce qui est très appréciable.

J’ai vraiment aimé l’univers que l’auteure mis en place que je trouve original et qui renouvelle le genre de la dystopie. Le second tome finit par un événement choc et nous donne envie d’avoir vite la suite entre les mains !

En principe il devrait s’agir d’une trilogie et le troisième tome est normalement prévu pour cet été. La suite promet d’être riche en rebondissements ! J’ai vraiment hâte !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Un grand merci à Cynthia Jhaveri pour sa confiance et l’envoi de son roman !

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de mai 2019

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de mai 2019.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

La tresse – Laetitia Colombani

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Grasset

Date de parution (dans cette édition): 10 mai 2017

Résumé: 

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Mon avis: 

J’avais lu tellement de critiques positives de ce roman que j’avais un peu peur de le lire. Je ne sais pas vous, mais moi je me méfie toujours quand les critiques sont unanimement dithyrambiques !! J’ai apprécié ma lecture, mais ce que je reproche à ce livre, c’est le fait que finalement, dès le début pour ma part, je savais déjà comment cela allait se terminer.  Et finalement, j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas assez fouillés, le livre reste très en surface de la vie et des caractères de ses protagonistes. C’est cependant un livre qui se lit très vite et avec lequel on passe un bon moment, une sorte de conte moderne mettant en scènes des femmes au caractère fort et inspirant.

Ma note: ♥♥♥

 

La vérité à propos d’Alice – Katherine Webb

Nombre de pages: 672 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 avril 2016

Résumé: 

Angleterre, 1821. En épousant Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Mais derrière le commerçant affable se cache un homme colérique et opportuniste… Pour tromper l’ennui, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn de lui faire rencontrer son fils reclus, Jonathan, vétéran de la guerre d’Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les apparences masquent de profondes failles : pourquoi Jonathan réagit-il si vivement à sa vue ? Qui était Alice, sa fiancée disparue et à qui Rachel ressemble si fortement ?
Décidée à percer le secret de la maison Alleyn, Rachel n’a bientôt plus qu’une idée en tête : découvrir la vérité à propos d’Alice…

Mon avis: 

Bon déjà vous savez (peut-être) que j’adooooooore (désolée si vous ai mis la chanson dans la tête haha) les romans dont l’intrigue se passe dans les années 1800 ou début des années 1900. J’adore m’imagniner les belles toilettes (je parle des habits hein!) de ces dames et les jolis atours de ces messieurs. Ce roman a été vraiment une belle découverte pour moi car il m’a permis de connaître son auteure que je ne connaissais pas mais dont j’ai étrangement encore 1 ou 2 livres dans ma pal ! J’ai aimé le personnage principal, cette jeune femme qui a fait un mariage plus ou moins arrangé et qui doit supporter un mari brutal et sans bonnes manières et tenir compagnie à une homme hanté par le souvenir de la femme qu’il aimait et qui a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. On sent le drame sous-jacent depuis le début du livre et le dénouement ne nous laisse pas en reste. Ce roman se lit d’une traite, il est passionnant et romanesque à souhait. Je ne peux pas trop vous en dire, je déteste en dire trop (vous avez toujours le résumé ci-contre pour vous donner une idée du roman) mais sachez juste que j’ai passé un excellent moment de lecture, sans m’ennuyer une seule seconde. Royal !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Tout ce qui nous répare – Lori Nelson Spielman

Nombre de pages: 456 pages

Editeur: Cherche-Midi

Date de parution (dans cette édition): 18 octobre 2018

Résumé: 

Fais la paix avec ton passé. Ton avenir en dépend.

Erika Blair a tout pour être heureuse : une carrière au sommet et deux filles magnifiques. Sa vie sombre brutalement lorsque l’aînée, Kristen, meurt dans un accident. Entre culpabilité dévorante et déni obstiné, Erika et sa fille cadette, Annie, s’éloignent peu à peu, chacune prisonnière de son propre chagrin.
Erika reçoit un jour un mail anonyme :  » Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t’apaise.  » Elle reconnaît cette citation, tirée d’un cahier qu’elle a préparé avec amour pour ses filles, dans lequel elle a consigné les sages paroles de sa mère et de sa grand-mère. Qui peut bien lui avoir envoyé ce message et ceux qui suivront ? Des indices, semés entre les lignes, orientent Erika vers l’île de son enfance, Mackinac. Ce n’est qu’en remontant là-bas le fil de son passé torturé qu’elle pourra retrouver le chemin vers ses filles.

Mon avis: 

J’avais adoré le premier roman de cette auteure (demain est un autre jour) et déjà moins le second (un doux pardon) mais là, même si je n’ai pas retrouvé le feu sacré du premier roman, j’ai vraiment bien apprécié ma lecture. On y suit une maman solo qui vit avec ses deux filles. Jonglant entre sa vie professionnelle et privée, elle est soulagée de ne pas devoir accompagner en voiture ces filles à la rentrée et que celles-ci partiront en train. Cependant, seule l’une des deux prendra ce train qui malheureusement aura un accident. La maman et sa fille en vie n’arrivent pas à faire leur deuil, elles se sentent les deux coupables et n’arrivent plus à communiquer, elles s’enferment dans leur tristesse. Il faudra à la mère un pèlerinage dans le lieu de son enfance afin d’arriver à faire ce deuil impossible et l’aide de curieuses citations qu’elle reçoit par e-mail et qu’elle pense provenir de sa fille disparue…. Un roman triste mais plein d’espoir, un roman qui nous rappelle que la famille et nos proches sont notre bien le plus précieux sur cette terre.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les Bouches – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 289 pages

Editeur: The Book Edition

Date de parution (dans cette édition): 20 octobre 2015

Résumé: 

Les Bouches de Bonifacio. Corse-du-Sud. Détroit maritime international séparant l’Île de Beauté de la Sardaigne. Septembre 1943. Hitler projette d’y faire remonter ses troupes en direction de Bastia, suite à la capitulation de l’Italie. Pour contrecarrer les plans du Führer, un petit groupe de résistants oeuvre dans l’ombre de l’Opération Vésuve lancée par de Gaulle, visant la libération de l’île. Juillet 2015. Un cadavre est retrouvé, flottant au pied des falaises de calcaire blanc. A la place de ses yeux, les gendarmes découvrent d’étranges débris de coquillages. Bientôt, d’autres morts similaires surviennent, contraignant l’adjudant-chef Eric Beaussant, fraîchement revenu sur l’île de son enfance, à affronter les fantômes du passé.

Mon avis: 

Il s’agit là du premier roman de Nicolas Feuz dont l’intrigue ne se passe pas du tout en Suisse mais en Corse! J’ai aimé ce roman qui mêle passé (seconde guerre mondiale) et présent et qui commence avec la découverte d’un cadavre sur une plage, les orbites vides remplies de coquillages. J’ai aimé les descriptions de l’Ile de Beauté et l’ambiance lugubre du roman. J’ai trouvé le jeune inspecteur de police attachant et j’ai trouvé vraiment affreux toutes les révélations qui lui sont faites, dans la ligne d’un autre héros de Nicolas Feuz, Michaël Donner. J’ai l’impression que M. Feuz aime bien faire en faire baver à ses personnages 😉 Si vous avez lu le Miroir des Ames, le dernier roman de Nicolas Feuz, vous n’êtes pas sans savoir que sa suite, « l’ombre du renard », qui sortira cet été, sera également lié au roman les Bouches car je pense (mais en fait je n’en suis pas sûre hein!!) qu’on y retrouvera le jeune enquêteur 😉 mais je dis ça, je ne dis rien !! En tout cas je ne peux que vous recommander « Les Bouches » qui est vraiment un bon polar pleins de rebondissements.

Ma note: ♥♥♥♥

 

La nuit de l’ogre – Patrick Bauwen

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 9 mai 2018

Résumé: 

La mort est un art.
Vous en êtes le spectateur.
Et vous pourriez être sa prochaine victime.

Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin.

Mon avis: 

J’ai été ravie de retrouver la plume fluide de Patrick Bauwen et son héros Chris Novak. Dans ce roman, encore plus gore que le précédent (la nuit du chien), on suit la piste d’un homme qui prend en photo des personnes qu’il a tuées après les avoir mises en scène. Brrr de quoi nous mettre la chair de poule !! On est de suite embarqués dans l’histoire jusqu’au final qui m’a laissée pantoise !! Encore une fois, le pauvre Novak n’est pas épargné, ni ses proches…Ce roman ne fait que confirmer tout le bien que je pense de cet auteur et ses romans nous plongent de plus en plus dans les tréfonds et la noirceur de l’âme humaine. Si vous aimez Maxime Chattam, vous ADOREREZ les romans de Patrick Bauwen….

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

La vraie vie – Adeline Dieudonné

Nombre de pages: 265 pages

Editeur: L’Iconoclaste

Date de parution (dans cette édition): 29 août 2018

Résumé: 

Un huis-clos familial noir. Un roman initiatique drôle et acide. 
Le manuel de survie d une guerrière en milieu hostile. Une découverte.

Le Démo est un lotissement comme les autres. Ou presque. Les pavillons s alignent comme  des pierres tombales. Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents. Et  celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère, est transparente,  amibecraintive, soumise à ses humeurs.
Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse en attendant la petite musique qui annoncera l arrivée du marchand de glace. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent. Et rien ne sera plus jamais comme avant.

Mon avis: 

Là encore, j’avais entendu tellement de bien de ce roman soit disant « choc » que je redoutais un peu de le lire ! Je dois dire que le style est accrocheur, on est de suite embarqués dans l’histoire !Cependant, j’ai eu de la peine à m’attacher aux personnages de ce roman, cette famille de la classe moyenne qui vit dans la peur des colères du père. J’avoue que je n’ai pas trop croché à l’histoire de la hyène (sans trop vous en dire..) que j’ai trouvé un peu farfelue mais pour le reste l’histoire reste classique, voire un peu clichée à des moments… franchement je ne comprends pas trop pourquoi ce roman a fait l’objet d’autant d’engouement !

Ma note: ♥♥♥

 

Les enfants de l’avenir (tome 1) – Cynthia Jhaveri

Nombre de pages: 128 pages

Editeur: Editions Eclectica

Date de parution (dans cette édition): début 2019

Résumé: 

«Les enfants de l’avenir» est une dystopie en trois tomes, destinée aux jeunes adultes. Afin d’éviter la fin programmée des humains en raison du manque de naissances, la fonction principale des habitants de Lifeland est désormais de se marier, de concevoir 4 enfants et de les élever jusqu’à ce que ces derniers soient eux-mêmes en âge de procréer. Et ce au plus tard à 18 ans. Les familles sont chouchoutées au plus haut point dans ce monde «merveilleux». Kara, 17 ans, va refuser de se plier aux règles de ce régime autoritaire et s’exposer au sort réservé aux rebelles. Au fil des épreuves, elle se découvre des capacités insoupçonnées et rencontre des individus, qui pourraient aussi bien l’aider que la condamner. Au-delà de l’action et de l’aventure, la trame de fond du roman dénonce des discriminations: le sexisme, la pression sociale d’avoir des enfants, la différence ainsi que le consumérisme effréné.

Mon avis: 

J’ai eu la chance de rencontrer Cynthia Jhaveri  (qui est très sympathique d’ailleurs!) au Salon du Livre de Genève cette année et son livre a tout de suite attiré mon attention ! Déjà la couverture est très belle et la 4ème de couverture promettait une dystopie où pour éviter une future extinction de la race des hommes, les jeunes gens doivent fonder une famille et avoir au moins 4 enfants pour accomplir leur devoir citoyen et ensuite prendre une retraite bien méritée. J’ai vraiment apprécié le personnage de Kara qui ne veut pas se conformer à la norme et refuse ce destin déjà tout tracé!! Gros coup de coeur également pour le personnage de Hawk, jeune homme torturé et irresistiblement attiré par Kara. Le troisième personnage principal, Cory, un autre jeune homme très proche de Kara, est beaucoup plus lisse et pour ma part moins intéressant (mais cela peut changer). Le roman, qui est en fait un tome 1 (ce sera une trilogie), se lit très vite (il a très peu de pages) et nous laisse sur un gros renversement de situation. J’ai vraiment aimé le thème de cette dystopie, on a une pincée du « Passeur » ainsi qu’une pincée de « Divergente » pour l’action et le reste est totalement original. Je n’ai qu’une hâte: que la suite sorte et savoir enfin ce qu’il va arriver à Kara et ses amis 🙂 Une auteure à découvrir !!

Ma note: ♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de mai 219, je suis navrée, j’ai du retard dans mes articles mais avec le chaud je n’avais pas trop envie d’écrire (j’avoue!) du coup je vais essayer de rattraper mon retard 🙂

Et vous, que lisez-vous ?

Bisous !