[SP] J’ai lu: Eunoto de Nicolas Feuz

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du tout nouveau roman de l’auteur suisse Nicolas Feuz, Eunoto – les noces de sang, que j’ai eu la chance de recevoir de sa part fin août.  J’ai pu rencontrer M. Feuz lors du salon du livre de Genève 2017 et il est vraiment très sympathique, abordable et plein d’humour. J’aime préciser ceci car étant d’une timidité extrême, je suis toujours très stressée à l’idée d’adresser la parole à un écrivain dont j’apprécie le travail et pourtant je n’ai eu aucun problème à discuter avec lui, il sait mettre les gens à l’aise dès le premier instant 🙂

Eunoto

Bref, je m’égare, parlons donc de ce fameux nouveau roman, nommé Eunoto – les noces de sang. J’ai fait une petite recherche sur google et Eunoto est en fait un rite de passage chez les guerriers Massaï (Kenya). Ce roman prend chronologiquement place juste avant le début de la trilogie Massaï (Ilmoran – l’avènement du guerrier / Ilayok – le berceau de la folie / Ilpayiani – le crépuscule massaï) et juste après Emorata – pour quelques grammes de chair. (dont j’ai parlé lors de mon dernier update lecture, ici)

Pour la petite histoire et pour celles et ceux qui l’ignoreraient, Nicolas Feuz est actuellement Procureur de la République du Canton de Neuchâtel avec une spécialisation dans la lutte contre le trafic de stupéfiants. Il prend d’ailleurs toujours un malin plaisir dans ses romans à maltraiter les procureurs, allez savoir pourquoi 😉

Nombre de pages: 391 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution: 17 octobre 2017

Résumé (4ème de couverture)

Il lui promit de l’aimer pour le meilleur et pour le pire, sachant que seul le pire les attendait. Il lui promit de l’aimer jusqu’à ce que la mort les sépare. Mais pas au-delà.

Le monstre de St-Ursanne est-il victime d’une erreur judiciaire ? Qui sont ces jeunes filles décapitées, dont les corps ont été retrouvés au château de Valangin et au barrage de Schiffenen? Pourquoi un gendarme genevois a-t-il été tué devant les HUG? Jeune inspecteur de la police neuchâteloise, Michaël Donner trouvera-t-il des réponses en ville de Lausanne ou dans le domaine skiable des Quatre Vallées? Quand l’enquête sur un tueur en série prend une dimension romande et requiert la mise en ouvre de l’entraide intercantonale…

Mon avis

Tout d’abord, je vous conseille de lire « Emorata » avant de commencer à lire « Eunoto » (même si vous pouvez bien entendu commencer par Eunoto) car ainsi vous aurez déjà fait connaissance avec l’inspecteur Michaël Donner et sa coéquipière et (nouvellement) compagne Lara Pittet. Dans cette « suite », on retrouve donc avec bonheur Michaël Donner qui a pris un peu de bouteille suite à sa précédente (et première) enquête très éprouvante au cours de laquelle son mentor Andreas Rohrer avait trouvé la mort. Plus que jamais déterminé à être un bon flic à la hauteur des espérances de son père adoptif, Michaël se jette à corps perdu dans son travail et devient très vite l’un des meilleurs éléments de la police neuchâteloise.

Quand des cadavres de jeunes femmes sont retrouvés un peu partout en Suisse romande, c’est bien sûr lui qui est envoyé pour enquêter. Et quand on retrouve sur les cadavres l’ADN d’un homme enfermé en prison depuis des années, le fameux monstre de St-Ursanne, tout le système judiciaire est remis en question. Le monstre de St-Ursanne est-il innocent, comme il le clame depuis tout ce temps ? Ou bien s’agit-il d’une machination à plus grande échelle? Je ne peux vous en dire plus sous peine de vous spoiler mais Nicolas Feuz sait nous mener exactement où il le veut pour nous égarer dans les méandres de la noirceur humaine.

Dans ce roman, Donner prend cette fois encore beaucoup d’initiatives et de risques, n’hésitant pas à mettre en péril sa propre intégrité physique. J’ai aimé toutefois qu’il soit un tantinet plus réfléchi que dans Emorata, un peu moins à foncer tête baissée (quoique…)!

La fin m’a pour le moins estomaquée (je ne m’y attendais pas du tout!) et je n’ai à présent qu’une hâte, m’attaquer enfin à la trilogie massaï qui dort sagement dans ma bibliothèque !!!

De plus, je ne peux manquer de noter que Michaël Donner fait la connaissance d’un certain inspecteur Auer qui enquête sur des meurtres commis à Gryon… (cf mon article sur qui a tué Heidi? de Marc Voltenauer) j’ai adoré ce clin d’oeil et la rencontre de ces deux héros que j’apprécie énormément et qui immortalise l’amitié qui lie les deux auteurs 🙂

Pour terminer, je ne peux que vous conseiller ce roman si vous aimez les bons polars et si en plus vous êtes suisses comme moi (ou si du moins vous connaissez la région), vous serez heureux de reconnaître les lieux décrits (avec beaucoup de précision!) ce qui est fort appréciable et permet de mieux imaginer les scènes de meurtres glaçantes à souhait.

Une pépite que j’ai dévorée en deux jours et que je vous recommande les yeux fermés.

Ma note: ♥♥♥♥♥

* je remercie encore Nicolas Feuz pour l’envoi de son roman en SP ainsi que pour sa confiance!

Bilan de mes lectures du mois d’août 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’août 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Eunoto, le visuel a été pris sur le site Babelio.com

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Emorata – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 362 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): 21 octobre 2014

Résumé: 

Un policier suisse est retrouvé assassiné sur une plage du Grau-du-Roi… Après ILMORAN, l’avènement du guerrier, ILAYOK, le berceau de la folie, et ILPAYIANI, le crépuscule massaï, retrouvez la toute première enquête de Michaël Donner, dans ce prequel de la « trilogie massaï ». Encore jeune aspirant de l’ERAP, l’école de police, Donner se retrouve mêlé malgré lui à une sordide affaire d’assassinats, qui le mènera de la métropole horlogère de La Chaux-de-Fonds aux vastes étendues sauvages de la Camargue. Cette sombre expérience contribuera à forger son caractère et définira certaines lignes de son comportement en tant que futur inspecteur de la brigade des stupéfiants neuchâteloise.

Mon avis: 

Dans ce roman, on apprend à connaître le jeune inspecteur neuchâtelois Michaël Donner qui est amené à enquêter sur la découverte du cadavre d’un policier suisse en Camargue ce qui l’entraînera ensuite à faire le lien avec le cadavre d’une femme découpée en morceaux retrouvée à La Chaux-de-Fonds. L’enquête devient très vite trépidante et on en veut toujours plus ! Comme pour Horrora Borealis, j’ai adoré retrouver des décors connus (Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds…) et j’ai apprécié le personnage de Donner même s’il prend souvent des décisions inconsidérées et veut parfois jouer au héros . Ce livre est un prélude à la trilogie Massaï que j’ai dans ma bibliothèque et que je pense très bientôt lire 🙂 Il se place chronologiquement juste avant le nouveau roman de l’auteur « Eunoto » que j’ai eu la chance de lire en SP et dont je vous parlerai de manière plus détaillée très bientôt.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

Nombre de pages: 624 pages

Editeur: Babel

Date de parution (dans cette édition): 10 octobre 2013

Résumé: 

Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis: 

Je n’ai pas vu le film tiré de ce livre (d’ailleurs si ça avait été le cas je n’aurais peut-être pas lu le livre, des fois je suis fainéante, surtout quand il s’agit d’un pavé de 600 pages…) mais comme j’avais entendu beaucoup de bien de cette histoire, j’avais décidé de me lancer enfin cet été. On y découvre un groupe de gouvernantes noires qui servent dans des familles blanches de classe moyenne à riche. J’ai aimé le fait que l’histoire soit racontée selon les différents points de vue des protagonistes. J’ai trouvé tous les personnages attachants et l’histoire passionnante. J’ai appris des choses sur les années 60 qui m’ont fait frémir ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec ce roman qui raconte avec justesse et sensibilité cette triste page de l’histoire américaine (même si la page n’est pas encore vraiment tournée apparemment 😥 )

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Le roman de l’été – Nicolas Fargues

Nombre de pages: 336 pages

Editeur: Folio

Date de parution (dans cette édition): 6 mai 2011

Résumé: 

« Pas facile, à 55 ans, de se mettre à la littérature. Surtout par un si beau soleil dehors. Et votre
fille qui annonce qu’elle amène une copine italienne pour les vacances. Sans compter les voisins
d’en face qui, dès que vous vous décidez enfin à prendre la plume face à l’océan, voudraient
vous faire comprendre que, tout ce qu’ils demandent, c’est une vue sur la mer eux aussi ».

Mon avis: 

J’ai trouvé ce roman assez plat et sans grand intérêt, un bobo veut se lancer dans l’écriture mais l’inspiration ne lui vient pas…  j’ai l’impression d’avoir déjà lu 10 livres dans ce genre 😦 en fait je n’ai pas réussi à m’identifier aux personnages, j’étais indifférente à leur destin ! Je trouve que ce roman aurait mérité d’être plus développé, les personnages plus profonds et la trame plus fournie. Dommage.

Ma note: ♥♥

Ne lâche pas ma main – Michel Bussi

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 7 mai 2014

Résumé: 

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion.
Farniente, palmiers, soleil.
Un cocktail parfait.
Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île, est lancée.

Mon avis: 

C’est le premier roman que je lis de cet auteur et je dois dire que j’ai été surprise en bien même si la résolution de « l’enquête » m’a un peu laissée sur ma faim car certaines choses sont pour moi invraisemblables. Cependant, j’ai bien aimé les personnages (surtout la maîtresse du policier) et les dialogues sonnaient justes. Je ne suis jamais allée à la Réunion mais j’avais l’impression d’y être, tant les descriptions étaient précises et détaillées. Un bon policier/thriller à lire en été sur son transat !

Ma note: ♥♥♥

Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint milliardaire – Vikas Swarup

Nombre de pages: 368 pages

Editeur: 10/18

Date de parution (dans cette édition): 16 août 2007

Résumé: 

Quand un serveur de dix-huit ans, pauvre et inculte, est le vainqueur de  » Qui veut gagner un milliard de roupies ? « , la production soupçonne une escroquerie. Sommé de s’expliquer, Ram Mohammad Thomas replonge dans ses souvenirs. À travers ses péripéties tragi-comiques, des bidonvilles de Bombay à Bollywood, l’Inde d’aujourd’hui, violente et contrastée, se dévoile.

Mon avis: 

J’avais vu le film il y a quelques années mais j’avais entendu dire que le livre était bien différent et du coup et bien j’ai voulu le lire pour voir si cela était vrai ou non. Hé bien, totalement ! Autant le film édulcorait un peu tout et misait out sur le drame, autant le livre est plus pointu quant aux explications du pourquoi du comment ce jeune indien connaît toutes les réponses aux questions posées durant l’émission « qui veut gagner un millard de roupies ». J’ai trouvé également le personnage principal bien plus attachant dans sa fragilité dans le livre que dans le film. J’ai toutefois trouvé que le livre présentait quelques longueurs que l’auteur aurait pu écourter !

Ma note: ♥♥♥

 

Carol – Patricia Highsmith

Nombre de pages: 314 pages

Editeur: Le livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 1er septembre 1991

Résumé: 

Thérèse, vendeuse dans un grand magasin, rencontre Carol, qui est belle, fascinante, fortunée. Elle va découvrir auprès d’elle ce qu’aucun homme ne lui a jamais inspiré : l’amour. Une passion naît, contrariée par le mari de Carol, lequel n’hésite pas à utiliser leur petite fille comme un moyen de chantage.
Second roman de Patricia Highsmith, Carol fut refusé, en 1951, par son éditeur américain en raison de la hardiesse du sujet. Il parut sous un pseudonyme, Claire Morgan. Nous pouvons aujourd’hui lire ce roman pour ce qu’il est : la preuve que Patricia Highsmith n’est pas seulement un maître du genre policier, mais avant tout une romancière de premier ordre, qui, avec pudeur et sensibilité, nous parle ici d’un amour revendiquant sa liberté.

Mon avis: 

Deux femmes se rencontrent dans un grand magasin et tombent sous le charme l’une de l’autre. Une histoire d’amour « interdite »à une époque où les couples homosexuels n’étaient pas aussi courants qu’à présent. Je n’ai pas tellement aimé ce roman car j’ai trouvé le rythme trop lent, les personnages un peu étranges (la jeune qui ne dit jamais rien etc.) et finalement peu attachants. Pas le meilleur livre sur le sujet, je trouve qu’il a malheureusement mal vieilli (il avait été écrit en 1951 initialement) ! Je pense que le film tiré de ce roman et sorti l’année passée sera sûrement plus intéressant.

Ma note: ♥♥

 

Ce qui nous lie – Samantha Bailly

Nombre de pages: 288 pages

Editeur: Milady

Date de parution (dans cette édition): 19 septembre 2014

Résumé: 

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie « normale », celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.

Mon avis: 

J’avais lu beaucoup d’avis positifs sur ce roman où on suit Alice, jeune femme séduisante qui a le don de voir – sous forme de traits lumineux – les liens que peuvent avoir entre eux les personnes qu’elle rencontre. Bon, je ne vais pas y aller par 4 chemins. Ce roman m’a déçue, même s’il est bien écrit et le rythme est entraînant. Non, il m’a déçue car j’ai trouvé que les personnages n’avaient aucune épaisseur, tout se passe beaucoup trop vite et finalement je dois vous avouer ne même pas me souvenir complètement de l’histoire… c’est dire ! Un roman sympa pour les 13-16 ans mais pas au-delà à mon avis … je ne faisais juste pas partie du public ciblé.

Ma note: ♥♥

 

[SP] Eunoto – Nicolas Feuz

Nombre de pages: mystère !

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): mi octobre 2017

Résumé: 

Je vous en dirai plus dans ma chronique 😉

Mon avis: 

Je suis en train de vous préparer un article dédié à ce livre… stay tuned !

Ma note: vous la saurez lors de ma revue qui paraîtra dans quelques jours 🙂 

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’août 2017 !

Et vous, qu’avez vous lu cet été ?

Bisous !

Bilan de mes lectures des mois d’avril et mai 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures des mois d’avril et mai 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Comme vous pourrez le voir au vu des notes attribuées, j’ai eu de très bonnes lectures durant les 2 derniers mois et même quelques coups de coeur !!

Livres lus durant le mois d’avril 2017: 4

Livres lus durant le mois de mai 2017: 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Le puits des mémoires – tome 3 – Les Terres de Cristal – Gabriel Katz

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Pocket 

Date de parution (dans cette édition): 10 septembre 2015

Résumé: 

Retrouvez Nils, Olen et Karib dans ce dernier volet de la trilogie…

La quête et Nils, Karib et Olen va enfin toucher à sa fin. Et leur vengeance s’accomplir. Mais après le complot qui les a lancés sur la route de leur mémoire, de nouvelles trahisons les guettent. Maintenant qu’ils connaissent leur identité, la menace n’est que plus grande. Car ici, à Woltan, les assassins règnent en maîtres.
Et tandis que sur notre trio se lèvent les premières tempêtes de neige, loin dans le Nord, dans les glaces éternelles des Terres de cristal, est tapi un terrible secret qui attend sa révélation…

 » Formidable saga aux rebondissements nombreux et surprenants, Le Puits des mémoires est une trilogie difficile à lâcher et à oublier.  » So-what magazine

Cet ouvrage a reçu le Prix des Imaginales

Mon avis: 

J’étais tellement heureuse de retrouver Olen, Karib et Nils (Niiiiiiils !!! ❤ ok je me calme haha) dans la suite et fin de leurs aventures ! D’ailleurs j’ai enchaîné les tomes 2 et 3 car impossible de ne pas connaître le fin mot de l’histoire ! J’ai tout adoré: l’ambiance, les décors, les personnages, les dialogues et l’intrigue passionnante qu’a créé Gabriel Katz !! Cette trilogie est une pépite, un petit bijou que je ne peux que vous recommander si vous aimez les romans Fantasy 🙂 Je ne vous en parle pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise mais foncez découvrir l’univers du puits des mémoires 🙂

Voici les liens vers mon avis sur le tome 1 et le tome 2

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Un fils en or – Shilpi Somaya Gowda

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Mercure de France

Date de parution (dans cette édition): 7 janvier 2016

Résumé:

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part les compléter aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant à la va-vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être l’eldorado qu’il croyait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main, après beaucoup de souffrances. Mais auront-ils droit au bonheur ?

Mon avis:

J’ai adoré suivre la vie du héros du roman qui m’a vraiment fait voyager d’Inde aux Etats-Unis ! Ce roman m’a bouleversée car il est criant de vérité et une bon miroir de la société actuelle. Si vous aimez les romans qui vous font rire et pleurer, ce roman est pour vous ! C’est avec ce genre de roman qu’on se rend compte encore et toujours que l’égalité homme-femme n’est vraiment pas gagnée et que cela doit rester une lutte de tous les jours pour qu’un jour nous soyons tous égaux, peu importe notre sexe, couleur, nationalité ou encore notre classe sociale.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Voyage au coeur de l’impulsion d’achat – quand l’émotion rencontre la raison – Intissar Abbes et Isabelle Barth

Nombre de pages: 164 pages

Editeur: L’Harmattan

Date de parution (dans cette édition): 1er mars 2016

Résumé:

Ce livre décortique notre quotidien de shoppeur et lève le voile sur le comportement d’achat impulsif, souvent incompris et mal perçu. Quelles sont ses causes et ses déterminants ? Est-il vraiment un acte dénué de raison ou existe-t-il plusieurs types d’achats impulsifs ? Que se passe-t-il réellement dans notre for intérieur au moment où nous passons à l’acte ? Quels sont les pièges à éviter pour optimiser sa décision d’achat et être en paix avec soi-même ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage, à travers des témoignages et des enquêtes, apporte des réponses.

Mon avis:

J’ai été un peu déçue par ce documentaire qui je pensais traiterait plus de la surconsommation et comment s’en sortir. En réalité, il parle surtout des stratégies marketing des marques et comment elles font pour créer le besoin et nous faire acheter toujours plus. Du coup, j’ai trouvé que les auteurs s’étaient surtout penchés du côté des vendeurs plus que des acheteurs ! Il était toutefois intéressant par bien des aspects mais ne correspondait pas à ce que j’en attendais.

Ma note: ♥♥

 

Le jour du chien – Patrick Bauwen

Nombre de pages: 428 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 29 mars 2017

Résumé:

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du mal. Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Oeil de Caine.

Mon avis:

Quelle claque ! j’avais déjà adoré « les Fantômes d’Eden » et là je dois dire que Patrick Bauwen a fait encore plus fort !! Après s’être fait agresser dans le métro, Le Dr Kovak remarque une femme qui ressemble étrangement à son épouse en visionnant le film de la caméra de surveillance alors que celle-ci est sensée être morte (poussée sous le métro par un fou) depuis 2 ans … Jusqu’au bout on retient son souffle, ce thriller est palpitant, dérangeant, passionnant ! Patrick Bauwen sait nous lancer sur de fausses pistes et nous embrouiller pour mieux nous étonner ensuite. Vu la fin, je pense que M. Bauwen nous réserve une suite dont je me réjouis d’avance !!

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Horrora Borealis – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 307 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): 18 octobre 2016

Résumé:

Tout ce sang qui coule aux pieds de Walker. La question n’est pas de savoir qui est ce cadavre avec une balle dans la tête. Non. La bonne question est : qu’est-ce qui s’est passé en Laponie ? Les souvenirs sont flous, mais ce qui est sûr, c’est que de longue date, Walker ne croit plus au Père Noël. Et vous ? Vous y croyez encore ?

Mon avis:

Il s’agit du premier roman que je lis de cet auteur suisse que j’ai eu l’occasion de rencontrer au salon du livre de Genève cette année pour lui faire dédicacer mon exemplaire 🙂 Pour la petite histoire, M. Feuz est procureur, donc il sait de quoi il parle ! J’ai adoré l’ambiance glaçante de ce roman, même si au début je me suis un peu sentie « sans repères » et j’ai du relire plusieurs fois les premières pages pour finalement me dire que j’allais comprendre par la suite et effectivement ! La construction de ce roman est un peu spéciale car nous partons du présent pour revenir dans le passé et finalement revenir dans le présent. Pendant ce temps, on échafaude pleins de théories sur l’identité du tueur pour finalement être complètement baladé par l’auteur 🙂 Un roman qui m’a beaucoup plu, je me réjouis donc de lire les autres livres de cet écrivain (très sympathique de surcroît!). Une chose est sûre, je ne suis pas près d’aller passer mes vacances en Laponie 😉

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le premier miracle – Gilles Legardinier

Nombre de pages:

Editeur: 

Date de parution (dans cette édition): 

Résumé:

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire… Avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.

Mon avis: 

Ce livre n’est pas un roman feel good comme les autres livres de Gilles Legardinier, il s’agit cette fois-ci d’un thriller un peu ésotérique qui je dois dire a bien m’emporter et m’intéresser !! Si au début le personnage principal m’agaçait un peu de par son côté un peu trop « je fais des blagues à la con toutes les 2 phrases », j’ai finalement bien croché avec l’intrigue et les personnes m’ont bien plu également. Si vous voulez découvrir cet auteur dans un autre registre que le feel-good, je ne peux que vous le recommander si comme moi vous aimez tout ce qui touche aux mystères non résolus (trésors des pharaons, etc.) car on y suit l’agence créée par Winston Churchill qui avait pour but de retrouver les oeuvres d’art et autres objets dérobés par les nazis durant la Seconde
Guerre Mondiale…

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le boiteux de Varsovie – tome 1 – L’Etoile Bleue – Juliette Benzoni

Nombre de pages: 476 pages

Editeur: Plon

Date de parution (dans cette édition): 4 novembre 1994

Résumé:

Rentrant de captivité en 1918, Aldo Morosini, d’antique noblesse vénitienne, découvre que sa mère a été assassinée ; que dans son palais sur le Grand Canal, un joyau historique, l’Etoile bleue, appartenant à sa famille maternelle a été volé et qu’il n’a plus aucun espoir de retrouver la femme qu’il aime. Cependant, pour éviter à la dépouille de sa mère l’injure de l’autopsie et la curiosité malsaine des journaux, il ne prévient pas la police et décide rechercher lui-même le voleur meurtrier. Quatre ans plus tard, devenu antiquaire, il est invité à rejoindre un assez mystérieux personnage : Simon Aronov, acheteur très connu des salles de ventes européennes, bien qu’on ne l’ait jamais vu. C’est à Varsovie, après un long périple dans les caves du ghetto qu’Aronov, boiteux et borgne, reçoit Morosini. Juif de haute spiritualité, le Boiteux montre à son hôte une étrange pièce de musée : le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem, une plaque d’or où s’enchâssait douze pierres précieuses, dont quatre manquent, volées et dispersées au cours des siècles. Or une tradition veut qu’Israël ne retrouvera sa terre ancestrale que lorsque le Pectoral reconstitué pourra y revenir. L’une des quatre pierres est le saphir volé à Venise… Juliette Benzoni, auteur de nombreux best-sellers, nous entraîne dans une aventure pleine de rebondissements et de suspense où l’amour et l’argent tuent.

Mon avis:

Cela faisait tellement longtemps que j’avais cette quadrilogie dans ma pile à lire (et elle m’intéressait!) que je me suis dit qu’il fallait vraiment que je m’attaque au premier tome ! Et j’ai bien fait, car ce roman nous fait voyager dans l’Europe d’après la Première Guerre Mondiale où l’on suit un « prince » (je pense que le titre est plus honorifique et lié à sa richesse qu’une vraie marque de noblesse) vénitien qui part à la recherche d’un bijou de famille dérobé lors de l’assassinat de sa mère. Pour ce faire, il fera équipe avec un mécène juif qui souhaite rester dans l’ombre, le fameux boiteux de Varsovie. Celui-ci souhaite également retrouver cette pierre – l’étoile bleue – ainsi que 3 autres pierres pour pouvoir compléter le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem ce qui permettra de rendre à Israël sa terre ancestrale. Un roman qui se lit vraiment comme une série télé, pleine de rebondissement et de personnages hauts en couleur. J’ai hâte de continuer l’aventure !

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le bureau des Jardins et des Etangs – Didier Decoin

Nombre de pages: 396 pages

Editeur: Stock

Date de parution (dans cette édition): 2 janvier 2017

Résumé:

Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa.
Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

Mon avis:

Etant donné que le japon et son histoire m’intéressent énormément, quand j’ai lu une critique de ce livre dans « Elle », j’ai tout de suite foncé dans ma librairie pour le faire mien ! Didier Decoin décrit les paysages et les mœurs de l’époque avec maestro, alors que d’après ce que j’ai lu il n’est même jamais allé au Japon ! L’histoire de cette jeune veuve qui doit aller livrer les dernières carpes pêchées par feu son mari dans les étangs sacrés du palais de l’empereur et de toutes les péripéties, trahisons et découvertes qui en découleront font que ce roman est passionnant et se lit de bout en bout sans vouloir le poser. J’ai cependant trouvé que l’auteur avait pris quelques raccourcis à certains moments du roman et la fin m’a laissée un peu sur ma faim même j’ai passé un excellent moment de lecture.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

La dernière des Stanfield – Marc Levy

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Robert Laffont / Versilio

Date de parution (dans cette édition): 20 avril 2017

Résumé:

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
Au c ur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis:

Ce roman m’a réconciliée avec Marc Lévy car je n’avais pas du tout aimé « Elle et Lui » et n’avait depuis lors plus lu de livres de lui (bon à vrai dire je crois qu’il n’en a écrit qu’un seul entre les deux et je l’ai acheté le mois passé en poche 😉 ). Pour la petite histoire, mes parents ont eu la chance de le rencontrer à la librairie Kléber à Strasbourg et m’ont fait dédicacer ce fameux dernier roman. J’ai adoré les transitions passé/présent pour découvrir qui était vraiment les mères de Eleanor-Rigby et George-Harrisson !! Les chapitres relativement courts donnaient un bon rythme au roman et on avait sans cesse envie d’en apprendre plus ! Les dialogues sonnent justes, contrairement à ce que j’avais pu reprocher au dernier livre que j’avais lu de M. Lévy. Un joli roman, aux personnages attachants et qui est pour moi une très belle réussite. Si comme moi vous êtes friands d’histoires de famille, de secrets et de romantisme, ce roman ne pourra que vous intéresser !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures des deux derniers mois !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

Bisous 🙂