[SP] J’ai lu: Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer

Coucou tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du nouveau roman de l’écrivain suisse Marc Voltenauer, auteur du « Dragon du Muveran » que j’avais adoré et littéralement dévoré (vous pouvez en trouver ma revue ici).

J’ai eu l’honneur d’être contactée par Marc Voltenauer lui-même pour recevoir « Qui a tué Heidi? » et en parler sur le blog! J’ai reçu le service presse courant juillet 2017 et je l’ai de suite attaqué (enfin j’ai fini ma lecture en cours quand même, hein, mais je dois dire que je n’ai jamais été aussi pressée de finir un livre pour en commencer un autre!)

Nombre de pages: 448 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution: 21 août 2017

Résumé

Dans ce roman, on retrouve l’inspecteur Andreas Auer et son compagnon Mikaël ainsi que le village de Gryon (un village des Alpes Vaudoises qui est un personnage à part entière du roman), où prenait déjà place le premier roman. Même si les deux romans peuvent se lire individuellement (à la manière des romans de Camilla Läckberg), il y a quand même un ordre chronologique à respecter si on veut en connaître plus sur la vie de l’inspecteur Auer.

De plus, dans « Qui a tué Heidi » on retrouve des personnages du livre précédent et on y fait également mention des faits qui se sont passés dans « le Dragon du Muveran » donc si vous n’avez pas lu le tome précédent, il se pourrait que vous soyez un peu « perdus ». Même si ce n’est pas essentiel pour comprendre la trame de « Qui a tué Heidi? », cela permet surtout de mieux cerner ce qu’il se passe dans la tête du principal protagoniste et les démons qui le hantent.

Cette fois encore, des meurtres sont perpétrés dans le (pas si) paisible village de Gryon et c’est l’inspecteur Auer qui devra à nouveau s’y coller !

En effet, une vache a été tuée suite à un concours bovin et c’est en enquêtant sur cette mort (et celles qui suivent), que l’inspecteur Auer et son compagnon Mikaël mettent le nez dans une histoire bien plus compliquée qu’elle n’y paraissait aux premiers abords !

L’intrigue se passe également en partie entre Berlin et Genève, contrairement au « Dragon du Muveran » où tout se passait à Gryon (ou les villages aux alentours).

Mon avis

J’ai adoré ce second volet des aventures d’Andreas Auer et j’ai été heureuse de retrouver l’écriture précise et fluide de Marc Voltenauer. Les pages ont défilées à une vitesse folle !! On y retrouve certaines similarités d’écriture par rapport au livre précédent (le meurtrier se fait appeler par l’auteur « l’homme qui s’enivrait du parfum de sa mère » alors que dans le roman précédent il s’agissait de « l’homme qui n’était pas un meurtrier » ;-)) et tout comme dans le livre précédent, j’ai été bluffée par la fin car même si j’avais deviné quelques bouts du dénouement, je m’étais trompée sur l’identité de l’un des assassins! (« ah ben si c’est pas lui c’est lui alors! ah ben non … encore raté! »)

Marc Voltenauer sait avec brio nous balader et nous semer sur de fausses pistes et je dois dire que j’adore ne pas avoir deviné la fin, malgré tous les romans policiers/thrillers que je lis au quotidien 🙂

Les chapitres sont assez courts, chose que j’adore car cela créé une sensation d’urgence toujours bienvenue dans ce genre de roman. A chaque fois on se dit « bon j’en lis encore un et je pose le livre » et à chaque fois on continue car « c’est impossible de ne pas connaître la suite! ». #coucoulescerneslematin !

J’ai également aimé en connaître un peu plus sur l’inspecteur Auer, j’ai apprécié voir les ressemblances qu’il peut avoir avec l’auteur lui-même (ce mélange fiction/réalité est très plaisant) et j’espère en savoir encore plus sur le passé d’Andreas Auer dans le prochain roman. Dans ce livre, Mikaël, le compagnon de de l’inspecteur Andreas Auer, a également un plus grand rôle ce qui n’est pas pour me déplaire car je le trouve très intelligent et fin dans ses déductions donc il est d’une grande aide pour son compagnon qui est un peu moins réfléchi et plus impulsif. 

Par contre, sans vous spoiler, la fin est vraiment affreuse, Marc Voltenauer nous laisse sur un climax de dingue, je n’ai qu’une hâte, connaître la suite !!!!!

Comme vous l’aurez compris, « Qui a tué Heidi » est un roman que j’ai adoré et qui n’a rien à envier au « Dragon du Muveran » tant les deux romans sont excellents et complémentaires tout en étant bien différents.

Dans « Qui a tué Heidi » on connaît déjà les personnages principaux du coup on entre plus rapidement dans le roman tandis que dans le « Dragon du Muveran » on devait déjà apprendre à connaître les principaux protagonistes ainsi que la topographie des lieux.

Je pense que ce sont des romans que je vais relire dans 2-3 ans tant je les ai appréciés (et je relis très rarement des livres).

Ma note : ♥♥♥♥♥ (sans surprise 😉 )

Samedi 26 août 2017 je serai d’ailleurs à Gryon pour la présentation du livre par l’auteur et enfin pouvoir le rencontrer en vrai (même si vous me connaissez, je suis la timidité incarnée) 🙂 Si jamais, c’est à 16h à la salle de la Barboleuse, y serez-vous également ?

Encore un grand merci à Marc Voltenauer et aux Editions Slatkine & Cie pour l’envoi de ce service presse !

A bientôt 🙂

Bilan de mes lectures du mois d’août 2016

Hello tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois d’août 2016.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Charade de Laurent Loison, le visuel de la couverture ainsi que le résumé ont été pris sur Babelio.

Livres lus durant le mois : 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La 5ème vague – tome 1 – Rick Yancey

5eme-vague

Nombre de pages: 592 pages

Editeur: Robert Laffont – Collection R 

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2013

Résumé:

1re Vague : extinction des feux. 2e Vague : déferlante. 3e Vague : pandémie. 4e Vague : silence.
La 5e Vague arrive…

À l’aube de la 5e Vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper… Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu’il prétend…

Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

Mon avis:

J’ai tout de suite été passionnée par cette histoire dont l’héroïne n’est pas une nunuche, c’est une fonceuse ! J’ai aimé le fait que les extraterrestres aient visage humain, ce qui fait encore plus un parallèle avec notre monde actuel, où les « méchants » ne sont pas différenciables des autres ! Tous les personnages sont attachants, j’aime beaucoup Evan et ses raisons pour aider Cassie. Le livre finit sur un cliffhanger donc j’ai hâte de lire le tome 2, en espérant qu’il soit à la hauteur de ce premier tome !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Manderley Forever – Tatiana De Rosnay

manderley-forever

Nombre de pages: 437 pages

Editeur: Albin Michel – Héloïse d’Ormesson

Date de parution (dans cette édition): 25 février 2015

Résumé:

«La nuit dernière, j’ai rêvé que je retournais à Manderley…» : la phrase qui ouvre le roman Rébecca a fait rêver des générations de lecteurs. Tout le monde connait L’Auberge de la Jamaïque, Rebecca ou Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock, mais l’auteur des oeuvres qui l’ont inspiré, Daphné du Maurier (vendue pourtant à des millions d’exemplaires et traduite en une quarantaine de langues), est aujourd’hui tombé dans l’oubli. Pourquoi Daphné du Maurier est-elle considérée comme un auteur de romans féminins, alors que ses histoires sont souvent noires et dérangeantes ? Que sait-on vraiment de son lien étroit avec la France, de ses liaisons longtemps tenues secrètes, des correspondances ténues que son oeuvre entretient avec sa vie, et dans laquelle elle parle beaucoup de son histoire familiale ? Portrait d’un écrivain par un autre écrivain, Manderley décrit minutieusement une vie aussi mystérieuse que l’oeuvre qu’elle sous-tend – toute de suspense psychologique –, et met en lumière l’amour fou de cette femme pour son manoir de Cornouailles. Un portrait tout en nuances de la plus énigmatique des romancières britanniques, mais davantage encore : un voyage littéraire sur les traces d’un des plus grands auteurs de best-sellers de son époque, méprisé par la critique mais adulé du public.

Mon avis:

J’avais lu Rebecca de Daphné du Maurier quand j’étais ado et je dois dire qu’il m’avait pas mal marquée à l’époque. Quand j’ai vu que Tatiana de Rosnay avait sorti une biographie de l’auteure, je n’ai pas hésité une seconde avant de mettre la main dessus ! J’ai beaucoup aimé ce livre qu’on lit comme un roman. D’ailleurs, la vie de Daphné du Maurier est digne des meilleurs scénarios ! J’ignorais complètement que cette auteure avait écrit autant de livres, et surtout des livres très noirs ! En effet, pour la petite anecdote, c’est une de ses nouvelles qui a inspiré à Alfred Hitchcock le film « Les Oiseaux » !

Ma note: ♥♥♥

 

Célibataire longue durée – Véronique Poulain

celibataire-longue-duree

Nombre de pages: 212 pages

Editeur: Stock

Date de parution (dans cette édition): 4 mai 2016

Résumé:

À la veille de ses cinquante ans, Vanessa Poulemploi, la bien nommée, va devoir relever un triple défi : trouver du travail, un sens à sa vie et… se marier. Autant vous dire que ce n’est pas gagné.

Mon avis:

Ce roman, très léger, a bien fait son office: il m’a fait sourire et fait passer un bon moment. Je pense que le livre précédent de l’auteure (qui a inspiré le film « la famille Bélier » était bien plus profond que celui-ci. J’ai trouvé le personnage de Vanessa un peu fade et pas tellement attachant. Pour les amateurs de chick-lit, vous y trouverez forcément votre compte. Pour les autres, ce roman est à lire sur la plage et à (éventuellement) laisser sur place.

Ma note: ♥♥

 

Charade – Laurent Loison

charade

Nombre de pages: 422 pages

Editeur: Nouvelles Plumes

Date de parution (dans cette édition): décembre 2015

Résumé:

Il laisse derrière lui des cadavres de jeunes femmes atrocement torturées et de mystérieux messages. Ce cruel et terrifiant tueur en série est pourtant traqué par le meilleur flic du 36, le commissaire Florent Bargamont, et une brillante criminologue, Emmanuelle de Quezac.

Mon avis:

J’ai entendu parler de ce livre via Facebook et ne le trouvant nulle part, j’ai écrit un message à son auteur, Laurent Loison. Celui-ci m’a gentiment répondu qu’il pouvait me vendre directement son roman, avec une petite dédicace 🙂 Ni une ni deux je l’ai donc commandé et effectivement, le livre est arrivé super vite, bien emballé, avec un gentil courrier et une chouette dédicace (si vous passez par là, encore un grand merci Laurent !). Mais trêve de blablas, parlons de ce fameux « charade ». Des meurtres atroces sont commis et le commissaire Florent Bargamont et une jeune criminologue, Emmanuelle de Quezac, sont mis sur l’affaire. Je trouve juste dommage que le jeune enquêteur Loïc ne soit pas plus mis en avant car c’est réellement lui qui forme un tandem avec Emmanuelle ! Florent est surtout là pour superviser et distribuer ses ordres. J’ai trouvé que ce roman avait un très bon rythme, on a toujours envie d’en savoir plus ! Les meurtres sont tous plus affreux les uns que les autres, M. Loison n’a rien à envier à Maxime Chattam de ce côté-là !! J’ai aimé le retournement de situation à la fin, même si j’avais déjà ma petite idée quant à l’identité de l’assassin ! Le commissaire Bargamont devient de plus en plus attachant au fil du récit, son armure se craquelle, révélant ses failles, ce qui le rend plus humain qu’au début du roman. Je me réjouis de retrouver les héros dans un prochain roman !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Le reste de leur vie – Jean-Paul Didierlaurent

le-reste-de-leur-vie

Nombre de pages: 273 pages

Editeur: Au Diable Vauvert

Date de parution (dans cette édition): 2 mai 2016

Résumé:

Manelle, jeune aide à domicile, s’occupe des vivants, tandis qu’Ambroise, thanatopracteur par vocation, rend la mort présentable. A l’âge des questions sur la vie, ils consacrent la leur à faire du bien à de plus cabossés qu’eux, des gens comme tout le monde et toujours uniques… Au fil de hasards qui n’en sont pas, le vieux Samuel va permettre leur rencontre. Et d’une ville à l’autre, un joyeux road trip en corbillard s’engage, à la recherche d’un improbable et dénouement… Ce conte moderne régénérant se révèle une ode à la vie et à l’amour, à l’image d’Ambroise, le thanatopracteur amoureux des vivants. Et tout lecteur fermera ce roman heureux, ému et réparé. On pense à Ensemble c’est tout pour l’optimisme, la chaleur humaine et l’universalité de ce deuxième roman qui confirme l’art de Jean-Paul Didierlaurent.

Mon avis:

J’ai retrouvé avec plaisir la plume tendre de Jean-Paul Didierlaurent qui m’avait déjà touchée avec son premier roman Le Liseur du 6h27 (j’en parlais ici). Les dialogues sonnent juste et les personnages sont encore une fois très attachants. Même si parfois on pourrait dire que l’auteur vit un peu au pays des Bisounours (à l’instar de Gilles Legardinier) on ressort de ses romans avec le coeur en joie et ça, de nos jours, ça n’a pas de prix ! Alors cessons d’être rabat-joies et profitons tout simplement d’un bon moment de lecture !

Ma note: ♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois d’août 2016 ! Je reviens très vite pour le bilan du mois de septembre 🙂

Et vous, qu’avez-vous lu récemment ?

Bisous !