Bilan de mes lectures du mois de septembre 2019

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de septembre 2019.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 8

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Le Schmock – Franz-Olivier Giesbert

Nombre de pages: 416 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2019

Résumé: 

J’écris des romans pour raconter des histoires. Depuis longtemps, j’en avais une qui me courait dans la tête et qui se déroulait dans l’Allemagne nazie du siècle dernier, en Bavière. Une histoire d’amour, d’amitié. Malgré toutes mes lectures sur la période hitlérienne, je n’ai jamais réussi à comprendre pourquoi tant d’Allemands « bien », respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir. Par quelle aberration, à cause de quelles complaisances, quelles lâchetés, le nazisme fut-il possible ? Qu’était-il arrivé à ce grand pays de musiciens, de philosophes et de poètes ? Ces questions-là n’ont jamais cessé de me hanter. Je crois que l’histoire d’Elie, Elsa, Lila, Karl et les autres apporte quelques clés. Après tout, il n’y a que les fous pour tenter de répondre à ce genre de questions, les fous ou les personnages de roman. Franz-Olivier Giesbert

Mon avis: 

J’ai eu un gros coup de coeur pour ce roman prenant place lors de la seconde guerre mondiale et la montée au pouvoir d’Hitler. On y suit deux familles, l’une juive et l’autre pas et leurs destins si différents. Un roman qui se lit très facilement, l’écriture est fluide et le sujet vraiment bien amené. Le début est un peu bizarre et lent mais ensuite on se fait très vite entraîner pour ne plus en sortir qu’après avoir lu la dernière page. J’ai hâte de découvrir les autres livres de cet auteur (je crois que j’ai l’arracheuse de dents dans ma pile à lire).

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

L’ombre du renard – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 317 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 22 août 2019

Résumé: 

Après Le Miroir des âmes, une nouvelle enquête du procureur suisse, parti en Corse sur les traces d’un trésor nazi englouti…

Le 16 septembre 1943, alors que les Alliés s’apprêtent à libérer la Corse de l’occupation nazie, un convoi SS quitte un couvent situé sur les hauteurs de Bastia en emportant une mystérieuse cargaison. Chargées sur une barge à destination de l’Italie, les caisses sont victimes d’un bombardement américain et finissent englouties au large du Cap Corse.
Ainsi naît la légende du Trésor de Rommel, qui suscitera bien des convoitises et engendrera de somptueuses dépenses en recherches sous-marines durant plus de 70 ans. Toutes infructueuses.
Jusqu’à ce jour de l’été 2018 où un lingot d’or caractéristique réapparaît en Suisse, à côté du cadavre d’un vieux bijoutier de Neuchâtel. Le premier d’une longue série, qui va entraîner le procureur Norbert Jemsen, sa greffière Flavie Keller et l’inspectrice Tanja Stojkaj dans un tourbillon mortel entre la Suisse et la Corse.

Mon avis: 

Mon avis complet est juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Une maison jaune – Abigail Seran

Nombre de pages: 302 pages

Editeur: Plaisir de lire

Date de parution (dans cette édition): 23 décembre 2015

Résumé: 

Sous le toit d’une maison jaune, trois destins féminins s’entremêlent…

Un jour, Charlotte découvre dans la maison de maître où elle a récemment emménagé avec sa mère des petits papiers écrits bien des années auparavant. Curieuse, elle décide de remonter la trace de ces mots. Il s’avère qu’entre ces murs, deux autres adolescentes ont vécu avant elle : Léonie, issue d’une famille de notables de l’entre-deux-guerres et Pia, émigrée italienne dans les années cinquante. Chacune d’entre elles fera un bout de chemin dans cette maison qui aurait dû être jaune avec des destins bien différents. Pia, Charlotte et Léonie, trois univers entrelacés à ce moment de la vie si particulier qu’est le passage à l’âge adulte. D’une écriture pleine de justesse et de retenue, l’auteure nous fait traverser le vingtième siècle, au gré des doutes, des espoirs et des certitudes de ses héroïnes. Une histoire au suspense savamment tissé qui pourrait bien dévoiler que cette demeure n’est pas le seul point commun de ces jeunes filles.

Le portrait de trois jeunes femmes du XXe siècle, si différentes et si semblables.

Mon avis: 

Ce livre, qui raconte l’histoire de 3 femmes à travers les âges qui ont en commun la fameuse maison jaune (qui ne l’était pas vraiment d’ailleurs) du titre m’a vraiment transportée. Léonie, jeune fille issue d’une famille noble, obligée de subir un mariage arrangé dans l’entre-deux guerres. Pia, jeune immigrée italienne dans les années 50, qui découvre l’amour et le désir au contact d’une jeune pianiste talentueuse… et finalement Charlotte, adolescente d’aujourd’hui, qui découvre elle aussi les premiers émois amoureux, tout en menant son enquête sur les habitantes précédentes de la maison où elle habite avec sa mère. J’ai vraiment adoré ce roman qui mêle passé et présent, je l’ai trouvé vraiment passionnant et touchant à la fois. Une très belle découverte.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

La disparition de Stephanie Mailer – Joël Dicker

Nombre de pages: 635 pages

Editeur: Edition de Fallois

Date de parution (dans cette édition): 7 mars 2018

Résumé: 

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.

Mon avis: 

J’avais beaucoup aimé les deux romans précédents de l’auteur et j’avais vraiment hâte de me plonger dans ce nouveau roman, bien que finalement il a traîné plus d’une année dans ma pile à lire. Comme d’habitude, quand j’entends trop parler d’un livre, ça ne me donne pas tellement envie de le lire… donc j’ai laissé un peu le soufflé redescendre et je me suis lancée ! Et bien franchement, Joël Dicker a vraiment le don pour nous créer des intrigues complexes et qui tiennent vraiment bien la route ! Comme d’habitude avec cet auteur, je me suis bien fait rouler dans la farine !! Un roman vraiment bien ficelé et qui est encore un cran au-dessus de ses précédents romans. Il y a beaucoup de personnages mais chacun a son petit moment à lui et on arrive bien à faire le lien entre eux. Un sacré roman qui j’espère sera porté sur le petit ou grand écran prochainement !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Nous étions nés pour être heureux – Lionel Duroy

Nombre de pages: 222 pages

Editeur: Julliard

Date de parution (dans cette édition): 22 août 2019

Résumé: 

Depuis trente ans, Paul a fait de son histoire familiale, et du désastre que fut son enfance, la matière même de ses romans. Une démarche que ses frères et soeurs n’ont pas comprise, au point de ne plus lui adresser la parole pendant de longues années. Et puis arrive le temps de la réconciliation. Paul décide de réunir à déjeuner, dans la maison qui est devenue son refuge, tous les protagonistes de sa tumultueuse existence : ses neuf frères et soeurs, leurs enfants et les siens, et même ses deux ex-femmes.
Viendra qui voudra. Et advienne que pourra.
Le temps d’un singulier repas de famille, Lionel Duroy parvient à reconstituer tous les chapitres essentiels de la vie d’un homme. Avec sa profondeur psychologique habituelle et l’élégance de son style, il livre ici un récit vibrant de vérité sur les liens indestructibles de l’enfance, la résilience et la paix enfin retrouvée.

Mon avis: 

Oh quelle déception que ce roman !En début d’année, j’avais adoré Eugenia, de ce même auteur. Du coup, quand lors d’une virée en librairie j’ai vu que l’auteur avait sorti un nouveau roman, je l’ai de suite acheté, sans même lire la 4ème de couverture. Et bien, je pense que j’aurais vraiment dû m’abstenir. Alors attention, le roman n’est pas mauvais, ce n’est pas ce que je dis. Mais en comparaison à son précédent roman, il ne se passe presque rien dans ce roman qui décrit juste des retrouvailles lors d’un dîner entre les différents membres d’une famille qui s’étaient brouillés à cause des livres qu’écrit le narrateur de l’histoire. Bref, j’avoue m’être un peu ennuyée, heureusement qu’il était vite lu 😦

Ma note: ♥♥

 

 

Féline – Bu Hui-Ryeong

Nombre de pages: 166 pages

Editeur: Picquier poche

Date de parution (dans cette édition): 3 mars 2016

Résumé: 

Voici un chat errant, qui doit surmonter les difficultés de la vie après la disparition de sa mère.

Voici une adolescente un peu sauvage, qui vit seule avec sa grand-mère et fuit le contact avec les autres, de peur d’être blessée.

Tous deux se rencontrent dans un parc, et aussitôt, le chat croit reconnaître en elle un de ces êtres de légende qui comprennent le langage des chats. C’est sûr, ils sont faits l’un pour l’autre !

Une belle histoire d’amitié entre un jeune chat vagabond et une adolescente, qui apprennent ensemble à affronter la vie, leurs peurs et leur solitude.

Mon avis: 

Ce livre retrace la rencontre entre un jeune chat et la jeune fille qu’il a choisi (malgré elle) comme maîtresse. Ce roman est une sorte de fable moderne, il ne s’y passe pas grand chose finalement mais il est touchant et j’aime le fait qu’il soit narré par le chat. Un livre poétique sur l’attachement homme-animal et sur le besoin d’appartenance que nous avons besoin de ressentir parfois (bande d’amis, famille, etc.).

Ma note: ♥♥♥♥

 

La vérité sur le mensonge – Benedict Wells

Nombre de pages: 220 pages

Editeur: Slatkine & Cie

Date de parution (dans cette édition): 12 septembre 2019

Résumé: 

Laissez-vous embarquer dans le monde du jeune prodige allemand, auteur du bestseller La Fin de la solitude. Dix grandes histoires très différentes, d’un monde dans lequel mensonges, rêves, vérités se croisent et se confondent. Tour à tour touchantes, drôles, surprenantes et, souvent, inoubliables.

Dix grandes histoires sur des petits riens, et pourtant sur l’essentiel.
Des histoires sur le malheur d’être libre, et sur une femme confrontée à une décision existentielle. Des histoires à propos d’un endroit où personne ne veut aller, mais qui devient pourtant un foyer. À propos d’un scénariste d’aujourd’hui qui, en panne d’inspiration, est catapulté dans le Hollywood des années 70, où il pourrait voler l’idée du film qu’il sait être le plus célèbre du XXe siècle. Et, enfin, des histoires tirées de La Fin de la solitude, éclairant enfin un sombre secret de famille et un rêve d’enfant…
Dix grandes histoires très différentes, d’un monde dans lequel mensonges, rêves, vérités se croisent et se confondent. Tour à tour touchantes, drôles, surprenantes et, souvent, inoubliables.

Mon avis: 

Mon avis complet est juste ici 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Sans âme [le protectorat de l’ombrelle, tome 1] – Gail Carriger

Nombre de pages: 432 pages

Editeur: Le livre de poche

Date de parution (dans cette édition): 18 avril 2012

Résumé: 

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau, compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ? Vampires, loups-garous et aristocrates : un réjouissant mélange de romanesque et de fantastique !

Mon avis: 

Un roman de bit-lit drôle et intéressant à la fois et qui apporte un souffle nouveau au genre. En effet, l’héroïne, Alexia Tarabotti, est une sans-âme ce qui veut dire qu’à son contact, vampires, loups-garous et autres joyeusetés perdent immédiatement (ou presque) leurs pouvoirs qui sont dès lors inutilisables contre elle. Suite à la mort ou la disparition de plusieurs jeunes vampires, Alexia et le responsable du bureau des créatures surnaturelles, Lord Maccon, un beau spécimen de loup-garou, vont enquêter pour comprendre qui est derrière cette affaire. J’ai vraiment été entraînée dans le récit que j’ai trouvé palpitant et bien mené. Je pense lire dans les prochaines semaines le tome 2.

Ma note: ♥♥♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de septembre, j’ai toujours plus de retard dans mes chroniques et j’en suis navrée.

Et vous, qu’avez-vous lu dernièrement ?

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois de mai 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de mai 2018! 

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 7

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Congo Requiem (Lontano tome 2) – Jean-Christophe Grangé

Nombre de pages: 736 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 4 mai 2016

Résumé: 

On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.

Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité,jusqu’à Lontano, au coeur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.

Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi. L’ Homme-Clou.

Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

Mon avis: 

Je ne peux pas vous en raconter trop étant donné qu’il s’agit d’une suite (je n’aimerais pas vous spoiler), mais j’ai aimé retrouver les personnages qu’on avait commencé à connaître dans Lontano. Dans ce roman, la parfaite petite famille Morvan vole en éclats et toutes les vérités (même les plus sombres) sortent enfin. Comme d’habitude avec cet auteur, on est directement happés dans le récit et on ne peut plus lâcher le livre avant de l’avoir terminé ! J’ai aimé qu’une partie de l’intrigue se passe en Afrique et plus particulièrement au Congo, on voyage beaucoup plus que dans le premier tome! Par contre, j’ai trouvé la fin un peu bâclée, un peu « facile »… mais je ne peux pas vous dire plus malheureusement, il faudra vous en faire votre propre idée! Mais si on ne tient pas compte des 3 derniers chapitres, je peux dire que j’ai vraiment apprécié ma lecture 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le passeur (tome 1) – Lois Lowry

Nombre de pages: 224 pages

Editeur: Ecole des Loisirs

Date de parution (dans cette édition): 1994

Résumé: 

 

Mon avis: 

Tout d’abord, je tient à préciser que je ne savais pas du tout qu’il s’agissait d’un premier tome, car ne possédant pas les autres, je ne suis pas sûre que je l’aurais lu (en fait j’en ai un peu marre des séries et je m’étais dit qu’un bon « one shot » ça allait bien passer). Au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, je me disais : ben je sais pas comment ça va pouvoir se terminer vu qu’il reste très peu de page et tellement de questions ouvertes encore! Et bien voilà, en fait ce premier tome, qui est vraiment un tome de mise en situation, nous présente Jonas, qui vit dans un monde aux tonalités de gris, où l’égalité fait loi et où les vieilles personnes ou les malades sont « élargis » du village. Mais comme il est désigné par le conseil pour être le conservateur de la mémoire de la communauté (secte?), il comment à voir des souvenirs d’un monde qu’il n’a jamais connu, il perçoit les couleurs et voit des paysages inconnus pour lui. Son petit monde bien rangé et sans surprise éclate alors en mille morceaux quand il découvre l’envers du décor… J’ai bien aimé ce premier tome, il s’agit clairement d’une dystopie, un peu à la « Divergente », avec des gens qui ne peuvent pas vraiment choisir leur destin et doivent se conformer aux ordres qu’ils reçoivent. Je suis curieuse de mettre la main sur les tomes d’après car ce roman m’a fait pas mal réfléchir sur le monde dans lequel on vit …

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

Les mémoires d’un chat – Hiro Arikawa

Nombre de pages: 336 pages

Editeur: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 7 juin 2017

Résumé: 

Un chat de gouttière au franc-parler et rompu au langage des humains a pris ses quartiers dans le parking d’un immeuble de Tokyo. Pour rien au monde il ne troquerait sa liberté contre le confort d’un foyer. Mais le jour où une voiture le percute, il est contraint d’accepter l’aide de Satoru, un locataire de l’immeuble, qui le soigne, lui attribue un nom – Nana – et lui offre la perspective d’une cohabitation durable. Cinq ans plus tard, des circonstances imprévues obligent Satoru à se séparer de Nana. Anxieux de lui trouver un bon maître, il se tourne vers d’anciens camarades d’études, disséminés aux quatre coins du Japon. Commence alors pour les deux compères une série de voyages et de retrouvailles qui sont pour Nana autant d’occasions de découvrir le passé de Satoru et de nous révéler – à sa manière féline – maints aspects de la société japonaise. Prenant et surprenant, profond et plein d’humour, Les Mémoires d’un chat est un beau roman sur l’adoption, l’amitié, et la force des liens qui unissent l’homme et l’animal.

Mon avis: 

Il s’agit d’un livre pour lequel j’ai eu tout d’abord un coup de cœur pour la couverture présentant un chat à l’air très jovial. Je l’ai acheté en librairie, par hasard, sans le connaître, et (fait très rare!) je l’ai commencé tout de suite. (c’est dire!) Dans ce roman, on suit la vie d’un chat, Nana (qui veut dire « 7 » en japonais), recueilli blessé par un jeune homme et qui va peu à peu s’attacher à son nouveau maître. Quand celui-ci décide de se séparer de Nana, un périple en monospace peut commencer, où le jeune homme fait escale chez ses amis d’enfance perdus de vue (on nous raconte alors comme ils se sont rencontrés) pour leur proposer de garder son chat… J’ai souri, j’ai ri, j’ai pleuré, ce roman m’a fait passer par toutes les émotions. Ce récit est poétique, poignant et vraiment bien écrit. Pour ma part, il s’agit pour le moment de ma plus belle lecture de cette année 2018.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Jardin d’été – Abigail Seran

Nombre de pages: 208 pages

Editeur: Editions Luce Wilquin

Date de parution (dans cette édition): 18 avril 2017

Résumé: 

Élé et Charles, couple de jeunes retraités, accueillent leurs petits-enfants pour un mois de vacances. Pour la première fois, ils sont tous là, les jumeaux londoniens John et June et Iris, la fille d’Agathe, mère angoissée à l’idée de laisser son enfant chez ses parents. Une famille, comme un mobile, maintenue en harmonie grâce au rôle et à la position de chacun. Alors, quand au coeur de cet été bourguignon le passé refait surface, le fragile équilibre est mis à mal. Ce roman polyphonique suit cette tribu un mois de juillet pas comme les autres. Celui où les non-dits se lèvent et où l’histoire personnelle de chacun se révèle, se transforme à la lumière d’une donnée trop longtemps escamotée.

Mon avis: 

J’ai rencontré un peu par hasard l’auteure (qui est valaisanne) au salon du livre de Genève cette année (merci à l’auteur Nicolas Feuz de nous avoir présentées :-)!) Du coup, j’ai eu envie de découvrir sa plume et j’en suis bien contente ! L’écriture est fluide, les dialogues sonnent juste et les personnages sont attachants. Dans ce roman, on rencontre deux grands-parents qui accueillent pour l’été leurs 3 petits-enfants. Mais voilà, l’été est long pour les jeunes gens…(et pourtant ils ne mesurent pas la chance d’aller en vacances dans un lieu si joli et d’avoir de si chouettes grands-parents!!) l’auteure sait bien décrire la langueur qui s’empare de tous les membres de la famille au fil de cet été …Tout est calme jusqu’au moment où l’une des petites filles découvre que sa grand-maman cache un secret ! Une histoire de famille touchante, même si dans ma tête j’avais imaginé une autre fin! Une auteure dont je suis curieuse de lire les autres livres !

Ma note: ♥♥♥(♥)

 

Aussi libres qu’un rêve – Manon Fargetton

Nombre de pages: 264 pages

Editeur: Castelmore

Date de parution (dans cette édition): 19 avril 2017

Résumé: 

En cette fin de XXIe siècle, la loi des Dates de naissance régit l’accès aux métiers. Né en janvier, vous avez accès au métier de vos rêves : acteur, chanteur, tout est possible. Né en décembre, préparez-vous à racler le fond de l’océan et à plonger les mains dans des algues gluantes ! Minöa et Silnëi sont soeurs jumelles, nées à quelques minutes d’ntervalle la nuit du 31 décembre. La première à 23 h 58 et la seconde à 0 h 17 ! La tyrannie des Dates de naissance leur promet des destins radicalement différents, mais cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre l’injustice et l’ordre établi, aidées par Kléano, le chanteur rebelle d’un groupe de rock.

Mon avis: 

Le résumé m’a tout de suite donné envie, ce monde où votre mois de naissance va définir votre métier et ce que vous allez faire de votre vie est super intéressant. On y suit des jumelles qui sont nées avec quelques minutes de différence mais l’une le 31 décembre et l’autre le 1er janvier. Forcément, le destin choisit pour chacune d’elle ne leur correspond pas et quand elles rencontrent d’autres personnes dans leur cas, la révolte gronde. Cette dystopie est intéressante mais je dois dire que le sujet aurait mérité deux tomes de plus. En effet, je trouve la fin un peu bâclée, je pense que l’intrigue aurait pu être un peu plus développée. J’ai cependant un très bon moment de lecture, même si j’ai préférée la plume de l’auteure dans le registre Fantasy.

Ma note: ♥♥♥

 

Fin de ronde (Mr Mercedes tome 3) – Stephen King

Nombre de pages: 432 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 8 mars 2017

Résumé: 

Dans la chambre 217 de l’hôpital Kiner Memorial, Brady Hartsfield, alias Mr Mercedes, gît dans un état végétatif depuis sept ans, soumis aux expérimentations du docteur Babineau.

Mais derrière son rictus douloureux et son regard fixe, Brady est bien vivant. Et capable de commettre un nouveau carnage sans même quitter son lit. Sa première pensée est pour Bill Hodges, son plus vieil ennemi…

Mon avis: 

J’ai un peu enchaîné les deux derniers tomes de cette trilogie initiée par Mr Mercedes, j’avais tellement envie de connaître la suite ! Et bien, je n’ai vraiment pas été déçue car l’intrigue tient vraiment bien la route et Brady est encore plus cruel que dans les tomes précédents. J’adore toujours autant la construction des romans de Stephen King, sa façon de passer d’un personnage à l’autre sans jamais nous perdre en route et en nous tenant toujours en haleine ! En tout cas j’ai été heureuse de retrouver tous les protagonistes, Bill Hodges, le flic à la retraite et ses « coéquipiers » Jérome et surtout Holly, pleine de T.O.C. et surtout géniale de par son intelligence et son dévouement envers ses amis. Je quitte à regret cette trilogie et j’espère que le King continuera à nous faire frémir, rire et pleurer dans ses romans encore longtemps.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Ma femme de ta vie – Carla Guelfenbein 

Nombre de pages: 297 pages

Editeur:  Actes Sud – Babel

Date de parution (dans cette édition): 1er juin 2009

Résumé: 

Ils sont deux amis, jeunes, beaux, idéalistes et désespérés, que Londres réunit dans les années 1980. Entre Theo, étudiant anglais en sociologie, et Antonio, auréolé de sa gloire d’exilé chilien, l’attraction est immédiate. Ils refont le monde au rythme des mélodies envoûtantes de Joan Baez ou Bob Marley ; l’engagement politique de l’un contre la dictature exacerbe la soif de liberté de l’autre – une liberté bridée par les austères années Thatcher. Ils sont frères d’armes, qui se sont juré une loyauté à la vie et à la mort. L’irruption de la belle Clara aura raison de leur promesse. S’ensuivent quinze ans de silence ; Theo court après ses chimères. Correspondant de guerre, il arpente camps de réfugiés et villes dévastées, quand, un jour, Antonio, devenu le mari de Clara, l’invite au Chili pour le mettre à nouveau face à face avec la femme de sa vie.

Mon avis: 

Dans ce roman on rencontre deux amis, Antonio et Theo qui tombent amoureux de la même femme, Clara. Elle-même n’est pas vraiment sûre de qui elle aime… un trio amoureux sur fond de révolution chilienne qui m’a pour le moins ennuyée. J’ai trouvé certains passages très longs et finalement l’intrigue n’est pas très intéressante. J’ai eu de la peine à m’identifier aux personnages….Je n’ai pas du tout aimé le personnage de Clara…Du coup, je crois que je suis passée complètement à côté de ce roman ! Dommage…

Ma note: ♥♥

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de mai 2018, je vais essayer de vite taper l’article des romans lus en juin !

Et vous, vous lisez quoi en ce moment ?

Bisous !