Bilan de mes lectures des mois d’avril et mai 2017

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures des mois d’avril et mai 2017!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Comme vous pourrez le voir au vu des notes attribuées, j’ai eu de très bonnes lectures durant les 2 derniers mois et même quelques coups de coeur !!

Livres lus durant le mois d’avril 2017: 4

Livres lus durant le mois de mai 2017: 5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Le puits des mémoires – tome 3 – Les Terres de Cristal – Gabriel Katz

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Pocket 

Date de parution (dans cette édition): 10 septembre 2015

Résumé: 

Retrouvez Nils, Olen et Karib dans ce dernier volet de la trilogie…

La quête et Nils, Karib et Olen va enfin toucher à sa fin. Et leur vengeance s’accomplir. Mais après le complot qui les a lancés sur la route de leur mémoire, de nouvelles trahisons les guettent. Maintenant qu’ils connaissent leur identité, la menace n’est que plus grande. Car ici, à Woltan, les assassins règnent en maîtres.
Et tandis que sur notre trio se lèvent les premières tempêtes de neige, loin dans le Nord, dans les glaces éternelles des Terres de cristal, est tapi un terrible secret qui attend sa révélation…

 » Formidable saga aux rebondissements nombreux et surprenants, Le Puits des mémoires est une trilogie difficile à lâcher et à oublier.  » So-what magazine

Cet ouvrage a reçu le Prix des Imaginales

Mon avis: 

J’étais tellement heureuse de retrouver Olen, Karib et Nils (Niiiiiiils !!! ❤ ok je me calme haha) dans la suite et fin de leurs aventures ! D’ailleurs j’ai enchaîné les tomes 2 et 3 car impossible de ne pas connaître le fin mot de l’histoire ! J’ai tout adoré: l’ambiance, les décors, les personnages, les dialogues et l’intrigue passionnante qu’a créé Gabriel Katz !! Cette trilogie est une pépite, un petit bijou que je ne peux que vous recommander si vous aimez les romans Fantasy 🙂 Je ne vous en parle pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise mais foncez découvrir l’univers du puits des mémoires 🙂

Voici les liens vers mon avis sur le tome 1 et le tome 2

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Un fils en or – Shilpi Somaya Gowda

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Mercure de France

Date de parution (dans cette édition): 7 janvier 2016

Résumé:

Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part les compléter aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d’une union prestigieuse. Or, depuis qu’il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d’un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l’éloigner, en la mariant à la va-vite. Les destins croisés d’Anil et de Leena forment la trame de ce roman – lui en Amérique, qui est loin d’être l’eldorado qu’il croyait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main, après beaucoup de souffrances. Mais auront-ils droit au bonheur ?

Mon avis:

J’ai adoré suivre la vie du héros du roman qui m’a vraiment fait voyager d’Inde aux Etats-Unis ! Ce roman m’a bouleversée car il est criant de vérité et une bon miroir de la société actuelle. Si vous aimez les romans qui vous font rire et pleurer, ce roman est pour vous ! C’est avec ce genre de roman qu’on se rend compte encore et toujours que l’égalité homme-femme n’est vraiment pas gagnée et que cela doit rester une lutte de tous les jours pour qu’un jour nous soyons tous égaux, peu importe notre sexe, couleur, nationalité ou encore notre classe sociale.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Voyage au coeur de l’impulsion d’achat – quand l’émotion rencontre la raison – Intissar Abbes et Isabelle Barth

Nombre de pages: 164 pages

Editeur: L’Harmattan

Date de parution (dans cette édition): 1er mars 2016

Résumé:

Ce livre décortique notre quotidien de shoppeur et lève le voile sur le comportement d’achat impulsif, souvent incompris et mal perçu. Quelles sont ses causes et ses déterminants ? Est-il vraiment un acte dénué de raison ou existe-t-il plusieurs types d’achats impulsifs ? Que se passe-t-il réellement dans notre for intérieur au moment où nous passons à l’acte ? Quels sont les pièges à éviter pour optimiser sa décision d’achat et être en paix avec soi-même ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage, à travers des témoignages et des enquêtes, apporte des réponses.

Mon avis:

J’ai été un peu déçue par ce documentaire qui je pensais traiterait plus de la surconsommation et comment s’en sortir. En réalité, il parle surtout des stratégies marketing des marques et comment elles font pour créer le besoin et nous faire acheter toujours plus. Du coup, j’ai trouvé que les auteurs s’étaient surtout penchés du côté des vendeurs plus que des acheteurs ! Il était toutefois intéressant par bien des aspects mais ne correspondait pas à ce que j’en attendais.

Ma note: ♥♥

 

Le jour du chien – Patrick Bauwen

Nombre de pages: 428 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 29 mars 2017

Résumé:

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du mal. Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Oeil de Caine.

Mon avis:

Quelle claque ! j’avais déjà adoré « les Fantômes d’Eden » et là je dois dire que Patrick Bauwen a fait encore plus fort !! Après s’être fait agresser dans le métro, Le Dr Kovak remarque une femme qui ressemble étrangement à son épouse en visionnant le film de la caméra de surveillance alors que celle-ci est sensée être morte (poussée sous le métro par un fou) depuis 2 ans … Jusqu’au bout on retient son souffle, ce thriller est palpitant, dérangeant, passionnant ! Patrick Bauwen sait nous lancer sur de fausses pistes et nous embrouiller pour mieux nous étonner ensuite. Vu la fin, je pense que M. Bauwen nous réserve une suite dont je me réjouis d’avance !!

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

 

Horrora Borealis – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 307 pages

Editeur: Nicolas Feuz

Date de parution (dans cette édition): 18 octobre 2016

Résumé:

Tout ce sang qui coule aux pieds de Walker. La question n’est pas de savoir qui est ce cadavre avec une balle dans la tête. Non. La bonne question est : qu’est-ce qui s’est passé en Laponie ? Les souvenirs sont flous, mais ce qui est sûr, c’est que de longue date, Walker ne croit plus au Père Noël. Et vous ? Vous y croyez encore ?

Mon avis:

Il s’agit du premier roman que je lis de cet auteur suisse que j’ai eu l’occasion de rencontrer au salon du livre de Genève cette année pour lui faire dédicacer mon exemplaire 🙂 Pour la petite histoire, M. Feuz est procureur, donc il sait de quoi il parle ! J’ai adoré l’ambiance glaçante de ce roman, même si au début je me suis un peu sentie « sans repères » et j’ai du relire plusieurs fois les premières pages pour finalement me dire que j’allais comprendre par la suite et effectivement ! La construction de ce roman est un peu spéciale car nous partons du présent pour revenir dans le passé et finalement revenir dans le présent. Pendant ce temps, on échafaude pleins de théories sur l’identité du tueur pour finalement être complètement baladé par l’auteur 🙂 Un roman qui m’a beaucoup plu, je me réjouis donc de lire les autres livres de cet écrivain (très sympathique de surcroît!). Une chose est sûre, je ne suis pas près d’aller passer mes vacances en Laponie 😉

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le premier miracle – Gilles Legardinier

Nombre de pages:

Editeur: 

Date de parution (dans cette édition): 

Résumé:

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire… Avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.

Mon avis: 

Ce livre n’est pas un roman feel good comme les autres livres de Gilles Legardinier, il s’agit cette fois-ci d’un thriller un peu ésotérique qui je dois dire a bien m’emporter et m’intéresser !! Si au début le personnage principal m’agaçait un peu de par son côté un peu trop « je fais des blagues à la con toutes les 2 phrases », j’ai finalement bien croché avec l’intrigue et les personnes m’ont bien plu également. Si vous voulez découvrir cet auteur dans un autre registre que le feel-good, je ne peux que vous le recommander si comme moi vous aimez tout ce qui touche aux mystères non résolus (trésors des pharaons, etc.) car on y suit l’agence créée par Winston Churchill qui avait pour but de retrouver les oeuvres d’art et autres objets dérobés par les nazis durant la Seconde
Guerre Mondiale…

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le boiteux de Varsovie – tome 1 – L’Etoile Bleue – Juliette Benzoni

Nombre de pages: 476 pages

Editeur: Plon

Date de parution (dans cette édition): 4 novembre 1994

Résumé:

Rentrant de captivité en 1918, Aldo Morosini, d’antique noblesse vénitienne, découvre que sa mère a été assassinée ; que dans son palais sur le Grand Canal, un joyau historique, l’Etoile bleue, appartenant à sa famille maternelle a été volé et qu’il n’a plus aucun espoir de retrouver la femme qu’il aime. Cependant, pour éviter à la dépouille de sa mère l’injure de l’autopsie et la curiosité malsaine des journaux, il ne prévient pas la police et décide rechercher lui-même le voleur meurtrier. Quatre ans plus tard, devenu antiquaire, il est invité à rejoindre un assez mystérieux personnage : Simon Aronov, acheteur très connu des salles de ventes européennes, bien qu’on ne l’ait jamais vu. C’est à Varsovie, après un long périple dans les caves du ghetto qu’Aronov, boiteux et borgne, reçoit Morosini. Juif de haute spiritualité, le Boiteux montre à son hôte une étrange pièce de musée : le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem, une plaque d’or où s’enchâssait douze pierres précieuses, dont quatre manquent, volées et dispersées au cours des siècles. Or une tradition veut qu’Israël ne retrouvera sa terre ancestrale que lorsque le Pectoral reconstitué pourra y revenir. L’une des quatre pierres est le saphir volé à Venise… Juliette Benzoni, auteur de nombreux best-sellers, nous entraîne dans une aventure pleine de rebondissements et de suspense où l’amour et l’argent tuent.

Mon avis:

Cela faisait tellement longtemps que j’avais cette quadrilogie dans ma pile à lire (et elle m’intéressait!) que je me suis dit qu’il fallait vraiment que je m’attaque au premier tome ! Et j’ai bien fait, car ce roman nous fait voyager dans l’Europe d’après la Première Guerre Mondiale où l’on suit un « prince » (je pense que le titre est plus honorifique et lié à sa richesse qu’une vraie marque de noblesse) vénitien qui part à la recherche d’un bijou de famille dérobé lors de l’assassinat de sa mère. Pour ce faire, il fera équipe avec un mécène juif qui souhaite rester dans l’ombre, le fameux boiteux de Varsovie. Celui-ci souhaite également retrouver cette pierre – l’étoile bleue – ainsi que 3 autres pierres pour pouvoir compléter le Pectoral du Grand Prêtre du temple de Jérusalem ce qui permettra de rendre à Israël sa terre ancestrale. Un roman qui se lit vraiment comme une série télé, pleine de rebondissement et de personnages hauts en couleur. J’ai hâte de continuer l’aventure !

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

Le bureau des Jardins et des Etangs – Didier Decoin

Nombre de pages: 396 pages

Editeur: Stock

Date de parution (dans cette édition): 2 janvier 2017

Résumé:

Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa.
Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

Mon avis:

Etant donné que le japon et son histoire m’intéressent énormément, quand j’ai lu une critique de ce livre dans « Elle », j’ai tout de suite foncé dans ma librairie pour le faire mien ! Didier Decoin décrit les paysages et les mœurs de l’époque avec maestro, alors que d’après ce que j’ai lu il n’est même jamais allé au Japon ! L’histoire de cette jeune veuve qui doit aller livrer les dernières carpes pêchées par feu son mari dans les étangs sacrés du palais de l’empereur et de toutes les péripéties, trahisons et découvertes qui en découleront font que ce roman est passionnant et se lit de bout en bout sans vouloir le poser. J’ai cependant trouvé que l’auteur avait pris quelques raccourcis à certains moments du roman et la fin m’a laissée un peu sur ma faim même j’ai passé un excellent moment de lecture.

Ma note: ♥♥♥♥

 

 

La dernière des Stanfield – Marc Levy

Nombre de pages: 480 pages

Editeur: Robert Laffont / Versilio

Date de parution (dans cette édition): 20 avril 2017

Résumé:

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
Au c ur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Mon avis:

Ce roman m’a réconciliée avec Marc Lévy car je n’avais pas du tout aimé « Elle et Lui » et n’avait depuis lors plus lu de livres de lui (bon à vrai dire je crois qu’il n’en a écrit qu’un seul entre les deux et je l’ai acheté le mois passé en poche 😉 ). Pour la petite histoire, mes parents ont eu la chance de le rencontrer à la librairie Kléber à Strasbourg et m’ont fait dédicacer ce fameux dernier roman. J’ai adoré les transitions passé/présent pour découvrir qui était vraiment les mères de Eleanor-Rigby et George-Harrisson !! Les chapitres relativement courts donnaient un bon rythme au roman et on avait sans cesse envie d’en apprendre plus ! Les dialogues sonnent justes, contrairement à ce que j’avais pu reprocher au dernier livre que j’avais lu de M. Lévy. Un joli roman, aux personnages attachants et qui est pour moi une très belle réussite. Si comme moi vous êtes friands d’histoires de famille, de secrets et de romantisme, ce roman ne pourra que vous intéresser !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures des deux derniers mois !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ?

Bisous 🙂

Bilan de mes lectures des mois de mars et avril 2016

Hello tout le monde !

Un peu à la bourre cette fois-ci, voici le bilan de mes lectures des mois de mars et avril 2016.

Comme vous pouvez le constater, j’ai lu pas mal en mars mais le mois d’avril a été assez pauvre en lectures.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois de mars : 5

Livres lus durant le mois d’avril : 2,5

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Un bûcher sous la neige – Susan Fletcher

un bucher sous la neige

Nombre de pages: 476 pages

Editeur: J’ai lu

Date de parution (dans cette édition): 29 mars 2013

Résumé:

«La lune en est la souveraine.»

du Troène

Herbier complet
Culpeper
1653

Quand ils viendront me chercher, je penserai à l’extrémité de la corniche du nord, car c’est là que j’ai été le plus heureuse, avec le ciel et le vent, et les collines toutes sombres de mousse ou de l’ombre d’un nuage les survolant. Je reverrai ce moment où un coin de montagne s’éclaire soudain, comme si ce rocher avait été choisi entre tous les autres par le soleil, marqué par ses rayons. Il va briller, puis s’assombrir à nouveau. Je serai là cheveux au vent puis rentrerai chez moi. J’aurai en moi ce rocher éclairé par le soleil. Je le garderai en sécurité.
Ou bien je penserai à ma course dans la neige. Il n’y avait pas de lune mais je voyais l’étoile du matin, on dit que c’est l’étoile du diable mais c’est aussi celle de l’amour. Elle luisait cette nuit-là, elle luisait très fort. Et moi je courais au-dessous en me répétant que tout aille bien que tout aille bien. Puis j’ai vu les terres en bas qui étaient tellement paisibles, tellement blanches et immobiles et endormies que j’ai pensé que l’étoile avait peut-être entendu, alors tout allait bien, la mort n’approchait pas. C’était une nuit de beauté, à ce moment. La plus grande beauté que j’avais vue de toute ma vie. Ma courte vie.
Ou encore je penserai à toi.
Dans mes derniers instants silencieux, je penserai à lui près de moi. Comment, très doucement, il a dit : toi…

Certains l’appellent un sombre endroit, comme s’il n’y avait rien de bon à trouver dans ces collines. Mais du bon, moi je sais qu’elles en étaient pleines. Je grimpais sur les hauteurs enneigées. Je m’accroupissais au bord du loch et je me penchais pour y boire, si bien que mes cheveux flottaient dans l’eau, et je levais la tête pour voir la brume tomber. Par une claire nuit de gel, alors qu’on racontait que tous les loups avaient disparu, j’en ai entendu un qui hurlait du côté de Bidean nam Bian. C’était un cri tellement long et triste que j’ai fermé les yeux en l’entendant. Il pleurait sa propre fin, je crois, ou la nôtre, comme s’il savait. Les nuits là-bas ne ressemblaient à aucune autre. Les collines étaient très noires, des formes découpées dans du drap, le drap du ciel bleu foncé, étoile. Je connaissais les étoiles, mais pas ces étoiles-là.

Mon avis:

Un roman très poétique, avec beaucoup de descriptions (au début j’ai même trouvé ça un peu long je dois dire). C’est l’histoire d’une jeune femme, accusée de sorcellerie et de meurtre (un massacre a été perpétré dans un petit village, tuant presque tous les habitants) et qui est enfermée en attente d’être brûlée vive. Heureusement pour elle, à cause de la neige (et du bois mouillé) ils doivent attendre avant de l’exécuter. C’est donc à ce moment-là qu’un prêtre (ou pasteur?) vient la trouver pour essayer de comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Plus il passe du temps avec elle, moins il est convaincu qu’elle est réellement une sorcière mais voit surtout sa bonté et la beauté de son âme. Ce roman, sur fond historique (la lutte des jacobites (dont fait parti l’homme d’église qui vient trouver la « sorcière ») – qui espéraient le retour du roi Jacques – contre les partisans de Guillaume d’Orange) est vraiment bien écrit, on peut presque voir les paysages et respirer les odeurs décrites. J’ai passé un bon moment de lecture,  même si je reproche à l’auteure quelques longueurs.

Ma note: ♥♥♥

 

Dieu me déteste – Hollis Seamon

dieu me déteste

Nombre de pages: 235 pages

Editeur: 10/18

Date de parution (dans cette édition): 7 mai 2015

Résumé:

New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu’il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre ! Et d’embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302… Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Jusqu’à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort…
Ce roman bouleversant offre une leçon d’humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.

 » C’est un livre porté par un élan vital, un humour absolument incroyable. Une vraie découverte.  »
Olivia De Lamberterie, France 2

Mon avis:

J’attendais beaucoup de ce livre, ayant lu pas mal d’avis très positifs. J’ai pourtant été très déçue par ce roman. L’écriture est un peu brouillonne, j’ai eu de la peine à avoir de la compassion pour Richard et Sylvie, rien à voir avec « nos étoiles contraires » quoi. En plus, souvent les situations dites « drôles » tombaient à plat. Je pensais qu’il serait très vite lu et pourtant j’ai fait quand même assez longtemps pour le terminer car je n’ai pas du tout croché au style de l’auteur et à la trame narrative.

Ma note: ♥♥

 

Sorceleur – tome 1: Le dernier voeu – Andrzej Sapkowski

sorceleur tome 1

Nombre de pages: 382 pages

Editeur: Milady 

Date de parution (dans cette édition): 21 avril 2011

Résumé:

Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu un guerrier ou un mage.C est un Sorcereur. Il est unique.Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand c ur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d un jour, amours dune nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier v u : retrouver son humanité perdue…

Mon avis:

Etant une fan du jeu The Witcher III, j’ai bien sûr eu envie d’en savoir plus sur notre héros sorceleur Geralt de Riv. Un sorceleur, qu’est-ce que c’est ? Et bien « tout simplement » un homme  « mutant » (il a été un peu « modifié » pour être plus résistant et avoir des sens en plus) qui traque les monstres pour une poignée de pièces. J’ai adoré connaître les débuts de Geralt, et, pour ceux qui jouent au jeu, comprendre pourquoi il revient à chaque fois vers Jennefer. De plus, il ne faut pas oublier que ce sont les romans qui ont inspiré les jeux et pas le contraire!! Petit anecdote : Grâce au livre, j’ai appris que dans le jeu on pouvait calmer son cheval en utilisant un signe magique, chose que je n’avais jamais faite 🙂 Bref, plus vous jouez et plus vous avez envie de lire les romans (il y a 8 livres parus) et plus vous lisez et plus vous avez envie de retourner jouer Geralt et parcourir le monde au dos de sa fidèle Ablette 😉 J’ai passé un très bon moment de lecture et ai déjà hâte de retrouver Geralt dans le tome 2.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le Livre des Baltimore – Joël Dicker

le livre des baltimore

Nombre de pages: 476 pages

Editeur: De Fallois

Date de parution (dans cette édition): 30 septembre 2015

Résumé:

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Mon avis:

Ce roman a été une grosse claque pour moi. J’avais adoré « la vérité sur l’affaire Harry Québert » et j’ai encore plus aimé celui-ci, où l’on suit à nouveau Marcus Goldman mais cette fois en creusant dans son passé. On alterne donc les chapitres « flashback » et les chapitres « du présent » et j’ai trouvé la construction du roman très intéressante et l’ensemble très bien rythmé, comme c’était déjà le cas avec le livre précédent de l’auteur. L’histoire de cette famille est bouleversante, et c’est mon premier coup de coeur littéraire de l’année ! Je ne peux que vous le conseiller ! (je n’ose pas trop vous en dire car je trouve que le résumé en dit déjà bien assez et je n’ai pas envie de vous spoiler)

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Trois jours chez ma mère – François Weyergans

trois jours chez ma mère

Nombre de pages: 230 pages

Editeur: folio

Date de parution (dans cette édition): 25 mai 2007

Résumé:

Dans le train, il colla sa tête contre la vitre et aperçut en surimpression, flottant au milieu d’un décor de broussailles, un visage blême et crispé, le sien, avec son front reconnaissable, haut et dégarni, ses paupières gonflées et sa bouche aux lèvres minces. Il eut envie de se dire à lui-même : « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? » Ce visage si près du sien lui inspirait une profonde sympathie.  » Nuit après nuit, un homme hyper anxieux voudrait ne pas affronter la vie qui l’attend. Ses souvenirs l’aideront-ils à aller mieux ? Il a fait tant de voyages, du Japon au Canada, tant de rencontres amoureuses. Sa mémoire lui donne le vertige. Il s’invente une série de doubles aux-quels il fait mener une vie sentimentale et sexuelle aussi agitée que la sienne. Il vit depuis trente ans avec Delphine, ils ont deux filles – deux jeunes adultes capables de voir que leur père est dans le pétrin – et il voudrait aller rendre visite à sa mère. Elle vit seule en Provence et aura bien-tôt quatre-vingt-dix ans. Il lui téléphone souvent mais depuis quand ne l’a-t-il pas vue ? Il a d’abord un livre à finir. Sa mère le lui dit :  » Tu devrais publier ton roman, sinon les gens vont croire que tu es mort. »

Mon avis:

J’ai trouvé ce livre ennuyant de bout en bout. Le narrateur (qui je pense est l’auteur, même si le nom de famille n’est pas tout à fait identique…) est un homme infidèle et insupportable, qui est sensé aller passer quelques jours chez sa mère pour finir (ou commencer) d’écrire son livre. En fait, je n’ai toujours pas compris à quoi servait ce bouquin, car finalement il ne va pas chez sa mère (enfin il ne me semble pas, ou alors je n’ai rien compris haha) et continue à parler de sa vie (inintéressante) et de toutes les idées de bouquins qu’il a en tête, même s’il n’arrive rien à mettre sur papier. Je n’ai pas aimé le style d’écriture, le roman est partagé en deux, la deuxième partie fait un peu roman dans le roman, mais tout se mélange, bref, un gros flop pour moi que j’ai fait très long à lire car je n’ai vraiment pas croché, mais jusqu’au bout j’ai espéré un sursaut de la part de l’auteur, qui n’est malheureusement pas arrivé.

Ma note: ♥

 

Quelqu’un pour qui trembler – Gilles Legardinier

qqun pour qui trembler

Nombre de pages: 420 pages

Editeur: Fleuve

Date de parution (dans cette édition): 1er octobre 2015

Résumé:

Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.
Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.
Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies.

Mon avis:

J’avais déjà lu 2 romans de cet auteur et je dois dire qu’il s’agit de lectures « détente ». J’aime le style d’écriture très fluide de Gilles Legardinier, les chapitres sont plutôt court, les personnages attachants (même si dès le départ on se doute déjà de comment tout ça va se terminer…) oui c’est sûr il y a beaucoup de bons sentiments dans les romans de cet auteur mais franchement, par les temps qui courent, lire un livre sans prise de tête et qui fait du bien au moral et met du baume au coeur, et bien moi je dis oui ! Ce livre m’a bien plu, et j’ai adoré les petits vieux du home où Thomas va aller travailler, je les ai trouvé vraiment touchants.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Les proies: dans le harem de Kadhafi – Annick Cojean

les proies

Nombre de pages: 297 pages

Editeur: Le livre de poche

Date de parution (dans cette édition): 10 avril 2013

Résumé:

Soraya, une fille d’à peine 15 ans repérée par Mouammar Kadhafi et enlevée dès le lendemain pour devenir, avec d’autres, son esclave sexuelle. Séquestrée plusieurs années, elle avait été battue, violée, exposée à toutes les perversions d’un tyran obsédé par le sexe. Il lui avait volé sa virginité et sa jeunesse, lui interdisant ainsi tout avenir respectable dans la société libyenne. Après l’avoir pleurée et plainte, sa famille la considérait désormais comme une traînée. Irrécupérable. A.C.
Une vie brisée. Une seule ? Non, des centaines, sans doute plus. Les Proies nous plonge dans les coulisses d’une dictature, dans les profondeurs d’un système esclavagiste terrifiant, aux complicités multiples, entre corruption, terreur, viols, crimes.
C’est un document choc. Une enquête menée avec audace, non sans mal tant ces crimes demeurent un tabou en Libye. Encore aujourd’hui. Caroline de Malet, Le Figaro.

Mon avis:

Le sujet m’a interpellée car je ne connaissais rien de cette histoire d’Amazones de Kadhafi, ces filles qu’il présentait au monde comme sa garde rapprochée surentraînée et qui n’était en fait que des jouets sexuels pour lui. L’histoire de Soraya, enlevée à ses parents après avoir été choisie par Kadhafi lors d’une visite de celui-ci à son école, violée et violentée chaque jour pendant des années. Et dire que tous les grands de la planète faisaient les beaux avec Kadhafi pour être dans ses bonnes grâces, et profitaient aussi de « ses » filles ou garçons…. ce récit m’a écoeurée au plus haut point mais je trouve important de lire ce genre de témoignage pour ne pas oublier toutes ces victimes et leur rendre hommage.

Ma note: ♥♥♥♥

 

L’amour est à la lettre A – Paola Calvetti

l'amour est à la lettre A

Nombre de pages: 524 pages

Editeur: France Loisirs

Date de parution (dans cette édition): 2010

Résumé:

Tout quitter pour ouvrir la librairie de ses rêves spécialisée dans les romans d’amour ! Voilà le pari fou que fait Emma, à l’aube de ses cinquante ans. Et c’est justement là, dans ce lieu voué aux sentiments, qu’elle va retrouver Federico, son flirt de jeunesse. Une correspondance secrète s’établit entre les anciens amants qui, au fil des jours, vont réapprendre à se connaître et à s’aimer.

Un roman hors normes, vibrant hommage au pouvoir des mots et de la littérature.

Mon avis:

J’ai abandonné ce livre à la page 250 car j’ai trouvé ce roman épistolaire aussi intéressant qu’un encéphalogramme plat. Les lettres que s’écrivent Emma et Federico parlent de tout (mais surtout de rien), elle parle toujours de vieux écrivains et lui d’un vieil architecte, bref, ça ne m’a pas du tout intéressée, j’était très déçue car j’avais ce livre depuis quelques années dans ma pàl et je pensais que je passerais un bon moment de lecture ce qui n’a vraiment pas été le cas. Je n’ai pas du tout croché avec les personnages, j’ai détesté Federico qui trompe sa femme pour Emma alors qu’apparemment tout va bien avec (sa femme donc)… A cause de ce roman j’ai failli faire une panne de lecture car je n’avançais plus, c’est pourquoi j’ai pris la décision de ne pas le terminer (c’est très rare que je le fasse) quand j’ai vu que je ne l’avais pas touché depuis une semaine !

Ma note: ♥ 

Et voilà c’est tout pour mes lectures des mois de mars et avril 2016 !

J’espère que mes petites revues vous intéressent toujours, n’hésitez pas à me dire si vous préféreriez un article par roman, etc. !

Et vous, vous avez lu quoi récemment !

Bisous !

Bilan de mes lectures du mois de janvier 2016

Hello tout le monde !

Voici comme chaque mois le bilan de mes lectures du mois précédent !

Les résumés ont été pris sur Amazon ou sur Babelio.

Livres lus durant le mois : 5

 

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Le jeu de l’ange – Carlos Ruiz Zafon

le jeu de l'ange

Nombre de pages: 537 pages

Editeur: Editions de Noyelles

Date de parution: 20 août 2009

Résumé:

Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voie de l’Industrie. Son existence bascule un soir de crise au journal : il faut trouver de toute urgence un remplaçant au feuilletoniste dominical. Sur les conseils de Pedro Vidal, chroniqueur à ses heures, David est choisi. Son feuilleton rencontre un immense succès et, pour la première fois, David est payé pour ce qu’il aime le plus au monde : écrire. En plein succès, David accepte l’offre de deux éditeurs peu scrupuleux : produire à un rythme effréné des feuilletons sous pseudonyme. Mais après quelques années, à bout de force, David va renoncer. Ses éditeurs lui accordent alors neuf mois pour écrire son propre roman. Celui-ci, boudé par la critique et sabordé par les éditeurs, est un échec. David est d’autant plus désespéré que la jeune fille dont il est amoureux depuis toujours – et à laquelle le livre est secrètement dédié – va épouser Pedro Vidal. Son ami libraire, Sempere, choisit ce moment pour l’emmener au Cimetière des livres oubliés, où David dépose le sien. Puis arrive une offre extraordinaire : un éditeur parisien, Corelli, lui propose, moyennant cent mille francs, une fortune, de créer un texte fondateur, sorte de nouvelle Bible,  » une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués, d’offrir leur âme « . Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique du meurtre se met en place autour de David. En vendant sa liberté d’écrivain, aurait-il vendu son âme au diable ? Épouvanté et fasciné, David se lance dans une enquête sur ce curieux éditeur, dont les pouvoirs semblent transcender le temps et l’espace.

Mon avis:

Cela faisait longtemps que ce livre était dans ma pile à lire ! J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Carlos Ruiz Zafon et son univers oscillant entre le fantastique et le thriller. Comme son dernier livre m’avait beaucoup déçue (le prisonnier du ciel sauf erreur), j’avais un peu peur d’être également déçue par celui-ci … et bien pas du tout ! L’histoire est passionnante, les personnages attachants et les événements s’enchaînent tellement vite qu’on ne s’ennuie pas une seconde !

Ma note: ♥♥♥♥

 

Le secret de la pierre occulte (tome 1) – Artur Balder

le secret de la pierre occulte

Nombre de pages: 575 pages

Editeur: Albin Michel collection Wiz

Date de parution: 3 septembre 2008

Résumé:

Un crime dans une abbaye. Un secret gardé depuis des siècles. Un jeune alchimiste qui peut changer l’histoire.

Angleterre, 1099. Le corps sans vie de frère Gaufrey est retrouvé en plein coeur de la cathédrale de Westminster. Le jeune apprenti Idruk Maiflower, possédant le don inné de l’alchimie, vient d’être accepté dans la prestigieuse confrérie de Wilton. Ces deux événements que rien ne semble lier vont pourtant changer le destin d’Idruk. Le redoutable Inquisiteur suprême, Lord Malkmus de Mordred, le traque sans relâche, forçant le jeune alchimiste à fuir son village. Quel sombre dessein poursuit cet homme qui cache son visage derrière un masque ? Placé sous la protection du puissant ordre du Lion Rouge, Idruk devra le découvrir avant que le chaos n’engloutisse le royaume…

Mon avis:

L’ambiance de ce roman est assez sombre et l’intrigue aurait pu être vraiment intéressante si l’auteur n’avait pas tout compliqué et j’ai parfois perdu le fil à certains moments. J’ai également regretté le fait que certaines parties du livres sont un peu (beaucoup) pompées de Harry Potter. La plus grosse blague a été que malgré le fait qu’il n’y avait aucune mention de tome 1 sur la couverture, le roman ne se finit pas et la suite n’a jamais été traduite en Français….. vous imaginez ma déception ! Lire 575 pages pour finalement n’avoir aucune chance de savoir la suite … De plus, je ne trouve pas vraiment que ce livre mérite d’être sous jeunesse… je l’ai trouvé dans l’ensemble assez ardu et il me semblerait plus adapté pour des jeunes adultes. Le personnage principal est un peu trop « téméraire » à mon goût et change pas mal de caractère au fil du récit… ce roman m’a laissé un goût un peu amer même s’il n’étais pas vraiment mauvais.

Ma note: ♥♥

 

Tant que nous sommes vivants – Anne-Laure Baudoux

tant que nous sommes vivants

Nombre de pages: 298 pages

Editeur: Gallimard jeunesse

Date de parution: 25 septembre 2014

Résumé:

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants ?

Mon avis:

J’ai adoré cette fable des temps modernes et cette belle histoire d’amour entre les deux protagonistes de l’histoire … Ce roman m’a vraiment fait « voyager » et j’avais à chaque fois hâte de retrouver les mots de l’auteur. Je le recommande pour toutes les personnes qui aiment les histoires d’amour et les ambiances oniriques.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Un amour impossible – Christine Angot

un amour possible

Nombre de pages: 217 pages

Editeur: Flammarion

Date de parution: 19 août 2015

Résumé:

Pierre et Rachel vivent une liaison courte mais intense à Châteauroux à la fin des années 1950. Pierre, érudit, issu d’une famille bourgeoise, fascine Rachel, employée à la Sécurité sociale. Il refuse de l’épouser, mais ils font un enfant. L’amour maternel devient pour Rachel et Christine le socle d’une vie heureuse. Pierre voit sa fille épisodiquement. Des années plus tard, Rachel apprend qu’il la viole. Le choc est immense. Un sentiment de culpabilité s’immisce progressivement entre la mère et la fille. Christine Angot entreprend ici de mettre à nu une relation des plus complexes, entre amour inconditionnel pour la mère et ressentiment, dépeignant sans concession une guerre sociale amoureuse et le parcours d’une femme, détruite par son péché originel : la passion vouée à l’homme qui aura finalement anéanti tous les repères qu’elle s’était construits.

Mon avis:

Un récit qui fait un peu froid dans le dos, on y suit Christine Angot lors de son enfance puis adolescence, avec un père absent (il vient d’une famille riche et n’avait pas voulu épouser la mère de l’auteure car elle venait d’une famille trop pauvre) qui tout d’un coup veut d’occuper de sa fille chérie. Au début, comme elle avait toujours idéalisé ce père qu’elle ne connaissait presque pas, elle le met sur un pied d’estal (il a des bonnes manières et beaucoup de culture) et commence à critiquer sa mère et lui reprocher un tas de choses alors que celle-ci a toujours fait tout ce qu’elle pouvait pour qu’elles s’en sortent et a toujours travaillé dur pour que sa fille ne manque jamais de rien. Et pourtant, malgré les apparences, un malaise subsiste… l’image parfaite du père finit par se craqueler pour finir en miettes. Un livre dur mais que je vous recommande si la vie de Christine Angot vous intéresse. Personnellement je n’ai pas vraiment aimé la façon d’écrire de l’auteure, un peu comme cela vient. On sent que les phrases ne sont pas vraiment « construites », je ne sais pas comment l’expliquer !

Ma note: ♥♥

 

Ca peut pas rater ! – Gilles Legardinier

ca peut pas rater

Nombre de pages: 422 pages

Editeur: Fleuve

Date de parution: 2 octobre 2014

Résumé:

– J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir ! Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume.

Mon avis:

Au début du roman je me suis dit « oulà c’est vraiment super mal écrit! » puis, au fur et à mesure du récit j’ai vraiment accroché et j’ai commencé à vraiment bien aimer les personnages (surtout les personnages masculins) car le personnage principal m’a vraiment énervée à certains moments (surtout lors du vol d’un certain petit animal …) de par ses réactions un peu excessives. La fin du roman m’a vraiment beaucoup plu, j’ai adoré la conclusion de l’histoire 🙂 Il s’agit vraiment d’un roman « feel good » et je pense que cette histoire en fera rêver plus d’une 🙂

Ma note: ♥♥♥♥

et voilà c’est tout pour mes lectures (romans) du mois de janvier 2016 !

Dites-moi ce que vous avez lu dernièrement et également si vous aimeriez que je vous parle également des bds/mangas que je lis ?

Bonne soirée, bisous !

Mes lectures des mois de janvier-février 2015 [les romans]

Je reviens aujourd’hui pour inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog, qui m’a été pas mal demandée et j’avais envie de me lancer depuis un moment ! Me diversifier un peu dans mes articles, ne pas parler que de beauté car il n’y a pas que le maquillage dans la vie. Ma grande passion depuis toujours, (oui même devant les jeux vidéos) est la lecture. Je dévore en moyenne un livre par semaine, parfois un peu plus, parfois un peu moins  (peut-être peu pour les booktubeuses mais bon je trouve que c’est déjà pas mal quand on bosse à 100 %, et en tenant compte du fait que je suis assez active sur WoW 😉 )

Voici donc les livres que j’ai lus durant les mois de janvier et février 2015, je vous indiquerai à chaque fois le résumé du livre et mon avis 🙂

Edit : sur conseil d’une de mes lectrices (merci Christ’aile), je vous ai rajouté un système de note avec des étoiles, voici la légende

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La patience du diable – Maxime Chattam

la patience du diable

Nombre de pages : 500 pages

Editeur : Albin Michel

Date de parution : mai 2014

Résumé :

LE MAL PEUT-IL CONTAMINER CEUX QUI LE TRAQUENT ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…
Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…
Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

Mon avis :

Un thriller glaçant comme je les aime ! Les chapitres courts donnent un sentiment d’urgence au récit. On a toujours envie de savoir la suite. Sans en raconter trop, certaines scènes sont vraiment gores mais personnellement, même si j’ai très peur en regardant des films d’horreur ou des thrillers sanglants, lire ce genre de choses ne me dérange pas tellement 😉 Bref, un très grand Maxime Chattam avec un dénouement assez imprévisible !

Ma note : ♥♥♥♥

Les Anges mordent aussi (Felicity Atcock tome 1) – Sophie Jomain

les anges mordent aussi

Nombre de pages : 299 pages

Editeur:  Rebelle

Date de parution : janvier 2012

Résumé :

Je n’ai vraiment pas de bol : il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de se pointer pour s’enterrer dans mon jardin sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et ennuyeuse à mourir.

Mon avis :

ça parle d’anges, de vampires, ça ressemble un peu aux Etoiles de Noss Head de la même auteure. Pourtant, Sophie Jomain arrive à se diversifier tout de même et le ton de ce roman (le premier d’une saga) est bien plus humoristique. L’héroine, Felicity, est maladroite et très drôle. Les personnages masculins sont sexy à souhait et les scènes de sexe très bien décrites (sans verser dans le vulgaire). Je me réjouis de lire la suite !

Ma note : ♥♥♥

La femme parfaite est une connasse – Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard

femme parfaite est une connasse

Nombre de pages : 160 pages

Editeur : J’ai lu

Date de parution : Février 2013

Résumé :

Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites (c’est-à-dire grosso-modo pour toutes les femmes*). Vous y apprendrez notamment comment garder votre dignité quand vous êtes complètement bourrée, qui sont ces filles qui ne mangent qu’une salade par jour, les questions qu’il ne faut pas poser à un homme si vous ne voulez pas entendre la réponse, ou ce qu’il faut faire de toute urgence si votre mec veut s’acheter des Crocs.

Mon avis :

Franchement, je n’ai pas ri en lisant ce livre, j’ai juste souri à deux-trois phrases assez bien « trouvées ». Ce petit livre se lit super vite (j’ai fait moins d’une heure pour le lire) Si vous recherchez un livre très léger pour vous détendre, il pourra faire l’affaire. Par contre, si vous voulez vraiment lire quelque chose sur les femmes, passez votre chemin, ce livre est un ramassis de clichés sur la gente féminine, je trouve presque choquant que ce soit deux femmes qui ont écrit tout ça !

Ma note : ♥

Turbulences – Michael Crichton

turbulences

Nombre de pages : 391 pages

Editeur : Michel Laffont

Date de parution : janvier 2004

Résumé :

Trois morts et plus de cinquante blessés : tel est le bilan du vol Hong Kong/Denver. Pourquoi un tel carnage ? C’est ce que doit déterminer Casey Singleton, vice-présidente et responsable qualité de Norton Aircarft, le constructeur du N-22 qui a si mal assuré la liaison. L’avion avait réussi à atterrir en Californie, mais l’intérieur est inexplicablement dévasté. Le tout n’est pas du meilleur effet, puisque la Norton s’apprête à signer un contrat de huit milliards de dollars avec la Chine pour ce type d’appareil. L’enquête de Casey est perturbée par l’irruption d’une équipe de télévision avide de sensationnel et par de saignantes rivalités professionnelles. Et puis, Casey peut-elle réellement avoir confiance en son adjoint Richman ?

Mon avis :

J’avais un peu peur de me lancer dans ce policier sur le thème de l’aviation car j’ai lu pas mal de romans de Michael Crichton et ai déjà remarqué qu’il aime connaître son sujet sur le bout des doigts et le montre bien. (c’est mieux, vous me direz!) Même si le vocabulaire utilisé est très pointu, je ne me suis pas sentie trop perdue et ai vraiment apprécié cette enquête et ai beaucoup aimé le personnage de Casey, femme de caractère qui sait se faire respecter dans un monde quasi exclusivement masculin. A la fin on a presque l’impression de faire partie un peu de ce monde tant les termes techniques sont bien expliqués 🙂 Un policier très bien tourné au dénouement assez prévisible mais quand même très agréable à lire.

Ma note : ♥♥♥

La liste des mes envies – Grégoire Delacourt

la liste de mes envies

Nombre de page : 186 pages

Editeur : JC Lattès

Date de parution : février 2012

Résumé :

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras.
Elle aime les jolies silhouettes mais n a pas tout à fait la taille
mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie.
Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est
présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé
les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a
courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison
de la méchanceté. Jusqu au jour où, grâce aux voisines, les jolies
jumelles de Coiff Esthétique, 18.547.301 lui tombent dessus. Ce jourlà, elle gagne beaucoup. Peut-être.

Mon avis :

Comment ne pas s’attacher au personnage de Jo, femme bien dans sa vie mais pas forcément bien dans sa peau, qui, du jour au lendemain, se retrouve riche après avoir gagné au lotto. A partir de ce moment, sans même avoir encore encaissé son chèque, elle réfléchit à toutes les choses qu’elle aimerait s’offrir ou offrir aux gens qu’elle aime. Un très joli roman qui fait réfléchir sur les vraies valeurs de la vie.

Ma note : ♥♥♥♥

Ce que je peux te dire d’elles – Anne Icart

ce que je peux te dire d'elles

Nombre de pages : 317 pages

Editeur : Michel Laffont

Date de parution : janvier 2013

Résumé :

Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça : les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d’un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire… Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au cœur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles. Mais Violette l’attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ? Portés par une écriture ultrasensible, où sous l’apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l’histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d’un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin. Il y a d’abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste à La Dépêche du Midi ; Justine l’indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père (il est mort avant sa naissance) mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette… Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine…), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l’heure explore avec autant de tendresse que d’acuité toute la complexité des liens maternels.

Mon avis :

J’adore les histoires de familles à travers plusieurs générations. Quand j’ai lu la 4ème de couverture de ce roman dans ma bibliothèque, je l’ai donc directement embarqué ! J’ai vraiment adoré suivre les vies de cette lignée de femmes, soudées entre elles dans l’adversité et le drame. Un livre très touchant, très prenant, dont on apprend à aimer chaque personnage (j’ai surtout adoré les personnages de Justine la femme libérée et la très attachante Babé).

Ma note : ♥♥♥♥

Charlotte – David Foenkinos

charlotte

Nombre de pages : 224 pages

Editeur : Gallimard

Date de parution : août 2014

Résumé :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une oeuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie ». Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis :

Ce roman – une biographie pourrais-je dire – est vraiment très intéressant car il raconte la vie de cette artiste méconnue, persecutée durant la Seconde Guerre Mondiale. On sent la fascination de l’auteur pour cette peintre et il nous donne envie d’en savoir plus sur elle. Une très belle découverte !

Ma note : ♥♥♥♥

Le fils de la sardine – Ilan Duran Cohen

le fils de la sardine

Nombre de pages : 179 pages

Editeur : Actes Sud

Date de parution : Septembre 2001

Résumé :

Hélène travaille à l’institut Épil’Express. Entre deux épilations, elle écrit des chansons. Elle rêve de Jean-Jacques Goldman, récite des poèmes à des auditeurs qui n’y comprennent rien, vit au rythme de confessions drolatiques sur ses parents, coiffeurs à Soissons, ses clients, ses amours ratées. Elle se lie à Fanny, sa collègue, qui ne peut « se passer de mecs, la solitude ce n’était pas pour elle ». La première invente des histoires, la seconde les multiplie. Toutes deux partagent le même appartement, jusqu’à ce que Fanny tombe amoureuse. C’est chez un vieil homosexuel installé dans le Marais à Paris, client de l’institut de beauté, qu’Hélène va trouver refuge. Autour de M. Blumenfeld, fidèle de l’épilation du dos et des épaules, gravitent d’autres personnages : Simon, parti en goguette quelque part, Schlomo, jeune juif pratiquant, masturbateur insatiable, terrassé par le doute, entré au McDo pour « un suicide culinaire et métaphysique ». La recherche de Simon est le prétexte aux rencontres tous azimuts, en apparence impossibles. Chacun trouvera sa place, son identité.

Mon avis :

Un roman très étrange, une sorte d’OVNI littéraire. Les personnages qui le peuplent sont tous névrosés, et pourtant on se prend tout de même un peu d’affection pour cette esthéticienne paumée qui finalement prend des risques pour enfin vivre pleinement sa vie. Un roman dont je ne garderai pas un souvenir impérissable 😉

Ma note : ♥♥

Demain j’arrête! – Gilles Legardinier

demain j'arrete

Nombre de pages : 404 pages

Editeur : pocket

Date de parution : avril 2013

Résumé :

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis :

Un roman très drôle qui se lit très rapidement malgré ses 400 pages. Etonnant comme l’auteur sait se mettre dans la peau de cette jeune femme sans tomber dans les clichés féminins. J’ai adoré le personnage de Ric, incarnation de l’homme parfait. L’écriture est fluide, le rythme soutenu, il n’y a aucun temps mort ! Un super roman que je recommande à toutes et tous si vous voulez passer un bon moment en compagnie de ces personnages haut en couleur. J’ai hâte de lire les autres romans de cet auteur !

Ma note : ♥♥♥♥

Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam

que ta volonté soit faite

Nombre de pages : 360 pages

Editeur : Albin Michel

Date de parution : janvier 2015

Résumé :

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam s’amuse à dresser le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen, un pervers psychopathe, de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle. Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible. Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. On songe bien sûr à Stephen King (une bourgade à la Norman Rockwell où tout le monde connait tout le monde, un vieux shérif obstiné, le poids de la religion, les secrets de famille…) et parfois aussi à Jim Thompson. Une réussite.

Mon avis :

Ce roman change complètement des autres romans de l’auteur car il s’agit là d’un roman raconté à la première personne (mais on ne connait pas l’identité du narrateur, même si à la fin on le comprend). L’ambiance de ce roman fait bel et bien penser à Stephen King, avec cette petite ville américaine où tout le monde se connait et où tout le monde a des secrets. Un livre très bien écrit, qui en surprendra plus d’un ! Je l’ai vraiment beaucoup aimé 🙂

Ma note : ♥♥♥♥

Love letters to the dead – Ava Dellaira

love letters to the dead

Nombre de pages : 319 pages

Editeur : Michel Lafon

Date de parution : Mai 2014

Résumé :

 » Je sais que May est morte. Je veux dire, j’en suis consciente mais j’ai l’impression que c’est pas pour de vrai. Qu’elle est toujours là, avec moi. Qu’une nuit, elle rentrera par la fenêtre après avoir fait le mur et me racontera ses aventures. Peut-être que si j’arrive à lui ressembler plus, je saurai mieux vivre sans elle.  » À son arrivée au lycée, Laurel a comme premier devoir de rédiger une lettre pour un mort. Elle décide d’écrire à Kurt Cobain, et c’est ainsi que débute une année de correspondance à sens unique avec des acteurs, musiciens et poètes disparus, qui ont tous joué un rôle important dans la vie de la jeune fille. Au travers de ses lettres, elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Et révèle, surtout, comment elle parvient à surmonter la mort de sa sœur. Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente et faire face à ce qui s’est réellement passé la nuit où May est décédée.  »

Mon avis :

Il s’agit là d’un roman pour « jeunes adultes » dont j’avais pas mal entendu parler sur les chaînes des booktubeuses. Les avis étaient assez variés à son sujet, j’ai vraiment eu envie de me forger ma propre opinion. Que dire à part que ce roman m’a littéralement emporté avec lui, j’ai adoré le format « lettres » du récit, la narratrice s’adressant à chaque chapitre à un personnage célèbre décédé. L’écriture est fluide, les dialogues sonnent juste. J’attendais peut-être un autre dénouement mais j’ai tout de même beaucoup aimé ce roman, cette jeune fille qui doit faire le deuil de sa soeur et comprendre que ladite soeur qu’elle croyait parfaite avait ses failles et ses peurs. Je trouve de plus l’objet livre vraiment magnifique avec sa couverture dans les tons de violet.

Ma note : ♥♥♥♥

Le plus bel endroit du monde est ici – Francesc Miralles Care Santos

le plus bel endroit du monde est ici

Nombre de pages : 188 pages

Editeur : Pocket

Date de parution : juin 2014

Résumé :

Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

Mon avis :

J’ai acheté ce roman à cause de son titre et de sa jolie couverture (fille futile bonjour!). Pourtant, j’ai été emportée dans cette jolie histoire, cette jeune femme qui souhaite en finir avec la vie et qui, par le plus grands des hasards, trouve un café dont elle n’avait jamais remarqué l’existence. Tout est enchanteur dans ce livre et on ne sait plus dire ce qui fait partie de la réalité et ce qui n’en fait pas partie. Un joli conte moderne qui donne le sourire et se déguste comme un bon chocolat chaud.

Ma note : ♥♥♥♥♥

Joyland – Stephen King

joyland

Nombre de pages : 350 pages

Editeur : Albin Michel

Date de parution : avril 2014

Résumé :

Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…
Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de Stand by me.

Mon avis :

Un Stephen King qui plaira au plus grand nombre car même si le thème peut sembler effrayant (d’ailleurs la 4ème de couverture évoque « ça » l’un de ses plus grands romans) il n’y a rien dans ce livre qui fait peur, à part la folie de certains personnages (dont je ne citerai pas les noms) Le narrateur, le jeune Devin, travaille durant un été au parc d’attraction Joyland et y découvre qu’un meurtre y a été commis des années auparavant. Obsédé par cette histoire, il n’aura de cesse de découvrir qui est l’assassin. Bien sûr il y a un peu de paranormal dans ce roman (comme dans quasi la totalité des romans de Stephen King) mais ce n’est pas le plus gros de l’histoire. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman !

Ma note : ♥♥♥♥

et voilà, je suis enfin au bout de ma liste 🙂 Dorénavant j’esssaierai de vous faire un article mensuel ! N’hésitez pas à me dire si ce genre d’article vous intéresse ! J’attends vos retours avec impatience !

bonne soirée et bisous 🙂

Source : les résumés ont été pris sur le site Amazon.fr