Bilan de mes lectures des mois de mars et avril 2021

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter (enfin!) mes lectures des mois de mars et avril 2021. Comme j’ai beaucoup de retard dans ces bilans-ci et que j’ai déjà parlé de presque tous les romans lus, je voulais juste vous faire un petit point sur les bds/mangas lus ces deux derniers mois!

Toutes les images proviennent de mon instagram.

Mars 2021

Romans lus durant le mois: 9 (dont 3 SP et 1 emprunt bibliothèque)

Mangas lus durant le mois : 4

Bandes dessinées lues durant le mois: 3

bilan mars 2021

Vous pouvez déjà retrouver sur le blog tous les articles consacrés aux romans lus durant le mois de mars 2021. 

Côté bandes dessinées, j’ai lu le dernier tome paru (le 23) des aventures de Nelson le diablotin « totalement ingérable » de Bertschy, Plutôt léger mais trop drôle, j’apprécie cette collection que je me réjouis de faire découvrir à mes filles 🙂

Dans un registre plus sérieux, j’ai lu Blanc autour de Lupano et Fert, un roman graphique sur le racisme auquel doit faire face une enseignante blanche souhaitant n’ouvrir son école qu’à des fillettes noires pour leur éviter des brimades en classes  » mixtes ». Cependant, cela aura l’effet contraire et tout va vite dégénérer. Menaces, agressions, incendies… Un portrait triste et pourtant réaliste de la vie des noirs et de ceux qui voulaient les aider aux Etats-Unis en 1832. J’ai adoré le dessin qui accentue les émotions des textes. Une pépite!

J’ai également beaucoup aimé découvrir Le siècle d’Emma de Fanny Vaucher et Eric Burnand. On y suit donc Emma, suissesse née début 1900 et qui va s’émanciper au fil des années…. On suit également sa fille, sa petite-fille, son neveu.. dans des destins et des trajectoires différentes, ils dessinent une Suisse multiculturelle qui a beaucoup changé en une centaine d’année, jusqu’à la loi sur le vote des femmes en 1971. A découvrir si cette période vous intéresse!

J’ai lu également pas mal de mangas: Le tome 18 de Promised Neverland de Kaiu Shirai, la fin se précise !! Toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j’avoue adorer les personnalités de tous les héros 🙂 Surtout Ray ♥ 

J’ai lu également le tome 4 de la petite faiseuse de livres de Mia. Maïn, plus attachante que jamais et de plus en plus malade, arrive enfin à produire du papier avec l’aide de son ami Lutz. C’est le début du commerce pour eux et l’histoire s’accélère! Un manga que j’ai beaucoup de plaisir à lire en amoureuse des livres que je suis.

J’ai également commencé une nouvelle série manga, Les carnets de l’apothicaires de Natsu Hyuuga où l’on suit une jeune femme, Mao Mao, arrachée à la rue pour servir à la cour de l’empereur chinois. Là-bas, elle va vite être remarquée pour ses talents de soigneuse et deviendra goûteuse de l’une des concubines de l’empereur… des dessins magnifiques et une histoire riche et intéressante, je dis oui ! Un gros coup de coeur !

J’ai également continué la série l’atelier des sorciers de Kamome Shirahama avec le tome 4, où les intentions de la confrérie du capuchon deviennent de plus en plus claires, faire du mal aux apprentis sorciers ou les faire travailler pour leur cause ! Tous les apprentis devront faire preuve de beaucoup de courage pour se sortir des pièges mis sur leur passage. On commence à avoir beaucoup d’action et ce n’est pas pour me déplaire ! Après quelques tomes de mise en place, nous voilà au cœur de l’histoire et j’ai hâte de commencer le tome 5 !

Avril 2021

Romans lus durant le mois: 7 (dont 1 SP et 1 emprunt bibliothèque)

Mangas lus durant le mois: 1

Bandes dessinées lues durant le mois: 3

bilan avril 2021la familia grande

Là encore, vous avez déjà eu presque toutes les chroniques de mes lectures du mois d’avril en article individuel, à part La familia grande de Camille Kouchner, l’histoire de sa famille et des abus dont a été victime son frère jumeau par leur beau-père. Dur à lire et plutôt choquant… je vous en reparlerai prochainement!

J’ai également lu le 3ème tome de Mortal Instruments, la cité de verre, de Cassandra Clare et je dois avouer avoir été heureuse de retrouver les personnages de cette saga. Clary prend de plus en plus d’assurances en ces pouvoirs de chasseuse d’ombres et va devoir s’impliquer énormément pour sauver la vie de ceux qu’elle aime.. Un tome très important de cette série et qui marque la fin d’un cycle et le début d’un autre! J’ai déjà commencé le tome 4 😉

Le dernier roman dont je ne vous ai pas encore parlé est Le dernier message de Nicolas Beuglet, une nouvelle série commencé par l’auteur, avec une nouvelle enquêtrice, Grace. J’ai beaucoup aimé son personnage un peu mystérieux et cette intrigue était à la hauteur de ses deux premiers romans (l’île du diable m’avait un peu déçue je l’avoue), Le cri et Complot. Je vous en reparlerai également bientôt plus en détail. 

Côté bandes dessinées, j’ai lu Peau d’homme de Hubert, dont j’avais lu la trilogie « Beauté » en début d’année. Ici on suit une jeune femme, Bianca, destinée à un mariage arrangé avec un jeune homme, Giovanni dont elle ne connaît rien. Héritant par sa marraine d’une « peau d’homme » lui permettant de se déguiser et de se faire passer pour un garçon qui se nomme Lorenzo, elle va se rapprocher de son promis afin de pouvoir apprendre à le connaître. Comme dans Beauté, Peau d’homme se passe dans le passé, au moment de la Renaissance, mais en Italie cette fois-ci.  J’ai beaucoup aimé l’histoire qui m’a beaucoup touchée. Dans cette bande dessinées on parle de sexualité et plus spécialement d’homosexualité, qui était plus que tabou à cette époque. Un bijou!

J’ai bien évidemment lu le dernier Guy Delisle, Chroniques de Jeunesse. Guy Delisle est un écrivain que j’apprécie énormément. Ses dessins ne sont pas forcément mes préférés (à l’image de Riad Sattouf) mais j’aime beaucoup son travail, son humour et sa façon de raconter les choses. Là on le suit dans son job d’été à la fabrique de papier où est employé son père. Une plongée dans le grand bain du travail en équipe et les réalités de la vie pour lui qui ne rêve que de pouvoir vivre de sa passion (le dessin)…  J’espère qu’il écrira une suite pour nous raconter ses débuts en temps que dessinateur!

Le dernier roman graphique que j’ai lu est Ne m’oublie pas d’Alix Garin. On y suit une jeune femme qui décide de faire sortir sa grand-mère atteinte d’Alzheimer de son EMS afin de l’emmener revoir sa maison d’enfance comme elle le réclame souvent. Une jolie histoire sur les souvenirs que l’on peut avoir des gens qu’on aime et la tristesse quand ces personnes ne se souviennent plus de nous. Un roman graphique tendre et triste à la fois. 

Et puis côté manga j’ai lu le tome 19 de The promised Neverland de Kaiu Shirai qui est l’avant-dernier de la série !! La tension est à son comble pour Emma et ses amis… arriveront ils à faire ployer les monstres et à stopper l’exploitation des fermes d’enfants servant de bétail à ces derniers ? J’ai vraiment trop hâte d’être en juin pour avoir entre mes mains l’ultime tome de cette série que j’ai trouvée formidable!

Et vous, qu’avez-vous lu le mois passé?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

u

J’ai lu: Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman les enfants sont rois de l’autrice Delphine de Vigan.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

les enfants sont rois

Nombre de pages: 352 pages

Maison d’édition: Gallimard

Date de parution (dans cette édition): 4 mars 2021

4ème de couverture:

« La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s’étonna de l’autorité qui émanait d’une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l’obscurité. “ On dirait une enfant ”, pensa la première, “elle ressemble à une poupée”, songea la seconde.Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire. « A travers l’histoire de deux femmes aux destins contraires, Les enfants sont rois explore les dérives d’une époque où l’on ne vit que pour être vu. Des années Loft aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan offre une plongée glaçante dans un monde où tout s’expose et se vend, jusqu’au bonheur familial.

Mon avis:

Ce roman met en exergue les dangers et dérives des réseaux sociaux et le mal que la surexposition sur ces plateformes peut faire aux enfants.  

On lit ce roman comme en apnée, tant il donne un sentiment de claustrophobie. On sent poindre le drame dès les premiers chapitres.

Mélanie, jeune femme passionnée de téléréalité, ne vit que par les réseaux sociaux et les vidéos qu’elle fait avec ses enfants Sammy et Kimmy et qu’elle poste sur YouTube et Instagram. Toute leur vie est déballée, décortiquée. Les enfants n’ont pas un instant de répit. Quand la petite Kimmy disparaît, le monde de Mélanie explose. 

Clara Roussel est une jeune inspectrice de police chargée de retrouver la petite fille. Bien que déterminée à faire la lumière sur cette affaire, elle se rend vite compte également en visionnant toutes les vidéos tournées par Mélanie que la vie de ses enfants n’est de loin pas idéale. Obligés d’être de bonne humeur pour leurs abonnés et de jouer un rôle, ils en oublient tout simplement d’être des enfants. Moqués par leurs camarades de classes, ils n’ont pas d’amis et presque aucun loisir. Ils doivent juste divertir leurs abonnés.

J’ai trouvé ce roman glaçant par bien des aspects. Delphine de Vigan nous expose les faits d’une manière presque chirurgicale et plutôt détachée. On sent qu’elle n’a pas beaucoup d’empathie pour Mélanie (en tout cas c’est le ressenti que j’ai eu) mais est complètement du côté de Clara qui essaie de sauver les enfants « exploités » par leurs parents.

Je trouve que ce roman a une résonnance particulière dans notre époque où il faut à tout prix se montrer sur les réseaux sociaux et n’exister que par eux et les likes qu’ils génèrent. Comme si nous avions toujours besoin de l’assentiment des autres pour être heureux. De plus, les fortunes que rapportent ces chaînes Youtube et comptes sur les réseaux sociaux incitent les jeunes parents à entrer dans ce cercle vicieux. Triste époque.

Etant moi-même maman de 2 petites filles, ce roman m’a conforté dans l’idée que je fais bien de ne pas les exposer sur les réseaux sociaux. 

Un roman qui m’a passionnée, un vrai page-turner. 

J’avais été déçue par « les loyautés » que j’avais trouvé un peu bâclé car trop court. De ce fait, j’ai trouvé ce roman-là bien plus abouti car il va vraiment au bout de son sujet. Les deux derniers chapitres sont presque effrayants.

A lire d’urgence!

Ma note: ♥♥♥♥♥


Bilan de mes lectures du mois de novembre 2019

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de novembre 2019.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon sauf pour Black Justice 1.0, le résumé et la photo ont été pris sur le site payot.ch

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

My Absolute Darling – Gabriel Tallent

Nombre de pages: 454 pages

Editeur: Gallmeister

Date de parution (dans cette édition): 1er mars 2018

Résumé: 

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

Mon avis: 

J’ai eu de la peine à entrer dans ce récit tant les personnages sont étranges et on a de la peine à les cerner. Peu à peu, cependant, j’ai commencé à m’attacher à Turtle, même si je la trouve franchement bizarre dans ses réactions avec son père qui la bat et abuse d’elle. J’ai eu envie durant tout le livre de la secouer et de lui crier de se réveiller si elle tient à sa vie !! Autant vous dire que ce roman m’a fait vivre de vraies montagnes russes émotionnelles et il fait partie des livres dont je me souviendrai longtemps.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Une cosmologie de monstres – Shawn Hamill

Nombre de pages: 401 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 2 octobre 2019

Résumé: 

« Dans Une Cosmologie de monstres, Shaun Hamill allie brillamment les univers angoissants de H.P. Lovecraft avec l’histoire contemporaine d’une famille menacée de destruction par des forces surnaturelles. Il réussit son coup, parce que ces braves gens pourraient être nos voisins. L’horreur ne fonctionne que lorsque nous nous attachons aux personnes concernées ; nous nous attachons aux Turner, et leurs cauchemars deviennent les nôtres. La prose de Hamill est sobre, tout simplement belle. Voilà à quoi ressemblerait un roman d’horreur signé John Irving. J’ai adoré ce livre, et je pense qu’il vous plaira aussi. »
Stephen King

Mon avis: 

J’avais pas mal entendu parler de ce livre via les comptes instagram qui parlent de livres et du coup j’avais eu envie de me le procurer sans trop savoir de quoi il parlait… Au début du roman je me suis demandée si c’était bien un livre qui était sensé parler de monstres car le décor est assez long à s’installer mais ensuite les événements s’enchaînent à une vitesse folle. On y suit donc une famille « comme les autres » dont le destin est lié à un monstre (« une monstre » en réalité) venant d’un monde parallèle. J’ai trouvé les personnages attachants, y compris la monstre amoureuse du fils qui m’a fait un peu pitié de par sa vie de solitude. J’ai littéralement dévoré ce roman et ne peut que vous le recommander si vous aimez les sagas familiales avec une touche de mystère et de fantastique!

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Tout quitter – Anaïs Vanel

Nombre de pages: 188 pages

Editeur: Flammarion

Date de parution (dans cette édition): 25 septembre 2019

Résumé: 

« Un jour, j’ai acheté un Berlingo. J’ai mis quelques cartons dans le coffre et je suis partie. J’ai pris la route comme ça. Après ma journée de boulot, comme on part en week-end. J’ai avalé les kilomètres, en écoutant king of the Road, de Roger Miller. Et enfin. Les pins. Les dunes. Les embruns. L’appartement. J’ai éventré les cartons. Trouvé mon maillot de bain. Et je suis allée me jeter dans les vagues. » Au rythme des saisons et des vagues de la Sud, la grande plage près de laquelle elle vient de s’installer.

Mon avis: 

Anaïs Vanel était  éditrice à Paris et un jour elle décida de tout plaquer pour partir surfer. J’ai aimé cette remise à zéro, ce questionnement sur les biens matériels et également sur le bonheur. Elle réapprend les plaisirs simples de la vie et nous donne envie de comme elle nous mettre en terrasse pour déguster un capuccino ou lire un livre. Prendre conscience de notre corps et repousser nos limites… s’écouter plus pour ne plus dépendre des horaires et vivre hors du stress de la ville. Un roman qui fait vraiment réfléchir sur le sens de la vie et notre conception du bonheur.

Ma note: ♥♥♥♥

 

Feed II – Deadline – Mira Grant

Nombre de pages: 678 pages

Editeur: Folio SF

Date de parution (dans cette édition): 1er janvier 2015

Résumé: 

Plusieurs mois après le suivi de la campagne présidentielle qui lui a tant coûté, Shaun Mason ne s’est toujours pas vraiment remis. Le désir de vengeance est la seule chose qui le tienne encore en vie. Mais il n’a, pour l’instant, aucune piste. Jusqu’à ce qu’un chercheur vienne frapper à sa porte pour lui révéler que le complot qu’il avait réussi à déjouer avec sa soeur n’était en fait que la partie émergée de l’iceberg. Seul problème, ce chercheur est officiellement décédé depuis une semaine. Mais, maigre consolation : pour une fois, ce n’est pas un zombie. Deadline, suite directe de Feed, mais pouvant se lire indépendamment, est à la fois une fable grinçante sur le journalisme et la politique, une ode à la culture geek, un thriller conspirationniste… Et bien plus encore !

Mon avis: 

J’avais tellement aimé le tome 1 que j’avais un peu peur d’être déçue de ce second tome (le 3ème et dernier tome dort encore dans ma pile à lire!). Et bien pas du tout ! Encore une fois, quelle claque !! Dans un futur (assez proche toutefois), les humains sont menacés par un virus qui les transforment en zombie et les blogueurs sont les nouveaux journalistes et risquent tous les jours leur vie pour tenir leur public au courant de tout ce qui se passe au-dehors. Shawn qui se remet (et c’est un bien grand mot) très péniblement du décès de sa soeur doit encore une fois déjouer les manipulations des centres de recherches et du gouvernement. Il y a bien sûr des zombies dans ce roman mais ils n’ont finalement qu’un rôle anécdotique tant les vrais méchants de l’histoire sont les êtres humains dits « sains ». J’ai aimé retrouver la cohésion dans l’équipe de Shawn et ses amis hauts en couleurs. L’intellectuel Mahir, que l’on découvre enfin dans l’action ou encore Becks, la wonder woman pleine de ressources. J’ai versé une petite larme à chaque mort tant l’auteure arrive à nous faire aimer ses protagonistes. Une série que je vous recommande les yeux fermés.

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Les Loyautés – Delphine de Vigan

Nombre de pages: 188 pages

Editeur: Le Livre de Poche

Date de parution (dans cette édition): 28 août 2019

Résumé: 

Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille ?
Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.
Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

Mon avis: 

Je ne vais pas tourner 3 ans autour du pot mais j’ai été un peu déçue par ce roman. Pourtant il parle d’un sujet qui m’est très sensible en tant que maman, l’enfance maltraitée. Malheureusement je suis complètement passée à côté du propos de l’auteur. Je ne sais pas si c’est le fait que le roman est très court et du coup pas assez développé pour moi ou alors que cette prof angoissée m’a pour le moins agacée…. Je n’ai pas non plus compris pourquoi les enfants se tirent ainsi vers le bas… bref je trouve que c’est un roman plutôt pessimiste sur la jeunesse d’aujourd’hui. Ce roman m’a laissé un goût amer d’inachevé 😦

Ma note: ♥♥

 

Black Justice 1.0 – Nicolas Feuz

Nombre de pages: 93 pages

Editeur: Auzou Suisse (collection Frissons suisses)

Date de parution (dans cette édition): novembre 2019

Résumé: 

Une histoire haletante où jouer aux jeux vidéos s’avère être une activité dangereuse.
Loris est fan de jeux vidéos en tous genres. Mais lorsque son ami Yoan lui fait découvrir Black justice, jeu interdit, qui parodie la justice, avec de fortes résonnances dans la vie quotidienne, sa vie de collégien bascule. Réalité et jeu se confondent, Loris va l’apprendre à ses dépens !

Mon avis: 

J’avais hâte de lire ce roman écrit par Nicolas Feuz pour les 10-12 ans ! Etant donné que ses romans habituels sont assez gores à certains moments, j’avais de la peine à l’imaginer dans un registre plus soft!! Et bien je dois avouer avoir passé un chouette moment de lecture et vous confirmer que ce roman est bien adapté pour le public cible, les 10-12 ans donc, même s’il y a de la violence quand même. Ce livre met en garde contre les dérives des jeux vidéos en ligne pour des pré-adolescents influençables. Pour moi le livre aurait mérité d’avoir quelques pages en plus pour que la fin soit un peu moins précipitée mais je comprends que les livres jeunesse doivent être plus concis que les livres pour adultes. Dans tous les cas, je pense que ce livre saura charmer les pré-adolescents car il on ne s’ennuie pas un seul instant. Pari réussi, Monsieur Feuz !

Ma note: ♥♥♥(♥)

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de novembre 2019 !

On se retrouve très vite pour le bilan de mes lectures du mois de décembre 2019 🙂

Et vous, qu’avez-vous lu dernièrement ?

Bilan de mes lectures du mois de février 2016

Hello tout le monde !

Voici comme chaque mois le bilan de mes lectures du mois précédent !

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 4

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

La passe-miroir tome 1: les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

la passe-miroir tome 1

Nombre de pages: 519 pages

Editeur: Gallimard jeunesse

Date de parution: 6 juin 2013

Résumé:

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon avis:

Au début j’ai eu de la peine à me plonger dans l’univers de ce livre. En effet, on y suit Ophélie, une jeune femme maladroite et bigleuse, qui travaille dans le musée familial sur une planète qui ne semble pas être la terre. Après j’ai compris que les « pays » ressemblent à des « arches » flottantes (comme sur la couverture quoi) et que rien dans ce livre ne fait penser à notre monde. Les gens ont des pouvoirs en rapport avec leur peuple/famille. Ophélie a donc été promise à l’héritier du clan des Dragons, un jeune homme froid dont elle n’est pas amoureuse. Elle doit partir pour le Pôle pour y vivre avec son futur époux et y découvre la violence, les complots et apprendra à connaître un peu mieux Thorn (son futur époux). Oh, j’ai oublié de dire qu’Ophélie a la faculté de passer d’un miroir à un autre pour se déplacer et dès qu’elle touche un objet elle peut retraçer le destin de l’objet et voir qui l’a touché, etc. Un don très utile que pourrait bien vouloir exploiter sa belle-famille… vivement que je lise la suite (déjà en ma possession). Je voulais juste encore ajouter que je ne trouve pas ce roman très « jeunesse » mais plutôt young adult.

Ma note: ♥♥♥♥

 

2084 La fin du monde – Boualem Sansal

2084

Nombre de pages: 274 pages

Editeur: Gallimard

Date de parution: 20 août 2015

Résumé:

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions. Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion. Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Mon avis:

Un livre pour le moins ardu à lire, car il y a beaucoup de descriptions, de noms inventés et de choses à retenir alors que les dialogues sont assez rares. Mais cela vaut la peine de s’accrocher ! On y suit Ati, qui finit par s’opposer à un régime religieux totalitaire digne d’une secte. Un parallèle avec notre société et les tristes événements qui endeuillent l’Europe. Ici le monde est en ruine, les gens vivent pauvrement et comme il y a des milliers d’années, ne doivent pas sortir du droit chemin (par les actes ou les pensées) sous peine d’être exécutés publiquement. Un livre dur mais qui fait vraiment réfléchir au monde d’aujourd’hui !

Ma note: ♥♥♥

 

D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

d'après une histoire vraie

Nombre de pages: 479 pages

Editeur: JC Lattès

Date de parution: 26 août 2015

Résumé:

« Tu sais parfois, je me demande s’il n y a pas quelqu’un qui prend possession de toi. »

Mon avis:

On ne saura jamais si ce livre est bel et bien une histoire qui est vraiment arrivée à l’auteure ou s’il s’agit du fruit de son imagination. Un roman qu’on lit d’une traite, avec malaise, car on sent arriver le malheur. Une fin surprenante (que je ne vous raconterai évidemment pas) mais qui est à la hauteur de cette écrivain que j’avais déjà beaucoup aimé avec son livre précédent (rien ne s’oppose à la nuit).

Ma note: ♥♥♥

 

Chérie, je vais à Charlie – Maryse Wolinski

chérie je vais à charlie

Nombre de pages: 136 pages

Editeur: Seuil

Date de parution: 5 janvier 2016

Résumé:

 » Chérie, je vais à Charlie » : tels sont les derniers mots de Georges Wolinski à sa femme, Maryse. Trois heures plus tard, un attentat fera dix morts. Parmi eux, Georges, frappé par quatre balles de Kalachnikov. Nuits sans sommeil, désert de journées sans fin parce que sans lui, sans son regard qui donne confiance, sans sa lumière. Après la sidération, le déni et l’enfermement, la colère : comment une scène de guerre a-t-elle pu avoir lieu dans les locaux d’un journal satyrique, en France, aujourd’hui ? Puisant sa force dans le chagrin, Maryse Wolinski a choisi d’être »celle qui va ».

Mon avis:

Je ne peux pas dire que j’ai « aimé » ce livre car on ne peut aimer un livre qui traîte d’attentats. Mais par contre j’ai apprécié en savoir plus sur cette femme qui a perdu l’homme de sa vie alors qu’ils avaient encore tant de projets. La colère, l’impuissance, la tristesse, la résignation. Un livre fort, qui donne envie de crier, donner des coups de poing dans les murs mais surtout, surtout, qui donne furieusement envie de vivre et de profiter des gens qu’on aime.

Ma note: ♥♥♥

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de février 2016, un mois assez pauvre en lecture ! mais je peux d’ores et déjà vous dire que le mois de mars sera un peu plus rempli 🙂

Et vous, vous lisez quoi ?

bisous !