J’ai lu: L’île du diable de Nicolas Beuglet

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman de L’île du diable de Nicolas Beuglet.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

Nombre de pages: 320 pages

Maison d’édition: XO

Date de parution (dans cette édition): 19 septembre 2019

4ème de couverture:

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche…
Des extrémités gangrenées…
Un visage figé dans un rictus de douleur…

En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.

Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?

Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.

Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

Après Le cri et Complot, Nicolas Beuglet nous livre un thriller glaçant, exhumant des profondeurs de l’histoire un événement aussi effrayant que méconnu. Il nous confronte à une question vertigineuse : quelle part de nos ancêtres vit en nous, pour le meilleur et pour le pire ?

Mon avis:

Vous le savez peut-être, mais j’avais adoré les deux précédents livres de Nicolas Beuglet, Le Cri et Complot. Je les avais trouvé malin et avait remis en question par mal de mes croyances.

Cette fois-ci cependant, j’ai été de suite moins emballée par l’histoire. En effet,  je pense aussi que le fait qu’encore une fois Sarah enquête seule en laissant son chéri à la maison m’a un peu dérangée car j’aimais beaucoup le tandem qu’ils formait dans Le Cri. Etant donné qu’il était presque absent de « Complot« , je me suis dit que cette fois nous aurions de nouveau le duo en action mais non, on suit Sarah qui doit enquêter sur la mort de son père et qui se rend peu à peu compte qu’elle ne le connaissait pas autant bien qu’elle le pensait…

Cette histoire de mémoire de la douleur qui se transmet de génération en génération m’a parue un peu tirée par les cheveux (même si je crois bien avoir lu quelque chose là-dessus dans un journal sur la psychologie). En fait, c’est surtout la manière dont le sujet était amené qui m’a un peu dérangée. En effet, la scène en question est un peu caricaturesque et de plus, j’ai eu un peu une impression du méchant de James Bond qui a 1000 fois le temps de tuer James Bond mais qui parle, qui parle et finalement 007 arrive à tuer le méchant et s’échapper.

J’ai trouvé l’intrigue moins fouillée que les tomes précédents, comme si l’auteur avait un peu envie de se débarrasser de ses personnages. Je n’ai en tout cas pas jubilé comme je l’ai fait pour les premiers livres de l’auteur.

Je pense également que le fait que le roman était assez court a un peu joué contre lui car je pense que le sujet aurait pu et du être approfondi.

C’est toutefois un bon thriller même si je l’ai personnellement trouvé moins abouti que les deux romans précédents de l’auteur. J’espère que le dernier message, sorti il y a quelques semaines, me plaira davantage!

Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me donner votre avis !

Ma note: ♥♥♥(♥)

Bilan de mes lectures du mois de septembre 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de septembre 2020 et vous donner succinctement mon avis dessus, chaque roman fera l’objet d’un article dédié par la suite. En effet, j’ai décidé après vous avoir consulté sur instagram que j’allais dès maintenant consacrer un article par livre lu, ce qui augmentera le nombre d’articles sur le mois (vous aurez ainsi moins à attendre entre chaque article) et ce qui me permettra d’avoir un avis plus « frais » sur le livre que je viens de terminer, comme je le fais pour les services presse.  Par contre, les articles seront certainement assez courts, j’espère que vous ne m’en voudrez pas. 

Je me suis dit qu’ainsi je pourrai vous donner lors de mes bilans un avis sur mes mangas et mes bandes dessinées, ce que je ne faisais pas auparavant (ou très brièvement sur instagram). J’espère que ce nouveau format vous plaira !

Toutes les images proviennent de mon instagram.

Romans lus durant le mois : 11 (dont 2 SP et 2 emprunts bibliothèque)

Mangas lus durant le mois: 1

Bandes dessinées lues durant le mois: 0

Septembre a été dans l’ensemble un excellent mois côté lectures car j’ai eu la chance de recevoir en service presse le dernier thriller de Marie Javet, les roses sauvages, dont je vous avais parlé ici ainsi que le dernier Fiona Cummins, l’ossuaire, dont j’avais bien aimé le collectionneur 🙂 Vous retrouvez juste ici ma chronique. 

J’ai eu envie de lire pas mal de chroniques familiales du coup je me suis plongée dans Frangines d’Adèle Bréau qui raconte l’histoire de 3 soeurs qui se cachent de lourds secrets… Seuls les poissons de Françoise Kerymer reste dans la même thématique car il s’agit là encore d’une histoire de famille compliquée et pleine de non-dits. J’ai vraiment bien aimé Frangines mais j’ai trouvé Seuls les poissons un peu longuet à des moments…

Dans les fantômes du vieux pays de Nathan Hill on explore la (non) relation mère-fils et la difficulté de grandir sans une figure maternelle. Une brique que j’ai lue très rapidement!

La vie mensongère des adultes d’Elena Ferrante aborde le thème épineux de l’adolescence, on y suit une jeune femme en Italie dans les années 70 (il me semble). Je n’ai pas vraiment croché avec ce roman mais je vous en reparlerai plus en détail.

J’ai également privilégié les romans « feel-good » avec les petits soleils de chaque jour d’Ondine Khayat où une bande de retraités essaie de redonner le sourire à une petite fille déprimée par le divorce de ses parents… j’ai également adoré les petites merveilles de Lena Walker où l’on suit une jeune libraire idéaliste… un roman qui m’a donné la pêche!

Le nouveau roman de Camille Laurens, Fille, est également un gros coup de cœur. De la difficulté de naître fille dans ce monde dirigé encore trop souvent par des hommes…un roman qui m’a vraiment transportée!

Petite déception pour lîle du diable de Nicolas Beuglet que j’ai trouvé un peu en dessous de ses romans précédents, même si j’ai passé un très bon moment de lecture (c’est loin d’être un flop quand même!) Cependant, j’ai trouvé  l’intrigue moins aboutie que celle de Complot ou du Cri.

Finalement, le gros coup de coeur du mois de septembre revient à la vie en chantier de Pete Fromm dont j’ai découvert la plume avec ce roman. L’histoire de ce jeune père veuf (sa femme meurt juste après l’accouchement) qui doit s’occuper seul (mais pas vraiment) de sa fille m’a vraiment bouleversée.

Niveau manga j’ai juste lu le tome 4 de it’s my life d’Imomushi Narita où on continue de suivre les aventures d’une petite sorcière qui vit avec l’ancien capitaine des paladins qui a pris sa retraite dans sa jolie maison … Les personnages sont drôles et attachants et j’aime beaucoup les dessins 🙂

Vous retrouverez donc dans les prochains jours une chronique pour chacun de ces livres! (à part les SP dont je vous ai déjà parlé évidemment)

J’ai vraiment profité de mon dernier mois de congé maternité pour lire beaucoup… j’ai recommencé à travaillé le 28 septembre donc le mois d’octobre a été un peu plus léger niveau lectures ! Mais je vous en reparle bientôt.

Et vous, qu’avez-vous lu à la fin de l’été ?

A tout bientôt 🙂

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de janvier 2020

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de janvier 2020.

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 6

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Harry Potter et l’enfant maudit – J.K. Rowling

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 14 octobre 2016

Résumé: 

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis: 

J’ai fait très long pour sortir cette pièce de théâtre de ma pile à lire pour la simple et bonne raison que j’ai tellement adoré les Harry Potter que j’avais peur d’être déçue de cette suite. Alors je dois dire que je me suis très vite fait embarquer dans l’histoire et j’ai dévoré ce livre en 2 jours ! Cependant, j’ai trouvé que l’histoire était un peu « facile » et la fin un peu trop « gentillette » même si on aime les livres qui finissent bien! J’ai trouvé quand même étrange de retrouver un Harry Potter de 40 ans, pour moi c’était un saut un peu trop important dans le futur !! on a quitté un jeune adulte et on retrouve un homme d’âge mûr, papa de plusieurs ados… pour moi l’ellipse temporelle était exagérée 😦 Je n’ai cependant pas boudé mon plaisir de retrouver tous ces personnages que j’adore. Une chouette lecture en définitive !! (même si j’ai de la peine à imaginer comment ils ont fait au théâtre pour tourner certaines scènes!)

Ma note:

 

La mémoire de Babel (la passe-miroir tome 3) – Christelle Dabos [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Gallimard Jeunesse

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2019

Résumé: 

Après deux ans et sept mois à se morfondre sur l’arche d’Anima, Ophélie a décidé d’agir. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Mon avis: 

J’avais tellement hâte de connaître la suite de cette saga que j’adore !! Même si le premier tome m’avait un peu embrouillé l’esprit et que j’avais eu de la peine à me mettre dans l’histoire, j’avais adoré le tome 2. Ce tome 3 est dans la même veine, il se passe sans cesse quelque chose et Ophélie est plus attachante que jamais (alors que dans le premier tome elle m’énervait pas mal). J’ai aimé le fait que cette fois Ophélie voyage sur une autre arche et qu’elle s’émancipe enfin en ne se faisant plus chaperonner par sa tante. J’ai bien sûr également adoré le fait de revoir Thorn et l’étrange relation qu’il entretient avec Ophélie. Je le trouve également de plus en plus attachant celui-ci! Ce tome nous éclaire également pas mal sur l’Autre et Dieu et je dois dire avoir plus que hâte de lire le tome 4 qui est également le dernier ! (au moment où je vous écris je viens de le commencer donc je vous en reparlerai dans le bilan de mes lectures du mois de mars!)

Ma note:

 

Ceux qui restent – Marie Laberge

Nombre de pages: 576 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 4 mai 2017

Résumé: 

Ceux qui restent sont ceux que Sylvain a laissés quand il s’est donné la mort.
Ce fut un geste soudain et, comme on dit, personne ne l’avait vu venir. Certains se le reprochent. D’autres lui parlent encore. Tous sont marqués à jamais, au fer rouge de son absence. Son père, auquel le silence des arbres a offert un refuge. Sa femme et son fils élevé dans le mensonge d’un amour étouffant. Sa maîtresse, qui a trop de feu en elle, trop de chair, trop de tout, pour laisser la mort avoir le dernier mot. Et assez de lumière pour guider ceux qui veulent vers la seule issue du deuil : la vie.

Mon avis: 

Je dois dire que j’ai eu de la peine à m’émouvoir pour le sujet de ce livre car comme on passe d’un personnage à l’autre et que certains s’expriment en patois québécois, certaines tournures de phrases et pas mal d’expressions m’étaient inconnues et m’ont un peu déconcentrées dans ma lecture. Alors vous me direz que c’est de ma faute, que je n’ai qu’à connaître le québécois mais je dois également dire que je ne pouvais pas m’empêcher d’entendre la voix de Céline Dion qui me lisait le texte ce qui me faisais un peu sourire je dois dire…et du coup j’avais de la peine à trouver l’aspect dramatique dans cette histoire de proches d’un suicidé qui se reconstruisent gentiment, chacun à leur manière, 15 ans après. J’attendais également désespérément de découvrir une raison à ce suicide, une révélation fracassante qui aurait tout éclairé mais j’ai là également été un peu déçue. Bref, je dois vous avouer être passée à côté du sujet et je n’ai pas réussi à me sentir touchée par la détresse des personnages à part le papa du suicidé que j’ai trouvé vraiment attachant. J’ai plusieurs autres romans de cette autrice dans ma pile à lire, j’espère ne pas être déçue par eux aussi 😦

Ma note:

 

Complot – Nicolas Beuglet [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 496 pages

Editeur: XO

Date de parution (dans cette édition): 16 mai 2018

Résumé: 

Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps nu et martyrisé d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.

Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre.

Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Que cachait-elle sur cette île, dans un sanctuaire en béton enfoui au pied du phare ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées…

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu’au cœur même du Vatican, c’est l’odeur d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. à ses vérités les plus enfouies…

Étayé par les dernières découvertes de la science et de l’histoire, Complot explore les secrets premiers de l’humanité.

Un thriller époustouflant. Et une révélation bouleversante sur ce que fut, il y a fort longtemps, le pouvoir des femmes.

Mon avis: 

Quelle claque que ce livre ! J’avais déjà adoré le cri du même auteur et là je dois dire l’avoir tout autant apprécié, voire même peut-être un peu plus ! Cette théorie féministe m’a enchantée et passionnée, d’autant plus que l’auteur s’est basé sur des faits avérés. J’ai aimé retrouver les protagonistes du premier roman même si la fin m’a attristée. Cette fois Sarah est vraiment au centre de l’action et prouve encore une fois que c’est une guerrière qui n’a peur de rien, même si on découvre (avec soulagement) qu’elle a tout de même des doutes et des failles. J’ai aimé que ce roman fasse vraiment écho à tout ce qu’il se passe dans le monde actuellement, ce maudit patriarcat contre lequel on essaie jour après jour de se battre. Bref, une intrigue haute en rebondissement (franchement je ne m’attendais pas du tout à ça!), des personnages de plus en plus attachants….Un auteur féministe à suivre de très près !

Ma note:

 

Le bal des folles – Victoria Mas

Nombre de pages: 256 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 21 août 2019

Résumé: 

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles.  Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Mon avis: 

J’attendais beaucoup de ce roman car j’en avais lu de très bonnes critiques dans plusieurs magazines. J’ai été un peu déçue du fait que le fameux bal des folles (c’est quand même le titre du livre!) prenne peut-être 2 pages dans le roman. Certains aspects sont un peu bâclés ou éludés… J’aurais voulu que l’autrice développe mieux les expérimentations faites à la Salpêtrière. Là nous suivons principalement 3 femmes dont Eugénie, une jeune femme internée par sa propre famille car elle est capable de voir les morts et de leur parler. Encore une fois, être une femme n’a pas grand poids face au patriarcat. Finalement, presque aucune de ces femmes internées n’est réellement folle ou hystérique, elles sont juste plus sensibles que la moyenne mais comme la différence fait peur (il ne faut pas dire un mot plus haut que l’autre à l’époque, les femmes doivent rester bien à leur place, discrètes et obéissantes), on préfère les enfermer. Le professeur Charcot, imbus de lui-même, se sert d’elles pour faire des expérimentations publiques du plus mauvais goût mais là encore, on en apprend pas grand chose. J’ai toutefois eu de la peine à m’attacher aux personnages car nous restons toujours à la surface, sans vraiment entrer dans leur tête. J’ai cependant passé un bon moment de lecture – même si le roman aurait mérité 100 ou 150 pages de plus pour être plus fouillé -, l’écriture est agréable et je me réjouis de lire les prochains livres de cette autrice prometteuse !

Ma note:

 

La police des fleurs, des arbres et des forêts – Romain Puértolas

Nombre de pages: 352 pages

Editeur: Albin Michel

Date de parution (dans cette édition): 2 octobre 2019

Résumé: 

Une fleur que tout le monde recherche pourrait être la clef du mystère qui s’est emparé du petit village de P. durant la canicule de l’été 1961.
Insolite et surprenante, cette enquête littéraire jubilatoire de Romain Puertolas déjoue tous les codes.

Mon avis: 

J’ai littéralement dévoré ce roman policier pas comme les autres. Et même si j’avais déjà trouvé la solution au milieu du roman, j’ai vraiment trouvé l’idée originale et l’intrigue bien écrite de bout en bout. Les discours sont savoureux et on s’attache immédiatement à ce flic de la ville qui arrive dans un petit village rural où les us et coutumes sont totalement à l’opposé de ce à quoi il est habitué. Des quiproquos en veux-tu en voilà et des personnages hauts en couleur… Bref, j’ai vraiment apprécié ma lecture ! J’ai déjà hâte de lire le prochain livre de cet auteur car j’ai vraiment aimé son style !

Ma note:

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de janvier 2020!

Et vous, avez-vous lu l’un ou l’autre de ces livres ? 

A bientôt 🙂

logo Badgeekette

Bilan de mes lectures du mois de décembre 2018

Coucou tout le monde !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter mes lectures du mois de décembre 2018!

Les résumés et les images ont été pris sur Amazon.

Livres lus durant le mois : 4

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de coeur !

Les (♥) représentent les demis 

Le cri – Nicolas Beuglet [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 580 pages

Editeur: XO Editions

Date de parution (dans cette édition): 8 septembre 2016

Résumé: 

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?

Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…

Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Inspiré par des découvertes et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d’une science dévoyée, transformée en arme fatale. 

Mon avis: 

J’ai été vraiment emportée par ce roman, l’ambiance est angoissante à souhait et les personnages principaux, Sarah et Christopher, sont hyper attachants. Il n’y a pas un instant de répit, ce roman vous tiendra en haleine jusqu’au bout !! Je dois avouer que l’histoire m’a pas mal retournée, si le roman est vraiment inspiré par des faits réels cela fait vraiment peur !! En tout cas j’ai aimé la plume de l’auteur et le fait que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Un gros coup de coeur !

Ma note: ♥♥♥♥♥

 

Pas si simple – Lucie Castel [Cold Winter Challenge]

Nombre de pages: 317 pages

Editeur: Harlequin

Date de parution (dans cette édition): 2 novembre 2017

Résumé: 

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa soeur Mélie l’avant-veille de Noël. Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans tes toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au coeur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Mon avis: 

J’ai été un peu déçue par cette comédie romantique car les dialogues sonnaient un peu faux et surfaits, l’histoire n’était pas très intéressante et les personnages finalement pas tellement attachants. Sachant que Lucie Castel et Oren Miller (dont j’avais adoré le roman « j’agonise fort bien, merci ») sont la même personne, j’attendais beaucoup de ce roman, même si ce n’est pas mon genre de prédilection. Cependant, si vous aimez les romances sans prise de tête, je pense que ce roman vous plaira mais si comme moi, vous connaissez déjà la plume de l’auteure, je pense qu’il vaut mieux (malheureusement) passer votre chemin pour cette fois ! J’ai cependant acheté sa nouvelle romance qui vient de sortir (« qu’est-ce qui fait pleurer les crocodiles? ») et j’espère avoir une bonne surprise cette fois-ci !

Ma note: ♥♥♥

 

 

La serpe – Philippe Jaenada

Nombre de pages: 634 pages

Editeur: Julliard

Date de parution (dans cette édition): 17 août 2017

Résumé: 

Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle…
Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

Mon avis: 

J’ai fait très long pour terminer ce roman. J’ai même lu d’autres livres en même temps, tellement j’ai fait long… le sujet était intéressant, l’écriture fluide et le tout formait vraiment un thriller, mais avec des faits réels. J’ai beaucoup aimé toute la partie « historique » du roman et la reconstitution des faits par l’auteur. Cependant, j’ai trouvé dommage que l’auteur parle sans cesse d’un autre roman qu’il avait écrit avant celui-ci (autopromotion, bonjour) et les anecdotes sur sa propre vie ne faisait que rallonger le roman pourtant déjà bien assez touffu et n’apportaient surtout rien à son roman (bon peut-être que son éditeur lui avait donné un nombre de caractères à atteindre, ceci explique cela). J’ai tout de même passé un bon (mais très long) moment de lecture et ne peut que vous conseiller ce livre si le mystère entourant la vie du romancier Georges Arnaud vous intéresse !

Ma note: ♥♥♥

 

 

Voici venir les rêveurs – Imbolo Mbue

Nombre de pages: 499 pages

Editeur: Pocket

Date de parution (dans cette édition): 

Résumé: 

Ils ont traversé l’Atlantique pour vivre leur rêve, le vrai, l’américain.
Originaire du Cameroun, Jende Jonga sait que le sort de sa famille repose sur l’obtention d’un visa de travail. Des études pour sa femme, Neni, un avenir pour son fils, Liomi… Après plusieurs petits boulots clandestins, Jende croit enfin tenir sa chance : un job de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier de Manhattan. Mais nous sommes en 2007, et la crise des subprimes réserve, à tous, un réveil brutal…
Choc des cultures et quête du bonheur : le rêve que l’on poursuit n’est pas toujours celui qu’on croit…

Mon avis: 

La petite pépite de fin d’année ! On y suit une famille de Camerounais qui sont venus à New York pour y faire leur vie et désespère d’obtenir le sésame qui leur permettra de rester définitivement aux USA. Les protagonistes sont tous attachants, entre le mari qui s’épuise à travailler du matin au soir (et la nuit parfois) pour rapporter de l’argent à sa famille et pour l’envoyer au Cameron et sa femme qui essaie de faire des études pour devenir pharmacienne et veut s’émanciper malgré son mari bien plus traditionnel… Un roman très bien écrit sur la réalité de ce que vive les étrangers aujourd’hui et leurs rêves souvent déchus, une réflexion également sur le monde du travail d’aujourd’hui, où l’on est souvent que des pions sur un échiquier. Un livre à découvir !

Ma note: ♥♥♥♥(♥)

 

Et voilà, c’est tout pour mes lectures du mois de décembre 🙂

Comme on est déjà début février, je vais essayer de ne pas trop tarder à vous parler de mes lectures du mois de janvier 2019!

Et vous, que lisez-vous ?

Bisous !